Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Devant les cavaliers

Aller en bas 
AuteurMessage
Ragne

avatar

Masculin Sagittaire Messages : 648
Date d'inscription : 02/04/2017

MessageSujet: Devant les cavaliers   Lun 18 Juin - 19:03


Demain, quand sonnera le soir de l’apocalypse,
Quand Guerre et Conquête se succéderont dans la fin des temps,
Quand Mort et Disette définiront le présent,
Quand nous ne connaîtrons plus que la nuit sous les éclipses
J’observerai la lave ronger le sol et les cœurs.
Je viendrai et verrai mourir le verbe et la terre.
Et malgré le sang, la violence, les tombes, la colère
Je marcherai loin, digne et fier, sans peur.
J’aurai ton souvenir chevronné à l’âme
J’aurai ton sourire en boussole, défini en infini
J’aurai tes soupirs en hymne de la décennie
J’aurai cent espoirs dressés en oriflamme
Qui craindrait de prendre un train dans la plaine ?
Pour affronter le monde et la tristesse des érables
Comment craindre d’être à nouveau vulnérable ?
Quand tes bras bienveillants bannissent la peine
Qu’importe quand viendra le vertige des vestiges
Qu’importe quand il n’y aura que ruine dans mes rimes
Même lorsqu’il pleuvra des cendres des vies victimes
Je ne me souviendrai que de nos lèvres liées en voltige
Sur l’estrade, j’invoquerai un astéroïde austral
Strident le ciel strié de ton absence
Et je suivrai sa course, songe de notre naissance
Sous le soleil et dans la nuit, jusqu’aux cimes de l’Oural
Je traverserai les villes en holocauste
Je trouverai les foules en décombres
Je n’aurai de regard pour leurs rêves qui sombrent
Je briserai l’horizon, argonaute qui accoste.
Je marcherai en solitaire
Sans m’arrêter aux pieds des ginkos
Sans arracher le dernier coquelicot
Errant dans un silence salutaire
Aucun cadran ne compte les heures
Qui s’égrènent, essaimées loin de toi
Croquées sur mon corps comtois
Qui chemine pour retrouver ta chaleur
Demain, quand sonnera la fin des temps
Je traverserai le monde, la mort, l’abîme
Il n’y aura de déclin, de départ, d’adieux sublimes
Mais nos corps réunis pour tuer l’instant.


Ancienne version avant correction du cerf en chaussettes:
 

corrections supplémentaires ♫:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lame37

avatar

Masculin Vierge Messages : 777
Date d'inscription : 13/06/2016
Localisation : Perdu en rêverie ; triste d'être seul
Humeur : Loup Aventurier de la Magie Éternelle

MessageSujet: Re: Devant les cavaliers   Lun 18 Juin - 21:57

Je n'ai qu'un mot à dire Whaouh.
Vraiment bon texte, vraiment impeccable. J'avais l'impression que c'était infinie; On aurait dit une marche macabre. Très agréable à lire.
Je me suis surpris à chantonner ton poème jusqu'à la fin tant il est bien. Je n'ai pas grand chose à dire, mais sache que c'est très probablement le meilleur que j'ai lu jusqu'ici.
Continue à nous transporter.

------------------------------------------------------------------------------------------------

Loup breton parmi les hommes, rêveur, écrivain en herbe et critique amateur.
"Les paroles s'envolent et les écrits restent ; les rêves se vivent et la vie nous échappe."

N'hésitez pas à jeter un coup d'œil à mes textes & mes publications...

Entrez dans le Wolfo Universe avec Genesis Shadows & Dungeon of Legend...

Et continuez avec Shadows (5-6/40 ?) & Chroniques de héros (2/30 ?) : 3ème en cours...
Revenir en haut Aller en bas
Ragne

avatar

Masculin Sagittaire Messages : 648
Date d'inscription : 02/04/2017

MessageSujet: Re: Devant les cavaliers   Lun 18 Juin - 22:08

Merci de ce gentil retour :)
Revenir en haut Aller en bas
Hartsock

avatar

Masculin Bélier Messages : 1631
Date d'inscription : 19/11/2015
Localisation : À table, comme toujours.
Humeur : J'ai la dalle!

MessageSujet: Re: Devant les cavaliers   Lun 18 Juin - 23:27

Bon, je ne sais que dire sur ce poème. Mon ressenti est mitigé. On va commencer par la forme, j'ai corrigé les quelques fautes que j'ai trouvées. Nota bene: tu rajoutes souvent un S aux verbes conjugués au futur à "je" et "il/elle".
Ensuite pourquoi passer du futur au passé simple ici ? "Quand tes bras bienveillants bannirent la peine"
Ou alors c'est juste une faute et tu voulais mettre à l'infinitif ? Mais même là c'est bizarre O_o
Sinon je n'ai pas trouvé de rythme auquel me raccrocher, c'est pas dramatique en soi puisque tu parles d'apocalypse on ressent que c'est le foutoir même dans tes vers :rire:

Au niveau du fond je n'ai pas grand chose à dire. On sent la détermination et la puissance de la passion qui t'anime. Mais même là ça suffit pas pour que j'accroche totalement. Il y a de jolies choses que j'ai beaucoup appréciées et d'autres choses moins bien tournées. Si je trouve le temps et la motivation je te ferai un commentaire détaillé un de ces jours. Mais pour moi, le bilan est mitigé sur ce poème. Tu es capable de bien mieux et j'ai cette horrible sensation que celui-ci a été écrit juste pour être écrit (je sais que c'est pas le cas). Bref, améliore-le si tu sens que tu en as envie, sinon tu peux toujours le laisser de côté. Tout n'est pas à jeter, tu t'en doutes Wink

------------------------------------------------------------------------------------------------
Hart, le cerf à chaussettes. Pour vous servir

Signe distinctif de chasseur de fautes: µ
------------------------------------------------------------------------
"Dis moi : je t'aime ! Hélas ! Rassure un cœur qui doute,
Dis-le moi ! Car souvent avec ce peu de mots
La bouche d'une femme a guéri bien des maux." VICTOR HUGO

Eh, venez voir ce que j'écris :p
http://www.encre-nocturne.com/t1576p30-pages-jaunes-nocturniennes#60288
Revenir en haut Aller en bas
https://bloghartsock.wordpress.com/
Flopostrophe
Créature du Nord à la force tranquille et à l'humour un peu absurde
avatar

Féminin Scorpion Messages : 462
Date d'inscription : 19/01/2017
Localisation : Sur le toit
Humeur : Le temps passe trop vite

MessageSujet: Re: Devant les cavaliers   Lun 18 Juin - 23:38

Hello Ragnou, si je puis me permettre ce joli surnom tout mignon :') Lame a plutôt raison je dois dire :3 C'est pas mal ton affaire !


J'adore la structure de ton texte, surtout au début, elle semble réfléchie et soignée et ça rend le texte très agréable à lire.
De nombreux vers m'ont beaucoup plu, par exemple celui-là: "J’aurais ton sourire en boussole, défini en infini", c'est waouh!
Par contre je n'ai pas compris "Pour affronter le monde et la tristesse des érables", les érables? Ils sont tristes? Y a une référence à comprendre que je ne connais pas?
"Quand tes bras bienveillants bannirent la peine", pourquoi soudain un verbe au passé simple? Sinon j'adore cette phrase aussi à part ce détail.

"Qu’importe quand viendra le vertige des vestiges
Qu’importe quand il n’y aura que ruine dans mes rimes" Niaaaargh que c'est joli ces mots ensemble !

Voilà, je pense un peu comme Hart que tu as surtout écrit ce poème pour jouer avec les mots (parce que le sens me parait parfois difficilement compréhensible pour un petit cerveau comme le mien :3), et le jeu des mots est bien réussi, là c'est sûr :') A plus Ragnou le poétique !

------------------------------------------------------------------------------------------------
“Chaque cerveau a son secret. Moi, c'est mon lit. Toi, c'est ton assiette. Mange avant de penser, ou tu penseras mal.”  - Timothée de Fombelle



Chasseresse de fautes  :superman:  Mon signe distinctif : §


Revenir en haut Aller en bas
Ragne

avatar

Masculin Sagittaire Messages : 648
Date d'inscription : 02/04/2017

MessageSujet: Re: Devant les cavaliers   Jeu 21 Juin - 19:53

@Hartsock a écrit:
Bon, je ne sais que dire sur ce poème. Mon ressenti est mitigé. On va commencer par la forme, j'ai corrigé les quelques fautes que j'ai trouvées. Nota bene: tu rajoutes souvent un S aux verbes conjugués au futur à "je" et "il/elle".
Ensuite pourquoi passer du futur au passé simple ici ? "Quand tes bras bienveillants bannirent la peine"
Ou alors c'est juste une faute et tu voulais mettre à l'infinitif ? Mais même là c'est bizarre O_o
Sinon je n'ai pas trouvé de rythme auquel me raccrocher, c'est pas dramatique en soi puisque tu parles d'apocalypse on ressent que c'est le foutoir même dans tes vers :rire:

Au niveau du fond je n'ai pas grand chose à dire. On sent la détermination et la puissance de la passion qui t'anime. Mais même là ça suffit pas pour que j'accroche totalement. Il y a de jolies choses que j'ai beaucoup appréciées et d'autres choses moins bien tournées. Si je trouve le temps et la motivation je te ferai un commentaire détaillé un de ces jours. Mais pour moi, le bilan est mitigé sur ce poème. Tu es capable de bien mieux et j'ai cette horrible sensation que celui-ci a été écrit juste pour être écrit (je sais que c'est pas le cas). Bref, améliore-le si tu sens que tu en as envie, sinon tu peux toujours le laisser de côté. Tout n'est pas à jeter, tu t'en doutes Wink

Bonjouuuuuuuuuur je réponds en retaaaard. Ca va vous?

Pour le passé simple, je sais pas, j'ai pas réfléchi, un passé composé serait plus logique ?

Pour le rythme, oui, je voulais le supprimer, enlever sa cohérence, comme on l'enlève au monde.

Pour le coup, il n'a pas été écrit juste pour être écrit, mais en fait, il a coagulé deux idées qui m'intéressaient en même temps et donne probablement un côté hybride étrange à la lecture.

Merci pour ce gentil retour :)

@Flopostrophe a écrit:
Hello Ragnou, si je puis me permettre ce joli surnom tout mignon :') Lame a plutôt raison je dois dire :3 C'est pas mal ton affaire !


J'adore la structure de ton texte, surtout au début, elle semble réfléchie et soignée et ça rend le texte très agréable à lire.
De nombreux vers m'ont beaucoup plu, par exemple celui-là: "J’aurais ton sourire en boussole, défini en infini", c'est waouh!
Par contre je n'ai pas compris "Pour affronter le monde et la tristesse des érables", les érables? Ils sont tristes? Y a une référence à comprendre que je ne connais pas?
"Quand tes bras bienveillants bannirent la peine", pourquoi soudain un verbe au passé simple? Sinon j'adore cette phrase aussi à part ce détail.

"Qu’importe quand viendra le vertige des vestiges
Qu’importe quand il n’y aura que ruine dans mes rimes" Niaaaargh que c'est joli ces mots ensemble !

Voilà, je pense un peu comme Hart que tu as surtout écrit ce poème pour jouer avec les mots (parce que le sens me parait parfois difficilement compréhensible pour un petit cerveau comme le mien :3), et le jeu des mots est bien réussi, là c'est sûr :') A plus Ragnou le poétique !

Coucou flopouuuu
Alors d'abords merci pour ta lecture et ton retour.

En ce qui concerne les érable, je ne sais pas, je trouve que c'est un arbre fait de mélancolie.

Quand aux jeux de mots, ils sont venu avec l'écriture et non avant

Merci encore et au plaisir de vous lire les deux
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Devant les cavaliers   

Revenir en haut Aller en bas
 
Devant les cavaliers
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Poésies-
Sauter vers: