Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Envers demain

Aller en bas 
AuteurMessage
Ragne

avatar

Masculin Sagittaire Messages : 542
Date d'inscription : 02/04/2017

MessageSujet: Envers demain   Lun 7 Mai 2018 - 15:01

Bonjour à tous. vous trouverez ci-bas le sixième et dernier segment de mon œuvre poétique en cours. 1293. Vous pouvez trouver les textes précédents ici : Avant l'aurore ; L'aube arrive ; Au petit jour ; Sous le voile du matin et Devant le jour (-18) Il est probable qu'à terme, chacun de ces textes soit retravaillé pour offrir à l'ensemble une plus grande cohérence, que ce ne soit plus des fragments mais une seule pièce. Et bien sûr pour supprimer les fautes trop nombreuses.




J’entends le silence suinter sur mon corps. Il pulse dans mes larmes invisibles, s’étend sur mon présent, grignote chaque once de mon épiderme, il répond à mes questions par l’absence. C’est un dieu cruel qui ne demande aucun sacrifice, qui n’offre aucune rédemption. Il n’y a que sa réalité, absolue, totale, impondérable. Il balaye passée et présent d’un vent de néant, rien ne demeure, ni les sentiments, ni l’espoir, ni l’être, ni l’âme, ni le sourire, ni le futur. Me voilà damné spectateur emprisonné dans sa mascarade, dédale de tristesse, labyrinthe de remords.

J’observe.

Ici, je me souviens de la paix intangible de la montagne, l’assurance immuable de la pierre qui domine le temps avec l’humilité de ceux qui sont immobilisés par leurs jambes de géant, ceux qui, terrassés par leur fardeau d’antan, n’osent plus marcher. La pierre devient chair au pelage d’écorce, elle est striée d’une vie qu’elle sait éphémère et elle compte dans ses strates le souvenir de ceux d’avant dont le récit à peine soupiré est déjà oublié. Du chant de l’oiseau caressé par le vent, du sourire de l’humain offert à l’instant, de l’arbre séculaire changé en diamant, la montagne est le témoin impuissant de l’orage vers l’avant, elle est recouverte d’une enveloppe de mort, promesse provisoire des vapeurs de la vie qui déjà sont reprises quand arrive la nuit. Aussi immense soit-elle, le silence est plus grand, colosse monolithique qui emprisonne ses cris comme autant de tristesses déposées à demain. Mais la roche veille, se débat et lègue ici l’héritage de ceux qui ont vécu avec elle. Sur le bord des chemins on trouve les rires émerveillés de ceux qui ont su gravir ces pentes pleines d’escarres irriguées, ces rires sont rochers amoncelés en un cairn goguenard qui fait face à l’oubli. Ces tas de pierres sont l’espoir de l’histoire, ils confessent la présence transitoire d’un autre avant nous dont le nom est désormais tu à jamais, mais qui a laissé ici la marque d’un passage, une empreinte qui hurle et exulte la vie, qui ne pleure rien, pas même le départ, elle murmure seulement au vagabond qui fait face : « observe, et vois, ici j’ai été, ici tu es, nous suivons les mêmes traces ». Le vagabond lui aussi déjà disparait, mais dans une prière tacite, il augmente le cairn d’une pierre endémique, il contamine le futur d’un soupçon du présent, il respire pour toujours dans le verbe de l’instant, il se sait rire en fusion qui domine l’absence, même s’il n’a plus de nom et que sa chair pourrit, que son temps est passé et ses souvenirs se sont évaporés. Il demeure dans l’évanescence des sens, pierre atome dans cet édifice miniature qui broie le silence.

Sur la montagne, une femme me regarde. Ses cheveux en cascade cinglent le ciel, éclairs vermeils défiant le soleil. Son regard m’étreint d’une tendresse sûre, il promet à demain un début de futur. Elle est si petite, mais pourtant si immense. Elle aussi est fureur fracassée par la vie trop fugace, et sur son corps on deviner mille pleurs en cicatrices tenaces. Je regarde et comprend sous son sourire inquiet qu’elle n’est comme chacun que vie empruntée. C’est un cairn de chair où se sont entassés les rires de l’enfances et tant de larmes oubliées, ici un regard rappelle la puissance de son sang, ici un mot pourrait faire dériver un continent. On voit sous sa peau les pierres agglutinées, on suspecte sous leur pose l’importance et la brièveté des expériences qui en font aujourd’hui l’humaine qu’elle est. Je ferme les yeux pour la voir et ressentir son tertre de vie, elle est faite de basalte et de quartz, de lapis et rubis, d’onyx et d’émeraude, chacun de ces galets fut lave brûlante immolant son épiderme avant de finir en cristal. Dans ces veines transpire les sources immanentes de l’être et du néant, sous chaque sourire se promène un souvenir, sous chaque geste de dessine l’écrin d’un autre qui marcha avec elle, sous ses rêves s’inscrit le destin du siècle. Je la vois et comprends que ses pas l’ont mené de rires en montagne, de mots en mer, de précipice en puissance, sa chair est striée de rencontre, zébrée d’espoir, hachurée de souvenir, elle est un amas d’être qui ont déposée en elle un peu d’eux même pour demeurer quelque part. Je regarde et me vois soudain si clairement. Nous ne sommes que fiction qui n’existent qu’un instant, raconté par nous-même, narré par les autres, filé d’amour, bosselé de violence. Chaque pas nous ôte d’une partie de nous-même et nous greffe d’un autre.

Il m’aura fallu mourir pour comprendre que nous ne sommes que ces monstres magnifiques, amputés chaque seconde, transfusé l’instant d’après. Nous sommes les cairns de ceux-là que nous avons étreints, et des autres dont les larmes ont teinté nos sourires. De nos rires, de nos larmes, de nos mots, de notre présent, il ne subsiste que le sourire des souvenirs qui s’érige en géant, se dresse en titan, fait de la tendresse de notre monde, pour faire face au silence, enfin enlacé, comme une base de nos cairns, une partie de nous-même. Issu du néant, promis à son retour, nous colorons notre présent de rochers chamarrés, miscellanées bariolées de nos rires en fusion, observant à Gibraltar notre cosmos singulier, aux constellations magnifiques, tentant pendant notre bref passage de laisser quelques traces illuminées de nos rêves.
Revenir en haut Aller en bas
Silenuse

avatar

Masculin Balance Messages : 2179
Date d'inscription : 03/06/2015
Localisation : Derrière un pouet
Humeur : pouet

MessageSujet: Re: Envers demain   Lun 7 Mai 2018 - 17:43

Wouah...
c'est brillant. C'est une fin sublime à cette épopée poétique et cette épopée humaine.
C'est une avalanche d'images douces, tellement pertinentes et tellement bien choisies.
Il y a quelques répétitions et fautes, rien de grave.
J'ai l'impression que les images lavent ton esprit (dans le bon sens du terme) et nettoie les maux ressentis tout au long des cinq précédents textes...

C'est un texte qui me rappelle ce court poème d'Ungaretti, du moins il résume mon ressenti par rapport à ce poème :
"Je m'illumine
d'immensité"

Bravo, vraiment bravo.

------------------------------------------------------------------------------------------------
"Chanter des chansons chez patrick Sébastien , enfin j'avais trouve mon identité je croyais que j'étais spiderman mais en vrai j'étais un agneau qui nage, j'avais plus peur des loup et de la mort car je savais qu'au bout du compte on finirai tous chez patrick Sébastien"
Pierre, 21/04/2018




Ah oui, j'écris des trucs aussi
Tutos : Versification & Rythme
Revenir en haut Aller en bas
Ragne

avatar

Masculin Sagittaire Messages : 542
Date d'inscription : 02/04/2017

MessageSujet: Re: Envers demain   Lun 7 Mai 2018 - 18:33

@Silenuse a écrit:
Wouah...
c'est brillant. C'est une fin sublime à cette épopée poétique et cette épopée humaine.
C'est une avalanche d'images douces, tellement pertinentes et tellement bien choisies.
Il y a quelques répétitions et fautes, rien de grave.
J'ai l'impression que les images lavent ton esprit (dans le bon sens du terme) et nettoie les maux ressentis tout au long des cinq précédents textes...

C'est un texte qui me rappelle ce court poème d'Ungaretti, du moins il résume mon ressenti par rapport à ce poème :
"Je m'illumine
d'immensité"

Bravo, vraiment bravo.

Oui, je voulais une fin comme ça, qui apaise l'être et nous sorte grandit.
J'ai vu pour les répétitions et les fautes je corrigerais à la réécriture

Merci de ton avis, il me touche beaucoup. <3

Et merci pour ce poème, il est beau
Revenir en haut Aller en bas
La Lapine Cornue
Divine cerfette et ses lapins multicolores
avatar

Féminin Balance Messages : 5090
Date d'inscription : 17/05/2014
Localisation : Endormie dans un terrier de lapins.
Humeur : Lapinesque. (ça veut dire paisible et joyeuse)

MessageSujet: Re: Envers demain   Mar 8 Mai 2018 - 1:44

BONJOUR

Je voulais laisser un commentaire nul du genre "C'est cool, j'ai bien aimé. Salut :akekoukou: " mais en fait je peux difficilement faire ça après une telle lecture.


C'est vraiment beau, impeccablement tourné, dans les précédents textes on étouffait un peu sous les adjectifs qui, de mon point de vue en tout cas, faisaient embouteillages à certains moments (oui je sais c'est moi qui dit ça... u_u). Là non. C'est léger tout en étant complexe, c'est peut-être l'espoir et toutes ces réflexions contemplatives qui donnent cette impression-là. On n'étouffe plus (dans tous les sens du terme) comme dans les autres poèmes.
La conclusion clôt la série en beauté, mention spéciale au tout dernier mot. Wink


Bon, par contre, la toute première phrase sur la pierre, la première du paragraphe-pavé, elle est chaude à saisir. Faut s'accrocher pour rentrer dedans, il y a beaucoup d'idées / de termes parfois limite contradictoires, dont certains m'ont paru de trop (l'humilité, et/ou les jambes de géant...) c'est dommage parce que c'est quand même la première. Je l'ai lue une fois, puis deux, mon cerveau a mouliné et puis je suis passée à la suivante en me disant que j'avais compris l'idée générale. AHDE




Ah oui, et puis :
Citation :
La pierre devient chair au pelage d’écorce


Cette image m'a marquée, je sais pas trop pourquoi, mais vraiment, je la trouve magnifique, même pas pour qu'elle signifie (qui est assez flou j'avoue AHDE ) mais pour les sensations, la métamorphose, tout ça. C'est du toucher à l'état pur.

Et je sais pas, ça m'a rappelé l'histoire de mes créatures de lumière pour le CC, une petite phrase en particulier sur les panthères d'écorce, les ours de vent. Parce que ta phrase évoque tout de suite quelque chose de mythologique, de magique, de vivant. Et j'ai bien aimé ce côté-là, il est très rare dans tes écrits, je trouve. (Je ne compte pas les références mythologiques précises comme Prométhée et Pygmalion, ça ne donne pas du tout la même chose ; et puis évidemment tu as toujours plein de belles images, mais là c'est différent). C'est vraiment étrange comme impression, tout le reste de la phrase retombe sur ton style plus complexe et des idées qui te sont plus habituelles, avec ce côté rationnel, presque analytique, un côté J'ai un score de fou aux tests de QI fou En tout cas, c'est comme ça que je ressens souvent tes textes. (ce qui ne les empêche pas d'être poétiques.)Mais ce début de phrase, là, juste ces quelques mots, je sais pas. C'est autre.


Oui, il est presque deux heures du mat et je disserte sur un petit bout de phrase, OK ? Ghh

En même temps je ne comprends pas trop, j'essaie d'expliquer pourquoi ce truc en particulier m'a marquée au point que je veuille y revenir après la fin de la lecture, alors que ça ne m'arrive jamais d'habitude.

Sans doute aussi par sa simplicité. Tu as des images très belles mais elles sont souvent complexes, plus longues, exprimées avec des mots un tantinet savants. :-p On les sent plus travaillées, plus... artificielles. Elles marquent moins. Enfin, je suppose que c'est pour ça.

Après, c'est juste mon impression perso, ça m'étonnerait que tout le monde vienne te faire une fixette sur ce petit machin perdu au milieu du texte, hein. AHDE


Bref, c'était cool, saloute

------------------------------------------------------------------------------------------------
Je sais ce que je suis. Et je sais ce que je ne suis pas.
:corn3:
Je suis un chaos de rêves et de couleurs,
je suis un Cerf divin chimérique,
je suis une lapine en chocolat aux larmes caramel.
Et toi, qui es-tu ?

Fais un pas vers moi, j'en ferai un vers toi. Et peut-être un jour serons-nous face à face...

***
Cap' d'aller lire ?

→ Venez fouiller dans mes écrits... Y'en a pour tous les goûts ! :corn2:

.[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Ragne

avatar

Masculin Sagittaire Messages : 542
Date d'inscription : 02/04/2017

MessageSujet: Re: Envers demain   Mar 8 Mai 2018 - 15:51

Merci pour ce long commentaire je réponds aux quelques points qui sont important
@La Lapine Cornue a écrit:
BONJOUR

Je voulais laisser un commentaire nul du genre "C'est cool, j'ai bien aimé. Salut :akekoukou: " mais en fait je peux difficilement faire ça après une telle lecture.
Merci du compliment

@La Lapine Cornue a écrit:

C'est vraiment beau, impeccablement tourné, dans les précédents textes on étouffait un peu sous les adjectifs qui, de mon point de vue en tout cas, faisaient embouteillages à certains moments (oui je sais c'est moi qui dit ça... u_u). Là non. C'est léger tout en étant complexe, c'est peut-être l'espoir et toutes ces réflexions contemplatives qui donnent cette impression-là. On n'étouffe plus (dans tous les sens du terme) comme dans les autres poèmes.
La conclusion clôt la série en beauté, mention spéciale au tout dernier mot. Wink
Merci, l'idée était plus simple aussi que les autres, je suis curieux de savoir s'il est vraiment important pour le reste d'avoir lu la totalité pour apprécier la conclusion qui pour moi donc est simple puisque toute la complexité a été développé en amont.

@La Lapine Cornue a écrit:

Bon, par contre, la toute première phrase sur la pierre, la première du paragraphe-pavé, elle est chaude à saisir. Faut s'accrocher pour rentrer dedans, il y a beaucoup d'idées / de termes parfois limite contradictoires, dont certains m'ont paru de trop (l'humilité, et/ou les jambes de géant...) c'est dommage parce que c'est quand même la première. Je l'ai lue une fois, puis deux, mon cerveau a mouliné et puis je suis passée à la suivante en me disant que j'avais compris l'idée générale. AHDE
En fait, c'est une référence à l'albatros de Baudelaire
"Le Poète est semblable au prince des nuées
Qui hante la tempête et se rit de l'archer ;
Exilé sur le sol au milieu des huées,
Ses ailes de géant l'empêchent de marcher."
Je trouvais que la montagne avait ce même côté grotesque mais majestueux. Mais je vois à la relecture que c'est un peu empâté.


@La Lapine Cornue a écrit:

Ah oui, et puis :
Citation :
La pierre devient chair au pelage d’écorce


Cette image m'a marquée, je sais pas trop pourquoi, mais vraiment, je la trouve magnifique, même pas pour qu'elle signifie (qui est assez flou j'avoue AHDE ) mais pour les sensations, la métamorphose, tout ça. C'est du toucher à l'état pur.

Et je sais pas, ça m'a rappelé l'histoire de mes créatures de lumière pour le CC, une petite phrase en particulier sur les panthères d'écorce, les ours de vent. Parce que ta phrase évoque tout de suite quelque chose de mythologique, de magique, de vivant. Et j'ai bien aimé ce côté-là, il est très rare dans tes écrits, je trouve. (Je ne compte pas les références mythologiques précises comme Prométhée et Pygmalion, ça ne donne pas du tout la même chose ; et puis évidemment tu as toujours plein de belles images, mais là c'est différent). C'est vraiment étrange comme impression, tout le reste de la phrase retombe sur ton style plus complexe et des idées qui te sont plus habituelles, avec ce côté rationnel, presque analytique, un côté J'ai un score de fou aux tests de QI fou En tout cas, c'est comme ça que je ressens souvent tes textes. (ce qui ne les empêche pas d'être poétiques.)Mais ce début de phrase, là, juste ces quelques mots, je sais pas. C'est autre.


Oui, il est presque deux heures du mat et je disserte sur un petit bout de phrase, OK ? Ghh

En même temps je ne comprends pas trop, j'essaie d'expliquer pourquoi ce truc en particulier m'a marquée au point que je veuille y revenir après la fin de la lecture, alors que ça ne m'arrive jamais d'habitude.

Sans doute aussi par sa simplicité. Tu as des images très belles mais elles sont souvent complexes, plus longues, exprimées avec des mots un tantinet savants. :-p On les sent plus travaillées, plus... artificielles. Elles marquent moins. Enfin, je suppose que c'est pour ça.

Après, c'est juste mon impression perso, ça m'étonnerait que tout le monde vienne te faire une fixette sur ce petit machin perdu au milieu du texte, hein. AHDE


Bref, c'était cool, saloute

Je savais que cette phrase te plairait, parce qu'elle est vraiment simple et élégante, un peu mystique (mais tu as du adoré le précédent alors, je parle de mysticisme pendant deux pages facile)

Merci en tout cas pour ce long commentaire. Il me touche en plein coeur :)
Revenir en haut Aller en bas
Phoenix
Piaf cramé complètement timbré
avatar

Féminin Gémeaux Messages : 1747
Date d'inscription : 06/01/2015
Localisation : Sur tous les fronts
Humeur : Combative

MessageSujet: Re: Envers demain   Dim 20 Mai 2018 - 11:09

Juste après la lecture de ce texte, la première chose qui me vient à l'esprit c'est... bah que j'ai pas vraiment de mots pour dire l'impression que j'ai (dans le bon sens hein Wink) parce que c'est plus fort que Wow. C'est juste... Magnifique, fort, beau, bouleversant...

Je dirais que c'est une très belle conclusion à tout tes autres textes. Même si en substance, ce texte se suffit aussi à lui même. 

Toutes ses références aux éléments, à la nature et à son caractère. C'est vraiment très bien exécuté et ça donne quelque chose de vraiment puissant, j'ai énormément aimé !

Ces choses que tu dis comme quoi nous perdons des bouts de nous même à chaque instant pour en recoller de nouveau, je trouve ça tellement vrai et j'aime beaucoup l'image que cela dégage.

------
J'arrive au terme de ma lecture sur cette série de texte.

Le moins que je puisse dire c'est que je n'en ressort pas totalement indemne.

Ce que tu dis est très personnel mais à également une conotation universelle. 

C'est très beau, très violent mais aussi porteur d'espoir...

Je ne vais pas m'étaler, je manque de vocabulaire et je me répète Wink


En tout cas, continue d'écrire ne t'arrête pas ! Tu produits des perles c'est magnifiques !


Et pour finir, tiens le choc, garde le cap. Je te souhaite le meilleur, tu le mérites. 

------------------------------------------------------------------------------------------------

Lire le phoenix--------> Mes textes o/

Demandez les services de CommandoSuperPho :corn5: :
Bidouillages, test et codage[DISPO]
Beta-lecture [DISPO - TEXTES COURTS UNIQUEMENTS]

*L'oiseau cramé s'approche de Invité et se demande si ce dernier est comestible... Le piaf enflammé a faim...
Revenir en haut Aller en bas
https://kemnyx.wordpress.com/
Ragne

avatar

Masculin Sagittaire Messages : 542
Date d'inscription : 02/04/2017

MessageSujet: Re: Envers demain   Dim 20 Mai 2018 - 14:26

Merci pour ta lecture et ta série de commentaire. Lire 1293 d'une traite n'est pas aisé et la fin même si elle est belle ne lave pas toute la douleur qui transpire à la lecture.
En lisant tes commentaires, j'ai ainsi relu mon oeuvre.

Je suis particulièrement touché que tu te sois autant attardé sur ces lectures et que tu ai pris le temps de commenter.

Merci de ton soutien, de ta bienveillance et de ton amitié
C'est des choses qui me sont chères.

Merci pour tout en fait

Je t'embrasse
Avec mon amitié
Guillaume
Revenir en haut Aller en bas
Flopostrophe

avatar

Féminin Scorpion Messages : 352
Date d'inscription : 19/01/2017
Localisation : Sur le toit
Humeur : Le temps passe trop vite

MessageSujet: Re: Envers demain   Ven 1 Juin 2018 - 17:32

Ragne, me voilà au bout de la lecture de ton oeuvre 1293. J'ai lu tout d'un coup. Je n'ai pas lu les commentaires des autres. Donc voilà, go, je me lance dans un petit commentaire global.

C’est une magnifique poésie que tu nous présentes là. On ressent une telle puissance dans tes propos, c’est fort ! On dirait que tous tes mots sont grandioses, puissants, portants, vrais, singuliers. Je me demande si une phrase toute banale que tu aurais glissée au milieu n’aurait pas parue tout aussi puissante, noyée dans le reste. Je veux dire, le ton que tu emploies inspire déjà toute cette force, alors en plus les mots que tu empruntes… ! Tu empruntes de très beaux mots, tu m’en as fait découvrir certains d’ailleurs, et chacun d’entre eux semble utile pour confectionner ce que tu veux faire passer comme messages.

Ce sont donc des paroles puissantes, qui ont plus un sens pour toi que pour les lecteurs, mais qui me parlent quand même énormément, et qui prouvent combien la vie peut être bizarre, difficile, absurde, cauchemardesque et peut-être heureuse à la fois. Toutes les questions que tu renvoies, toute cette douleur que tu exprimes si bien, si crument, si agilement, ça donne des frissons dans le dos.

Tu mets en avant des choses comme ce besoin de chaleur humaine, la dureté du monde. Tu nous places devant un corps rendu fragile par les épreuves de la vie, mal en point, à bout de force. Cette vie semble tellement épouvante que ça en devient éprouvant à lire. Oui c’est dur à lire, mais dans un sens, c’est enrichissant, intéressant, utile. Cet accent mis sur le silence m’a frappé, comme l’importance donnée aux mots, au verbe. Je suis d’accord, et on sent qu’écrire cette poésie peut aider.

J'ai dû m'y prendre à deux fois pour lire certains passages, j'avoue, peut-être que lire tout d'un coup n'a pas aidé...
Depuis le 1er texte, je m’attendais à lire une lente progression vers un mieux, je ne sais pas si cela étaient dans tes intentions, en tout cas je ne l’ai pas autant ressenti que prévu, au final.
J’ai particulièrement aimé « devant le jour », je ne sais pas trop pourquoi… Les flashs entre autres m’ont semblé avoir leur place et rendent le texte plus prenant. Cette partie m’a semblé plus concrète que le reste aussi.

Bon voilà, pas beaucoup de concret dans mon commentaire, désolée… Mais je ne regrette pas d’avoir lu. Je crois que tu es un grand artiste, à mes yeux en tout cas. Fais quelque chose de ces textes, mets les ensemble, améliore-les encore, franchement ils ne peuvent pas s’oublier. Merci à toi pour ce partage.

------------------------------------------------------------------------------------------------
"Choisir, c'est marcher sur le cadavre de nombreux possibles"
Les voies que nous ne choisissons pas sont les autres vies que nous ne connaîtrons jamais...



Chasseresse de fautes  :superman:  Mon signe distinctif : §


Revenir en haut Aller en bas
Ragne

avatar

Masculin Sagittaire Messages : 542
Date d'inscription : 02/04/2017

MessageSujet: Re: Envers demain   Ven 1 Juin 2018 - 18:42

Je ne sais pas quoi répondre je suis particulièrement touché de ce long message. Alors pour lui : merci.

Je vais essayer de répondre point par point à ce magnifique commentaire.

Merci pour le passage sur le verbe, il a été primordial dans la conception de cet oeuvre, je suis vraiment touché que ça t'ai emporté à ce point, que ça ait fonctionné autant.

Ce paragraphe sur l'universalité des propos me parle énormément, parce que je ne savais pas si ce texte pouvait être compris par quelqu'un d'autres que mes proches. Et si effectivement, certaines allusions sont de l'ordre de l'intime, je suis vraiment touché que tu ait réussi à t'identifier à certains passage. Mon ambition quelque part était de donner des réponses.

L'idée était au début de vomir ce que je ressentais tout en essayant de l'analyser, d'en sortir un peu plus grand et de rappeler que c'est les épreuves qui forge l'humain, je suis content que ça t'ai marqué.

Oui, certains moments sont vraiment noirs, il fallait rendre mon rapport à la dépression et à la douleur concret. Pour le reste, c'est intéressant ce que tu confesse, j'avais l'espoir en commencer à écrire qu'il y aurait une progression, mais si ça m'a un peu apaisé de jeter ça sur papier, l'évolution n'a pas vraiment eu lieu, je suis simplement resté moins à vif, mais toujours suintant.

Je te remercie vraiment de ce long commentaire, d'avoir pris le temps de me lire et de laisser cette impression. Et ce compliment de fin qui me... bouleverse beaucoup, merci d'avoir cette vision de moi. Infiniment. Je veux faire quelque chose de cette œuvre, je ne sais pas encore quoi, peut-être une adaptation en théâtre, peut-être en bande dessinée à la coiffe de naissance de Moore.

Je ne sais pas encore comment l'exploiter.

Une dernière fois, merci, vraiment, ce commentaire me touche par son bienveillance et sa gentillesse et par tout ce qu'il transpire.
Amitié
G.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Envers demain   

Revenir en haut Aller en bas
 
Envers demain
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Poésies-
Sauter vers: