Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [-12] Prisonniers

Aller en bas 
AuteurMessage
Tifani
Commentatrice détaillée et pro du CC
Commentatrice détaillée et pro du CC
avatar

Féminin Poissons Messages : 185
Date d'inscription : 20/05/2015

MessageSujet: [-12] Prisonniers   Dim 14 Jan - 0:58

Une vieille nouvelle inachevée, mais j'aime bien le thème principal, et je compte bien la terminer un jour.
Prisonniers raconte l'histoire de deux personnages qui n'ont rien à voir, et qui n'auraient jamais dû se rencontrer. Et pourtant...

Sommaire:
Chapitre 1
Chapitre 2

------------------------------------------------------------------------------------------------
Je suis plus ou moins absente en ce moment, comme je l'explique ici! M'en voulez pas trop si je suis lente à répondre ou que j'oublie des choses, et n'hésitez pas à me rappeler à l'ordre si jamais, je ne mords pas Wink

Si vous voulez voir ce que j'ai écrit sur le forum, c'est ici! :)
Mes textes


Dernière édition par Tifani le Jeu 19 Avr - 18:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Flopostrophe
Créature du Nord à la force tranquille et à l'humour un peu absurde
avatar

Féminin Scorpion Messages : 547
Date d'inscription : 19/01/2017
Localisation : Sur le toit
Humeur : Le temps passe trop vite

MessageSujet: Re: [-12] Prisonniers   Mer 17 Jan - 13:50

Waah super! J'ai tout lu d'une traite (donc déso ce sera pas un commentaire détaillé --') et c'est franchement cool, c'est fluide, agréable à lire... J'espère que tu vas continuer, j'ai envie d'en savoir plus sur ces deux personnages, surtout sur l'homme avec ses chiens je dois dire :)

------------------------------------------------------------------------------------------------
“Chaque cerveau a son secret. Moi, c'est mon lit. Toi, c'est ton assiette. Mange avant de penser, ou tu penseras mal.”  - Timothée de Fombelle



Chasseresse de fautes  :superman:  Mon signe distinctif : §


Revenir en haut Aller en bas
Tifani
Commentatrice détaillée et pro du CC
Commentatrice détaillée et pro du CC
avatar

Féminin Poissons Messages : 185
Date d'inscription : 20/05/2015

MessageSujet: Re: [-12] Prisonniers   Mer 17 Jan - 23:12

Merci pour ton commentaire Flopostrophe, ça me fait plaisir que tu aies lu et apprécié! :)
J'ai encore un chapitre en réserve, que je vais poster demain, et après je verrai, peut être que je la continuerai dans les prochaines semaines! Après tout, l'histoire est relativement courte (5 chapitres peut être?), je dois pouvoir la terminer assez rapidement! :)

------------------------------------------------------------------------------------------------
Je suis plus ou moins absente en ce moment, comme je l'explique ici! M'en voulez pas trop si je suis lente à répondre ou que j'oublie des choses, et n'hésitez pas à me rappeler à l'ordre si jamais, je ne mords pas Wink

Si vous voulez voir ce que j'ai écrit sur le forum, c'est ici! :)
Mes textes
Revenir en haut Aller en bas
K
Emmerdeur officiel
avatar

Masculin Taureau Messages : 227
Date d'inscription : 13/11/2017

MessageSujet: Re: [-12] Prisonniers   Mar 10 Avr - 11:32

Bonjour Tifani. Je déterre ce vieux sujet car j'ai apprécié la lecture de ton texte et j'aimerai vraiment en connaître la suite. En espérant que ça te pousses à nous offrir la suite

@Tifani a écrit:
Quel ennui… Points de suspensions ? Je comprends que l'exclamation aurait paru trop expressif mais cette ouverture ne semble pas naturelle. Je l'aurai enlevé en fait. Le village était trop calme, comme d’habitude. Les gens qui passaient devant le jardin étaient toujours les mêmes, et j’avais tellement l’habitude de les voir que je savais exactement, à la minute près, l’heure à laquelle ils passaient. Il y a un problème de surutilisation de l'imparfait qui rend le tout un peu trop uniforme. C'était peut-être volontaire mais cela fait plus ressentir l'amateurisme que l'ennui. Carrément désespérant. Et là, on revient sur le problème de ponctuation. Le texte devrait s'étirer comme la pensée lente de la protagoniste. Cela pourrait se faire par des sauts de lignes ou une sur-utilisations des points de suspension "à la Phoe". J'aurai par ailleurs changé de paragraphe à ce moment, car la phrase suivante commence à traiter d'autres thèmes.
Comme d’habitude, mes parents m’avaient interdit de sortir sous prétexte que j’étais suffisamment sortie Répétition sortie - sugg partie prendre l’air pendant les heures de cours. J’aurais pu cesser de sécher les cours Répétition cours - sugg la classe, le lycée ? pour que cela change, mais je considérais que c’était à eux de changer leur attitude envers moi, pas le contraire. Pourquoi aurais-je fait un effort alors qu’eux n’en faisaient jamais pour moi ? Cette formulation fait très immature, c'est peut-être voulu mais ça n'aide pas l'identification.
La preuve, c’était encore ma sœur aînée qui me surveillait pour être sûre que je ne file pas en douce, faisant ses devoirs sur la table du jardin. Je pose çà là mais pour la suite du récit, il serait intéressant de faire un léger développement pour rendre plus facile la relation entre les deux soeurs, peut être écrire une mini-scène. Encore une fois, vu que tu parles d'ennui, n'aie pas peur de délayer un peu ton texte. Vu qu’il était absolument hors de question que je fasse les miens, je m’étais assise dans le jardin Répétition jardin - sugg sur la terrasse ?, m’amusant à regarder le paysage. Du moins s’ennuyant à regarder le paysage Répétition paysage - elle peut être voulue mais il faudrait dans ce cas insister sur le verbe ennuyer par une mise en italique aurait été plus juste, vu que la seule chose que je pouvais apercevoir d’ici, je le la chose, fem connaissais tellement par cœur que j’aurais pu le dessiner les yeux fermés. Au bout d’un moment, agacée de voir que ma sœur ne faisait même plus attention à moi, trop concentrée à résoudre des problèmes cette expression avec le pronom indéfini sonne mal : peut-être ses problèmes ou ses exercices, voir d'ennuyeux, d'horribles problèmes, je lui volai un stylo sous le nez. Toujours aucune réaction, à part un grognement qui me fit comprendre que j’avais intérêt à ne pas l’abîmer. J’eus soudain un grand sourire, ayant trouvé une idée qui ferait réagir à coup sûr ma sœur. Le stylo serait probablement fichu, mais peu importe, ce n’était pas le mien après tout. Je pris la mine du stylo Répétition stylo en triple exemplaires, et écrivis les mêmes lettres sur mon bras, jusqu’à ce que ma peau devienne rouge. Intriguée, ma sœur leva les yeux de ses cahiers, et pâlit quand elle comprit ce que je faisais. L’encre noire du stylo commençait à se teinter un peu de rouge Répétition rouge - sugg écarlate pour le premier, sous son regard effrayé :

Note le dialogue ci-dessous va bien, mais ne fonctionne pas totalement à cause d'un manque de caractérisation des perso (un build up plus long où l'on sent la tension monter entre les deux sœurs.
- Jo ! T’es folle ou quoi ? Arrête ça tout de suite ! s’écria-t-elle.
- Sinon quoi ? la provoquai-je en levant les yeux de mon bras. Attention à ne pas surutiliser les incises. Il ne faut les utiliser qu'avec parcimonie, quand on a une info pertinente, surtout quand on n'a que deux personnages.
- Sinon je préviens les parents et crois-moi, tu vas en entendre parler ! répliqua-t-elle en serrant les dents. Au contraire, il manque une info ici. Dit-elle ça en capitulant, en se rendant compte qu'elle n'a pas de moyen de pressions ou croit-elle en ce qu'elle dit ? ?
- M’en fiche, répondis-je avec mépris. Retourne plutôt jouer avec tes poupées !
- Même quand tu parles de manière correcte, c’est dingue à quel point on sent que t’en as rien à faire des autres !
- Et alors ?

La provocation avait fonctionné, je sentais qu’elle était sur le point de partir. Elle ne répondit pas, me dévisageant d’un air sombre. J'aurai échanger les deux phrases en parlant d'abord de la réaction, pour conclure sur la provocation. Attention cependant à la répétition de répondre Elle se reprit et tourna finalement les talons, s’engouffrant dans la maison.
Une fois qu’elle fut partie, je me frottai douloureusement le bras. Un peu radical, mais efficace. Ca marchait à tous les coups, même si j’aurais peut-être pu trouver un moyen un peu moins douloureux d’être remarquée. Mais bon, j’avais d’autres problèmes que celui-là pour le moment. Je savais parfaitement ce qui allait suivre. Mes parents allaient débouler, furieux, pour me punir encore. Quelle importance, j’étais déjà consignée jusqu’à l’année prochaine ! Cela ne ferait que quelques jours de plus. J’avais juste cassé un stylo et provoqué ma sœur, mais je savais qu’ils trouveraient un prétexte pour me prouver qu’ils avaient raison, et moi tort. C’était toujours comme ça, pourquoi cela changerait-il ? Là encore, fais gaffe à ton héroïne dont on a du mal à entrer en empathie. Nous sommes en focalisation interne, donc nous devons penser comme elle et croire qu'elle a raison, non la juger comme j'ai tendance à le faire durant ma lecture.
Un détail m’alarma soudain, et un sentiment de malaise m’envahit. Quelque chose n’allait pas. La voisine aurait dû passer depuis au moins trois bonnes minutes, et elle était de ceux qui sont toujours ponctuels, à la seconde près. Je l’avais même déjà vu attendre que l’aiguille de sa montre atteigne le douze avant de se rendre à un rendez-vous.
Alors que je me demandais si je devais essayer de prévenir mes parents, ou s’il valait mieux attendre que quelqu’un d’autre s’en rende compte, la raison de son retard apparut devant moi. Un inconnu, suivi de trois énormes chiens qui visiblement ne lui servaient pas seulement de compagnie. Les deux bergers allemand n’avaient pas l’air commode, et je n’aurais pas aimé me retrouver seule face à eux. Leur manière de se déplacer rapidement, reniflant et grondant en permanence, indiquait clairement à mes yeux qu’ils avaient été entraînés au combat plutôt qu’à ramener une balle. Par contre, le saint-bernard avait vraiment l’air d’un chien normal. Plus grand que les deux autres, il était surtout plus pataud, reniflant un peu partout et traînant, ralentissant son maître pressé.
Je reportais mon attention sur l’homme, intriguée. Il avait quelque-chose de louche, et pas seulement à cause de ses chiens, aussi dans ses vêtements, totalement noirs et déchirés par endroits, et dans sa façon de marcher. Il ne cessait de jeter des coups d’œil autour de lui, comme s’il avait peur d’être suivi. Un autre détail me frappa soudain, et je me figeai, pétrifiée par la peur. Une de ses mains était dans une poche, et je voyais dépasser une arme à feu, qu’il tenait fermement.
Alors que je m’apprêtais à ramper à reculons pour rejoindre le plus discrètement possible la maison, je vis le saint-bernard, pris d’une soudaine affection, sauter sur son maître. L’homme poussa un cri de surprise, et le repoussa brusquement, visiblement furieux, sans se rendre compte qu’il avait toujours l’arme en main. En retombant lourdement au sol, le chien appuya involontairement sur la détente du pistolet. Le bruit résonna aux alentours, et je sentis aussitôt une douleur atroce à la jambe. Il se figea, les yeux horrifiés lorsqu’il me vit et qu’il comprit ce qu’il venait involontairement de faire.
Pendant quelques secondes, nos regards se croisèrent, jusqu’à ce qu’il tourne les talons en entendant des cris. Les voisins. Alertés par la détonation, ils rappliquaient en masse. Enfin, une masse d’une dizaine de personnes au grand maximum. En bref, pas si effrayant que ça, mais de toute évidence, c’était suffisant pour l’homme. la gradation vers le banal marche super-bien, garde cette astuce :ok:
Mes parents ne tardèrent pas à débouler, mais pas du tout en colère. Terrifiés. Je ne les avais jamais vu comme ça, à vrai dire je ne pensais même pas qu’ils pouvaient ne serait-ce que s’inquiéter pour moi. Ils se précipitèrent sur moi, et mon père me prit dans ses bras pour m’emporter à la maison, en sécurité, alors que je ne courais aucun danger.
Tout le monde paniquait autour de moi, criait, passait des coups de fils, et je devinais que les ragots iraient encore plus vite aujourd’hui pour se propager dans tout le village. Je jetai un coup d’œil à ma jambe. Le trou dans mon jean ne venait que s’ajouter aux nombreux autres que j’avais fait moi-même, la seule différence c’était qu’on voyait le jean autour se colorer en rouge. Bizarrement, la douleur me paraissait à peine plus forte que celle causée par le stylo de ma sœur. Dans toute leur agitation, je me sentais sereine, comme si rien ne s’était passé. Une seule pensée me revenait sans cesse, me troublant : ils s’inquiétaient pour moi ?
Conclusion, dès que l'action commence, tu prends de l'assurance et c'est plus agréable.

Conclusion sur cette première scène, c'est pas mal. Oui, on aurait pu faire mieux mais c'est vraiment bien. Tu es cependant bloquée par ta narratrice. Il est très difficile de rendre les adolescents crédible sans être cruches en littérature (c'est pour çà que, même ado, je n'ai jamais pu commencer Eragon). Le seul moyen en fait, c'est de passer par les non-dits. Il faudrait sans doute allonger cette scène pour bien rendre la grande sœur exaspérante pour ta protagoniste, instiller une tension pour qu'on trouve le geste passablement stupide comme logique.
Revenir en haut Aller en bas
Tifani
Commentatrice détaillée et pro du CC
Commentatrice détaillée et pro du CC
avatar

Féminin Poissons Messages : 185
Date d'inscription : 20/05/2015

MessageSujet: Re: [-12] Prisonniers   Jeu 19 Avr - 18:30

Salut K, et merci, c'est toujours un plaisir d'avoir des commentaires de ta part! :)

J'ai tout lu, et je pense revoir en détail ce chapitre pour l'améliorer. Pour la petite histoire, cette nouvelle date d'il y a au moins 5 ans, et à l'époque j'avais le défaut de créer des personnages qui manquaient un peu de profondeur, et étaient trop caractérisés par leur but/trait principal. Ca se ressent clairement dans le texte, et c'est ce que je relève comme principal défaut: le personnage, son caractère et ses motivations sont trop peu clairs pour qu'on arrive à s'y identifier.
Il y a aussi beaucoup d'erreurs de répétition, mon style était assez pauvre à l'époque, et je te remercie d'avoir soulevé toutes les structures un peu bancales, ça m'aidera beaucoup pour la correction :)

Pour la réécriture, il me reste deux possibilités:
- je rends Jo vraiment immature, et donc j'amène le narrateur à la juger plutôt qu'à s'y identifier, et à prendre le récit plutôt comme une sorte de journal dans lequel il serait en train de fouiller; dans ce cas, je rendrai Jo attachante et compréhensible au fur et à mesure, alors qu'on la voit grandir et changer d'avis, au risque que ça reste bancal
- je rends Jo attachante et très compréhensible dès le début, au risque de lui retirer son côté "rebelle chieuse et bornée"; mais dans ce cas, le lecteur pourra s'identifier et suivre son évolution plus facilement
Les deux me paraissent équitablement intéressants, et je verrai lors de la réécriture ce qui semble le plus naturel pour moi.

Merci en tout cas pour la lecture, et de me rappeler un peu à l'ordre pour poster le deuxième chapitre! J'avais complètement oublié pour le coup x) Je le poste dans la foulée avant d'oublier à nouveau!

------------------------------------------------------------------------------------------------
Je suis plus ou moins absente en ce moment, comme je l'explique ici! M'en voulez pas trop si je suis lente à répondre ou que j'oublie des choses, et n'hésitez pas à me rappeler à l'ordre si jamais, je ne mords pas Wink

Si vous voulez voir ce que j'ai écrit sur le forum, c'est ici! :)
Mes textes
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [-12] Prisonniers   

Revenir en haut Aller en bas
 
[-12] Prisonniers
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Nouvelles-
Sauter vers: