Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chronochallenge n°127

Aller en bas 
AuteurMessage
Tiunterof
Gardien grincheux de la CB
avatar

Masculin Bélier Messages : 1843
Date d'inscription : 24/10/2012
Localisation : Sur la CB, comme toujours.
Humeur : sss

MessageSujet: Chronochallenge n°127   Sam 28 Avr 2018 - 21:33

Et hop, on y va !

- Le chant de l'oiseau.

- Le joyau de la montagne.

- Le paradox du caca.

- Le train à destination de l'au-delà entre en gare. Veuillez vous éloigner de la bordure du quai.

- Baisse ton arme !

- La plus triste des histoires.

- L'inconnu en face de chez moi.

- Le saviez tu?
Revenir en haut Aller en bas
La Lapine Cornue
Divine cerfette et ses lapins multicolores
avatar

Féminin Balance Messages : 5080
Date d'inscription : 17/05/2014
Localisation : Endormie dans un terrier de lapins.
Humeur : Lapinesque. (ça veut dire paisible et joyeuse)

MessageSujet: Re: Chronochallenge n°127   Sam 28 Avr 2018 - 21:49

Le saviez-tu ?

Tu parles pas France, Tiun... AHDE

------------------------------------------------------------------------------------------------
Je sais ce que je suis. Et je sais ce que je ne suis pas.
:corn3:
Je suis un chaos de rêves et de couleurs,
je suis un Cerf divin chimérique,
je suis une lapine en chocolat aux larmes caramel.
Et toi, qui es-tu ?

Fais un pas vers moi, j'en ferai un vers toi. Et peut-être un jour serons-nous face à face...

***
Cap' d'aller lire ?

→ Venez fouiller dans mes écrits... Y'en a pour tous les goûts ! :corn2:

.[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Ouppo
Fou du roi
avatar

Masculin Lion Messages : 406
Date d'inscription : 04/01/2016

MessageSujet: Re: Chronochallenge n°127   Sam 28 Avr 2018 - 21:56

Le chant de l'oiseau :

Le chant du petit matin résonnait partout dans sa chambre.

Elle n'avait pas dormi, le jour se levait.

Le chant de l'oiseau continuait, lui rappelant que d'autres l'entendaient en se levant.

Elle s'endormit, se réveilla, regarda par la fenêtre.

Le chant de l'oiseau.

Elle se recoucha.

Qu'est-ce qu'elle avait envie de ne pas être là.

Mais elle savait pas où aller.

Elle écouta son cœur battre et se serrer.

Elle se recroquevilla sans respirer pour espérer que le temps s'arrêterait de passer.

Elle était comme morte.
Revenir en haut Aller en bas
Phoenix
Piaf cramé russe totalement fou
avatar

Féminin Gémeaux Messages : 1651
Date d'inscription : 06/01/2015
Localisation : Sur le toit du monde ou peut être six pieds sous terre. A moins que je ne sois dans ton dos
Humeur : S'accroche pour ne pas tomber

MessageSujet: Re: Chronochallenge n°127   Sam 28 Avr 2018 - 22:23

Voilà mon p'tit texte. J'étais pas super inspirée ^^ mais j'ai quand même écrit un peu :)
--------------------------------------------------------

Il est encore tôt lorsque qu'une alarme stridente me vrille les tympans pour m'obliger à m'arrache de mon nid douillet.  J'en sort à regrets et je vais prendre mon premier repas de la journée avec un peu de café, bien entendu.

J'ai le bec dans le cul et du mal à ouvrir les yeux. Mes plumes sont de travers et mes ailes encore engourdies de sommeil. Je me secoue en finissant d'avaler mon breuvage miracle. Peut être qu'une bonne douche me fera du bien...

Je me dirige vers la bassine en traînant des pattes. L'eau est un peu fraîche mais c'est revigorant et mon esprit comment à sortir de sa léthargie. La caféine et la flotte me mettent les idées en place et je commence à m'agiter et à chanter sous l'eau qui coule sur mon plumage.

Ma voix est encore endormie mais je ne me retiens pas de chantonner à pleins poumons en bombant le torse. Je sort de sous le jet et je sèche mes plumes rapidement. Elles sont bien en place et leurs belles couleurs chaudes brillent sous la lumière du jour qui se lève.

Bien apprêté, je retourne vers le coin repas pour me resservir ma dose. Je l'avale cul sec, laissant retomber la tasse sur la table. Je disparais vers mon travail dans une gerbe d'étincelle.
explications si y'en a qui sont largué AHDE:
 

------------------------------------------------------------------------------------------------

Lire le phoenix--------> Mes textes o/

Demandez les services de CommandoSuperPho :corn5: :
Bidouillages, test et codage[DISPO]
Beta-lecture [DISPO - TEXTES COURTS UNIQUEMENTS]

*L'oiseau cramé s'approche de Invité et se demande si ce dernier est comestible... Le piaf enflammé a faim...
Revenir en haut Aller en bas
https://kemnyx.wordpress.com/
Stella

avatar

Féminin Poissons Messages : 75
Date d'inscription : 30/06/2016
Localisation : Je me suis perdue quelque part dans l'océan

MessageSujet: Re: Chronochallenge n°127   Sam 28 Avr 2018 - 22:24

Ce que ça donne quand je passe une bonne journée, que j'essaye d'écrire un truc joyeux, et que ça ne l'est qu'à moitié xD

C'est la fin.
La vraie.
Hm... Non, il reste une étape.
Une fichue étape.
Juste un train.
Je ne sais pas comment je suis arrivée ici. C'est sûrement mes dernières secondes de conscience, juste un fruit de mon imagination, juste une incapacité à trouver la mort.
Alors je suis là.
Et d'autres le sont aussi.

Ça bouscule de partout, ça discute, ça ricane.
Et c'est mort, surtout. C'est sinistre, c'est triste, c'est mort.
Les bruits sont étouffés, les couleurs sont ternes.
Mon esprit divague, à la recherche de souvenirs, il s'enfuit, vers la mort, vers la fin.

"Le train à destination de l'au-delà entre en gare. Veuillez vous éloigner de la bordure du quai."

Ah, le voilà.
Les autres se taisent, soudain tous tendus, tous crispés.
Ils ont peur.
Ils ne veulent pas partir.
Juste...
Continuer leur routine, revoir leur famille, leurs amis.
Mais c' est trop tard.
C'est la mort. C'est elle, la seule, l'unique. La belle, la majestueuse mort. Et elle n'attend pas.
Les portes s'ouvrent face à nous, bruyantes, angoissantes.
Et je monte. Et tout le monde monte.
Chacun s'assoit, il y a assez de place, tout est prévu.
J'ouvre légèrement les jambes, les pieds croisés, les mains posées sur mes cuisses.
Je laisse tomber ma tête en arrière, je relâche mes épaules.
Je suis bien, là, pour mes derniers instants.

Un "pouf" absolument pas discret me fait sursauter et ouvrir un œil.
Et...
Je me retrouve face à ce que je n'espérais plus.
De la lumière. Des couleurs vives. De la vie, en fait.
Éblouie. Chamboulée. Oui, je le suis.

À côté de moi, une petite blonde me fixe de ses grands yeux bleus. Et quels yeux ! Quels yeux...
Échec et mat. Bam, dans ma face. Fini mon attitude blasée, fini l'impassibilité. Ma bouche s'ouvre d'elle même lorsque je dis, d'une voix chevrotante "qui es-tu ?"
Ses lèvres rosées s'étirent un peu, puis se relâchent, avant de trembler. Ça, c'est un rire. C'est un rire silencieux, un rire sincère.

"Moi ? Bonne question ! Qui suis-je ?"

Qui est-elle ? Bon sang, qui est-elle pour faire réapparaître chez moi un espoir envolé ?
Et je la connais, la réponse. Elle est l'amour. Elle est la vie, le bonheur. Elle est le début de ma renaissance.
Ses doigts frôlent les miens, et suivant mon instinct, mon envie, je les attrape, je les serre. Elle n'est pas surprise, elle sait, elle aussi, qui elle est.

Et le train part. Et je pars avec lui.

------------------------------------------------------------------------------------------------
Le bia dominera le mondeeeeeuh!


Dernière édition par Stella le Sam 28 Avr 2018 - 22:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mister O

avatar

Masculin Verseau Messages : 405
Date d'inscription : 30/11/2014
Humeur : PITIE NON PAS LA MATERNELLE !

MessageSujet: Re: Chronochallenge n°127   Sam 28 Avr 2018 - 22:26

J'aurai essayé AHDE


Le Joyaux de la Montagne.

Tous les jours, Fatima allait crapahuter dans les montagnes, avec tous ces bassines reposant sur ses épaules. La marche était toujours aussi longue et laborieuse, mais la montagne était un écrin face au désert. Ici, point de vent pour faire constamment soulever son voile ou l'aveugler à coups de traîtres grains de sable. D'un jour à l'autre, la montagne ne changeait pour ainsi dire jamais : elle répétait chaque jour les mêmes pas, prenait les mêmes virages serrés, enjambait les mêmes rochers et précipices ...

Que de souffrances n'endurait-elle pas ! Certes, mais Dieu n'avait-il pas condamné l'humanité au travail et à la souffrance, pour lui avoir désobéi ? Après tout, le Seigneur avait bien besoin de bouffons.

La terre de la montagne, aux couleurs certes parfois inquiétantes, était la plupart du temps d'une couleur oscillant doucement entre l'orange, le rouge et l'ocre. Tout juste assez fertile pour quelques buissons y poussent - ce qui lui laissait l'occasion d'emmener avec elle sa chèvre, dont le lait lui servait à faire le sahlep du petit-déjeuner - certaines familles, dont la sienne, réussissaient cependant à cultiver quelques lopins de terre, qui avaient besoin d'eau.

Elle avait fait sa petite maison, avec un peu de boue et de paille, quelques centaines de mètres plus bas. Ce n'était pas grand chose : tout juste comprenait-elle une petite pièce, dans laquelle sa fille devait déjà être affairée à fait du pain avec la semoule moulue hier.

Alors qu'elle était en train de se perdre dans ses pensées, Fatima l'aperçut enfin : la rivière. C'était un tout petit torrent, qui n'arrivait même pas jusqu'à la taille de la vieille dame, mais c'était sans aucun doute le joyaux de la montagne. Resplendissant au soleil, son bleu parfait lui donnait tantôt l'apparence d'une coulée de diamants, tantôt celle du ciel qu'elle ne tarderait sans doutes plus à rejoindre - mais si Dieu le voulait, elle en était loin !

Et ce ne fut qu'après avoir rempli à ras-bord ses seaux et un répit, de bien trop courte durée, qu'elle entama le chemin du retour : chez elle l'attendraient une famille et quelques légumes assoiffés.

------------------------------------------------------------------------------------------------
Petit, petit, petit ! Vient voir Tonton O fou


tonimage
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chronochallenge n°127   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chronochallenge n°127
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Compétitions :: Défis :: Les chronochallenges-
Sauter vers: