Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Je marche toujours

Aller en bas 
AuteurMessage
Ouppo
Fou du roi
avatar

Masculin Lion Messages : 444
Date d'inscription : 04/01/2016

MessageSujet: Je marche toujours   Mar 17 Avr - 4:23

(-12, langage grossier)


Je marche depuis une heure à travers une nuit familière, poursuivi par les bruits de ma peur. J'entends des voix, des rires rauques, des clodoches qui pleurent de l'alcool par le nez.

J'ai les chaussures qui saignent et la semelle qui claque, il fait froid, putain.

Je vois bien que je parle comme le livre de Céline, je l'ai lu, il était moyen. Et pourquoi "moyen", ce chef-d’œuvre ?

Le scénario est nibon nimauvé, ça veut rien dire alors je l'écris comme tel, la langue parlée dans ta tête et lue à haute-voix c'est impressionnant de style, mais j'ai personnellement pas trop compris où l'auteur allait. Si t'es un ptit malin et un gros con, tu me dirais "bah, il allait jusqu'au bout de la TA GUEULE.

Bien ferme ta gueule.

Mais j'ai envie de dire que Céline a pas le privilège de parler comme ça.

J'ai la vue qui se trouble comme mon érectile, il y a partout autour de moi de la lumière qui s'éteint. Je n'en peux plus de marcher encore, j'en peux plus, je m'écroule sur le sol en boule et en pleurs. Dans ma tête.

Je continue de rêver au doux béton et de marcher, il n'y a rien de simple dans la vie et à 4 heures du mat', pas dire de connerie, semble pourtant n'en pas faire partie.

C'est stupide, je ne sais pas pourquoi je marche, il est 4 heures, personne avec qui parler.

Et je continue de marcher, toujours pas chaudement habillé, je dors pas parce que je me sens près du but.

Je sens le vent souffler doucement, avec lui une odeur de rien, de nuit, de longuet.

Je regarde les pavés briller, c'est tellement long et en ce moment j'ai l'impression de ne marcher que la nuit. Parfois, je prend le bus pleins de gens sans regard, quand je les vois, je sais qu'on est pas pareil, qu'on le sera jamais.

Parmi ces gens y en a aucun que je peux voir sur un tapis roulant, je crois qu'ils sont tous comme moi, un peu curieux, un peu peureux. Ils veulent voir ce qu'il y a à la fin, mais à la fin c'est tous pareil. Y en a qui sont sur leur tapis roulant, mais ces gens sans visage, on dirait pas. Les tapis roulants c'est pour les riches, les artistes et quelques vieux.

Moi je marche avec toutes mes jambes, mais j'en croise souvent, ceux qui clopinent, ceux qui rampent.

Je me dis que je marche et que j'ai pas beaucoup de choix, je marche toujours sur la même voie, l'express nullard. Je marche avec les rien sans rien, ceux qui veulent pas, ceux qui ont pas grand chose, en veulent pas beaucoup plus, en auront encore moins, ceux qui veulent pas voir du pays, prendre un détour.

Je suis de ceux qui ne voient que celle toute tracée.

Je marche comme c'est incroyable, je pourrais arrêter, je regarde à ma droite les poutres parallèles en métal et à ma gauche ma maison qui me suit, qui fait son bruit de peur et de solitude, qui fait FBFBFBFBFJBADNKANKDN. Ok, elle fait pas ça.

La porte est ouverte, dedans la maison, mon lit et la lumière jaune qui éclaire toute la nuit.

Peut-être qu'il est l'heure de rentrer.

Je souffle, je me mets à ma place habituelle et je marche, en dessous continuent de défiler les pavés luisants. Je ferme ma porte et je marche à mon rythme, mon lit m'appelle faiblement, il est plus de 4 heures passées. Je préfère continuer de marcher.

Je sais qu'il y en a qui marchent pas dans le bus, qui marchent pas la nuit, qui s'arrêtent pas que quand ils dorment la nuit.

Moi je peux pas, je marche, je cours en fait, putain.

Et combien d'années durant j'ai couru ?

Trop longtemps, je sais pas ce qui me fait continuer. J'ai envie de voir, un jour je prendrais le train, j'aurai un rêve qui me fera courir d'envie, j'aurai tout et je me laisserai vivre.

Là je continue, sans pouvoir m'arrêter, ça fait chier.

Je vois le bzzz d'une moto qui passe dans ma rue.

Ok, j'arrête, je vais marcher dans mon lit.

Avant les corrections de Flopostrophe:
 
Corrections:
 
Revenir en haut Aller en bas
Flopostrophe
Créature du Nord à la force tranquille et à l'humour un peu absurde
avatar

Féminin Scorpion Messages : 547
Date d'inscription : 19/01/2017
Localisation : Sur le toit
Humeur : Le temps passe trop vite

MessageSujet: Re: Je marche toujours   Mar 17 Avr - 18:01

Waaah c'est flou tout ça... J'imagine une grande métaphore de la vie, où faut jamais s'arrêter de marcher... Mais faut suivre tes idées bizarres ^^ On ressent une fatigue chez le narrateur qui doit marcher pour je sais pas trop bien pourquoi... Et y a une certaine comparaison avec les autres gens, mais elle est floue aussi cette comparaison...

La partie sur le livre de Céline, j'ai pas compris grand chose ^^'

"Le scénario est nibon nimauvé, ça veut rien dire alors je l'écris comme tel, la langue parlée dans ta tête et lue à haute-voix c'est impressionnant de style, mais j'ai personnellement pas trop compris où l'auteur allait." Cette phrase est trop longue, je mettrais un point après "haute-voix"... Ou alors j'ai pas bien compris la phrase ^^'

"Je marche comme c'est incroyable, je pourrais arrêter, je regarde à ma droite les poutres parallèles en métal et à ma gauche ma maison qui me suit, qui fait son bruit de peur et de solitude". Faudrait pas une virgule avant "comme c'est incroyable"? Un point après "je pourrais arrêter"... non? Je sais pas.
Bon, ton texte me rend perplexe, je ne sais pas trop quoi en penser. C'est original, ça frôle l'absurde. Si tu vises l'absurde, j'ai l'impression que ça ne l'est pas assez, et si tu ne vises pas l'absurde, ça l'est un peu trop :P J'espère que tu comprends ce que je veux dire Wink
La ponctuation est peut-être à retravailler pour améliorer la compréhension. Puis sinon, c'est pas mal au final :)

------------------------------------------------------------------------------------------------
“Chaque cerveau a son secret. Moi, c'est mon lit. Toi, c'est ton assiette. Mange avant de penser, ou tu penseras mal.”  - Timothée de Fombelle



Chasseresse de fautes  :superman:  Mon signe distinctif : §


Revenir en haut Aller en bas
Arwen
Commentateur sérieux
Commentateur sérieux
avatar

Masculin Bélier Messages : 162
Date d'inscription : 05/03/2018

MessageSujet: Re: Je marche toujours   Mar 17 Avr - 18:09

Eh bien c'est pas gai !

Je n'ai pas l'impression que ta foi dans l'humanité soit grande, après la lecture de ton texte, je vois un gigantesque tapis roulant sur lesquels des dizaines de milliers de gens attendent patiemment le bout du tunnel. Marrant, mais je les imagines avec une tête de mouton.

Je n'ai pas lu Céline, j'ai pas vraiment la référence, par contre j'ai aimé la façon dont tu en parles. Cru, direct, vrai.

Le texte me parle beaucoup, je me retrouve dans le personnage qui marche sans vraiment de but, qui observe et analyse. Je ne sais pas si tu marchais réellement à 4' du mat, quoique vu tes horaires ça ne me surprendrais pas ^^, mais c'est bien narré.
Revenir en haut Aller en bas
Ouppo
Fou du roi
avatar

Masculin Lion Messages : 444
Date d'inscription : 04/01/2016

MessageSujet: Re: Je marche toujours   Jeu 19 Avr - 23:03

Merci beaucoup pour vos commentaires.

Je suis content que ce texte vous ai divertis un instant ou vous ai fait rentré dans ma tête.

J'ai écrit ce texte d'une traite à 4h du matin, pas en marchant dehors, mais bon.

J'avais juste envie de sortir ça de moi.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Je marche toujours   

Revenir en haut Aller en bas
 
Je marche toujours
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Nouvelles-
Sauter vers: