Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chroniques de héros

Aller en bas 
AuteurMessage
Lame37

avatar

Masculin Vierge Messages : 622
Date d'inscription : 13/06/2016
Localisation : Perdu en rêverie et assez d'être seul
Humeur : Loup Aventurier de la Magie Éternelle

MessageSujet: Chroniques de héros   Mar 20 Mar 2018 - 13:25

Salut à toutes et à tous, pendant que le projet Heros Survivors avance doucement un autre projet est débuté. il va s'agir d'un recueil de nouvelle sur des "héros" développés ou pas du tout dans Genesis, mais présents; certains ont donc un rôle important dans l'histoire des Sentinels of Space et de leur successeurs.
J'espère que ce format vous plaira et que les différents récits et thématiques développés vous intéressera.
Merci de bien vouloir commenter et me dire ce qu'il convient d'améliorer, je retourne à la suite de mes deux projets.

Red aérien intégral
Journée Ordinaire ? (histoire pilote)
Red aérien 1/3
Red aérien 2/3
Suite et modifications en cours

Autres chroniques en préparation.

------------------------------------------------------------------------------------------------
Loup breton parmi les hommes. Poète, écrivain en herbe, critique amateur et rêveur-créateur de héros.

N'hésitez pas à jeter un coup d'œil à mes textes.

Entrez dans mon univers : Genesis HS & Dungeon of Legend terminés.

Shadows & Chroniques de héros en cours.

Commentaires de textes longs :
 


Dernière édition par Lame37 le Mer 18 Avr 2018 - 17:23, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lame37

avatar

Masculin Vierge Messages : 622
Date d'inscription : 13/06/2016
Localisation : Perdu en rêverie et assez d'être seul
Humeur : Loup Aventurier de la Magie Éternelle

MessageSujet: Re: Chroniques de héros   Mar 20 Mar 2018 - 13:40





Red aérien (1/3)

C'est toujours impressionnant quand on se découvre une nouvelle passion, un nouveau don, de nouvelles capacités. Certaines changent même à jamais le cours de votre vie. J'avoue que quand ça m'est arrivé, ça m'a surpris et tout m'a paru plus facile. Ah, il est un peu loin le tout jeune Hugo / "Poils de carotte".
Depuis tout petit, j'aimai les histoires de héros, justiciers, notamment celles où il était question de capacités hors du commun. Par-dessus tout, j'adorais rêver que j'étais capable de prouesses semblables et surtout de voler. Mais ce pouvoir, c'était comme si je savais que j'en était capable depuis longtemps et que je le retenais au fond de moi. À l'époque je n'était qu'un humain ordinaire, il me manquait juste un peu d'adrénaline pour réveiller mon potentiel.

Et c'est un ainsi à Strasb, alors que j'avais à peine quatorze ans, j'ai porté secours à une camarade de classe qui ne me laissait pas indifférent. Si ça avait été quelqu'un d'autre, j'y serais sûrement allé, mais le résultat n'aurait probablement pas été le même.
Est-ce que la chose qui sommeillait en moi se serait réveillée si les circonstances avaient été différentes ? Je l'ignore, mais je n'aurais pas laissé quelqu'un se faire maltraiter sous mes yeux. Et j'aurais fait quoi, si je n'avais été qu'un simple humain ? Parfois, je me le demande et j'envie la normalité.

Cependant, éveiller ce pouvoir avait eu pas mal de répercussions. Certains de mes camarades me craignaient, d'autres étaient jaloux et, ou m’idolâtraient. Qui savait de quoi j’étais vraiment capable ? J'aurais aimé redevenir normal, mais c'était fini et puis qui dit nouvelle vie, nouvel avenir. Mon futur au fil des années, ça a été de m'orienter vers le métier de pompier et surtout de passer du temps avec Sara. C'était la fille que j'avais sauvée le jour où j'avais découvert mes dons.
La vie réservait bien des surprises et avec le temps, on était devenus inséparables. Sara était ainsi passée en quelques années de camarade à bien plu. Quand à moi je m'étais rendu compte que je pouvais faire bien plus que simplement voler ou planer : je m'étais découvert d'autres capacités aériennes comme de la vitesse, de la force et des réflexes accrus.

En plus de sept ans, c'est fou ce que l'on peut changer, gagner, mais aussi et malheureusement perdre. J'avais des pouvoirs, des amis, une petite copine et un objectif : sauver des vies. J'étais donc devenu petit à petit un héros en tant qu'aspirant pompier, mais aussi la nuit où je m'étais fait connaître sous le nom de « Red-Bird ». Je portais dans ces moments là, une tenue intégrale de couleur rouge à la fois souple et résistante et qui possédait des ailes représentées sur les épaules et dans le dos.
C'était Sara qui avait trouvé le surnom, car seuls les oiseaux pouvaient vraiment voler et aussi en référence à un héros que j'appréciai et qui portait un nom d'oiseau. Ce clin d’œil à mon justicier favori et à mes affinités avec le vent était l'un des plus beaux cadeaux qu'elle pouvait m'offrir. Seulement la vie n'était pas toujours juste et devait suivre son cours. Et donc un jour était survenu un drame.

C'était un soir de novembre, j'avais rendez-vous chez Sara, car son père voulait s'entretenir avec moi sur la tournure de ma relation avec sa fille unique. Sara était presque la seule à connaître mon autre identité.
Cependant, cet homme que je respectais, était connu dans le pays en tant que monsieur F. Starik, un chercheur spécialisé dans l'étude du paranormal et autres phénomènes bizarres et, ou inexplicables. Avec son équipe, ils étaient sur le point de prouver l'existence des mutants humains. Il ne savait peut-être pas que j'en faisais partie, mais d'après Sara, il avait des soupçons.

La maison familiale était d'allure modeste et trônait dans la rue Sorki avec quelques immeubles aux environs et d'autres bicoques. Arrivé, je sonnai et Sara venait m'ouvrir. On ne se cachait pas et cela faisait plus d'un an qu'on était officiellement ensemble. Sur un signe de tête, je la suivais dans l'entrée qui menait vers le salon.
Dans toute la maison, on sentait que monsieur Starik, veuf n'était pas riche, mais pas pauvre non plus. Cependant, le mobilier ne m'intéressait guère. Une des fenêtres de la pièce n'avait pas les volets fermés et donnait vue sur la rue. Mr François Starik était dans un fauteuil et buvait un café. Lorsque je rentrai dans la pièce suivi timidement par Sara, le père posait sa tasse et se levait pour venir me serrer la main.

Une discussion sans importance s'engagea. Le sujet passionnant était l’existence d'êtres uniques, mutants et comment devait réagir la population quand elle apprendrait la nouvelle. Heureusement pendant ce dialogue qui tournait en rond, Sara était présente et cela me rassurait.
On était tous les trois bien habillés, mais la soirée s'éternisait est ma joie de retrouver Sara se perdait peu à peu. À un moment, je m'éclipsai pour satisfaire une envie et quand je sortis, Sara m'invita à la suivre dans la cuisine.

– Mon père est un peu ennuyant ce soir, tu ne trouves pas ? Me disait-elle doucement.

– Sauf ton respect, « un peu » est faible. On dirait que son boulot passe avant le bonheur de sa fille. Lui fait-je poliment remarquer.

– C'est vrai, mais il lui arrive de s'intéresser un peu à moi. Tu comptes lui dire ? Demandait t-elle calmement.

– Il sait que notre relation risque de durer, mais le vrai sujet c'est « R-B ». Je crois que je ferais mieux de lui révéler. Continuer de lui mentir ne serait peut-être pas bon pour nous deux. Répondais-je en comprenant où elle voulait en venir.

– Je suis contente qu'on soit sur la même longueur d'onde. Allez viens. Tu as raison, il doit savoir. Disait-elle en se dirigeant vers le couloir.

Nous retournions vers le salon quand soudain une vitre se brisa et une tasse éclata au sol. J’eus à peine le temps de voir une balle traversant à une vitesse folle la fenêtre pour finir sa course dans la tempe droite de monsieur Starik qui était accoudé à la lucarne.
Sara arrivait en sanglots près du corps demeurant sans réponse et gisant au sol. Elle criait, pleurait et m'en aurait sûrement voulu de n'avoir pu intervenir et empêcher l'inéluctable. Et surtout, j'aurais aimé l'aider à surmonter la dure épreuve qu'elle vivait alors.
Mais son père avait déjà quitté ce monde et moi, je me retrouvais dehors pour attraper le coupable. En moi, quelque chose réclamait vengeance et justice. Je ne pouvais rester, même si elle m'appelait « Hugo ?! ». Mon cœur était déchiré et je savais que plus rien ne serait comme avant.
Une fois à l'extérieur, je n'eus aucun mal à discerner grâce à la lumière des lampadaires, un fuyard s'échappant d'un immeuble en face de la maison.

La course-poursuite dans la nuit venteuse était de courte durée et le prétendu criminel intercepté et empoigné assez vite. J'avais eu le temps de mettre mon capuchon de justicier, j’étais donc anonyme. L'arrêté se débattait, clamait son innocence ; prétendait avoir été envoyé surveiller l'endroit et avoir été dupé. Alors pourquoi fuyait-il sinon ? Personne d'autre n'était sorti ; si ce n'était pas lui le responsable, alors qui ?
Au loin, les sirènes retentissaient, il se calmait un peu et sous une lumière vacillante, je voyais enfin son visage et je le reconnaissais. George, un vieux camarade qui jusque-là était bien sous tout rapport. Mais les apparences étaient parfois trompeuses. En silence, je le menais vers les voitures de police qui venaient d'arriver.

Déjà, une ambulance emportait monsieur Starik et je laissai George aux policiers, je chercherais des réponses plus tard. Avant de revoir Sara, j’avais pris un court instant pour revêtir ma tenue nocturne et ainsi réapparaître face à une compagne désemparée. Le soutien d'un héros ou d'un petit copain ne remplacerait jamais la perte d'un père. Je lui promettais que justice serait faite et que jamais plus elle n'aurait à pleurer de disparition soudaine.
Dans la foulée des jours suivants, les premières enquêtes indiquaient que le tir venait du dixième étage. Les empreintes de George sur le lieu et l'arme retrouvée à cet étage l'accusaient. Pour la police, George était donc le seul suspect et coupable. Cependant, pour moi le doute subsistai, car il s'agissait d'un vieil ami qui prétendait avoir été manipulé.

Pour lui, il n'avait pas tiré et le coup venait de deux étages au-dessus. Alors, si il n'y était peut-être pour rien, il demeurait en quelque sorte complice. J'aurai le fin mot de cette affaire, j'en faisais le serment. J'aurai la vérité, quoi qu'il m'en coûte, il en allait de mon honneur de protecteur.


Ancienne version:
 

------------------------------------------------------------------------------------------------
Loup breton parmi les hommes. Poète, écrivain en herbe, critique amateur et rêveur-créateur de héros.

N'hésitez pas à jeter un coup d'œil à mes textes.

Entrez dans mon univers : Genesis HS & Dungeon of Legend terminés.

Shadows & Chroniques de héros en cours.

Commentaires de textes longs :
 


Dernière édition par Lame37 le Mar 17 Avr 2018 - 0:07, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Flopostrophe

avatar

Féminin Scorpion Messages : 290
Date d'inscription : 19/01/2017
Localisation : Sur le toit
Humeur : Le temps passe trop vite

MessageSujet: Re: Chroniques de héros   Lun 9 Avr 2018 - 21:39

Salut Lame :) j'ai lu ta nouvelle, même si je n'ai pas suivi en détail l'aventure de tes héros. L'histoire que tu racontes ici m'a semblé agréable à lire, bien que légèrement clichée, je veux dire par là qu'il y a déjà beaucoup de récits qui racontent ce genre de péripéties. Mis à part ça, j'ai bien aimé. Le héros est gentil, et la fin donne envie de connaitre la suite, est-ce que son vieil ami est vraiment le coupable ou pas?...
Deux petites phrases à clarifier:
"Une des fenêtres de la pièce n'était pas volets fermés donnait vue sur la rue", alors là il faut que tu reformules, tu as dû être distrait, on ne comprend rien ^^
"En silence, je le mène les voitures de police qui viennent d'arriver." il y a ici un petit bug, tu voulais sûrement dire "En silence, je le mène aux voitures de police qui viennent d'arriver.".

Une dernière chose, si tu veux améliorer un peu plus ton texte, je te conseille de relire tout tes temps et conjugaisons et de décider si tu mets tout au présent ou tout au passé. La plupart me semble être au passé, donc relis bien et remets au passé ce qui est au présent. Attention, tu dois aussi choisir si tu écris au passé simple ou au passé composé "je suis devenu" ou "je devins" par exemple. Une fois que tu auras choisi un des deux, relis pour que tout soit conjugué de la même manière. Mais bon, ça ce n'est pas encore trop dérangeant, c'est surtout choisir présent ou passé qui me semble important :)

Voilà, cette fois je n'ai plus rien à dire, à part que j'aurais aimé plus de détail sur le moment de la découverte de ses pouvoirs, la première fois où il avait volé... Wink A part ça, je te souhaite bonne écriture et bonne continuation !! :D

------------------------------------------------------------------------------------------------
"Choisir, c'est marcher sur le cadavre de nombreux possibles" (Un de mes profs)
Les voies que nous ne choisissons pas sont les autres vies que nous ne connaîtrons jamais...


Chasseresse de fautes  :superman:  Mon signe distinctif : §


Revenir en haut Aller en bas
Lame37

avatar

Masculin Vierge Messages : 622
Date d'inscription : 13/06/2016
Localisation : Perdu en rêverie et assez d'être seul
Humeur : Loup Aventurier de la Magie Éternelle

MessageSujet: Re: Chroniques de héros   Lun 9 Avr 2018 - 22:17

Merci Flop, Je tiendrai compte de tes commentaires pour la relecture et la suite. Si tu veux vraiment connaître la découverte des pouvoir de Hugo/Red-Bird lit dont "Journée Ordinaire ?". J'y présente Hugo, Sarah et un peu leur monde.
A bientôt pour de nouvelles aventures.

PS : d'autres chroniques feront référence à des textes courts, que j'ai déjà écrit. Et il n'est pas nécessaire d'avoir lut  Genesis HS" pour comprendre. Même si un petit commentaire dessus me ferai plaisir.

------------------------------------------------------------------------------------------------
Loup breton parmi les hommes. Poète, écrivain en herbe, critique amateur et rêveur-créateur de héros.

N'hésitez pas à jeter un coup d'œil à mes textes.

Entrez dans mon univers : Genesis HS & Dungeon of Legend terminés.

Shadows & Chroniques de héros en cours.

Commentaires de textes longs :
 


Dernière édition par Lame37 le Dim 15 Avr 2018 - 20:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
La Lapine Cornue
Divine cerfette et ses lapins multicolores
avatar

Féminin Balance Messages : 5025
Date d'inscription : 17/05/2014
Localisation : Endormie dans un terrier de lapins.
Humeur : Lapinesque. (ça veut dire paisible et joyeuse)

MessageSujet: Re: Chroniques de héros   Dim 15 Avr 2018 - 17:34

BONJOUR :la:


Les commentaires : https://docs.google.com/document/d/1Ml0pYgOmaBJvIqUgFtYsCkl-vjKhQsPfitOJel-P9to/edit?usp=sharing


Bilan :-p

- pour le coup, y'a aussi du boulot à faire sur les dialogues mais pas pour les mêmes raisons qu'avec le loup et le vampire. Au contraire, tu les avais caractérisés grâce à leur façon de parler un peu aristocratique, un peu snob et littéraire. Alors qu'ici, tes deux personnages s'expriment sans états d'âmes, sans réaction particulière. Il faudrait que tu leur assignes un caractère (à chaque fois que tu crées un perso, faut faire ça, de toute manière), de préférence en t'inspirant de personnes réelles parce que c'est plus simple, et que tu fasses ressortir ce caractère dans les dialogues. Un perso peureux ou rebelle ne réagira pas de la même manière et ne parlera pas de la même manière. Joue sur ça et choisis un caractère pour chacun des deux, puis réécris le dialogue en conséquence et ils auront l'air plus réalistes :-p

- je l'ai dit en annotation mais des fois, quand tu exprimes un lien logique (genre cause, conséquence) tu rajoutes des adverbes (mais, alors, donc, etc) qui se contredisent parfois dans leur sens, et articules tes phrases bizarrement. Là je sais pas trop comment t'aider mais essaie de rester simple dans ces cas-là.


C'est un texte sympa, même si, comme l'a dit Flopi, on retrouve de nombreux clichés du héros tel qu'on les voit dans plein de films / BDs etc : le sauvetage pas prévu qui fait sortir ses pouvoirs endormis, le fait qu'il devient un héros pendant la nuit (au contraire, un héros qui refuse sa nature ou ses pouvoirs serait un sujet très intéressant et original à traiter), qui est foncièrement bon, et dont le père de la petite amie finit tué donc à lui de réparer les torts.
Cela dit, comme elle l'a dit aussi, on manque de détails ! :( On aimerait savoir comme s'est passé sa découverte des pouvoirs, c'était quoi ce sauvetage de Sarah quand il avait 14 ans, il s'est passé quoi ? Etc. À l'inverse, la scène du début avec le père et la conversation inintéressante et les autres détails n'est pas forcément très utile à détailler. Il faudrait, je pense, que tu isoles les éléments clés, les moments forts, et que tu nous décrives ceux-ci, en laissant les autres sous forme de résumés.


BREF continue d'écrire, et de créer des héros ! bravo

------------------------------------------------------------------------------------------------
Je sais ce que je suis. Et je sais ce que je ne suis pas.
:corn3:
Je suis un chaos de rêves et de couleurs,
je suis un Cerf divin chimérique,
je suis une lapine en chocolat aux larmes caramel.
Et toi, qui es-tu ?

Fais un pas vers moi, j'en ferai un vers toi. Et peut-être un jour serons-nous face à face...

***
Cap' d'aller lire ?

→ Venez fouiller dans mes écrits... Y'en a pour tous les goûts ! :corn2:

.[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Lame37

avatar

Masculin Vierge Messages : 622
Date d'inscription : 13/06/2016
Localisation : Perdu en rêverie et assez d'être seul
Humeur : Loup Aventurier de la Magie Éternelle

MessageSujet: Re: Chroniques de héros   Dim 15 Avr 2018 - 19:59

Au cas où certains n'auraient pas fait le lien. Le texte pilote à "Red Aérien" est "Journée ordinaire ?" disponible dans mes textes courts. Si une autre chronique reprend le sujet d'un de mes textes courts je veillerai à l'indiquer en début pour les prochaines fois. Veuillez m'excuser je pensai que c'était évident vu les références. Je vais en rajouter dans la suite.

------------------------------------------------------------------------------------------------
Loup breton parmi les hommes. Poète, écrivain en herbe, critique amateur et rêveur-créateur de héros.

N'hésitez pas à jeter un coup d'œil à mes textes.

Entrez dans mon univers : Genesis HS & Dungeon of Legend terminés.

Shadows & Chroniques de héros en cours.

Commentaires de textes longs :
 
Revenir en haut Aller en bas
Lame37

avatar

Masculin Vierge Messages : 622
Date d'inscription : 13/06/2016
Localisation : Perdu en rêverie et assez d'être seul
Humeur : Loup Aventurier de la Magie Éternelle

MessageSujet: Re: Chroniques de héros   Mer 18 Avr 2018 - 17:23

Nouvelle partie d'une chronique qui devait à la base n'en contenir que deux. Bonne lecture et à plus ici ou ailleurs.




Red aérien (2/3)

Sara est demeurée aussi troublée que moi lorsqu'elle apprit la nouvelle. Pourquoi George a t'il commit le meurtre et pour le compte de qui ? Et en admettant que ce ne soit pas lui, qui est le vrai coupable et quel est son intérêt ? De plus, j'ai appris que d'autres scientifiques et personnalités, « cerveaux » ont été eux aussi des cibles. Qui est derrière tout ça et à quoi cela l'avance t'il ?

Sara ne m'en veut pas de n'avoir pu empêcher la balle d'atteindre son père.  J'aurais peut-être pu l'arrêter si j'avais été plus vigilant et rapide. J'ai encore le remords de n'avoir été qu'un citoyen lambda à ce moment. En effet, je limite malgré moi, mes pouvoirs en public car j'aime les journées ordinaires.
J'ai de la chance d'avoir Sara à mes côtés, car avec le temps elle s'est affirmé et s'est embellie. Elle a toujours des cheveux longs châtains et des yeux marrons orangés ; elle est jolie dans son style femme qui se contrefiche des stéréotypes. De silhouette normale et un peu attirante sans exagération, elle a su rester presque la même depuis qu'on se connaît. Si je la perdais d'une quelconque façon, je m'en voudrais pendant longtemps.
Elle s'est orientée vers une profession de chercheuse dans le même domaine que feu monsieur F. Starik avec une approche plus scientifique du paranormal et d'autres phénomènes inexpliqués. La disparition de son seul parent est lourd pour elle. Sans moi avec elle, tenir le coup aurait été dur. 

George est un vieil ami qui s'est orienté vers le métier d'informaticien plutôt respectable. Je le vois mal faire un délit de l'ampleur pour lequel il est accusé. J'ai obtenu autorisation que Red-Bird puisse l'interroger et peut-être tirer des informations supplémentaires. George Skin, demeure le seul suspect et aussi un témoin important. Il a des cheveux hirsutes bruns et des yeux presque entièrement noirs ; il est de stature un peu maigre et négligé. Il porte de sobres habits de citadin et son air de « monsieur tout le monde » montre qu'il n'a rien du profil d'un tueur.
La police reste septique et persuadée d'avoir arrêté la bonne personne. Cependant, pour moi, le doute et l'erreur existent. Mon vieil ami n'est pas très loquasse envers l'autorité, je sens qu'il va falloir que le mette en confiance. Et peut-être aussi lui révéler mon secret, si je désire en savoir plus sur les raisons de sa présence sur le lieu du crime. Ainsi au moins deux personnes seront au courant de qui je suis réellement et ce sera le prix pour certaines réponses.

Ceux qui l'ont interrogé jusqu'ici sont formels. Jamais ils n'ont vu quelqu'un clamer aussi longtemps son innocence. Tout l'inculpe et pourtant, il reste certain de sa non-culpabilité. J'entre dans la salle, mon costume rouge couvre la quasi-totalité de mon corps et de mes cheveux courts roux ne laissant paraître que mes yeux verts à travers le masque et mes quelques muscles.
Derrière la vitre sans teint de la salle, se trouvent Sara, le commissaire et quelques policiers. Eux aussi veulent des réponses. La discussion entre Red-Bird et George tourne court et n'apporte rien de plus que ce que les preuves semblent affirmer. Pour lui, elles sont erronées et les données des appareils électroniques et informatiques sont faussées. Il est selon lui facile pour n'importe quel bon hacker de pirater le système et de l'accuser plutôt qu'un autre.

Il est donc persuadé de ce qu'il avance même s'il ne peut le prouver. Quelques coups à la vitre m'indiquent qu'à l'extérieur, ils s'impatientent s'impatientent. J'ignore ce que pense Sara, mais une chose est sûre l'incertitude et la peur de la vérité doivent la mettre mal à l'aise. 
À force de recevoir toujours le même argumentaire pour amener à une seule conclusion (la sienne), je décide de m'approcher près de lui. Toujours en tant que R-B, je lui dis simplement à voix basse « Je suis Hugo ». 
Par la suite, je m'écarte et recommence à le fixer. Il semble étonné et surpris de la nouvelle. Pendant près d'une minute qui parait une éternité, je le sens dubitatif. Que dire, que croire ? Et enfin, sur un air de pitié, il révèle une nouvelle partie de sa vérité à laquelle je répond froidement pour éviter tous soupçons.

– Je suis innocent, je le jure. Je ne sais qui a tiré, mais j'ai le numéro de la personne qui m'a contacté pour me tenir sur les lieux. Je ne savais pas, il y avait des amis à moi avec la victime. Pourquoi aurais-je fait une chose pareille ?

– Tous t'accuse et ce n'est que maintenant que tu dévoiles ta version des faits. J'ai dû mal à te croire, mais je vais tout de même appeler l'individu que tu insinues t'avoir piéger. Cependant, je ne te promets rien et la police entendra tout. Maintenant que tu sais la vérité, ne me ment pas !

– Je fais confiance à votre jugement, qui que vous soyez. Mais croyez-moi, le vrai coupable et, ou le commanditaire sera de l'autre côté du fil.

J'espère qu'il a raison et sans un mot je quitte la pièce pour aller passer ce coup de téléphone sur écoute. Sara demeure dubitative, elle veut croire ce qu'elle vient d'entendre. Mais ce ne sont que des paroles, où sont les preuves ? 
Les spécialistes préparent le matériel avec l'autorisation du commissaire. Celui-ci n'est pas très motivé par la proposition de George et trouve suspect que R-B lui face confiance. Mais peu m'importe, que les autorités soient au courant de mes contacts avec des civils du moment que ma vie privé et mon identité ne sont pas en danger.

Tout est en place, le système d'écoute est mis en marche, les spécialistes sont en position. Sara est partie s’asseoir dans un coin, mais garde un œil sur moi. Je compose donc le numéro donné et tombe sur une voix teintée de folie d'homme ricanant. 
On me fait signe que tout fonctionne, je peux engager la conversation avec l'étrange interlocuteur. Il ne semble pas surpris de l'appel et entame la discussion tout en renforçant son côté énigmatique et un peu fou.

– Monsieur Red-Bird, je suis content qu'on se parle enfin. Je serais ravi de vous rencontrer en vrai, mais je pense que vous avez des questions pour moi. Qui suis-je et qui a tué monsieur Starik et ses collègues, compatriotes ? La réponse est pourtant simple, moi et personne. Appelez-moi « Hack-man », mais sachez aussi que selon ma volonté n'importe qui peut être accusé de ces meurtres. Votre ami George n'est donc pas le seul successible d'être arrêté. D'autres l'ont déjà précédé ou vont le suivre. Et puis tant que j'y suis, qui m'empêche de vous faire porter le chapeau cher H...

– Je vous interdis ! De quel droit vous autorisez ce privilège. En plus de reconnaître et d'avouer être le meurtrier, vous osez nous porter atteinte. En moins de deux, je vous ferais ravaler vos paroles quand je vous aurais en face de moi.

– Ah ! Ah ! Qui ne connaît pas Red-Bird, le justicier nocturne discret et vif comme le vent. Ne vous inquiétez pas pour votre secret. Personne ne le saura, pas même la police qui soi-disant nous écoute. Les données sont tellement des choses fragiles que je pourrais en faire ce que bon me semble pour mon simple plaisir de contrôler toute situation. Ce que je vous dis, je peux faire en sorte que seul nous deux puissions l'entendre.

– Si tout vous arrange, alors pourquoi vous cacher. Fixez un lieu et on verra qui est le plus malin. Vous devrez payer.

– Oh, mais je ne me cache pas derrière un masque. Je n'en attendais pas moins, j'accepte votre défi. Accrochez-vous ça va secouer !
Le contact se rompt, je me retourne et regarde l'assistance. Les « témoins » sont comme immobiles et là devant moi, se tient un être encapuchonné avec un sweat gris et un jean délavé. À peine, je le vois qu'il se jette sur moi. Je n'ai pas le temps de réagir que je me retrouve dans la rue Sorki. Je ne comprends pas comment j'ai pu traverser près de cinq cents mètres en juste une seconde. L'étranger est debout et moi, je suis à genoux et je me tords de douleur.

– Incroyable, non ! Excusez l'arrivé ça fait toujours ça la première fois quand je transfère quelqu'un. Enfin, nous sommes face à face. Ah, Ah, je vous donne deux tentatives, vies pour m'avoir.

Il abaisse sa capuche et j'aperçois un visage plutôt mince reposant sur un corps de jeune athlétique. Il est brun et ses yeux brillent d'une lumière rougeâtre. 

– Voyons qui maîtrise mieux son pouvoir. Quel mutant mérite la victoire ? L'humanité doit-elle rester dans l'ignorance de notre existence ?

Je n'ai pas le temps de répondre qu'en un éclair, il parcourt les quelques mètres qui nous séparent. Il tente de m'asséner un coup-de-poing au torse. Je pare de justesse et tente de riposter rapidement avec un enchaînement. Malheureusement, il a l'avantage et je frappe dans le vide. Cette fois, c'est un coup de pied qui m'arrive et je ne peux rien y faire. Mon foie est touché, une paume de main vive me projette et je me roule sur le sol sous le choc. 
Je suis impuissant, mais je me relève. En colère, je sens les éléments qui se déchaînent et l'adrénaline monter. Je ne le vois qu'une fraction, il est déjà derrière moi et le tranchant de sa main droite atteint ma nuque. En sombrant dans l'obscurité je l'entends murmurer tout en ricanant : « Je m’attendais à mieux, peut-être au deuxième round si vous parvenez à revenir. Ah, Ah ! »

Ma tête, je dois me relever. Je ne sais par quel miracle, mais je le jure, je trouverai la force, le courage de l’arrêter et à libérer Georges. La vérité sera connue par tous les moyens, j'en fais le serment. Sara aura son père vengé et justice sera faite !


------------------------------------------------------------------------------------------------
Loup breton parmi les hommes. Poète, écrivain en herbe, critique amateur et rêveur-créateur de héros.

N'hésitez pas à jeter un coup d'œil à mes textes.

Entrez dans mon univers : Genesis HS & Dungeon of Legend terminés.

Shadows & Chroniques de héros en cours.

Commentaires de textes longs :
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chroniques de héros   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chroniques de héros
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Nouvelles-
Sauter vers: