Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chronochallenge n°121

Aller en bas 
AuteurMessage
Tiunterof
Gardien grincheux de la CB
avatar

Masculin Bélier Messages : 1849
Date d'inscription : 24/10/2012
Localisation : Sur la CB, comme toujours.
Humeur : sss

MessageSujet: Chronochallenge n°121   Sam 7 Avr - 21:40

Allez hop :

- Nous partons en voyage.

- Plonger dans la folie.

- Je veux un homme qui me regarde comme moi je regarde cette pizza.

- Le roi et le lion.

- S'abandonner au feu.

- La dernière reine des îles.

- Doyens.

- Sur un air de piano.

- Je ne reviendrai plus jamais.

- Demain tout commence.
Revenir en haut Aller en bas
Ouppo
Fou du roi
avatar

Masculin Lion Messages : 433
Date d'inscription : 04/01/2016

MessageSujet: Re: Chronochallenge n°121   Sam 7 Avr - 22:13

Demain tout commence :

Tic

Les oiseaux criaient leur désir sexuel sur tous les toits, et des ahuris prenaient le temps de trouver ça beau.

Tac

J'avais jusqu'à demain pour déclencher une apocalypse sur cette planète, c'est du jamais vu. Il faut en temps normal une centaine de personne et 30 ans, au moins.

Je viens d'arriver aujourd'hui.

Tic

Et va y, j'ai pas d'idée !

Tac

-Bonjour monsieur, est-ce que je peux vous intéresser avec...

-Putain, ferme ta gueule, Séverine !

J'ai merdé. Le chef aime pas qu'on merde.

-Mais, comment connaissez-vous mon nom ? me sort la connasse.

Bon...

Tic

Oh putain ! J'ai une idée !

-Séverine, ferme-ta gueule. Voilà, ferme ta gueule et regarde, c'est un pot de Nutella infini. Tu aimes le Nutella, hein. Et bien ce pot peut en produire à l'infini, gratuitement. Voilà, prend ce pot et casse-toi.

Tac

Le lendemain une troisième guerre mondiale éclata.

Revenir en haut Aller en bas
A
Emmerdeur officiel
avatar

Masculin Taureau Messages : 195
Date d'inscription : 13/11/2017

MessageSujet: Re: Chronochallenge n°121   Sam 7 Avr - 22:16

Plongée dans la Folie

En vue d’aider les nouveaux citoyens à s’intégrer dans son bon pays, l’Administration de la Sokhovie vous présente son service d’aide pour déterminer la folie de quelqu’un.
Pour les contacter, merci de remplir le formulaire A24 sur le site suivant : sncf.fr

Ensuite suivre le raisonnement suivant :
En considérant la folie comme l’inverse de la raison, d’écrire ce qu’est la raison. Par exemple, il est raisonnable d’avoir élu notre président K pour la 9ème fois d’affilé en obtenant plus de 105% des suffrages exprimés.
Par simplification, on en conclut que K est la raison.
K aimant Mr O, et l’amour étant folie. Mr O doit être fou car la folie ne peut venir de K (voir étape précédente du raisonnement)
O raconte beaucoup d’Histoire, les Histoires d’O sont invraisemblables.
Les Histoires d’O parlant de Sexe, le sexe est insensé.
Son auteur doit donc être exécuté.
Pauline Réage étant déjà morte, on conclut qu’il est impossible de tuer la source de la folie. Théorème dit du déjà mort (pour les personnes n’ayant pas compris cette partie du raisonnement, merci de ne pas taper Histoire d’O sur le réseau internet non censuré et non contrôlé par l’équipe technique de la Sokhovie).
Si on ne peut pas prendre le problème en Amont, on doit le prendre en Aval.
Conclusion partielle : il est hélas impossible de régler la folie à moins de trois personnes pour pouvoir effectuer les opérations suivantes : prendre et avaler.
Mais comme ses opérations sont insensés, leurs auteurs doivent être exécutés.
Et par corolaire, toute personne cherchant à combattre la folie sera exécuté.
K était la raison, et la folie inverse de raison, K définit donc ce qui est folie.
Dans le doute, honorez votre leader suprême.

Une fois cette opération faite, merci d’apporter les pièces suivantes :
Document d’identité, formulaire prouvant votre santé mentale, 3 photos d’identité au format 3:1415 en souriant autant que quand vous voyez un membre de notre administration (on ne doit pas voir les dents) un poème en vogon, le formulaire A24 dument remplie ainsi qu’un chèque bancaire de 174 € pour payer la procédure à l’ordre du Service de Recherche du Mouvement Perpétuel par Contenant Aqueux Effectuant un Mouvement de Rotation Circulaire. (Dans sa grande mansuétude, l’ajout 24-12 de l’article 1618 du Code Administratif Sokhovien permet aux Suisses trouvant les chèques obsolètes de payer en lingots).

Gloire à notre leader
Revenir en haut Aller en bas
Arwen
Commentateur sérieux
Commentateur sérieux
avatar

Masculin Bélier Messages : 135
Date d'inscription : 05/03/2018

MessageSujet: Re: Chronochallenge n°121   Sam 7 Avr - 22:25

La dernière reines des îles


Du bout des doigts elle caressa l’accoudoir du trône royal. Le droit. Celui où son enfant venait s’appuyer, les yeux pétillants, pour lui demander de jouer avec lui. Elle effleura de l’index, la marque fine dans le bois massif. Ce jour-là, Kyrian, trop excité à l’idée de lui montrer sa nouvelle dague, avait trébuché et l’arme s’était figée dans le siège. Si elle avait eu peur sur le coup, elle donnerait n’importe quoi pour revivre ce moment. D’un geste digne, elle chassa les larmes qui perlaient au coin de ses yeux.

Elle leva le regard. La salle était immense, mais vide. Autrefois on y faisait la fête, les banquets rivalisaient de goût et de couleur et les gens dansaient tard jusqu’au soleil levant. Lentement, elle descendit les trois marches de l’estrade royal, sa longue robe turquoise glissant sans un bruit sur le sol marbré. Elle recoiffa une dernière fois ses cheveux tressés, haussant la tête, le regard droit.

Ses pas résonnèrent, amplifiés par la roche dense et dure. Les grandes portes de bois se rapprochaient et elle put y lire le mot d’ordre du royaume des îles : « A la mer appartiennent les hommes ». Elle sourit au souvenir de son mari criant ces mots depuis le balcon du palais. Il avait réussi à s’imposer lors de la Grande Révolution et avait puisé sa force dans l’océan. Il n’avait pas fallu longtemps au peuple des îles pour comprendre tout l’intérêt de vénérer la mer.

Les îles étaient devenues, en peu de temps, un paradis. Des ressources à profusion et un royaume en paix, voilà ce que les hommes avaient gagné lors de la Révolution. Un endroit sur terre où il faisait bon vivre, séparé du reste du monde par un océan protecteur. Pourtant, aujourd’hui, plus un seul habitant ne peuplait les îles. La reine serra le poing en approchant des lourdes portes de bois. La cupidité avait emporté les siens. L’or avait fait son apparition lorsque la couronne avait autorisé les marchands étrangers à commercer dans les îles. Si en peu de temps la paix s’était installé, il n’avait pas fallu beaucoup plus pour que la guerre ravage tout.

Le soleil l’aveugla quelques instants quand elle avança sur le sol rocailleux, au pied du palais. Son regard se porta vers la ville en contrebas. Si le château était construit sur les hauteurs, en bord de falaise, la ville, elle, s’étendait au bord de l’océan. Elle se souvint des grandes tours, des clochers rivalisant de grandeur et des parcs en fleur. Jamais le port ne s’endormait, toujours des navires accostaient. Et par la suite, le marché reprenait vie, les étales poussant comme des champignons sous la rosée et les gens affluaient.

Aujourd’hui plus un seul cri ne montait de la ville. Seule la fumée noirâtre grimpait vers les cieux. Plus aucunes tours ne tenaient debout, seules des ruines bordaient la mer. Plus rien ne poussait, détruit par la noirceur du cœur des hommes. Même la mer avait perdu sa teinte turquoise. Elle oscillait entre le noir et le gris. Malade.

La reine écarta les bras. Elle sentit le vent jouer dans ses cheveux et l’air l’entourant tout entière. Quelques pas supplémentaires et les effluves marines lui montèrent au nez. Une larme coula. Attrapée rapidement par une bourrasque, elle s’envola. Ce fut le signe. La reine sauta. Vers l’avant, les bras écartés, le cœur ouvert.

Ainsi la Reine des îles offrit son âme à la mer, espérant que cette dernière pardonne son peuple. « A la mer appartienne les hommes »

Revenir en haut Aller en bas
Flopostrophe
Créature du Nord à la force tranquille et à l'humour un peu absurde
avatar

Féminin Scorpion Messages : 431
Date d'inscription : 19/01/2017
Localisation : Sur le toit
Humeur : Le temps passe trop vite

MessageSujet: Re: Chronochallenge n°121   Sam 7 Avr - 22:37

Voilà, j'ai pris ma décision: je vais partir en voyage. Mais pas n'importe quel voyage. Un voyage vers "on ne sait pas où", vous voyez? Moi ma maman m'a dit que je ne pouvais pas partir d'ici tant que je n'avais pas rangé ma chambre. Han, bah moi je ne vais pas obéir, parce que, de un, ma chambre est très bien rangée, de deux, je n'ai pas envie de la ranger. Puis en plus, il fait beau dehors. Il va bientôt faire noir, mais ça me donne une chouette sensation en moi de sortir seul quand il fait noir. Je ne sais pas si vous pouvez imaginer cette sensation, c'est quelque chose qui fait peur et sourire en même temps. Moi j'aime bien. Alors, c'est facile parce que ma chambre est au premier étage et ma fenêtre donne sur le jardin. L'été, on installe une tonnelle sur la terrasse. Et vous l'avez deviné, elle est juste en dessous de ma fenêtre. Facile, moi je suis très fort et en même temps assez léger pour ne pas déchirer la toile. Maman ne m'a jamais vu faire, ouf que je dis toujours.

Pour mon voyage, je prévois quelques affaires: un crayon et mon carnet d'aventurier pour si je trouve un message à décoder ou si je dois écrire un plaque de voiture suspecte, mes jumelles couleur kaki pour voir loin (ça vous le savez je sais, mais en vrai ça peut servir aussi pour regarder la télé des voisins), mon lance-pierre pour tuer les intrus, et ma carte du monde dessinée par mes soins, pour ne pas me perdre (pour l'instant je n'ai dessiné que le jardin, mais il est très détaillé et maman a dit que j'étais un artiste accompli, et ça c'est cool même si je ne sais pas ce que veut dire accompli).

Mon sac à dos tortue ninja sur le dos, me voilà prêt à affronter les monstres de la nuit. Je m'assieds sur le rebord de la fenêtre et respire l'odeur de l'été, parce que toutes les saisons ont leur propre odeur, je ne sais pas si vous le saviez. L'été est mon odeur préférée. J'écris dans mon carnet la température qu'il fait environ et l'emplacement de la lune, parce que je ne sais pas, ce sera peut-être utile. Elle se situe à ma droite au dessus du grand sapin du fond du jardin. D'ailleurs, je décide que c'est là que je vais me rendre en premier lieu afin d'observer mon itinéraire de plus haut. Pour un aventurier, il est important d'établir un plan précis, retenez bien ça. L'épreuve sera de ne pas me faire repérer par maman qui se trouve sûrement dans la cuisine à faire la vaisselle. Si je ne devais pas partir, j'irais faire des grosses bulles avec mes mains grâce au savon de vaisselle, vous avez déjà essayé, une énorme bulle entre vos doigts? C'est géant. Bref. Je ne peux pas. Je dois partir à l'aventure car le devoir m'appelle, mes amis. Je m'élance sur la tonnelle et saute à terre avec la souplesse et l'élégance d'un félin.

Comme je suis pieds nus, je sens l'herbe froide sous mes pieds et cette sensation me fait sourire parce que ça me rappelle la fois où papa et moi on jouait à s'arroser en short dans l'herbe pour rire. On remplissait des petits seaux et on essayait de les vider sur l'autre. Papa était plus grand que moi donc c'était la triche. Mais je rigolais presque à en faire pipi dans mon short.

Je rampe sur l'herbe comme un lézard en chantonnant la chanson de James Bond, parce que je sais que maman n'entend pas de l'intérieur de la maison et que ça me met dans l'ambiance. Parce que vous savez, pour réussir le voyage, il faut être dans l'ambiance à fond. Moi je ne pars pas en voyage sans plonger dans l'ambiance à fond. Vous devriez faire pareil.

Soudain, j'entends la porte de la maison s'ouvrir. Je ne peux pas tourner la tête pour regarder, mais j'entends maman s'avancer sur le bord de la terrasse sans rien dire. Moi je ne bouge plus d'un poil évidemment, j'attends patiemment que la guêpe s'en aille, c'est la meilleure des solutions dans une telle situation. Elle marche d'un pas lent jusque l'herbe, puis jusqu'à moi, et s'arrête juste en face de ma tête. Je soulève alors la tête vers elle et lui souris. Elle me sourit aussi.
"Très bien, tu rangeras ta chambre demain. Viens te coucher mon ange, tu continueras ton voyage dans tes rêves."
Je la suis dans la cuisine et nous faisons une grande bulle, puis je saute dans mon lit en laissant la fenêtre grande ouverte. Une fois sûr d'être bien seul, je note dans mon carnet: "Voyage de 20 heures échoué, prochain départ ce soir à minuit!"

------------------------------------------------------------------------------------------------
“Chaque cerveau a son secret. Moi, c'est mon lit. Toi, c'est ton assiette. Mange avant de penser, ou tu penseras mal.”  - Timothée de Fombelle



Chasseresse de fautes  :superman:  Mon signe distinctif : §


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chronochallenge n°121   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chronochallenge n°121
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Défis et Concours :: Les chronochallenges-
Sauter vers: