Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chronochallenge n°128

Aller en bas 
AuteurMessage
Tiunterof
Gardien grincheux de la CB
avatar

Masculin Bélier Messages : 1849
Date d'inscription : 24/10/2012
Localisation : Sur la CB, comme toujours.
Humeur : sss

MessageSujet: Chronochallenge n°128   Sam 12 Mai 2018 - 22:10

Hop, petit CC en retard.

- Le souffle de la guerre.

- Le continent d'or.

- Chute de l'empire.

- La boîte de gâteaux.

- Chez moi il y a un oiseau qui parle.
Revenir en haut Aller en bas
Khenterson



Masculin Sagittaire Messages : 18
Date d'inscription : 13/02/2018

MessageSujet: Re: Chronochallenge n°128   Sam 12 Mai 2018 - 22:42

Elle trône ici depuis un moment déjà, mais elle a sa place, posée sur son étagère, à une hauteur qui fait souvent monter ma petite sur la pointe des pieds. On peut la comparer à un trésor, son contenu est mystérieux mais souvent apaisant pour quiconque ose s'en délecter. Je m'efforce de la protéger mais elle est irrésistible enfants, adultes, chats, tout le monde veut y accéder. À quoi bon s'y opposer? Aujourd'hui elle m’offrit un brownie, que me réserve telle pour demain? Ce sera ma surprise! Mon petit moment de délice qui s’accommode si bien avec mon cappuccino. Alors oui c'est une petite ode que je te fais, toi qui sais égayer mes journées quand elles sont trop chargées, ma boîte à gâteau.

------------------------------------------------------------------------------------------------
Benjamin Franklin a écrit:
"Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre, et finit par perdre les deux."


Un électron libre comme ils disent...
Revenir en haut Aller en bas
Titi

avatar

Féminin Lion Messages : 813
Date d'inscription : 29/06/2016
Localisation : Dans la région de la cancoillotte :la:
Humeur : Tire sur mon doigt, non, l'autre doigt

MessageSujet: Re: Chronochallenge n°128   Sam 12 Mai 2018 - 23:02

Dans la boîte de gâteaux
Il y avait des merveilles sucrées :
Certaines de chocolat nappées,
Qui pour la volonté sont un fléau.

Dans la boîte incroyable
Renfermant ce petit paradis,
Se glissait une main coupable
Avide de petits plaisirs interdits.

Ces gâteaux et quelques friandises
Furent avalés par cet insatisfait voleur,
Assoiffé de torrents de douces saveurs,
Son âme emportée par la gourmandise.

Un flot sucré coulait dans sa gorge :
Le caramel blond de petits chocolats,
Les noisettes prises dans le nougat,
Les bâtons croquants en sucre d’orge.

Le contenu de cette boîte de gâteaux
N’est plus qu’un lointain souvenir,
Composé d’indescriptibles plaisirs,
Où la volonté d'un enfant tomba à l’eau.

------------------------------------------------------------------------------------------------
Hey, pssst, Invité , j'ai répertorié tous les textes que j'ai postés sur le forum ~ici~ Fais-y un tour si le coeur t'en dis :latourn: (ce n'est pas à jour hélas)

Les mercredis, 21h30 environ (heure française), je lance le CC. Vous pouvez d'ailleurs m'envoyer vos suggestions par mp (ou discord).

CDF (Poésies, Chansons, Chamarrés) :la: , mon signe distinctif est ♫

-
"Je leur rendrai ce grand service parce qu'on ne me l'a pas rendu à moi." (Philippe Labro - Les cornichons au chocolat)

-
Tous mes sens charmés
Hypnose et divins délices
J'aime les haïkus
Revenir en haut Aller en bas
http://je-seme-des-poemes.skyrock.com/3113348789-Index-des-poeme
Ouppo
Fou du roi
avatar

Masculin Lion Messages : 444
Date d'inscription : 04/01/2016

MessageSujet: Re: Chronochallenge n°128   Sam 12 Mai 2018 - 23:11

Attention : Horreur psychologique


Après 3 ans à naviguer sur la mer, nous avons enfin réussit à trouver de la terre. Moi et mon compagnon, Joan, sommes les deux derniers survivants d'un équipage de 1000 hommes. Puissent nos camarades défunts trouver la paix en les tréfonds.

Clonk

Nous accostons et remontons notre radeau sur la berge, cette terre c'est de l'or pur. Un continent bien plus grand qu'une île et qui s'étend à perte de vue, complètement plat, sans aucun relief et entièrement fait de métal précieux.

Mon estomac se noue, sur des kilomètres rien à boire ou à manger. Nous avons encore des provisions, mais nous ne survivrons surement pas beaucoup plus longtemps. Mon ami me regarde, nous sommes résolu à mourir.

Pendant des jours, nous ne trouvons rien, ni eau, ni nourriture, nous marchons, la mort nous étreint.

Finalement, des tâches d'or plus sombres apparaissent au sol et à mesure que nous avançons, elles semblent prendre visage humain. Une sorte de langueur morbide semble atteindre mon ami, il m'a juré avoir reconnu le capitaine parmi cet amas grotesque. La nuit il est persuadé que ces tâches l'observent.

Je tente de le rassurer, nous ne pouvons pas faire autrement qu'avancer à ce stade, mais moi-même j'ai crû reconnaitre un des membres de notre équipage parmi les visages distordus.

Au petit matin, j'entends Joan hurler, la terreur se lit sur ses traits, je regarde autour de moi et des dizaines de paires d'yeux me rendent mon regard. Il n'y a plus aucun doute, ces tâches sont maintenant comme des images vivantes de nos compagnons décédés. Si les yeux ouvrent sur l'âme d'un individus, alors les leurs ouvrent sur un enfer et ils tentent de nous y faire entrer par le moyen de leur pupille dorées.

La nuit nous ne dormons plus, nous nous contentons de nous serrer l'un contre l'autre en silence. Si il s'agit vraiment des âmes de notre équipage, alors cette fin figé dans l'or nous attend peut-être.

Le 10ème jour, quelque chose change, au milieu d'un lac d'or liquide, un arbre colossale trône tel un roi.

Il semblerait que les visages aillent se jeter lentement dans la substance dorée, arborant un air toujours plus damné.

Des branches de l'arbre, pendent des feuilles bel et bien verte et des pommes dorées elles. Le parfum qui émane de ces fruits est enchantant, mes épaules s'abaissent, ma respiration est enfin calme. Nous ne pesons pas longtemps le pour et le contre, déjà nous dévorons une pomme d'or.

Je pleure de bonheur, je sens la fatigue, les années de malheur, la mort me quitter.

Joan et moi nous regardons gravement, nous avons commit un acte plus grave que le parricide ou l'inceste, croqué dans cette chose nous a donné des connaissances interdites, nous pouvons voir une partie de notre futur. Notre vie sera trop longue, nous avons dépassé notre humanité sans passer par les années de réclusion mentale nécessaire, nous sommes sortis du cercle de la vie et de la mort.

Sans un mot, nous rebroussons chemin.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chronochallenge n°128   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chronochallenge n°128
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Défis et Concours :: Les chronochallenges-
Sauter vers: