Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un chant de désespoir

Aller en bas 
AuteurMessage
Ragne

avatar

Masculin Sagittaire Messages : 645
Date d'inscription : 02/04/2017

MessageSujet: Un chant de désespoir   Sam 19 Mai - 14:36

Un chant de désespoir

Qui est-elle cette femme qui a conquis le cœur de la mort ?
Elle qui règne sur l’hiver de son pas fier, si sûr et trop sagace
Est-ce un souvenir fugitif, un rêve trop fugace ?
Elle qui teinta mon esprit de mille-et-un remords
Elle marche en impératrice sur ces terres sinistres faites de naufrages
Sur ces toundras de glace, ces monts de larmes, sur ces étendues de neige
Et hier, avant l’hiver, ce monde était une splendeur exempte d’orage
Mais son règne a chassé la paix, mais sa peine m’a trop teinté de ses arpèges,
De son solfège noir, plus épais que mon sang de salpêtre et de soufre
J’entends sans son l’écho de ses mots qui frappe les falaises de ma mémoire.
Et ce silence ricoche entre roche et rivière, il vrille sans présent d’arches en gouffres
Et j’entends cette onde muette croître en triste tumeur du matin au soir
C’est la cicatrice criante, la strie lactescente du souvenir !
Quand hier je courais après une réalité adénome
Damnant ici mon être pour l’espoir de l’amour, sacrifiant mon temps pour un extrait de son arôme.
C’est ce fantôme qui résonne en moi, vent de peur nourri d’avenir.
Alors vaincu, de Londres à Berne, de Lübeck à Besançon, j’ai fui
Dans l’alcool, les femmes et les pleurs, dans les livres, la folie et l’encre, fardant tristesse en ivresse
Cherchant ici un autre rêve que son corps, un autre ciel que la voie lactée, implorant une autre nuit
Partout, je n’ai trouvé que l’averse.
Et après mille cinq cents jours frappant mon âme de leurs épées mélancoliques,
J’ai hiverné, recroquevillé sous mes escarres.
Filant pas après pas, édifiant lune après lune mon chant de désespoir
Et stridulé par des ténors aborigènes, l’hymne fut transcrit en cyrillique,
Comme un secret perdu par l’amnésie de l’abîme,
Une complainte écrite sur les berges du Léthé, aux portes du Tartare,
Au milieu des damnés de leur propre enfer, sous l’abysse de Gibraltar.
Eux, à mon instar, ont supposé leur existence comme un crime
Et ils chantent en chœur ma chanson de désespoir,
Sous le Styx en cascade rongé par les congères de la colère,
Nous taillons notre haine dans l’étreinte de l’oubli nodulaire.
Elle qui se ravive devant notre reflet capturé par l’Achéron et sa glace miroir
Oui, qui est-elle cette femme qui a conquis le cœur de la mort ?
Qui est-elle cette peine qui nous poursuit et nous ébauche en oxymore ?
Puisque peu importe le ciel, peu importe les âmes, j’ai vu partout le poids de nos vies
Elles sont faites de cendres, de silences, de douleurs, de violences, d’abandons et débris
Mais pourtant, malgré nos plaies scrofuleuses, nos cœurs en lambeaux, nos âmes en haillons
Nous dominons nos larmes d’un rictus retord.
Car peu importe qui est cette femme qui conquit le cœur de la mort !
Nous sommes immenses. Nous sommes ces amputés aux greffes splendides errant au Septentrion.
Bandant nos épaules sous la morsure du fouet pour la dîme d’un sourire,
Puisque les larmes et la douleur sont éphémères, vouées à l’oubli le temps d’un rire.


texte avant correction:
 
Revenir en haut Aller en bas
Silenuse

avatar

Masculin Balance Messages : 2232
Date d'inscription : 03/06/2015
Localisation : Derrière un pouet
Humeur : pouet

MessageSujet: Re: Un chant de désespoir   Sam 19 Mai - 18:33

Woh.
Ce pavasse quoi.
Comme je te l'ai dit, je ne sais absolument pas quoi en penser. Ma première impression est l'étouffement sous la longueur des phrases, des vers, l'épaisseur des mots, plus complexe encore que d'habitude. C'est une lecture qui n'est pas agréable, dure, froide, mais pas froide comme absence d'émotion et de relief, froide parce qu'inaccessible, inhospitalier. Je crois quand même que les vers sont trop longs. En fait, le poème n'est pas beau et ne cherche pas à l'être, me semble-t-il.
Un poème dur, monstrueux dans sa forme, sinistre sur le fond ; c'est une bête majestueuse qu'on arrive pas à cerner dans le seul cadre de nos yeux, comme si la caméra ne parvenait pas à le cadrer totalement.
Pourtant, il est maîtrisé, ça se voit. Les images sont très pertinentes (attention à quelques répétitions, genre l'image de la teinture vers 4 et Cool et certains vers offrent de véritables fulgurances :
"Elle qui teinta mon esprit de mille-et-un remords"
"Et ils chantent en chœur ma chanson de désespoir,"
"Mais pourtant, malgré nos plaies scrofuleuses, nos cœurs en lambeaux, nos âmes en haillons
Nous dominons nos larmes d’un rictus retord."
Ce sont des vers bien menés et singulièrement forts.
Certains sont bien plus faibles, cela dit :
"Partout, je n’ai trouvé que l’averse." (qu'est-ce que c'est que cette averse ? Et pourquoi ce vers tout raplapla après tous ces vers ultra denses)
"Et ce silence ricoche entre roche et rivière, il vrille sans présent d’arches en gouffres" (je comprends pas l'usage de ces images)

Bref, je ne sais pas quoi dire. Un boulot monstre a été fait à la réalisation de ce poème ; et sa monstruosité est sans doute sa plus grande qualité.

------------------------------------------------------------------------------------------------
"Chanter des chansons chez patrick Sébastien , enfin j'avais trouve mon identité je croyais que j'étais spiderman mais en vrai j'étais un agneau qui nage, j'avais plus peur des loup et de la mort car je savais qu'au bout du compte on finirai tous chez patrick Sébastien"
Pierre, 21/04/2018




Ah oui, j'écris des trucs aussi
Tutos : Versification & Rythme
Revenir en haut Aller en bas
Ragne

avatar

Masculin Sagittaire Messages : 645
Date d'inscription : 02/04/2017

MessageSujet: Re: Un chant de désespoir   Sam 19 Mai - 22:09

@Silenuse a écrit:
Woh.
Ce pavasse quoi.
Comme je te l'ai dit, je ne sais absolument pas quoi en penser. Ma première impression est l'étouffement sous la longueur des phrases, des vers, l'épaisseur des mots, plus complexe encore que d'habitude. C'est une lecture qui n'est pas agréable, dure, froide, mais pas froide comme absence d'émotion et de relief, froide parce qu'inaccessible, inhospitalier. Je crois quand même que les vers sont trop longs. En fait, le poème n'est pas beau et ne cherche pas à l'être, me semble-t-il.
Un poème dur, monstrueux dans sa forme, sinistre sur le fond ; c'est une bête majestueuse qu'on arrive pas à cerner dans le seul cadre de nos yeux, comme si la caméra ne parvenait pas à le cadrer totalement.
Pourtant, il est maîtrisé, ça se voit. Les images sont très pertinentes (attention à quelques répétitions, genre l'image de la teinture vers 4 et Cool et certains vers offrent de véritables fulgurances :
"Elle qui teinta mon esprit de mille-et-un remords"
"Et ils chantent en chœur ma chanson de désespoir,"
"Mais pourtant, malgré nos plaies scrofuleuses, nos cœurs en lambeaux, nos âmes en haillons
Nous dominons nos larmes d’un rictus retord."
Ce sont des vers bien menés et singulièrement forts.
Certains sont bien plus faibles, cela dit :
"Partout, je n’ai trouvé que l’averse." (qu'est-ce que c'est que cette averse ? Et pourquoi ce vers tout raplapla après tous ces vers ultra denses)
"Et ce silence ricoche entre roche et rivière, il vrille sans présent d’arches en gouffres" (je comprends pas l'usage de ces images)

Bref, je ne sais pas quoi dire. Un boulot monstre a été fait à la réalisation de ce poème ; et sa monstruosité est sans doute sa plus grande qualité.

Oui, c'est un texte que j'ai en fait plus vomi qu'écrit et il ne se pensait qu'en longueur. Il avait pour but d'essayer d'exorciser un malaise qui m'habitait depuis trop longtemps, d'où l'atmosphère volontairement poiseuse, trop dense, trop étrange, inhospitalière. C'est une sorte d'expérience, une sorte de chimère où je voulais extraire le magnifique du laid, mais pas à la manière de Baudelaire, je sais pas trop non plus quoi en penser.
Pour certains vers faible, en fait, ben je savais pas trop comment faire autrement pour l'averse que je voulais un peu calme et triste après le tonnerre
Et pour le silence, ben je voulais filer la métaphore de mon désert de glace en paysage étrange et multiple.

Merci de ta lecture et de ce long commentaire, il me touche particulièrement
Revenir en haut Aller en bas
Hartsock

avatar

Masculin Bélier Messages : 1631
Date d'inscription : 19/11/2015
Localisation : À table, comme toujours.
Humeur : J'ai la dalle!

MessageSujet: Re: Un chant de désespoir   Mar 22 Mai - 22:52

Comme l'a dit Sil. La lecture est pesante. Je devine qu'il faut lire avec très peu de pauses, comme quelqu'un qui déballe son sac duquel surgit un flot d'émotions et de pensées en désordre. J'ai vraiment adoré quand tu dis vouloir voir un autre ciel que la voie lactée, c'est très beau mais si triste. J'ai donc à la fois détesté et aimé. C'est dur, et comme le dit très bien Sil: monstrueux. Tu casses tous les codes et tu vomis, on voit rarement cette littérature à l'état brut. C'est ce qui fait la force de ce poème.

------------------------------------------------------------------------------------------------
Hart, le cerf à chaussettes. Pour vous servir

Signe distinctif de chasseur de fautes: µ
------------------------------------------------------------------------
"Dis moi : je t'aime ! Hélas ! Rassure un cœur qui doute,
Dis-le moi ! Car souvent avec ce peu de mots
La bouche d'une femme a guéri bien des maux." VICTOR HUGO

Eh, venez voir ce que j'écris :p
http://www.encre-nocturne.com/t1576p30-pages-jaunes-nocturniennes#60288
Revenir en haut Aller en bas
https://bloghartsock.wordpress.com/
Ragne

avatar

Masculin Sagittaire Messages : 645
Date d'inscription : 02/04/2017

MessageSujet: Re: Un chant de désespoir   Ven 25 Mai - 22:01

Merci pour ton retour qui me touche beaucoup <3
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un chant de désespoir   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un chant de désespoir
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Poésies-
Sauter vers: