Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chronochallenge n°105

Aller en bas 
AuteurMessage
Tiunterof
Gardien grincheux de la CB
avatar

Masculin Bélier Messages : 1849
Date d'inscription : 24/10/2012
Localisation : Sur la CB, comme toujours.
Humeur : sss

MessageSujet: Chronochallenge n°105   Sam 10 Fév 2018 - 21:37

Oups

- Ma vie d'escargot.

- Allez vous faire cuire le cul.

- Des crêpes.

- Vacances dans l'espace.

- Debout mes globules.

- Super naïf.

- Les coulisses du livre.

- Le cri des mouettes.
Revenir en haut Aller en bas
Kobial

avatar

Féminin Bélier Messages : 65
Date d'inscription : 11/11/2017
Localisation : Saint Dizier (52)

MessageSujet: Re: Chronochallenge n°105   Sam 10 Fév 2018 - 22:16

Voilà ma participation! Bonne lecture à toutes et à tous!







Le Baveux

Il est tard. Il fait nuit depuis longtemps maintenant. Cela fait une éternité que je marche mais je sais qu'au bout, il y a la victoire, le repos et le sommeil. Au bout de la rue, il y a un pont, et sous ce pont je serai à l'abri. En attendant, je marche. Mes pieds trainent sur le pavé que la pluie rend humide.
J'ai, sur mon dos, tout ce qui fait ma maison. Il y a une tente, un duvet, de quoi cuisiner. Il y a des journaux et des couvertures. Il y a aussi des souvenirs de famille, de ma vie d'avant. J'ai protégé tout cela avec des morceaux de sacs poubelle, pour éviter que l'eau n'entre dans mon bagage. Cela fait comme une mince coquille fragile, qui luit à la lumière des lampadaires.

Il est tard et pourtant je sens le regard des gens qui me suit, comme un être dégoûtant, difforme et différent. Il n'y a pas si longtemps, j'étais comme eux. Maintenant, courbé sous mon fardeau j'avance, et je tire ces regards derrière moi comme un long filet dégoulinant de mépris. Ce matin, comme tous les matins, je suis allé me mettre devant l'église et j'ai attendu, recroquevillé sous mes cartons. Ce soir, comme tous les soirs, je vais dormir sous le pont. Et ce trajet que chaque jour je fais laisse une trace informe sur le trottoir, un chemin que l'on pourrait suivre à l'oeil et que seule la pluie peut effacer. Ce soir, comme tous les soirs, j'ai bu beaucoup de bières, et je bégaie des balbutiements incohérents, en butant contre chaque caillou.

Il est tard, et enfin j'atteins mon objectif. Mes yeux fatigués scrutent la rue à la recherche d'éventuelles contractuelles. La pluie glacée me fouette le visage et je m'empresse de retourner à l'abri, sous le pont. J'y installe lentement ma tente. L'alcool rend mes gestes imprécis, et je divague en zigzag autour du réchaud à gaz et de mes couvertures. Lorsque je m'allonge, la tête cesse de me tourner. Il est l'heure de dormir. Ici, j'ai l'habitude de ceux qui viennent la nuit essayer de me voler mes affaires. Ils sont toujours à plusieurs, tirent sur mon sac à dos, essayent de me soulever de terre. Moi, je m'accroche toujours. C'est la raison pour laquelle je dors avec mon sac.

Il est tard, et je voudrais dormir, mais il y a le battement incessant de la pluie, la pluie qui ruisselle sous le pont, et vient tremper mes cartons. Je rampe pour me mettre au sec, tirant mon sac et mes couvertures. Il y a derrière moi une trace humide: je suis frigorifié. Allongé entre le mur et mon sac, j'essaie de me réchauffer, les mains enfouies sous mon blouson. Dans l'obscurité, je regarde un escargot s'éveiller, s'étirer et ramper le long du mur à la recherche de la pluie. Ah, il aime ça la pluie lui!
Je le décroche d'une main que l'alcool fait trembler, et je lui en veux d'être au sec dans sa coquille, d'aimer la pluie, le vent et la rosée. La colère me submerge, et je jette l'animal dans la rivière. Maintenant, finit les bêtises d'enfant. Je me colle un peu plus contre le mur. D'un geste des épaules, je remonte mon sac contre mon dos. Lorsque enfin le sommeil vient me prendre, enroulé sous mes couvertures et protégé par mon gros sac, je songe que sous ce pont humide il n'y avait pas assez de place pour nous deux.




------------------------------------------------------------------------------------------------
"Si tous nos amis se ressemblaient, on serait tous pareils"
>> Présentation <<

Par ici!:
 

Revenir en haut Aller en bas
Noctama-Sky

avatar

Masculin Balance Messages : 304
Date d'inscription : 09/11/2012
Localisation : Dans les rues de Novigrad
Humeur : HHHHYYYYPE !!!!!!!!!!!!!

MessageSujet: Re: Chronochallenge n°105   Sam 10 Fév 2018 - 22:28

Soudain, j'ai entendu les mouettes rirent sur la plage de sable blanc, entourée de vacanciers en train de bronzer l'épiderme avec les enfants nagent au bord de l'eau, un parfum de grillade emporté par les vents m'attirait vers les dunes ou une famille s'était installée, les rares pousses d'herbes pliant devant le souffle des vagues produisirent des battements réguliers comme une musique reposante.

je grimpe la pente et me retourne devant la mer bleu cristal, admirant l'horizon infini et plat, à coté de moi des linges accrochés par des pinces sur un fil prennent le vent sous des claquements vifs, puis la rafale change de direction et rapidement, des nuages d'orage arrivent à toute allure dans notre direction.

un bruit sourd résonne au loin et confirme les craintes que le soleil va disparaître sous les pluies diluviennes.
Les vêtements resteront encore pendus sous les eaux, laisser à leurs sorts par son malheureux propriétaire qui ne pourra que constater à l'accalmie.

------------------------------------------------------------------------------------------------
Je sais pas pourquoi je fais une signature je post rarement des trucs //SBAFF  

Dans ma folie perpétuel à l'interieur de la CB
Bumbleby GET HYPE


Urbosa <3

NEED ABS !!:
 

l'avenir est il un long passé ?


Dernière édition par Noctama-Sky le Sam 10 Fév 2018 - 22:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ouppo
Fou du roi
avatar

Masculin Lion Messages : 425
Date d'inscription : 04/01/2016

MessageSujet: Re: Chronochallenge n°105   Sam 10 Fév 2018 - 22:38

Des crêpes :

Jack était arrivé en retard, mais c'était la chandeleur et on lui avait pardonné, l'odeur sucrée et douce de la pâte à crêpe embaumait la maison et il s'était mis à table rapidement avec un grand sourire.

Jack : Alors ça va ?

Maman : Pas trop mal. Et toi chérie ? Ta copine ?

Jack souriant : Au top ! Et toi Allan, frérot, t'as 28 ans déjà, faudrait que tu te trouves une copine, non ?

Allan regarda son frère aîné, Jack avait les coudes sur la table et le regardait fixement. Le petit frère n'eut pas la force de fausourire

Allan : Ahaha. Oui, j'y penserais.

Le benjamin regarda son père en coin, il semblait si bienheureux, ses deux fils avec lui, il ne semblait pas remarquer la faute de Jack.

Allan : Attention à tes coudes, haha.

Jack : Oh, c'est bon, frangin. Commence pas.

Allan : Ahaha.

Jack : Bref, tu traînes toujours avec ton pote, là ? (sa bouche était pleine de crêpe)

Toujours rien, ni le père, ni la mère ne voyait rien. Lui on l'avait frappé pour ça, il s'en rappelait. Il se rappelait toujours de tout très bien, des injustices surtout. Jamais on n'avait levé la main sur le grand, sur lui si.

C'était du passé, maintenant, néanmoins, il fallait oublier. La famille était réunie, il devait sourire.

Jack : Ah bah enfin, tu souris.

Papa : C'est vrai ça, ça t'arraches pas la gueule de sourire, si ?

Allan : Non, papa, hahaha.

Le coup d'Allan se crispait au point de lui faire mal, mais personne ne le vit.

Jack : Ouais et donc, tu traînes toujours avec ta tapette ?

Allan : Jérémy ?

Jack : Le pédé', ouais.

Jack avait 25 ans, Allan en avait 17, mais il lui semblait que son frère n'aurait même pas dû sortir du collège.

Allan : Jérémy, est ce qu'il veut.

Jack : Me dit pas que tu es pédé' toi aussi ?

Le petit frère se tourna vers sa mère...

Vers son père...

La façon dont son frère parlait lui semblait tout à fait inapproprié, mais ses parents semblaient ne pas en tenir rigueur à l'aîné. Peut-être même qu'il l'approuvait.

Alors du haut de son mètre 60, le petit prit son frère par le col.

Retenant à peine sa respiration il déversa tout le vert de ses yeux dans la terre sienne de son frère.

Allan : Mais qu'est-ce que je t'ai fait, au juste ?

Il le lâcha, la porte s'ouvrit et se referma calmement, il n'était plus là.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chronochallenge n°105   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chronochallenge n°105
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Compétitions :: Défis :: Les chronochallenges-
Sauter vers: