Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 A n'en pas finir

Aller en bas 
AuteurMessage
Tôle

avatar

Masculin Cancer Messages : 227
Date d'inscription : 12/01/2016

MessageSujet: A n'en pas finir   Jeu 28 Juin 2018 - 10:45

Il était à bout de force et c’est normal quand on a couru toute la nuit. Il avait l’impression que son cœur allait exploser. Où peut-être ses poumons ? Il ne savait plus. il dégustait beaucoup trop pour penser. Ses jambes le faisaient atrocement souffrir. Et pour cause, il n’était pas un sportif et pourtant cela faisait des heures qu’il courait. “Cette nuit n’en finira donc jamais ?” pensa le jeune homme. Il ne savait même plus pourquoi il cavalait. Il ralentit alors le pas et tenta de reprendre son souffle. Sa respiration ne reprenait pas un rythme normal et son cœur battait toujours aussi fort. Cette forêt était un véritable labyrinthe. Soudain une branche craqua au loin. Il ne prit même pas une seconde pour réfléchir. Son instinct prit le dessus et lui ordonna de courir plus vite.

Cette chose qui le poursuivait depuis plusieurs heures était tenace. Il ne savait pas ce que c’était mais c’était quelque chose de gros. Une bête qu’il n’avait jamais vue avant cette nuit-là. Par chance sa taille la rendait assez lente.
“Je dois juste trouver la route et chercher de l’aide”, pensa-t-il à haute voix.

Il courait toujours. Derrière lui, des bruits de pas lourds, de plus en plus rapides, se firent entendre. Puis vinrent des bruits comme des coups de tonnerre. Il se retourna un instant pendant sa course et, dans l’obscurité, il crut apercevoir des arbres se coucher suivis d’un hurlement terrible. Un cri qui lui perça les tympans et fit vriller son cerveau.
“Je ne dois pas perdre de terrain, je ne dois pas m’arrêter, dit-il haletant."

Un point de côté lui rappela très vite toutes ces cigarettes qu’il n’aurait jamais dû fumer. Ses jambes flanchaient et n’obéissaient plus. Il devait s’arrêter. Ses lèvres, sa gorge étaient sèches. Il ne pouvait plus continuer ainsi. En regardant à nouveau derrière lui, il ne voyait pas d’arbres tomber mais il les entendait. Le bruit était lointain mais toujours oppressant. Il n’avait que peu de temps devant lui. Le jeune non sportif s’adossa contre un arbre quelques instants. Il n’entendait plus rien. Ses oreilles ne percevaient que le son de son cœur, épuisé, qui ralentissait. Il pouvait finalement réfléchir.
“Ok… Pas moyen de se repérer dans cette obscurité. Je devrais peut-être attendre le lever du jour. Avec un peu de chance cette bestiole est nocturne. Elle me fichera sans doute la paix à ce moment-là.”
Il regardait autour de lui. Il ne voyait pas très loin mais il pensait pouvoir distinguer des rochers. Il décida de s’en approcher en restant vigilant. La lune s’était visiblement décidée à l’aider un petit peu. Sa lumière, filtrée par la cime des arbres avait réussi à arriver jusqu’au sol. C'était encore mieux que ce qu’il pensait. Ce n’était pas de simples rochers. Il s’agissait d’une grotte. C’était bien sa veine. Cette créature était bien trop grosse pour se faufiler ici. Le jeune homme allait pouvoir enfin se reposer. “Pas de temps à perdre”, se dit-il. Il entra sans hésiter une seule seconde dans la cavité. C’était étroit. il peinait à s’y glisser mais il devait à tout prix continuer. Les parois étaient recouvertes de mousse. Au toucher, c’était très humide et spongieux. Le Perdu crut sentir des insectes ramper dans les cheveux mais il n’y avait pas la place pour les chasser de ses mains. Il prit sur lui et avança. Après quelques minutes à avoir la cage thoracique comprimée et le souffle coupé par les parois exiguës, il ressentit des pics de douleurs : des roches taillées comme des rasoirs lui faisaient des entailles sur les avant-bras et le dos. La douleur devenait de plus en plus présente. Un peu plus loin, la lune l’aidait une fois de plus. Elle éclairait un espace plus large. Il accéléra alors tant bien que mal pour finalement tomber à genoux et ressentir comme un soulagement, une libération.

La lumière blanchâtre ne suffisait pas pour vraiment voir mais il s’en accommoda. L’endroit était grand. En avançant au centre de celui-ci il se rendit compte que d’autres personnes avant lui, étaient venues ici. “Sans doute pour se cacher du monstre qui rôdait dans cette forêt”, projeta-t-il... Il y avait des sacs de couchage vides et les traces d’un feu de camp. Il leva alors la tête et vit une ouverture au plafond permettant à la lumière d’y entrer et aussi à l’air de circuler. Il faisait froid et l’humidité se dégageant des murs spongieux faisait remonter un arôme désagréable. Comme une odeur de sang frais mélangée à celle de la végétation. Il imagina alors que ce devait être l’odeur que dégage la mort. En regardant de plus près l’un des sacs de couchage, il observa une trace de sang. Il la toucha.

“Le sang est encore chaud. Merde ! Quelqu’un vit ici. Sans doute est-il blessé. Je verrai bien. Je doute que cette personne puisse réellement m’aider à sortir de cet endroit maudit. Mais, j’espère qu’elle aura juste un peu d’eau et de nourriture à partager le temps que le jour se lève. Si tant est qu’elle soit toujours en vie.”

Il s’installa près du cercle du feu de camp et sentit une légère chaleur s’en dégager. il devait rester quelques braises sous ce tas de cendres. Il attrapa alors le bâton près de lui, servant surement de tisonnier, et remua doucement la poudre grisâtre. Des petits rubis de chaleur rouges firent irruption. Cela le remplissait de joie et lui faisait presque oublier ses douleurs et contusions. Soudainement, Il entendit un fracas terrible suivi d’un cri similaire à celui entendu plus tôt.
“Pas possible, cette chose a retrouvé ma trace ! s’écria-t-il."

Son corps se raidit alors que la peur l’envahissait. il tenta de garder son calme, en vain. Espérant et priant qu’elle ne le trouve pas ici. Le bruit se rapprochait. Il était plus près. Encore plus près. Si proche, qu’il pouvait presque sentir le souffle de la bête dans son cou.
Puis tout à coup, plus rien. Rien que le vent qui chatouillait les feuilles des arbres et qui s’engouffrait ici-bas. Il regarda l’entrée étroite de la grotte et vit une ombre en surgir. Cette ombre s’approcha de lui. Le jeune homme prit alors appui sur ses mains et s’aida de ses jambes fatiguées pour reculer. Pris par la peur, c’était à peine s’il arrivait à bouger. Au fur et à mesure, l’ombre devenait plus visible, jusqu’à devenir une forme à peine descriptible, une silhouette puis finalement un homme très mince et à peine vêtu. Ses cheveux pleins de crasses lui tombaient sur les épaules. Il avait une barbe tout aussi sale et tenait du bois sous ses bras.

“Oh encore toi ! Dit l’homme au sourire édenté.
- Comment ça “encore moi” ?
- C’est pas vrai, vous avez toujours autant de mal à percuter vous autres, hein ? Rétorqua-t-il en riant”
Le jeune homme ne répondit pas. L’homme d’âge mûr mit le bois sur les quelques braises restantes.

“J’vois que t’as fait comme chez toi. Merci de t’être occupé d’mon feu.
- De rien. Je m’appelle Henri. Je me suis perdu et…
- Oh, j’sais qui t’es, mon jeune ami. C’est la cinquième fois que tu m’rends visite cette nuit.
- Comment ça ? Je ne comprends pas. Vous devez confondre. Ça fait des heures que je cherche à sortir de cette forêt. Et cette créature qui me poursuit sans cesse...
- Y a pas de créature ici. Y a que moi. Pour la cinquième fois, j’ suis pas un monstre. Je ne fais que répondre à un besoin primaire : manger.
- Je ne comprends rien. Ou, peut-être que c’est vous qui ne me comprenez pas ? Vous devez être fou à vivre seul ici.
- Oh, mais tu vas comprendre. Comme tous les autres avant toi. Bouge pas, j’vais te montrer quelque chose.”

L’homme s’éloigna quelques instants avant de revenir en traînant ce qui semblait être un corps. Sûrement celle d’une bête qu’il avait chassée. La lumière du feu grandissante lui permettait de mieux voir. C’était un corps humain. Les jambes avaient été soigneusement découpées, laissant une trainée de sang à moitié coagulé sur le sol. C’était le corps d’un jeune homme aux cheveux bruns, aux joues rondes et avec une barbe de trois jours.
“Alors, tu l’reconnais ? demanda-t-il, souriant encore plus qu’avant.
- C’est… C’est moi ?”


Corrections de Flopostrophe:
 

------------------------------------------------------------------------------------------------
Écrire et être lu, c'est se dévoiler au reste du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Alton
Casseur de forum depuis 2005
avatar

Masculin Lion Messages : 545
Date d'inscription : 12/04/2015
Localisation : La taverne la Pomme de Pin
Humeur : Eh Chaussette !

MessageSujet: Re: A n'en pas finir   Jeu 28 Juin 2018 - 11:47

Mes salutations les plus clinquantes !

Ce texte m'a laissé un double goût à la lecture (oui comme ces bonbon bi-gout aux couleurs baveuses et chimiques, mais je m'égare)

Tu as une première partie qui me parle plutôt pas mal, même si les descriptions sont parfois un peu courtes et froides, je pense au "Son corps se raidit alors que la peur l’envahissait" et phrase du genre qui sont un poil brutales et qui je pense mériterais un chouillat plus de développement. Malgré ça j’accroche à l'ambiance que tu instaures, la course poursuite, la grotte ...

Je ne sais pas si c'est une volonté de ta part ou si je sur-analyse, mais je vois cette histoire un peu comme ce qu'on se raconterai au coin du feu, pour se faire peur. L'intrigue simple mais flippante, le fait qu'on ne connaisse peu de chose de ton perso, mais qu'on arrive se créer un portrait imaginaire, certaine expression très orales ... Je trouve ça cool comme format et style de texte.

Par contre j'avoue que la fin m'a perdu, par défaut je ne suis pas fan de ce genre de fin disons "à mystère" ou l'on ne comprend pas trop ce qui se passe (ou alors c'est claire et c'est moi #KiKompranPas fou ), la j'avoue que pour moi ça reste un peu capillotracté et reste sur ma faim. Bon la pour le coup c'est personnel.

Le dialogue de fin ne m'a pas convaincu non plus, le fais qu'il soit un peu décousu est fait exprès je pense, mais il manque un peu de naturel et de spontanéité, en fait le coté "froid" de ta narration qui marche du tonnerre au début fonctionne un peu moins bien ici.

Voilà voilà voilà, je pense que l'horreur ce récit d'horreur fonctionne pas mal, c'est juste la fin qui ne m'accroche pas.

Au plaisir de te relire ! Vent
Revenir en haut Aller en bas
Tôle

avatar

Masculin Cancer Messages : 227
Date d'inscription : 12/01/2016

MessageSujet: Re: A n'en pas finir   Ven 29 Juin 2018 - 15:51

Merci pour ton commentaire Alton. En fait cette impression de vitesse et de récit décousue qu'il y a a la fin vient du fait qu'une des contraintes du concours était de ne pas dépasser 8000 caractères (espaces compris) pour écrire un très très court :)

------------------------------------------------------------------------------------------------
Écrire et être lu, c'est se dévoiler au reste du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Tôle

avatar

Masculin Cancer Messages : 227
Date d'inscription : 12/01/2016

MessageSujet: Re: A n'en pas finir   Mer 5 Sep 2018 - 23:09

Je viens up cette histoire afin de partager la vidéo youtube que j'ai créé pour la mettre en scène avec une narration, un doublage et une ambiance sonore. En espérant que ça vous plaise !


------------------------------------------------------------------------------------------------
Écrire et être lu, c'est se dévoiler au reste du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Arwen
Commentateur sérieux
Commentateur sérieux
avatar

Masculin Bélier Messages : 138
Date d'inscription : 05/03/2018

MessageSujet: Re: A n'en pas finir   Jeu 6 Sep 2018 - 15:05

C'est franchement excellent comme idée !

Les bruits sonores et le doublage sont finement exécutés, c'est vraiment agréable à écouter. J'ai fermé les yeux et me suis laisse emporter par ta voix. Le cri à 5 min 45 m'a fait mourir de rire par contre aha. Ca doit prendre du temps à mettre en place par contre non ?

Concernant le texte en lui-même j'aime beaucoup l'atmosphère et la fin farfelue. Joli !
Revenir en haut Aller en bas
Tôle

avatar

Masculin Cancer Messages : 227
Date d'inscription : 12/01/2016

MessageSujet: Re: A n'en pas finir   Jeu 6 Sep 2018 - 15:13

Oui ça m'a pris 1 mois environ :) merci pour ton commentaire, je suis content que ça te plaise ^^

Pour le cri, en effet, c'est pas le meilleur des choix mais bon X)

------------------------------------------------------------------------------------------------
Écrire et être lu, c'est se dévoiler au reste du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A n'en pas finir   

Revenir en haut Aller en bas
 
A n'en pas finir
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Nouvelles-
Sauter vers: