Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Du whisky et du piano

Aller en bas 
AuteurMessage
Ouppo
Fou du roi
avatar

Masculin Lion Messages : 443
Date d'inscription : 04/01/2016

MessageSujet: Du whisky et du piano   Mer 9 Mai - 0:46

On m'a proposé des sujets sur la CB et j'ai fait une nouvelle avec, j'espère que ça vous plaira.


Spoiler:
 

Clac

Ses mains larges, couvertes de cicatrices roses comme blanches, enlaçaient un verre de bourbon, une bouteille de whisky l'observait sévèrement, posée sur un piano fermé. C'était un verre qu'il s'était préparé à l'avance, une petite attention de soi qu'il appréciait après son travail. D'un trait brûlant, il avala son liquide de douze ans d'âge, ni la souplesse, ni la subtilité des arômes n'entrèrent en son palais. Il buvait pour se casser la gueule.
Il s'était assis, pas confortablement au fond, mais en bout de chaise, la tête baissé à hauteur de poitrine, le verre au bout des doigts. Ses poumons s'élevaient et redescendaient, par la fenêtre le ciel gris et l'alcool faisait tourniller misérablement ses pensées.

Quelque chose, quelque chose il le savait, allait arriver. Il avait plus qu'à attendre chez lui que ça arrive.

En réponse à cette pensée, un zeppelin glissa sur le gris poisseux des nuages, ses hélices vrombirent près de la fenêtre et la dépassèrent. Attaché en dessous du ballon, deux-trois personnes étaient enfermées dans un conteneur transparent.

Ses jambes se levèrent de son siège bien avant qu'il put y penser, il posa son verre et scruta l'atmosphère. Il devait intervenir, c'était le devoir de la résistance.

Tap, ses pas résonnaient, tap.

Tap

Tap

Mais il était seul.

Tap

Tap

Tap

Il était la résistance, mais depuis bien trop longtemps, il était seul à arpenter cette maison.

Tap

Qu'est-ce qu'il pouvait faire ?

Ses mains attrapèrent le verre délaissé et le remplirent à nouveau.

Non, il ne pensait pas avoir failli, l'avenir de la résistance en premier.

Ramassis de merde.

Il se cassait la gueule avec du whisky pour abolir la lueur de vérité qui venait mettre ses pieds partout dans sa tête et sur sa fierté. Il avait été... un héros, dirigé une équipe et combattu le roi partout, mais le groupe s'était dissous, la prison, la fatigue, la retraite et la mort avait mit fin à de nombreux parcours héroïques.
Soudain le gris était nuit, dans sa chaise en carton il s'était assommé, un joli K.O qui l'avait séché pendant quelques heures durant. Il passa sa main dans ses cheveux rubis, une teinture difficile à obtenir depuis longtemps.

Scratch scratch

Il regarda la montre qu'il laissait toujours sur la table et qui lui servait d'horloge de maison, les aiguilles tournaient.

Tic

Tac

Et pour lui il était l'heure. Il s'ébroua pour déloger les petits frissons qui s'étaient endormis sur lui. La voiture solaire ne sortirait pas maintenant, simplement parce qu'il n'était pas sûr d'avoir assez de batterie pour un aller-retour la nuit. Heureusement, cela faisait plusieurs mois qu'il s’asseyait sur un billet de train, une faible récompense qui lui venait d'une époque apocryphe où trois personnes habitaient ici.

Tic tac tic

Clac

Il avait tourné le dos à sa porte en espérant revenir, cette fois plus que tous les jours, parce que cette fois, un quelque part où aller lui avait indiqué une direction qui le détournait du regret. Son sac était plein, sa ceinture était prête et il pouvait sentir le poids du billet dans sa poche.

Les milliers d'yeux menaçants brillaient dans tous les recoins, sous la lune, un pelage gris passa sans bruit. Sa main se porta immédiatement à sa bombe de papier, le félin ne l'avait pas remarqué, il était accroupi derrière un mur, le chat le dominant de plusieurs centimètres. Ses sens acérés au maximum par le danger, pénétraient dans la peau et de plus en plus d'aiguilles s'enfonçaient au plus loin dans son dos et sous son crâne, de la sueur perlait sur le front lisse de l'homme.

Sans un bruit encore, la créature s'éloignait.

Sa bombe de papier remplie de vinaigre aurait sans doute pu faire fuir l'animal, si le chat ne lui avait pas sauté dessus par derrière, dans ce genre de circonstance personne ne survivait sans aide. Il avait expérimenté les griffes de ces monstres de l'évolution avant qu'on ne soucie de qui du roi ou de la résistance. La période du trouble, après la chute du gouvernement et avant l'instauration d'une pseudo-royauté, était une anarchie de rats, de chats et autres ennemis de l'humanité qui faisait maintenant leur taille.

La nuit étouffante se continua sans autre trace de bête poilue, l'essence de la rivière prit la place sur les odeurs de la ville. Lorsqu'il emprunta le pont goudronné, en contrebas, il aperçut tout une procession de navires portant des toiles de tentes et des maisons en plastique ou en bois. Toutes les deux embarcations une plateforme flottante, ou une barque remplie de terre et de plantes, glissait tirée par une maison. Seul le bruit de l'eau sans éclat revenait aux oreilles, sans la lune, nul ne les aurait aperçu.
La cité flottante s'étendait plus loin qu'il ne pouvait voir et il aurait apprécié continuer son observation, mais le tic tac de son esprit lui rappela qu'il était attendu.


Tap tap tap


Il descendit sur les rails de trains qui ne convenaient plus, le nouveau n'utilisait qu'une seule des poutres d'acier, mais allait tout de même convenablement vite malgré sa taille incomparablement moindre.

Fuuuuuuh Fuhhhhhhh

Le sifflet de fumée avait retenti, le train arrivait en gare.

Criiiih

Les freins crissèrent un instant avant l'arrêt total.

-En voiture ! Vous là ! En voiture, si vous avez un billet ! hurla le conducteur.

Clac

Tout comme à l'extérieur, le train répliquait parfaitement les vieilles locomotives, tout y était feutré et les couleurs étaient claires, des lumières électriques teintaient la nuit d'un peu de lumière assombrissante.

Tchachachac

Le train se remettait en route, l'homme passa sa main dans ses cheveux pour se donner contenance, il épousseta un peu sa veste grenat et resserra sa cravate. L'atmosphère qui se dégageait d'ici était trop posh pour lui.

Tap tap

Un contrôleur, avec une casquette noire et l'habit qui allait avec, fit un petit signe à l'homme en rouge.

-Bienvenue, vous êtes sur le Birchwood, pourrais-je voir votre billet et vous indiquer un siège approprié ?

-Heu... bien sûr. Voilà.

-Ah ? une surprise ravie surlignait le visage du contrôleur, vous êtes en première classe. J'aimerais bien vous dire qu'il n'y a que des premières classes à bord de ce train, mais je me dois de vous conduire à la voiture appropriée, c'est un petit compartiment, très privé, très calme. Je dois vous avouer que la décoration n'y est pas d'aussi bon goût que dans les autres voitures selon mon humble opinion.

Clac

-Première classe. Vous y êtes. Installez-vous, je vous en prie, un rafraîchissement vous sera servi plus tard. A bientôt.

Le contrôleur repassa dans la voiture d'où ils étaient venus. Le décor était très "frimeux" en effet, du doré et de la soie avec des fauteuils en peau de velours de Carme.

Tap

Il fit quelques pas, l'ambiance velouté commençait à s'immiscer en lui, du parfum avait semble-t-il été diffusé.

-Tu ne viens pas t'asseoir à côté de moi, Lych ? lança une voix grise.

-Ciem.

-Toujours dans la révolution ?

Pendant un instant, après s'être assis au côté de l'homme au costume gris, Lych contempla le visage salé par la pluie marine et qui commençait à prendre les marques du temps. Sa main s'approcha tout doucement de ces traits peints à l'eau de mer et l'homme rouge sentit son amertume fendre ses lèvres.

-Je sais pas, toujours roi ? souffla Lych.

-J'ai même pas de couronne, je suis juste une ruine d'épave. Tu l'as dit au moins à tes nouvelles recrues de la résistance que j'étais pas si méchant que ça ?

-Y a plus personne avec moi maintenant. Y a eu des morts et des captures, des départs à la retraite aussi...

-Oh.

-Et des gens qui ont traversés la frontière.

-C'est qu'une mauvaise passe, je sais que tu vas retrouver des camarades à un moment ou un autre, et puis on travaille toujours ensemble, non ? Je peux faciliter des évasions. Écoute je voulais te dire quelque chose d'important sinon...

-Arrête de faire le con, Ciem. Y a six mois ç'aurait été une erreur de parcours, un moment d'égarement, mais ce que tu as fait récemment tu peux pas le justifier en faisant beau visage. Tu n'es pas qu'une marionnette sans pouvoir, tu en as et tu en abuses. Tu ne pourras pas mettre tout ça sur le dos des Actionnaires.

-Attention avec les mots, Lych. Je ne comptais pas nier si tu m'avais demandé. J'ai utilisé mon pouvoir pour atteindre mes fins personnels, c'est totalement vrai. Mais même si je n'aime pas me trouver des excuses, il y avait une raison derrière tout ça.

-C'était une purge !

-Ahhh... Tu es toujours dans l'émotionnel à outrance. C'était nécessaire.

-C'était nécess... ? On parle de dizaines... de centaines de morts !

-Je vois que t'as décidé qu'on serait sincère, alors je vais l'être aussi. Lych, écoute-moi bien bordel, je me torche le cul avec la rubrique nécrologique de ces gens ! T'entends ? Ils sont morts ? Putain, mais qui ? Qui en a quelque chose à foutre ? Ils sont morts et le monde n'a pas implosé, parce que les morts ça se trouve par milliards. Ils étaient sans importance, j'ai gardé les ingénieurs. Ils me refusaient leur aide, aussi bien au nom du roi que de la résistance. Il me fallait l'hélium et de quoi construire les aéronefs. Parce que figure-toi que notre projet on est à deux doigts de le réaliser. Et pourquoi ça ? Parce que je me suis sali les mains ! Regarde bien ! Ce sont des mains sales, qui ont étranglé et étripé pour arracher la clé mécanique que ces salopards m'avaient refusé !

-Tu es fou...

-ALORS JE SUIS FOU ? Putain, putain, putain. Putain putain putain putain de MERDE ! Oui, je suis fou ! T'es content ? Et toi, t'aurais osé plonger dans cette folie pour atteindre notre rêve ? Tu préfères attendre, comme toujours, que les choses arrivent. Voilà. La prochaine fois fais mieux ton travail de résistant, parce que des choses sont arrivées, des choses sales que j'aurais aimé pas avoir eu à faire. Et je m'en fous Lych, t'as pas le droit de me juger, parce que tu savais que je le ferais et que t'as rien fait pour m'en empêcher ! Tu as préféré respecter leur isolement ! Et maintenant ils sont morts, je les ai tués ! Est-ce que c'est mieux, maintenant ?

-Tu peux pas me mettre ça sur le dos !

-Ce que tu n'as pas fait équivaut à ce que j'ai fait, ma conséquence découle de ta cause, Lych !

-...

Lych détourna ses yeux pour regarder fixement devant lui au loin, quelque part où il n'était pas.

Jusqu'à ce que le contrôleur revienne avec un chariot, le silence vexé resta fermement intacte et même après son passage, les deux burent leur verre en silence.

-Lych...

-...

-Tu regrettes pas avant ?

-...

-Quand je jouais du piano et que tu dansais, avant qu'on se retrouve tous comme ça.

-J'avais commencé à regretter bien avant.

-Je suis désolé, Lych.

-Pourquoi ? C'est moi qui suis parti du groupe pour ma copine.

-Ouais, la voix de Ciem de s'était cassée. C'est vrai, ouais.

-C'est moi qui suis désolé.

-T'en penses pas un mot, t'étais trop occupé à être heureux avec elle pour regretter.

-...

-Mais c'est pas grave, j'aurais fait pareil.

-Non... t'aurais jamais fait ça. Et devine ? C'est pour ça que je m'en veux.

Ils n'ouvrirent plus la bouche pendant de longs moments à nouveau, mais les yeux de nuage mélancolique de Ciem flottèrent longtemps entre la grande main de son ami et la sienne, aux doigts fins et courts.

Criiiiiic

-Port-Royal, je descend là.

-A plus, Lych. J'espère que la prochaine fois on s'engueulera pas comme ça. Bonne chance là où tu vas.


Tap tap tap


La ville était comme à son habitude, le seul port encore en activité sur le territoire, mais complètement vide la nuit. Les canaux empruntaient au ciel la voie lactée, mais les lampadaires dormaient depuis que l'électricité s'était raréfié. Avant, l'été, sous l'orange des lumières, il venait chaque année. Lych, Ciem et Tiffany, un trio d'artistes de rue qui venait vivoter de l'argent des touristes en été.

Ciem jouait du piano, mais dans la rue il grattait un peu de guitare, Tiffany chantait et Lych dansait. Et tous les soirs, après leurs représentations, ils se buvaient quelque chose à une terrasse de café.

***

-Lych, tu regrettes pas quand tu étais en duo avec Ciem ? Il paraît que vous aviez du succès, enfin, vous remplissiez les salles, quoi.

-Non, pas du tout. Pourquoi tu dis ça ?

-Je me sens un peu responsable, on s'est mis ensemble, puis on a formé un groupe et on est parti comme ça sur un coup de tête à cause de mon idée. Je pensais que ce serait cool de vivre comme des artistes, libre et sans attache, tu vois ?

-Je t'ai suivie et Ciem a suivi parce qu'on pensait pareil et on a pas eu tort, y a des moments difficiles, mais on s'en sort bien, non ?

-Ouais, tu as raison. Merci.

-De rien.

***

A l'horizon, un bateau gigantesque attendait pendant qu'un petit motorisé approchait.

Tap tap

Lych s'avança des deux hommes qui venaient de désembarquer, deux hommes d'une taille de Gulliver, un en chemise décontractée et l'autre en costume.

-Monsieur Nitis, enfin nous nous rencontrons, s'écria l'homme. Nous allons pouvoir conclure cette affaire, je suis désolé de vous presser, mais j'ai tous les autres Petits Actionnaires à voir.

-Vous acceptez nos demandes ? répondit Lych.

-Bien sûr, une démocratie. Le contrat a été dûment acté, mais vous ne voulez pas d'argent ou quelque chose de plus ? Votre petite faveur ne me coûtera rien de toute façon. Peut-être voulez-vous que je m'arrange pour aider votre ami le roi ?

-Non, je n'en vois pas l'intérêt.

-Ah, je n'ai jamais respecté les gens qui laissaient tomber leurs amis, mais puisqu'on ne va plus jamais se voir, je suppose que je m'en fiche.

-Tenez, répondit froidement Lych.

-Merci bien. Allons-voir les autres.

Blam blam

Trois véhicules miniatures armés de petits calibres étaient sortis du coin de la rue.

-Lych Nitis, trompeta une des voitures, rendez-vous! Vous avez trahi la résistance et le pays entier !

De surprise il fit un pas en arrière, son cœur battait dans ses tempes.

Boum boum

-Vous collaborez avec des Actionnaires et mettez en danger l'intégrité du pays ! Vous collaborez à une OPA hostile !

Boubouboum

Sa mâchoire bougea, mais aucun mot ne put sortir de ses lèvres.

L'Actionnaire était déjà parti bien loin.

-Monsieur, murmura le garde du corps en costume, dois-je intervenir ?

-Est-ce qu'ils nous menacent ?

-Non, je ne crois pas.

-Personne ne voudrait prendre le risque de blesser un Actionnaire majoritaire, imagine les représailles.

Bouboubboum

Finalement...

-Je l'ai fait pour la démocratie !  POUR NOTRE PUTAIN DE COMBAT DE

***

Par terre une veste de costume grise gisait, une cravate et une montre à son côté. Dans le clairombre, un homme enlaçait une mélodie à la peau ivoire et aux cheveux ébènes, faisant jouer ses doigts comme un ruisseau sur un lit sans drap. Il déboutonna encore un peu sa chemise, laissant voir sa clavicule naissante et une peau blanche grisante, alors qu'il accélérait de plus en plus.

Il alluma une cigarette et alla s'asseoir ailleurs pour observer de loin son piano et sa bouteille de whisky. L'obscur avait fini par envahir toute la pièce, l'homme regarda entre ses doigts le scintillement rougissant et mortel de sa sèche. Il savait que ça lui faisait pas du bien, mais il ne pouvait pas arrêter.
Après sa deuxième, il ouvrit la fenêtre, de la fraîcheur entra. Pendant quelques instants il clopa à la fenêtre les yeux ailleurs et alla se rasseoir pour attendre. Il n'était pas attendu, on ne viendrait pas le voir, mais lui patientait. Il détestait ça parce qu'il commençait à regretter, il se rappelait qu'il n'était pas voulu et pas utile. Il avait dû faire des concessions inacceptables et tout ça par faiblesse, par peur.

Il attendait car il avait besoin de quelque chose qu'il n'avait jamais vraiment eu, parce qu'il avait trop donné pour partir.

Il attendait ce soir, parce qu'on avait quelque chose à lui dire.


Avant les corrections de Flopostrophe:
 
Corrections:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ragne

avatar

Masculin Sagittaire Messages : 645
Date d'inscription : 02/04/2017

MessageSujet: Re: Du whisky et du piano   Mer 9 Mai - 23:55

Ton récit est... fracturé.
Je ne sais pas si c'est à cause de Satie derrière qui fracasse son piano en violente mélancolie, mais je trouve que ton texte résonne de cette même rupture.
Tout d'abords, j'ai noté des fautes chez toi, je ne sais pas si c'est un moment de lucidité de ma part qui ne les voit jamais ou toi qui en a fait plus que d'ordinaire, mais ça m'a surpris.

Ensuite, qu'est-ce que ton style a mûrit... c'est noir, sombre et tellement cynique. Les dialogues sonnent un peu artificiel, mais tout donne ce côté patchwork étrange.

En fait, j'ai vraiment eu l'impression de lire un rêve lucide, un tableau un peu rasé d'un monde scindé. Le début fait film noir, le milieu sombre dans l'apocalypse grandiloquente et burlesque, le train fait film d'auteur engagé, la fin fait blockbuster. C'est un agrégat singulier, un récit assez hypnotique en fait, je ne sais pas comment tu as réussi à me garder en fait, tout devrait étouffer sous les coutures trop grosses du texte, mais il tient.

Et il tient assez bien, je crois que c'est le texte que j'ai le plus aimé de toi depuis longtemps... C'est dire.
Il est vraiment bon, il y a certaines lourdeurs qui m'ont vraiment ennuyé, mais il y a des fulgurances vraiment génials, des passages atypiques. Tu gardes ton gimmick onnomatopesque qui définit ton écriture et pour le coup, je ne suis pas sûr que ce soit toujours approprié.

J'essaierais peut-être de le mettre en voix, il m'a vraiment accroché. Je sais pas pourquoi. Avec du Satie derrière ça peut rendre très bien.

Bravo donc
Revenir en haut Aller en bas
Silenuse

avatar

Masculin Balance Messages : 2232
Date d'inscription : 03/06/2015
Localisation : Derrière un pouet
Humeur : pouet

MessageSujet: Re: Du whisky et du piano   Jeu 10 Mai - 10:40

Me voilà enfin !

C'est sacrément décousu, dites donc. Pourtant, comme le dit Ragne, le récit tient debout et avance.
Je trouve les descriptions particulièrement bien fichues, elles parviennent à retranscrire une atmosphère vraiment particulière, sombre et un peu mélancolique sur les bords. Après, je pense aussi que les onomatopées n'ont pas vraiment d'utilité et ne participe pas de la création des impressions particulières dégagées par ton texte.
Lych est un peu osef, je trouve. J'ai l'impression que c'est une caméra avec quelques souvenirs un peu décousus. Ciem est plus intéressant (et ses tirades sont très bonnes également).
Le rythme du texte est bien fichu également, il est à la fois assez rapide dans l'enchaînement des scènes, mais assez régulier, je pense que ça fait en sorte qu'on demeure captivés à la lecture.
C'est un bon texte, oui. T'as encore des soucis avec la ponctuation (elle me paraît trop aléatoire pour que ce soit voulu) et t'as besoin de virgules et de points, vraiment.

Bisous AHDE

------------------------------------------------------------------------------------------------
"Chanter des chansons chez patrick Sébastien , enfin j'avais trouve mon identité je croyais que j'étais spiderman mais en vrai j'étais un agneau qui nage, j'avais plus peur des loup et de la mort car je savais qu'au bout du compte on finirai tous chez patrick Sébastien"
Pierre, 21/04/2018




Ah oui, j'écris des trucs aussi
Tutos : Versification & Rythme
Revenir en haut Aller en bas
Ailée-Folie

avatar

Féminin Taureau Messages : 309
Date d'inscription : 07/09/2013
Localisation : Souvent sur la Chat-Box
Humeur : Candide!

MessageSujet: Re: Du whisky et du piano   Jeu 10 Mai - 16:10

HELLOOO ! :D

J'adore l'atmosphère ! Wink C'était prenant malgré les maladresses, ton récit a un bon fond et une bonne histoire. Le contenu est très chouette, yaaaaaaay ! :hola: en gros que du positif sur l'histoire que tu racontes. J'ai bien aimé l'univers que tu deploies Wink

C'est la forme sur laquelle j'ai plusieurs remarques à faire. Je vais peut-être dire des bêtises, mais on sent que c'est un premier jet. Wink C'est assez décousu, ça contraste avec le contenu sérieux et l'ambiance morose qui règne tout au long de ton récit. Il y a des moments durant lesquels on se demande si tu n'as pas juste essayé de balancer des idées d'un coup, en vrac, pour remplir un univers à la va-vite. :o
Comme Ragne, j'ai trouvé cette fois-ci aussi que tes onomatopées ne se prêtaient plus autant à ton style d'écriture, plus mûr et plus réfléchi. J'ai personnellement décidé de passer outre durant ma lecture. :/

Pour tes personnages, ils m'ont tous les deux plu. ^^ le dialogue-plat par moment,certes- rentre bien dans le style du récit et nous permet de bien rentrer dans ton monde et de nous attacher aux personnages. ;P

En conclusion, je dirais qu'on a une jolie pierre ici, qui attend encore d'être polie et sculptée pour donner une gemme ! :D j'ai aimé te lire !

------------------------------------------------------------------------------------------------
:serpent:

(Les oiseaux vaincront!)
Revenir en haut Aller en bas
Ouppo
Fou du roi
avatar

Masculin Lion Messages : 443
Date d'inscription : 04/01/2016

MessageSujet: Re: Du whisky et du piano   Sam 12 Mai - 15:39

Grand merci pour vos retours je vais essayer d'améliorer tout ça pour ma prochaine nouvelle et essayer d'être moins décousu. Pour les onomatopées je vais voir comment améliorer ça, j'ai pas beaucoup d'exemples sur lesquels m'appuyer donc c'est expérimental.

C'est tout de même une nouvelle qui m'a demandé du travail, donc je suis content qu'il n'ai pas été en vain.
Revenir en haut Aller en bas
Tôle

avatar

Masculin Cancer Messages : 237
Date d'inscription : 12/01/2016

MessageSujet: Re: Du whisky et du piano   Lun 4 Juin - 22:54

C'est du beau travail ouppo ! J'aime cet aspect expérimental ! :) Tu nous a écrit une belle histoire, très sombre en plus de cela. C'est très très mûr je trouve ça cool. J'aime beaucoup te dialogues. Limite au moment ou clem fait son monologue sur sa folie, je l'aurai bien vu entrecoupé d'une description de ses actions pendant qu'il parle : genre, "il avait les yeux exorbités et sa folie n'avait d'égal que la quantité de postillons qui sortaient de sa bouche" ^^ ce n'est qu'un exemple, hein ! libre à toi de faire ça comme tu le sens. Après les dialogues sont très bien comme ça

------------------------------------------------------------------------------------------------
Écrire et être lu, c'est se dévoiler au reste du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Hartsock

avatar

Masculin Bélier Messages : 1631
Date d'inscription : 19/11/2015
Localisation : À table, comme toujours.
Humeur : J'ai la dalle!

MessageSujet: Re: Du whisky et du piano   Mar 5 Juin - 20:06

Le titre m'a attiré, je lirai quand j'aurai un peu de temps Wink

------------------------------------------------------------------------------------------------
Hart, le cerf à chaussettes. Pour vous servir

Signe distinctif de chasseur de fautes: µ
------------------------------------------------------------------------
"Dis moi : je t'aime ! Hélas ! Rassure un cœur qui doute,
Dis-le moi ! Car souvent avec ce peu de mots
La bouche d'une femme a guéri bien des maux." VICTOR HUGO

Eh, venez voir ce que j'écris :p
http://www.encre-nocturne.com/t1576p30-pages-jaunes-nocturniennes#60288
Revenir en haut Aller en bas
https://bloghartsock.wordpress.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Du whisky et du piano   

Revenir en haut Aller en bas
 
Du whisky et du piano
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Nouvelles-
Sauter vers: