Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un ascenseur pour voyager

Aller en bas 
AuteurMessage
Lame37

avatar

Masculin Vierge Messages : 708
Date d'inscription : 13/06/2016
Localisation : Perdu en rêverie et assez d'être seul
Humeur : Loup Aventurier de la Magie Éternelle

MessageSujet: Un ascenseur pour voyager   Dim 8 Avr - 15:39

Un ascenseur pour voyager (thème : immeuble de l'enfer, JDR)

Il voulait rentrer tranquillement chez lui comme tous les soirs et là tout d'un coup un immeuble de dix étages surgit de nulle part. Une sensation étrange d'aventure et de curiosité submergea alors l'humain. Trinito, tel était son nom n'allait laisser passer ça. L'aventure appelle avant tout son âme de pistolero futuriste. Il réajusta alors son chapeau et ses lunettes spéciales et pénétra à l'intérieur. À ce moment-là, une porte d'ascenseur s'ouvrit comme pour l'inviter à commencer le voyage.

Premier voyage : Étage 6, une rue pavée ; l’ascenseur devient noir puis rouge et pendant un tour l'intégralité de la vision se fait dans les tons rouges.

La cage d’ascenseur le mena dans une rue un peu silencieuse. Trinito sur ses gardes prépara son revolver à sept balles pour en cas de besoin se défendre. Il se parle à lui-même de ses observations.

– Voyons voir les alentours, ma vision normale est troublée. Heureusement, mes lunettes me permettent de mieux voir.

Il fait nuit et il n'y a pas l'air d'y avoir âme qui vive. Il s'agit d'une rue style années deux-mille dix. Les éperons et le poncho du « cow-boy » claquent dans le vent et la ruelle.

– On sent que le monde robotisé-techno n'est pas encore d'actualité ici. Tiens de la musique par là, approchons doucement.

Il avance donc et trouve enfin un peu de lumière : un bar nocturne avec un juke-box automatique reconnaissable à sa sonorité. Il s'approche du bâtiment et en observe l'intérieur tout restant dehors. Soudain, quelque chose le rappellle et le ramène vers l'ascenseur. Il fait donc demi-tour un peu penaud de ne pas pouvoir explorer plus la rue.

Deuxième voyage : Étage 3, un désert ; vision normale sans accident.

Il sort de l'ascenseur et voit du sable à perte de vue.

– On dirait que je suis au pays de l'Ouest. Chouette, j'ai toujours voulu y faire un tour. Hum, ça grouille ici et je n'ai guère de réserve d'eau et nourriture sur moi. Je ne m’attendais pas vraiment à voyager.

Il surveille les animaux présents, pas de scorpion ou de vautour et les quelques serpents n'ont pas l'air dangereux.

– On ne sait jamais, je vais rester calme, pas de geste brusque, soyons prudent. Je vais essayer doucement de faire marche arrière vers mon point de départ.

Il appuie sur le bouton pour ouvrir la porte sans succès, l'ascenseur met du temps à venir. Mais il ne se décourage pas et tente d'éloigner les animaux trop curieux. Heureusement pour l'instant, il n'a pas à faire usage de ses précieuses munitions. L'ascenseur arrive enfin et il se sauve de ce monde sablonneux.

– Qui sait où il va arriver la prochaine fois ? Voyons où cela m’emmène.

Troisième voyage : Étage 4, un palier d’immeuble tout simple ; il se ne passe rien dans l’ascenseur.

Trinito découvre un endroit plutôt paisible.

– Suis-je arrivé au bout du voyage ? Rien à signaler, tout semble ordinaire.

Rien à l'horizon, il fait encore nuit et la porte de l'immeuble s'ouvre d'elle-même à son approche. Il y a cette fois quinze étages, la rue et le parking sont bizarrement déserts.

– Il y a trop de calme dans ces voyages, je n'aime pas ça. Je m'attends à faire une mauvaise rencontre en passant le pallier. Étrange, rien dans le hall d'entrée, ce n'est guère rassurant.

Une impression de mauvais augure semble l'envahir. Il n'est pas en confiance, et soudain l'ascenseur le rappelle à nouveau.

Quatrième voyage : Étage 9, les portes s’ouvrent sur une porte… qui s’ouvre sur une pièce d’une maison avec une porte… qui s’ouvre sur une pièce… ; un éclair frappe et pendant un tour, le personnage commence toutes ses phrases par « Piou ».

Il pénètre à travers la première porte se trouvant juste devant l'ascenseur.

– Piou, que m'est-il arrivé ? Piou, je ne parle plus normalement sans tic, c'est gênant.

La porte s'ouvre sur un modeste salon et une nouvelle porte attire son attention plus que le mobilier. Il est tenté de ne pas la passer, mais malgré lui cède et se retrouve dans une nouvelle pièce. Le cauchemar est-il fini ?

– Piou, je n'ai pas rêvé, je le sais, mais c'est très bizarre. Piou, ce nouveau lieu me paraît bien familier.

Il s'assoit sur une chaise et réfléchit à la raison de son étrange voyage. Tout cela semble avoir pris fin. Son arme n'a toujours pas quitté son ceinturon et s’aperçoit que quelqu'un fouille dans sa sacoche.

– Piou, tiens, tiens, on pique dans mes réserves petit rongeur. Piou, d'où tu viens, hein, t'es affamé, on dirait.

Le nouveau venu est brun et guère plus gros qu'un « rat-mulot ». Trinito se dit qu'il arrivera peut-être à apprivoiser ce nouvel ami. Soudain, l'ascenseur le rappelle à nouveau, mais maintenant il n'est plus seul.

– Piou et zut, j'aurais bien voulu rester ici.

Fin du voyage
Il se retrouve à présent devant le palier de l'immeuble aux dix étages mystères. L'ascenseur se referme définitivement et laisse Trinito et le rongeur dans la rue de départ. Il se sent un peu triste d'avoir quitté le nid douillet qu'il avait trouvé. Le tic s'est mystérieusement effacé et ils marchèrent sans se retourner pour arriver enfin chez le pistolero. C'est une battisse modeste avec vue sur la rue, il se pose sur une chaise devant l'entrée sur une terrasse. Pendant ce temps, Roger (le rongeur) part grignoter un bout de fromage qui traîne dans un coin de la maison.  

Dialogue final
Soudain, des étrangers viennent perturber la tranquillité.

– Non-non laissez-moi y retourner !

La voix de Silnar, un chercheur, alchimiste raisonne dans la cage d’ascenseur. Il en sort pieds nus mais surtout abattu. Il pensait pouvoir retrouver son royaume, mais venait de retourner à sa réalité. Il se rassura en pensant au travail qui l’attend de retour dans son atelier. Mais il découvrit une scène macabre qui l’écœura et l'invita à attraper le coupable.

Arrivé dans l’hôtel pour préparer une réunion comptable, Jekyll / Hyde sortit avec un sérieux mal de crâne. Il est complètement nu et fou. Il partit sur un coup de tête cambrioler une bijouterie, laissant des cadavres dans l'ascenseur. Mais il fut pris en flagrant délit.

Trinito s'exclama – Les mains en l'air ! D'où vous traînez ici dans une tenue pareille ?

Jekyll – Je vous demande pardon. J'ai à faire, laissez-moi tranquille.

T – Enfilez au moins ce poncho le temps que je vous arrête et vous remette aux autorités. Que comptiez-vous faire ainsi vêtu ?

Hyde hurlant et désignant l'ascenseur – Je vous ai dit de me laisser ignoble larve ! Je dois me marier avec Ascenra !

Silnar qui avait entendu la discussion – Pas question meurtrier ! Par Odin, vous n'avez pas honte.

T pointant toujours Jekyll / Hyde de son arme – Voilà quelqu'un de sensé. Allez on avance l'animal et assassin avec ça ton compte est bon mon gaillard

H de sa voix ténébreuse – Vous ne savez pas qui je suis. Tremblez insolents !

S balançant des produits chimiques sur la bête – On reste calme « Enfant de Fenris ».

Jekyll / Hyde se jeta sur Trinito qui parvint à tirer une balle perforante.
Jekyll s'écroulant sur le sol – Pitié ! Je n'ai rien fait...

Se relevant avec difficulté – Merci le viking ! Je vous dois une fière chandelle.

– Il ne fera plus de mal. Vous avez une bien curieuse arbalète. J'aimerais bien l'examiner.

– Elle est un peu trop améliorée pour votre culture, mais tenez voici un projectile en souvenir. L'ascenseur ne nous aura pas laissé indemne, on dirait.

– Merci, que Thor vous protège, ami. Si vous voulez bien, je vais tracer mon chemin, j'ai eu mon quota d'aventure. Mes respects soldat, je m’en vais à l'Est si ça vous dit.

– Au plaisir de peut-être se recroiser un jour, compagnon. J'ai un pied à terre dans le coin si jamais vous repassez par ici. Au revoir puisque les dieux le veulent ainsi.

Ils partirent chacun s'en retourner chez eux, laissant sur le sol un cadavre d'être à double visage. Mais est-il vraiment mort et quelle personnalité a été tuée ? Nul ne le sait et ne le saura jamais, car ceci est une autre histoire.


Avant les corrections de Flopostrophe:
 
Corrections:
 

------------------------------------------------------------------------------------------------
Loup breton parmi les hommes. Poète, écrivain en herbe, critique amateur et rêveur-créateur de héros.

N'hésitez pas à jeter un coup d'œil à mes textes.

Entrez dans mon univers : Genesis HS & Dungeon of Legend terminés.

Et continuez avec : Shadows (chapitre 4/40 ?) & Recueil Chroniques de héros (chronique 2/20 ?) en cours.
PS : allez voir et commentez ce serait sympa, merci d'avance.
Revenir en haut Aller en bas
Ragne

avatar

Masculin Sagittaire Messages : 544
Date d'inscription : 02/04/2017

MessageSujet: Re: Un ascenseur pour voyager   Lun 7 Mai - 22:46

Citation :
pour en cas de besoin se défendre
Je suis mort à cette formulation, c'est donc mon fantôme qui publie ce retour.

Je n'ai pas aimé, et j'ai peur que ce ne soit pas une question d'appréciation personnel, le texte est objectivement... insipide. Les mots qui vont suivre vont être un peu dur, arrête la lecture ici si tu n'as pas envie de les lire. Et avant d'aller plus loin, je tiens à rappeler que ce n'est que mon avis, qui même si pour le coup, je le crois va plus loin, ça ne reste que la lecture d'un homme qui n'existe que loin de toi et dont tu n'as rien à faire.

Tout d'abord, tu oublie ta concordance des temps, il y a un imparfait au début, du présent de narration là, d'autres temps qui se baladent ailleurs, c'est étrange à lire par conséquent puisque tu perds ton lecteur.

Pour le reste, ton récit n'es pas particulièrement passionnant, tu présente un héros plein de puissance, mais tu n'arrives pas à traduire l'épique que tu voudrais parce que tu passe trop rapidement sur les péripéties, ça donne un récit grotesque victime de sa narration plus que de l'intention de son auteur. Il y a la volonté, vraiment, mais... tu n'arrives pas à concrétiser l'idée.

Je veux dire, on ne sais pas qui est le personnage, et on s'en fout, il n'existe qu'en cliché, c'est un vagabond absolu, héros sans peur ni reproches. Ses compagnons de fin n'ont pas plus d'épaisseur que la lettre qui fait leur nom.

Tu ne respecte pas non plus les codes de narration par exemple
Citation :
Trinito s'exclama – Les mains en l'air ! D'où vous traînez ici dans une tenue pareille ?

Jekyll – Je vous demande pardon. J'ai à faire, laissez-moi tranquille.
Pourquoi un tiret demi cadratin ici? en haut il faut des guillemets et en bas, le tiret cadratin avec un incise genre "répondit Jekyll"

Alors, tu me diras que c'est préciser que ça a été pensé pour un JDR, mais tu le présente comme une nouvelle et ça en a certain codes, mais pas tous, d'autres prennent au théâtre (comme au dessus), d'autre au scénario. Ca crée cet amas étrange, chimère d'écriture qui n'est pas vraiment concluant, aux punchlines trop faibles et trop attendus.

Ma critique est d'autant plus dur parce que je crois que tu as un certain potentiel, mais il est gâché,ton texte est brouillon, trop empressé de raconter tes idées, tu ne nous les as pas développé, et il y a tous les ingrédients pour faire un beau gateau, mais il est trop cuit ou pas assez, il reste des coquilles d'oeufs et plein de grumeaux. En bref, tu aurais pu faire quelque chose de vraiment intéressant, mais tu l'a précipité et de fait, loupé.

J'ai été vraiment dur, c'est nul, mais j'espère que ce retour t'aidera à progresser si tu le désires, sinon souviens toi que je ne suis qu'un vieux derrière un écran sans présent ni futur qui laisse un avis qui n'engage que lui.

Bonne journée
Revenir en haut Aller en bas
Lame37

avatar

Masculin Vierge Messages : 708
Date d'inscription : 13/06/2016
Localisation : Perdu en rêverie et assez d'être seul
Humeur : Loup Aventurier de la Magie Éternelle

MessageSujet: Re: Un ascenseur pour voyager   Mar 8 Mai - 10:41

C'est la première fois que l'on me donne une telle critique négative. Les histoires de temps et de dialogues sont un problème que je rattraperai plus tard. Le développement des personnages n'est pas évident, surtout pour les deux invités. J'ai voulu les laisser comme leurs auteur les avaient montré. Et pour mon personnage principal, je crois que tu n'a pas bien compris. Il vient certes du futur, ce qui explique ses connaissances et son non-étonnement. Mais il reste un simple humain avec une arme pas forcément des plus puissantes. C'est le cliché du "cowboy" solitaire qui vient de loin.
Ta critique est utile, je verrai comment améliorer ce texte.
À plus.

------------------------------------------------------------------------------------------------
Loup breton parmi les hommes. Poète, écrivain en herbe, critique amateur et rêveur-créateur de héros.

N'hésitez pas à jeter un coup d'œil à mes textes.

Entrez dans mon univers : Genesis HS & Dungeon of Legend terminés.

Et continuez avec : Shadows (chapitre 4/40 ?) & Recueil Chroniques de héros (chronique 2/20 ?) en cours.
PS : allez voir et commentez ce serait sympa, merci d'avance.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un ascenseur pour voyager   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un ascenseur pour voyager
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Nouvelles-
Sauter vers: