Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 CC 2.9 - Sujets

Aller en bas 
AuteurMessage
Phoenix
Piou grincheux accro au café
avatar

Féminin Gémeaux Messages : 1803
Date d'inscription : 06/01/2015
Localisation : Sur tous les fronts
Humeur : Battante

MessageSujet: CC 2.9 - Sujets   Sam 2 Juin 2018 - 21:30

Bonsoir bonsoir ! :)

Au menu de ce soir, comme d'habitude le CC ! Vous avez une heure pour déguster le plat que vous souhaitez et rendre votre assiette Wink

Les plats proposés sont :

-La complainte du paon
-Le soleil se lèvera t-il encore
-Par delà la mer
-Encore une fois

Et en guise de sauce pour ceux qui veulent :



Bon appétit :p




------------------------------------------------------------------------------------------------
феникс

"Il faut persévérer, toujours !" [K`]
"On peut toujours faire plus" M. C.

"
Lire le phoenix--------> Mes textes o/

Beta-lecture [DISPO - TEXTES COURTS UNIQUEMENTS]

*L'oiseau cramé s'approche de Invité et se demande si ce dernier est comestible... Le piaf enflammé a faim...
Revenir en haut Aller en bas
https://kemnyx.wordpress.com/
Ouppo
Fou du roi
avatar

Masculin Lion Messages : 425
Date d'inscription : 04/01/2016

MessageSujet: Re: CC 2.9 - Sujets   Sam 2 Juin 2018 - 21:42

Le ver obsidien aux long corps transparent approcha ses anneaux de l'étoile, dans le ciel il était la nuit qui recouvrait la voie lactée.

Sa bouche s'ouvrit telle un grand morceau d'obscurité s'ouvrant sur un néant plus sombre et avala le soleil.

Pendant un moment la terre arrêta de tourner, des tsunamis et des tremblement de terre ébranlèrent la civilisation, une semaine plus tard le verre s'était réduit à la taille de l'étoile.
Un mois encore après, le soleil brillait comme si rien n'était arrivé, mais le ver transparent était toujours bien là, enroulé autour de lui-même et du cœur de notre système stellaire.

Il dormait et se réveillerait sûrement après sa digestion.
Revenir en haut Aller en bas
Phoenix
Piou grincheux accro au café
avatar

Féminin Gémeaux Messages : 1803
Date d'inscription : 06/01/2015
Localisation : Sur tous les fronts
Humeur : Battante

MessageSujet: Re: CC 2.9 - Sujets   Sam 2 Juin 2018 - 22:25

Inspi pas top ce soir :( Bonne lecture
----
Le monde tourne, on vit notre petite vie tranquille. Il y a des hauts et des bas, des moments de joie, des moments de tristesse, des moments de colère... Mais le monde continue de tourner, les gens naissent, les gens meurt, c'est comme ça depuis toujours. Le soleil se lève, il se couche et tout recommence le lendemain.

Mais un beau matin, notre astre du jour ne s'élevé pas dans le ciel ? Si tout restait noir et froid. Si la nuit devenait éternelle, que se passrait t-il ?

------------------------------------------------------------------------------------------------
феникс

"Il faut persévérer, toujours !" [K`]
"On peut toujours faire plus" M. C.

"
Lire le phoenix--------> Mes textes o/

Beta-lecture [DISPO - TEXTES COURTS UNIQUEMENTS]

*L'oiseau cramé s'approche de Invité et se demande si ce dernier est comestible... Le piaf enflammé a faim...
Revenir en haut Aller en bas
https://kemnyx.wordpress.com/
Tôle

avatar

Masculin Cancer Messages : 221
Date d'inscription : 12/01/2016

MessageSujet: Re: CC 2.9 - Sujets   Sam 2 Juin 2018 - 23:13

Désolé pour le retard mais j'ai commencé à écrire à la bourre.

Pêche aux souvenirs


Par delà la mer, Ariane ne voyait rien. Pas même un morceau de terre à l’horizon. Elle Ne voyait rien d’autre que la mer. Elle s’ennuyait, s’ennuyait et s’ennuyait. A bord de son chalutier, c’était toujours la même rengaine. Toujours. Rien d’autre à faire que de pêcher, nettoyer, manger, aller à la selle, nettoyer encore et finalement, dormir. Ses parents lui avait appris tout ce qu’il fallait savoir pour naviguer en toute sécurité, pêcher et entretenir le navire. Globalement, cette vie lui plaisait. Vivre en pleine mer à longueur d’année ne la dérangeait pas vraiment. En fait, il n’y avait qu’une chose qui la tracassait et l’ennuyait : la solitude. Il y a une grande différence entre se sentir seul et être vraiment seul comme Arianne. Vous pourriez vous sentir seul alors que vous êtes entouré d’un pays tout entier. Ou alors, il se pourrait qu’il ne reste plus que vous sur terre. Enfin, sur mer, plutôt.

Il y a de cela quarante cinq ans, la terre fut submergée par les océans. Les continents furent englouties en seulement deux jours. Ariane avait huit ans à l’époque. Elle était partie en mer avec son père pour qu’il lui montre en quoi consistait son métier. Leur “petit périple”, comme il avait dit le jour de leur départ, ne devait durer qu’une “petite semaine”. Les premiers jours se déroulèrent parfaitement bien. La petite Ariane était émerveillée par cette aventure en pleine mer. Cela la fascinait et s’était juré, après trois jours sur ce rafiot, de devenir elle aussi, pêcheuse en haute mer. Pascal, son père, était très fier d’elle et de lui pour avoir réussi à émerveiller sa fille chérie. Rien ne semblait plus beau que ces jours heureux pour Ariane. C’est au bout du cinquième jour que les choses se sont gâtées. Pascal avait repéré de très loin une tempête énorme arrivant vers eux et avait guidé tout l’équipage pour manoeuvrer le chalutier et tenter d’échapper à l’ouragan et aux déferlantes brutales et sans pitié. Cette nuit là, personne n’a dormi ni ne s’est reposé un seul instant. C’était une question de vie ou de mort. Le déluge n’en finissait pas Et quand il eut fini de ‘acharner sur le sort de milliards d’humains et d’animaux en tout genre, il ne restait plus rien d’autre que de l’eau. Partout de l’eau.

Durant le premier mois suivant la catastrophe,le père d’ariane, l’équipage et elle-même sont restés très optimistes. Pensant qu’ils finiraient bien par mettre pied à terre, revoir leurs femmes, leurs enfants, leurs amis et leurs familles. Au bout de cinq mois, Hubert, le vieil homme de l’équipage se jeta à la mer en laissant une lettre d’adieu courte mais efficace :

“ Je suis vieux et fatigué. Ma femme et mes petits enfant me manquent. Je sais que jamais je ne les reverrai. Nous manquons de provisions. Sans moi, vous tiendrez un peu plus longtemps. Bonne chance les gars. Embrassez la petite pour moi.

Ps : C’était un plaisir de partager cette aventure avec vous.”


Les avis étaient partagés en ce qui concernait de savoir s’il avait eu raison de se sacrifier de la sorte. Mais tous lui était reconnaissant pour ce geste d’amitié sincère et dévoué. Pascal pleura chaque jour durant un mois. Hubert était vraiment un très vieil ami pour lui.
Au bout d’un an, tous succombaient lentement à la soif. La nourriture ne manquait pas en mer. Les poissons prospéraient. La surpêche des Hommes étant éradiquée, la nature avait repris ses droits et Pascal avait appris Ariane à toujours respecter les poissons qu’elle tuait pour se nourrir et survivre une journée de plus. Au fil du temps, il ne restait plus qu’Ariane et Pascal sur le dernier chalutier du monde. Ariane se souvenait du dernier jour où elle s’était réellement amusée. La chance leur avait enfin sourit. Là où était censé se dressait l’Himalaya, Ils trouvèrent des caisses flottantes. Après les avoir hissée à bord, ils découvrirent que celles-ci renfermait tout un tas d’équipement d’alpinismes, de kit de survie en tout genre, comprenant des outils, des rations, un réchaud à gaz et des petites bouteilles de gaz allant avec, un mini récupérateur d’eau de pluie avec ses filtres pour la rendre potable et pour finir dans l’une d’elle se cachait une caisse de vin. Ariane n’avait que 14 ans mais Pascal la laissa goûter le breuvage légèrement sucré et pourtant acide. Personne ne lui en aurait tenu rigueur. Ce jour là, ce fût la fête sur le bateau. Il faisait beau et rien ne pouvait venir gâcher ce bon moment. Pas de visite imprévu, ni d’école, ni de travail, pas de télévision ni de téléphone portable. Rien d’autre que du partage Même si tous deux auraient préféré que leurs amis, tous disparus, soient là pour vivre cela avec eux. C’était une folle journée.

Ariane se retrouva seul sur ce rafiot le jour de ses vingt ans. Pascal fit un arrêt cardiaque alors qu’il remontait un espadon avec sa canne à pêche taillée pour la pêche aux gros.
Elle était à ses côté quand c’est arrivé. Elle s’en souvenait comme si c’était hier.

“Papa, qu’est-ce qui t’arrive ?
- Rien, ne t’en fais pas ma puce. J’ai juste mal au bras. Vient m’aider, tu veux, lui dit-il calmement. Cet enfoiré me donne du fil à retordre. là tient la canne fermement. Je vais te guider. Les espadons sont des bestioles tenaces et très fortes. Soit patiente. C’est toi qui doit l’épuiser, pas l’inverse. Voilà c’est bien. Dès que tu sens qu’il essaye de donner du moue pour reprendre sou souffle, tu tire un grand coup pour ne pas lui en laisser le temps…”

Après une dizaine de minutes d’acharnement et de conseils, Ariane remonta l’espadon, épuisé, sur le pont du chalutier.

“Incroyable, Papa ! J’ai réussi !
- Bravo ma championne !
- Tu m’as bien aidé tu sais, dit-elle en ne lâchant pas le poisson épée du regard. Et maintenant ? Tu viens m’aider pour la suite ?”

Pascal ne répondit pas et c’est en se retournant et en le voyant étendu sur le dos qu’Ariane compris ce qu’il se passait.

Malgré cela, elle pensait que de toute façon elle n’aurait pas pu faire grand chose et qu’elle n’avait aucun regret car elle savait que ce jour là, son père était fier de ce qu’elle avait accompli.

Sur le vieux Rafiot maintenant délabré, Ariane regardait le jour se lever. Le soleil s’élevait timidement au dessus de l’horizon. Laissant apparaître, ça et là, des nuances rouges et de oranges sur les eaux infinies de l’océan devenu vaste comme l’univers. Par delà la mer, ariane voyait le cours de sa vie défiler.

------------------------------------------------------------------------------------------------
Écrire et être lu, c'est se dévoiler au reste du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: CC 2.9 - Sujets   

Revenir en haut Aller en bas
 
CC 2.9 - Sujets
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Compétitions :: Défis :: Les chronochallenges-
Sauter vers: