Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Avant l'aurore (-18)

Aller en bas 
AuteurMessage
Ragne

avatar

Masculin Sagittaire Messages : 486
Date d'inscription : 02/04/2017

MessageSujet: Avant l'aurore (-18)   Dim 22 Avr 2018 - 1:05

Ce texte contient très clairement des passages explicitement violent, et sexuel, ne lisez pas si vous êtes sensible.
Avant l'aurore






J’ai entendu le silence vrombir dans mon cœur, je l’ai entendu s’étendre en colère et en temps. J’ai vu la flasque de mon être chavirer comme un songe. J’ai vu mon esprit tomber, occis par lui-même, déchu par ses larmes.

Et j’ai cessé d’être

Plus de silence. Plus de colère. Plus de temps.

J’étais néant inassouvi. J’étais un fœtus de mort, un embryon de fin, un oubli du moi

Néant insubmersible qui faisait face au monde. Oblitéré par le sexe en débauche, j’ai étouffé sous les seins gonflés, les culs claqués et les sons étouffés du plaisir sans rêves. J’ai compté les corps comme on compte les morts, enchainant les orgasmes, assassin en série. Le néant se grimait faune à la bite fière qui possédait ce pouvoir enivrant de celui qui domine le désir. Il n’y avait que les cris et les corps, il n’y avait que la semence et la sueur, je ne me souviens pas des noms, je ne me souviens pas des soirs. Il n’y avait ni saveur ni substance. Je comblais le vide par leurs sons d’inhumaines, elles feignaient l’amour, pleurant dans leurs reins leur vie inutile. Et chaque soir, en marionnettiste aguerri, je répétais ce ballet. J’étais envahisseur dans un corps sans tête, nous ignorions nos esprits, dégoutés de nos corps. Il n’y avait que nos fluides communiant pour leur violence physique, trouvant ici, dans nos étreintes aliénées, la peur nécessaire pour exister.

Au milieu du Néant noir et brutal sonnait, sonnait ce qu’avant je nommais cœur et qui n’était plus qu’un kyste nécrosé. Je l’entendais, vous l’entendiez aussi, il résonne toujours à mes oreilles comme un rêve avorté. Il mourrait sans un son, dans son absence de silence et de bruit. Mon corps entier était cancer et ma myocarde trop grande au départ était devenu rachitique, une tumeur immonde et purulente. Il devint bubon, il devint furoncle. Au centre de ma cage thoracique rouillée, dévastée par mon être, pourtant, il demeurait. Organe lépreux aux haillons en décomposition, aux lambeaux de souvenir.

Le corps lacéré, je n’étais qu’un fantôme parmi les ombres, monstre impalpable au centre d’une humanité intangible. Chaque ville était un tertre d’oubli, chaque rue un cimetière d’espoir. Et j’ai vu les humains porter leurs sépultures comme un tabard. Ils étaient semeurs d’orages, ils étaient mausolée de viande, ils étaient leurs propres stèles. Ils étaient des armées entières à la rage guerrière porté comme un masque de nécessité. Il y avait la mort dans chacun de leurs pas, la renonciation dans chacun de leurs regards. Mais ils avaient encore leurs peaux. Moi, je n’étais plus que bête écorché, aux muscles avilis, la chair en avalanche gangrenée, squelette rongée par lui-même.

J’étais néant inassouvi dans un tombeau sans rêves.



Et je suis mort.



Mort comme meurt un nouveau-né, noyé par les hommes pour avoir essayé de vivre. Humain avorté après vingt-cinq années. On m’avait voulu fait de viande, mais elle avait pourri. On m’avait rêvé masqué, mais la peur dévoilait mon visage. Eux m’avait fait de chair et de temps consommé, eux m’avait fait de fureur et de colère oubliés.

Alors, dans mon corps putréfié, vicié par les femmes et le sexe, détruit par l’alcool et les larmes, je me suis relevé. Mort parmi les vivants, vivant parmi les morts.

Je n’étais plus un corps, sans être un esprit.

J'avais été, j'avais existé, je demeurais

Enfin je m'étais réveillé.

Enfant fait d’histoires et de rires.








Ceci est une phrase longue qui n'a d'autre but que d'élargir le fond blanc afin que vos mirettes amaigris par l'écran sans échancrure puissent mieux voir
Revenir en haut Aller en bas
Silenuse

avatar

Masculin Balance Messages : 2143
Date d'inscription : 03/06/2015
Localisation : Derrière un pouet
Humeur : pouet

MessageSujet: Re: Avant l'aurore (-18)   Dim 22 Avr 2018 - 9:34

Je te l'ai déjà dit hier soir, je réitère mon propos : je trouve cette tentative absolument géniale. Tout y est, les mots, le rythme, le ton, le souffle des phrases. Ça a, à mes yeux, le génie des grands textes.
Je suis jaloux, sérieusement, jaloux de ne pas savoir ce genre de texte halletant, profond et passionnant...

------------------------------------------------------------------------------------------------
"Chanter des chansons chez patrick Sébastien , enfin j'avais trouve mon identité je croyais que j'étais spiderman mais en vrai j'étais un agneau qui nage, j'avais plus peur des loup et de la mort car je savais qu'au bout du compte on finirai tous chez patrick Sébastien"
Pierre, 21/04/2018




Ah oui, j'écris des trucs aussi
Tutos : Versification & Rythme
Revenir en haut Aller en bas
Ragne

avatar

Masculin Sagittaire Messages : 486
Date d'inscription : 02/04/2017

MessageSujet: Re: Avant l'aurore (-18)   Dim 22 Avr 2018 - 12:42

@Silenuse a écrit:
Je te l'ai déjà dit hier soir, je réitère mon propos : je trouve cette tentative absolument géniale. Tout y est, les mots, le rythme, le ton, le souffle des phrases. Ça a, à mes yeux, le génie des grands textes.
Je suis jaloux, sérieusement, jaloux de ne pas savoir ce genre de texte halletant, profond et passionnant...
Merci
Infiniement
Revenir en haut Aller en bas
Hartsock

avatar

Masculin Bélier Messages : 1477
Date d'inscription : 19/11/2015
Localisation : À table, comme toujours.
Humeur : J'ai la dalle!

MessageSujet: Re: Avant l'aurore (-18)   Dim 22 Avr 2018 - 23:55

Ouaw Ragne je sais pas quoi dire... La douleur est la majeure partie de ma réaction, mais c'est parce que ton texte est magnifiquement écrit. C'est un résumé de ta vie/dépression jusqu'à maintenant? Tu as choisi tous les mots qui puissent exister pour exprimer la dureté et la profondeur de tes années passées. La pression va en crescendo. Et Sil a tout à fait raison. Tu décris tellement  bien ta peine, ton absence d'humanité et de gout pour la vie à certains moments, et par dessus tout ton absence... de vie. Même si c'est dur à dire.

Il y a des phrases vraiment marquantes qui nous plongent dans ton désespoir, dans ton coeur qui s'est voulu exempt d'émotions pour cesser de souffrir. Même le début, bien que légèrement moins profond, est extraordinairement intense. Tu parles de l'alcool et du sexe comme d'un refuge, d'un remède à la souffrance et d'une clé de l'ignorance de l'âme d'autrui et de la sienne. J'ai mal en lisant ces mots, pas parce qu'ils sont durs, pas parce que je me reconnais dans certains. J'ai mal parce que je me rends compte de tout ce que tu as dû vivre, tout ce temps à la recherche d'un sens, puis le néant. Et comme tu le dis si bien (mais si mal pourtant) la mort. La douleur est bien trop grande pour un seul coeur. Alors je tiens à te dire que tu es la personne la plus courageuse que je connaisse. Si tu as réussi à traverser tout ça, alors rien ne peut t'arrêter. Aies foi en la vie, en l'humanité. Mais par dessus tout, aies foi en toi. Tu as fait preuve d'une telle hargne et d'une telle motivation sur le forum ces derniers jours... Tu pourrais être le plus grand des connards, et pourtant tu as toujours été patient avec moi et avec d'autres. Tu parles du corps périmé qui git sans but, j'espère que tu n'oublies pas le coeur plein de vie que tout ton entourage veut entendre battre. Celui qui m'a animé dans les moments difficiles, et qui en a animé tant d'autres. Ne sois pas un reclus de ce monde si beau, sois en un moteur pour en régler les défauts. Tu me l'as si bien appris, si tu ne peux pas t'adapter à ce monde alors change-le. Mais avant de pouvoir le changer il faut en changer sa vision, et je crois que c'est ce que tu ne cesses de faire chaque jour. Alors je ne peux te recommander que le courage et la patience dont tu as toujours fait preuve. Tu t'en sortiras, mon ami.

------------------------------------------------------------------------------------------------
Hart, le cerf à chaussettes. Pour vous servir

Signe distinctif de chasseur de fautes: µ
------------------------------------------------------------------------
"Dis moi : je t'aime ! Hélas ! Rassure un cœur qui doute,
Dis-le moi ! Car souvent avec ce peu de mots
La bouche d'une femme a guéri bien des maux." VICTOR HUGO

Eh, venez voir ce que j'écris :p
http://www.encre-nocturne.com/t1576p30-pages-jaunes-nocturniennes#60288
Revenir en haut Aller en bas
http://hartsock.eklablog.com/
Ragne

avatar

Masculin Sagittaire Messages : 486
Date d'inscription : 02/04/2017

MessageSujet: Re: Avant l'aurore (-18)   Lun 23 Avr 2018 - 9:04

Merci Hartsock
Il n'y a pas vraiment grand chose d'autre à te répondre j'en ai peur.
Le titre le dit. Avant l'aurore. Il faut maintenant passer l'aube, je verrais pour ma journée plus tard.

Merci
Revenir en haut Aller en bas
Arwen
Commentateur sérieux
Commentateur sérieux
avatar

Masculin Bélier Messages : 94
Date d'inscription : 05/03/2018

MessageSujet: Re: Avant l'aurore (-18)   Mar 24 Avr 2018 - 0:33

Touchant, puissant, fort !

Tes mots bouleversent, chamboulent, donnent à réfléchir. C'est écrit avec finesse, avec envie, on est porté par les phrases, ça coule, c'est fluide, c'est rythmé. Ca accroche.

Tu as ce pouvoir de donner vie aux mots que tu emploies. Sans mal on imagine et on se remet dans le contexte, dans la situation. C'est très touchant parce que j’imagine que ça fait écho avec ta vie actuelle, j'espère que ça te libère de le mettre sur papier. Très beau texte !
Revenir en haut Aller en bas
Ragne

avatar

Masculin Sagittaire Messages : 486
Date d'inscription : 02/04/2017

MessageSujet: Re: Avant l'aurore (-18)   Mar 24 Avr 2018 - 8:33

Je n'ai rien d'autre à te répondre que merci
De ta lecture et de ton retour

Merci
Revenir en haut Aller en bas
Mais l'eau dit

avatar

Féminin Sagittaire Messages : 16
Date d'inscription : 28/04/2018

MessageSujet: Re: Avant l'aurore (-18)   Mer 9 Mai 2018 - 2:38

Même dans la souffrance, tu gardes ta finesse et ton vocabulaire. Quel panache !
J'aime particulièrement l'image de la flasque, au début. Et par la suite, tu exprimes avec talent ce que Hartsock nomme l'absence de vie. L'image du corps qui se décompose ("image"/"du corps" ou "image du corps") est évocatrice, par association de pensées me voilà repensant au dieu de la forêt dans Princesse Mononoke : d'un pas il fait naître et pourrir toute vie. L'humain aussi, selon le regard qu'il pose sur les choses peut y voir et y créer tant de possibles, mais quand on va à vau-l'âme, tout se ternit, le reflet dans le miroir ressemble à un monstre ou une ruine absurde. Comme si la déréliction de l'âme pouvait entraîner le monde entier dans le non-sens. Un être se sent creux et tout est dépeuplé. On ressent cela avec le bal des corps, aucune âme ne passe entre tes mains, que des absurdités entourées de chair. Pour tuer le temps avant que le temps nous tue. La mort est toujours présente, comme si tu était le lecteur du Masque de la Mort Rouge devant un monde de personnages.
À ce sujet, une phrase m'intrigue. "On m'avait rêvé masqué, mais la peur dévoilait mon visage". Mais quel masque ? Le visage n'était pas assez beau pour eux ? (Salauds !)

La fin de ton texte est délicate. Elle révèle mieux la fragilité que tout le reste, parce moins teintée de désespoir ou de colère. Je me demande sur quoi elle ouvre.
Revenir en haut Aller en bas
Ragne

avatar

Masculin Sagittaire Messages : 486
Date d'inscription : 02/04/2017

MessageSujet: Re: Avant l'aurore (-18)   Jeu 10 Mai 2018 - 0:00

Merci <3
Le masque du monde, de la société, de la civilisation, du silence, le masque du non soi en fait.

Pour le savoir, il faudra lire le reste :p

Merci de ce magnifique retour tout plein d'amour et de tendresse <3
Revenir en haut Aller en bas
Phoenix
Piaf cramé russe totalement fou
avatar

Féminin Gémeaux Messages : 1651
Date d'inscription : 06/01/2015
Localisation : Sur le toit du monde ou peut être six pieds sous terre. A moins que je ne sois dans ton dos
Humeur : S'accroche pour ne pas tomber

MessageSujet: Re: Avant l'aurore (-18)   Aujourd'hui à 8:56

Hey o/

Je ne vais que confirmer ce qu'on dit les autres.

C'est un texte puissant et percutant, violent mais aussi plus léger à la fin. On se fait emporter par tes mots, tu les choisis avec justesse.

Je vois des scènes, très sombres comme des flash avec comme une caméra qui tourne passant d'une scène à l'autre sans nous laisser les temps de réfléchir. Et d'un coup plus rien. Et après une silhouette noir dont les traits apparaissent petit à petit pour devenir un homme.

Je n'ai pas grand chose à dire de plus. C'est une texte magnifique et bouleversant.

Je vais de ce pas lire la suite.

------------------------------------------------------------------------------------------------

Lire le phoenix--------> Mes textes o/

Demandez les services de CommandoSuperPho :corn5: :
Bidouillages, test et codage[DISPO]
Beta-lecture [DISPO - TEXTES COURTS UNIQUEMENTS]

*L'oiseau cramé s'approche de Invité et se demande si ce dernier est comestible... Le piaf enflammé a faim...
Revenir en haut Aller en bas
https://kemnyx.wordpress.com/
Ragne

avatar

Masculin Sagittaire Messages : 486
Date d'inscription : 02/04/2017

MessageSujet: Re: Avant l'aurore (-18)   Aujourd'hui à 13:56

C'est une belle description du texte, et vraiment assez pertinante, le but était d'agréger des bouts pour initier la réflexion.

Merci de ta lecture et de ton commentaire <3
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Avant l'aurore (-18)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Avant l'aurore (-18)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Poésies-
Sauter vers: