Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La Serre dans mes Bras (Je suis de retour !)

Aller en bas 
AuteurMessage
NoMoreRoomInHell

avatar

Masculin Poissons Messages : 107
Date d'inscription : 16/02/2017
Localisation : France, Lorraine
Humeur : Poète incompréhensible.

MessageSujet: La Serre dans mes Bras (Je suis de retour !)    Lun 25 Déc 2017 - 18:38

Tout d’abord, je tiens à vous souhaiter de joyeuses fêtes, j'ai été très longtemps absent sur le forum, et je refais mon apparition ! (pour le peu qui se souviennent peut-être de moi xD)
Je vous offre cette poésie plus ou moins lyrique que j'ai enfin fini d'écrire après maintes et maintes modifications, alors je vous la partage ! Je pense m'être amélioré depuis lors, et je pense bien avoir beaucoup à vous partager ! Je vais enfin pouvoir relire des poésies ici-bas ! :D


La Serre dans mes Bras

C’est le grand phare blanc du port qui éclaire la Mer,
Par ses horizontaux va-et-vient monotones.
Le sourire aux lèvres, à La Serre,
Le teinturier bleuâtre qui fredonne.
Le ciel bleu d’une autre nuit
Les nuages d’aujourd’hui,
Et cet homme sur la vide plage
Si gentil teinturier, si sage.
Le vent souffle sur les paysages décomposés,
Le sourire toujours ironique du teinturier,
Et vacille la vie en son cœur,
Sur ce sable d’infinie aigreur,
Bras bien tendus vers le sable ferme et épié,
Il collecte les abyssales sculptures enviées.
Coquille âge… Sa sœur et son âge,
Il n’oublie, pas cette vie sauvage,
Qui reprend et reprend toujours,
Quand elle entend ses pieds qui courent
À la liberté, grand Éole,
Et pour toujours l’heure sonne si molle.
Qu’il eut à chercher à Vivre,
Ou qu’il n’eut rien trouvé à Heureux,
Il eut trouvé ses faux vivres,
Qu’il cherchait dans un sombre creux,
D’un Temps de mortel qui passe,
L’or n’a plus d’importance dès lors,
Puis quand bien même sur ces flots
Il navigue sur les miséricordes,
D’un si mauvais triste sort de discorde,
Il peine à voir la brume qui l’éblouit.
Le doute vient bien de notre flotte,
Même à l’aube d’une rosée d’âme,
N’oublions pas de regretter,
Puisque encor nous regretterions.
Tu crèches aux profondeurs du Déclin,
Pétales de couleurs ont décliné,
Dans tout un fardeau si lourd,
Où plus un reflet n’y court,
J’ai mal, si mal à voir ce ciel d’en bas...
Jusqu’à te trahir pour cette mer d’en haut !
Ma sœur est la mer et le ciel à la fois,
Je ne sais que faire ni quoi dans ce trépas,
Mes larmes emplissent le Ciel autant que ces eaux !
Je ne suis plus sur Terre, je ne suis plus sur La Serre,
Son sang chaud me donnait la rancœur pour elle-même,
D’avoir un si beau questionnement de toute cette scène.
J’ai perdu l’ardeur de l’être,
Rien ne peut jamais renaître,
Alors, que les vents et les rêves m’éloignent,
Sur l’île de Robinson,
Sur l’exile de Napoléon,
Sur notre magnifique Lune,
Sur un monde sans lacune,
Mais ne me laissez plus sans la vraie foi,
Sans personne à Serrer dans mes Bras.


texte avant correction par Titi:
 

------------------------------------------------------------------------------------------------
"Tout ce que je sais, c'est que je ne sais rien." -Socrate
Revenir en haut Aller en bas
Flopostrophe

avatar

Féminin Scorpion Messages : 290
Date d'inscription : 19/01/2017
Localisation : Sur le toit
Humeur : Le temps passe trop vite

MessageSujet: Re: La Serre dans mes Bras (Je suis de retour !)    Lun 8 Jan 2018 - 16:40

@NoMoreRoomInHell a écrit:
Tout d’abord, je tiens à vous souhaiter de joyeuses fêtes, j'ai été très longtemps absent sur le forum, et je refais mon apparition ! (pour le peu qui se souviennent peut-être de moi xD)
Je vous offre cette poésie plus ou moins lyrique que j'ai enfin fini d'écrire après maintes et maintes modifications, alors je vous la partage ! Je pense m'être amélioré depuis lors, et je pense bien avoir beaucoup à vous partager ! Je vais enfin pouvoir relire des poésies ici-bas ! :D
Ravie de te voir de retour NoMore ! :)


La Serre dans mes Bras le titre est bien choisi et accrocheur

C’est le grand phare blanc du port qui éclaire la Mer,
Par ses horizontaux va-et-vient monotones. J'adore ! Sauf le "C'est" pour commencer, je trouve ça moyen

Le sourire aux lèvres, à La Serre,
Le teinturier bleuâtre qui fredonne. je comprend pas grand chose pour l'instant, qu'est-ce que cette Serre au fond? Et que vient faire un teinturier?
Le ciel bleu d’une autre nuit
Les nuages d’aujourd’hui,
Et cet homme sur la vide plage je comprend que c'est pour la rime, mais on dit tellement jamais vide plage que c'est perturbant
Si gentil teinturier, si sage.
Le vent souffle sur les paysages décomposés,
Le sourire toujours ironique du teinturier, Y a trop de fois le mot teinturier dans ton poème dis... Ca se répète un peu
Et vacille la vie en son cœur,
Sur ce sable d’infinie aigreur,

Bras bien tendus vers le sable ferme et épié, Ici il y a une répétition du mot "sable" qui n'est pas très agréable à lire
Il collecte les abyssales sculptures enviées. Alors là je comprend rien ^^
Coquille âge… Sa sœur et son âge, Joli jeu de mot avec coquillage mais je ne comprend pas le sens de la phrase au final...
Il n’oublie, pas cette vie sauvage, La ponctuation me pose question, faut-il une virgule après "n'oublie" ?
Qui reprend et reprend toujours,
Quand elle entend ses pieds qui courent Le "elle", c'est qui? Sa soeur?
À la liberté, grand Éole,
Et pour toujours l’heure sonne si molle. Donc ce teinturier est sur la plage, sa vie va pas super bien... En gros tu veux dire ça?
Qu’il eut à chercher à Vivre,
Ou qu’il n’eut rien trouvé à Heureux,

Il eut trouvé ses faux vivres,
Qu’il cherchait dans un sombre creux,
D’un Temps de mortel qui passe,
L’or n’a plus d’importance dès lors,
Puis quand bien même sur ces flots
Il navigue sur les miséricordes,
D’un si mauvais triste sort de discorde,
Il peine à voir la brume qui l’éblouit.
Le doute vient bien de notre flotte,
Même à l’aube d’une rosée d’âme,
N’oublions pas de regretter, Oh, tout d'un coup un "nous"
Puisque encor nous regretterions. Encor?
Tu crèches aux profondeurs du Déclin, Je suppose que c'est l'homme malheureux qui parle?
Pétales de couleurs ont décliné, Déclin puis décliné, mmmh, j'aime moyen
Dans tout un fardeau si lourd,
Où plus un reflet n’y court,
J’ai mal, si mal à voir ce ciel d’en bas...
Jusqu’à te trahir pour cette mer d’en haut !

Ma sœur est la mer et le ciel à la fois,
Je ne sais que faire ni quoi dans ce trépas,
Mes larmes emplissent le Ciel autant que ces eaux !  snif
Je ne suis plus sur Terre, je ne suis plus sur La Serre,
Son sang chaud me donnait la rancœur pour elle-même,
D’avoir un si beau questionnement de toute cette scène.
J’ai perdu l’ardeur de l’être,
Rien ne peut jamais renaître,
Alors, que les vents et les rêves m’éloignent,
Sur l’île de Robinson,
Sur l’exile de Napoléon,
Sur notre magnifique Lune,
Sur un monde sans lacune,
Mais ne me laissez plus sans la vraie foi,
Sans personne à Serrer dans mes Bras.



C'est vraiment pas mal, NoMore :) je trouve que tu ne facilites pas du tout la compréhension, en tout cas moi j'ai eu du mal à décoder tes images, interpréter tes paroles... C'est un peu trop compliqué à mon goût... Maintenant, c'était peut-être voulu, je sais pas. Sinon, y a pas mal de phrases que j'ai trouvé super jolies et recherchées. Et puis tu fais bien ressentir quand même ce sentiment de mélancolie, avec cet homme seul, qui n'a pour seule compagnie la mer, la terre et le ciel et qui mène une vie pas facile malgré qu'il ait cherché le bonheur (si j'ai bien suivi). Donc au final tu as fait du bon travail, bien qu'il faudrait améliorer deux trois choses selon moi :)

------------------------------------------------------------------------------------------------
"Choisir, c'est marcher sur le cadavre de nombreux possibles" (Un de mes profs)
Les voies que nous ne choisissons pas sont les autres vies que nous ne connaîtrons jamais...


Chasseresse de fautes  :superman:  Mon signe distinctif : §


Revenir en haut Aller en bas
NoMoreRoomInHell

avatar

Masculin Poissons Messages : 107
Date d'inscription : 16/02/2017
Localisation : France, Lorraine
Humeur : Poète incompréhensible.

MessageSujet: Re: La Serre dans mes Bras (Je suis de retour !)    Dim 25 Mar 2018 - 23:26

Bien le bonjour Flopostrophe ! Désolé pour mon énorme retard en ce qui concerne la réponse, je n'ai pas respecté ma promesse de retour sur le forum, mais je crois que je vais essayer de tenir parole cette fois !

Merci d'avoir posté ce commentaire très honorable et d'avoir partagé ton avis sur ma poésie, comme tu l'a dit il y a encore sûrement des choses à améliorer pour cette poésie, ou peut-être pas, je ne sais pas...  La seule chose que je sais c'est que c'est (trois "C" en 4 syllabes, oups xD) la troisième fois que je la réécrit car à chaque fois je n'arrive pas à me décider pour tel rime, tel nombre de syllabe, tel mot, etc. et c'est en ce sens que c'est sans aucuns doute l'une de mes poésies les plus réussites/soignées de mon recueil.

J'ai pris en effet peur lorsque j'ai vu que cette poésie était assez complexe à comprendre lorsque ce n'est pas l'auteur qui la lis, car pour moi tout est "parfait" dans le sens où elle m'est mienne.
Cette complexité est à la fois voulue et non voulue, de base ça ne l'était pas, mais j'ai trouvé que ça laissais un certain concept de "mystère" et que ça pouvais théoriquement laisser le lecteur faire sa propre interprétation des choses, pour donner un exemple :

"J’ai mal, si mal à voir ce ciel d’en bas...
Jusqu’à te trahir pour cette mer d’en haut !"

ici je veux faire comprendre que le ciel d'en bas c'est la mer, et que la mer d'en haut c'est le ciel... C'est un échange de deux "dimensions" qui semblent se ressembler par leur couleur et leur immensité qui semble n'avoir aucune limite, et ça j'ai été dés le départ conscient que certains pourraient ne pas voir cette image qui me parait évident en tant qu'auteur.

Pour répondre à toutes tes interrogations et autres :

- "je comprend pas grand chose pour l'instant, qu'est-ce que cette Serre au fond? Et que vient faire un teinturier?"

La Serre est une ville imaginaire, je pensais que c'était évident, merci de m'avoir prouvé le contraire. Le teinturier n'a en effet par d'entrée en scène, imagine un peu la toute première scène d'un film où, sans rien dire, on film le personnage principal avant qu'il n'ai pu dire quoi que ce soit, avant qu'on ne sache même que c'est bien lui le héros de l'histoire... C'est un choix scénaristique en gros.

- "je comprend que c'est pour la rime, mais on dit tellement jamais vide plage que c'est perturbant"
Il est vrai que cela sonne étrange, mais je trouve cela beau et original, ça n'est même pas concrètement français à vrai dire, enfin je crois...

- "Y'a trop de fois le mot teinturier dans ton poème dis... Ça se répète un peu"
J'avoue ne pas y avoir fait gaffe, mais c'est un peu comme les noms qui se répètent dans les livres... On a pas tellement de choix si l'ont veux les nommer. x')

- "Ici il y a une répétition du mot "sable" qui n'est pas très agréable à lire"
Merci de me l'avoir fait remarqué, il est vrai que la consonance n'est pas très jolie.

- ""Il collecte les abyssales sculptures enviées" : Alors là je comprend rien ^^"
Les images sont dures à établir, il faut en effet un sens de l'imagination très développé : je parle de coquillages, que je vois personnellement comme de l'art de la nature, comme les stalagmites, les stalactites, et autres beautés... Donc ici j'image un peu en parlant de "sculptures" façonnés par Dame-Nature, et abyssal apporte une force "océanique" si je puis dire ainsi.

- ""Coquille âge… Sa sœur et son âge" : Joli jeu de mot avec coquillage mais je ne comprend pas le sens de la phrase au final..."
Oh mon Dieu ! En effet ! Quelle horreur ! Enfin, je peux l'expliquer ! C'est un vers qui s’accordait avec l'ancien vers qui le précédais et qui donc lui apportais tout son sens, car comme je l'ai dit j'ai réécrit cette poésie trois fois, j'ai sûrement eu un moment d'inattention à cause du jeu de mot haha ! Merci beaucoup !

- ""Il n’oublie, pas cette vie sauvage" : La ponctuation me pose question, faut-il une virgule après "n'oublie" ?"
Oh ! En effet, sûrement une erreur de frappe, merci !

- "Quand elle entend ses pieds qui courent" : Le "elle", c'est qui ? Sa soeur ?"
Oui, c'est cela !

- "Et pour toujours l’heure sonne si molle." : Donc ce teinturier est sur la plage, sa vie va pas super bien... En gros tu veux dire ça ?"
J'avoue ne pas avoir vraiment bien réfléchi à ce que voulais vraiment dire ce vers maintenant que tu me le dit, mais je voyais bien que ce vers allais tôt ou tard me poser problème, merci bien !

Pour répondre finallement à tes autres courtes questions, le "nous" interviens pour déclencher comme une morale collective, n'oublions pas de regretter les choses mauvaises, sinon nous regretterons de ne pas l'avoir fait à temps... !

Pour le fameux "encor" j'ai eu beaucoup d'interrogations à ce sujet, et c'est totalement voulu, j'ai lu ça dans pas mal de pièces de théâtre et autres, et selon ma professeure bon nombre de dramaturges (et même poètes et écrivains) écrivaient encore "encor" pour une raison de syllabe, encor en vaux 2 alors qu'encore en vaux 3 si l'ont compte les "E" en les accentuant, j'ai donc voulut faire une petite référence à cela, puisqu'il n'est plus utilisé, tout comme "poëte", l'ancien orthographe de "poète", que l'on retrouve facilement écrit comme ça par Baudelaire dans les Fleurs du Mal :p c'est un peu comme un "easter eggs" comme on dirais dans le jargon du gaming. x)

J'ignore si tu aura eu le courage de tout lire, mais merci encor ! (lol) Tes remarques m’ont étés très constructives !

------------------------------------------------------------------------------------------------
"Tout ce que je sais, c'est que je ne sais rien." -Socrate
Revenir en haut Aller en bas
Flopostrophe

avatar

Féminin Scorpion Messages : 290
Date d'inscription : 19/01/2017
Localisation : Sur le toit
Humeur : Le temps passe trop vite

MessageSujet: Re: La Serre dans mes Bras (Je suis de retour !)    Lun 26 Mar 2018 - 16:25

Ce fut un plaisir de commenter ton poëme Wink merci pour ta réponse ! :D

------------------------------------------------------------------------------------------------
"Choisir, c'est marcher sur le cadavre de nombreux possibles" (Un de mes profs)
Les voies que nous ne choisissons pas sont les autres vies que nous ne connaîtrons jamais...


Chasseresse de fautes  :superman:  Mon signe distinctif : §


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Serre dans mes Bras (Je suis de retour !)    

Revenir en haut Aller en bas
 
La Serre dans mes Bras (Je suis de retour !)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Poésies-
Sauter vers: