Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Encre Nocturne ou l’école des écrivains

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
YoMa
Caillasseur professionnel de Piaf cramé assassin de langue française
avatar

Féminin Capricorne Messages : 118
Date d'inscription : 11/08/2018
Localisation : Pays de Candy
Humeur : Toujours mauvaise

MessageSujet: Re: Encre Nocturne ou l’école des écrivains   Mer 19 Sep - 11:53

Bon bah voilà, t'es toujours aussi perché mais c'est toujours aussi fabuleux. J'ai pas suivi l'histoire de code par contre ?

------------------------------------------------------------------------------------------------
"Chacun rate sa vie. La réussir est une faute de goût" Nicolas Rey - L'amour est déclaré coeur



Mon signe distinctif de chasseuse de fautes ? Le %
Ma passion ? Caillasser les piafs assassins de grammaire. Faute !
Revenir en haut Aller en bas
Arwen
Commentateur sérieux
Commentateur sérieux
avatar

Masculin Bélier Messages : 161
Date d'inscription : 05/03/2018

MessageSujet: Re: Encre Nocturne ou l’école des écrivains   Jeu 20 Sep - 10:49


Feuillet 4 : Les flocons de la liberté

Les trouble-fêtes et les bandits,
De ce royaume seront bannis,
Et l’insurrection sera balayée,
D’un piètre revers de poignet.
Si d’aventure de sots brigands,
Ne comprennent pas le mandement
Alors, la place publique sera dressée
De monceaux de bois et de gibets.

L’autorité ne tolérera pas l’insurrection,
Qui comme la tempête sème la destruction
Et brise les totems d’un royaume nouveau
Qui, des cendres fumantes, relève le flambeau.
Les séditieux répondront de leur crime
Et seront bannis sans aucune estime,
Aujourd’hui sonne le glas d’une révolution,
Dont la vigueur est morte dans son cocon
                             
I.

Vos yeux ne vous dupent pas, la dose de café du matin n’a pas déboussolé votre petit cerveau, ces mots sont bien rédigés noir sur blanc. Ces vers ont été consignés dans la nuit et sont apostés sur la place du CC… Déjà, les curieux s’en détournent, de peur de ne les contempler trop longtemps et d’être identifiés à la mauvaise faction. Amis, lecteurs, disciples, ici le ciel s’assombrit et déjà les premières bourrasques de mots s’abattent sur des lieux élevés depuis plusieurs années !  La peur noue mon estomac chaque jour un peu plus et mes tripes me lâchent…

Rapidement l’auteur « I. » de ce texte a été identifié sous le pseudo-énigmatique d’Ippa. Quatre lettres comme autant d’armes à son arsenal. Surnommée RDLF comme Reine de la fête, il est aisé de concevoir que la mainmise du pouvoir ne s’est pas figée aux lisières de la politique, mais s’est bien étendue à tout le domaine… Même rire n’est plus une liberté. Je l’ai vue, fière, proche de son poème, les mains sur les hanches et le regard droit. Elle déclamait quelques mots donc la dureté faisait pâlir même le granit.

« N’écoutez pas ces prêcheurs de la bonne parole, ils ne sont que mensonges et trahisons ! Amis, rejoignez la garde et aidez-nous à les traquer. Ils mettent en danger notre beau royaume, ils tentent de détruire tous ce que nous avons construit, together. Vous le savez, ponemos tout en œuvre for your good. Freunde ! Ralliez la garde et aidez-nous à démanteler la Rottung qui wuchernd dans notre hermoso reino. »

Bon on ne va se mentir, je n’ai pas tout compris non plus, peut-être un lien avec son arrivée dans le royaume ? Toujours est-il que ces mots-là ont flotté un instant dans l’air froid du matin avant de percuter un à un les badauds qui s’amassaient là. O était de ceux-là.

Il est des âmes en peine que l’on ne peut jamais oublier après avoir croisé leur regard. Ce fut le cas pour moi après ma rencontre avec Mister O’ : prof plein d’espoir et d’envie de faire évoluer un coin de terre à bout de souffle et dont le pétillement s’envole, tué dans l’œuf par une monarchie institutionnelle. La pression du pouvoir d’EN s’étend dans les salles de cours du forum et les enfants sont les victimes collatérales d’un système qui les prive de la meilleure détermination de leurs instits.

Pardonnez ma plume chancelante, mais les perles de désespoir emplissent mes yeux. Pourtant, il nous faut demeurer fort, ils arrivent, ils arrivent…



Corrections:
 


Dernière édition par Arwen le Jeu 20 Sep - 10:54, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Arwen
Commentateur sérieux
Commentateur sérieux
avatar

Masculin Bélier Messages : 161
Date d'inscription : 05/03/2018

MessageSujet: Re: Encre Nocturne ou l’école des écrivains   Jeu 20 Sep - 10:52

Merci beaucoup YoMa !

Y'a plusieurs petits codes, ou "private jokes" donc la solution se trouve sur le forum ^^ Sauf un dont les messages sont à décoder en jouant avec les lettres. Il y a le titre du feuillet 3 ainsi que l'avant propos... Et oui, je n'étais pas complètement ivre en écrivant ces lignes ... AHDE
Revenir en haut Aller en bas
Arwen
Commentateur sérieux
Commentateur sérieux
avatar

Masculin Bélier Messages : 161
Date d'inscription : 05/03/2018

MessageSujet: Re: Encre Nocturne ou l’école des écrivains   Dim 23 Sep - 10:54




Feuillet 5 : Camps, sous-camps, et sous-sous-camps :

Ça y est, c’est la guerre.

Depuis deux jours les mots pleuvent, frappent et hachent les pauvres hères qui se perdent dans les méandres d’un royaume aux abois. J’ai passé les dernières vingt-quatre heures à observer les échanges musclés des deux camps. Le pouvoir balance des bans à tout bout de champ que les révolutionnaires contrent à coup d’@. La lutte est acharnée.

« Rentrez dans les rangs ou vous périrez » hurla Flop’ depuis un toit plus élevé que les autres, le poing clos dressé contre l’adversité. La pluie bat son corps tendu par l’excitation et l’orage lui-même semble la contourner. Un large sourire menaçant apparaît sur son visage rougi par l’effort quand elle s’aperçoit de l’arrivée de la Codeuse. En tête d’un cortège d’une dizaine d’écrivains, elle rayonne de menace. Son bec luit malgré l’obscurité naissante et ses griffes fendent les rideaux de pluie. Elle aussi se délecte de cette atmosphère et puise ses forces dans la peur des autres. Son regard bascule de droite à gauche, au rythme des mouvements de balancier de son long cou. Lorsqu’elle rejoint Flop’ sur son perchoir, elle étend ses ailes et s’assure que chaque regard ne la quitte plus. Et quand la tension devient insupportable, elle lance d’une voix lente et menaçante :

— Cri cri cri cri cri cri cri cric cri cri cri cri cri cri cri cri cri cric cri cri cri cri cri cri cri cri cri cric cri cri cri

Comment ça vous ne comprenez rien. Désolé, mais avez-vous déjà essayé de retranscrire les paroles d’un piaf, vous ? Bref, je continue.

C’est au tour d’Ippa de s’avancer, vêtue d’un simple vêtement blanc qui la couvre de haut en bas.
— L’empereur souhaite informer tous les citoyens qu’ils sont libres de rejoindre, ou non, la révolution. Sachez simplement que tout émeutier sera exécuté sur la place publique.
Un murmure, puis un grondement se firent entendre des entrailles de la ville, au fur et à mesure que les paroles prenaient sens.
— Jamais nous ne nous rendrons ! hurla alors Ragne, armé d’un porte-voix aux couleurs de la révolte. Mes frères ne cédez pas ! Mes sœurs ne lâchez rien ! On ne nous soumettra pas. Jamais !

Puis du toit où il s’était exprimé, Ragne redescendit, tandis que les mots crépitaient autour de lui. Je me précipitais alors dans la même direction et rattrapais la petite expédition. Essoufflé en arrivant derrière eux, j’usais tout de même des dernières ressources de mes petits bras pour me hisser dans un arbre et écouter :

— Tu es certain de vouloir faire couler le sang ? lança un homme dont le visage m’était inconnu.
Sil’ monta immédiatement au créneau :
— Il n’est pas question de se soumettre. Tu n’es pas là depuis longtemps, 0, la lutte a été difficile, nous ne renoncerons pas !
L’intéressé leva les mains en signe de paix, mais ajouta tout de même :
— Je dis juste…
— Ne dis rien, le coupa Ragne qui partit dans un grand éclat de rire. La révolution est déjà en route, rien de l’arrêtera. Pas même toi 0, pas même toi…

Dans ses yeux pétillait une lueur que je n’aimais pas. Une goutte de sueur perlait dans mon dos et je frissonnais de plus belle. Le groupe s’éloignait tandis qu’0 restait seul, le regard dans le vide. Je pouvais deviner la concentration à ses traits plissés, les rouages fonctionnaient à toute vitesse ; qu’un nuage de fumée lui sorte par les narines ne m’aurait pas surpris. Puis il lança d’une voix dont l’assurance trahissait la fierté :

— Que dit le zébu quand il a bu ?
Et entre deux hoquets de rire, il continua :
— Quand zébu, zébu soif…

Puis quand les larmes cessèrent de couler et que de nouveau l’air atteignait ses poumons, il s’éloigna à son tour en murmurant : « Il est temps de transformer cette révolution en zérolution. Ragne, tiens-toi bien, j’arrive…»

Les mots fébriles peinent à sortir de ma plume tant la peur me glace le sang. Il faudrait prévenir le big boss de la révolution, mais je ne peux pas. Pourquoi ? Heu, mêle-toi de tes oignions ! Non, Madame je ne suis pas un pleutre ! Je… j’ai mal aux jambes d’abord. Et mon rôle de reporter de guerre est bien trop précieux pour que l’on risque de me perdre. Si si…




Si.

Revenir en haut Aller en bas
Flopostrophe
Créature du Nord à la force tranquille et à l'humour un peu absurde
avatar

Féminin Scorpion Messages : 464
Date d'inscription : 19/01/2017
Localisation : Sur le toit
Humeur : Le temps passe trop vite

MessageSujet: Re: Encre Nocturne ou l’école des écrivains   Dim 23 Sep - 13:25

Le zébu soif m'a fait rire :rire:
Je reviens par ici juste pour dire que c'est franchement drôle ^^
Juste un ptit truc :
"Je me précipitais alors dans la même direction et rattrapais la petite expédition. Essoufflé en arrivant derrière eux, j’usais tout de même des dernières ressources de mes petits bras pour me hisser dans un arbre et écouter", il faudrait que tu changes tes verbes car tu les as mis au conditionnel mais ça ne correspond pas à la logique de ta phrase. Il faudrait écrire : "Je me précipitai alors dans la même direction et rattrapai la petite expédition. Essoufflé en arrivant derrière eux, j’usai tout de même des dernières ressources de mes petits bras pour me hisser dans un arbre et écouter"
Voilà, continue c'est top :3

------------------------------------------------------------------------------------------------
“Chaque cerveau a son secret. Moi, c'est mon lit. Toi, c'est ton assiette. Mange avant de penser, ou tu penseras mal.”  - Timothée de Fombelle



Chasseresse de fautes  :superman:  Mon signe distinctif : §


Revenir en haut Aller en bas
Arwen
Commentateur sérieux
Commentateur sérieux
avatar

Masculin Bélier Messages : 161
Date d'inscription : 05/03/2018

MessageSujet: Re: Encre Nocturne ou l’école des écrivains   Dim 23 Sep - 21:41

Merci Flop' !

Il doit y avoir pleins de trucs pas logiques, mais je rajoute celui-ci à ma liste de modification :rire: Je crois que le problème vient du fait que je ne connais pas mes terminaisons AHDE. Aha, merci :)
Revenir en haut Aller en bas
Ragne

avatar

Masculin Sagittaire Messages : 648
Date d'inscription : 02/04/2017

MessageSujet: Re: Encre Nocturne ou l’école des écrivains   Dim 23 Sep - 22:39

Je suis beaucoup trop classe

Comme c'est mon personnage, je me permet des suggestions :
La révolution meurt mais ne se rend pas ! hurla alors Ragne, armé d’un porte-voix aux couleurs de la révolte. Mes frères ne céderont pas ! Mes sœurs ne lâcheront rien ! Nous ne craignons pas la tyrannie, mais seulement la soumission. Il n'y aura pas de reddition ! Jamais !


Ne dis rien, le coupa Ragne qui partit dans un grand éclat de rire. La révolution est déjà en marche, rien de l’arrêtera. Ni la mort, ni la faim. Pas plus l'infini. Pas même toi 0, pas même toi…

la suiiiiiiiiiite
Revenir en haut Aller en bas
YoMa
Caillasseur professionnel de Piaf cramé assassin de langue française
avatar

Féminin Capricorne Messages : 118
Date d'inscription : 11/08/2018
Localisation : Pays de Candy
Humeur : Toujours mauvaise

MessageSujet: Re: Encre Nocturne ou l’école des écrivains   Dim 23 Sep - 23:57

J'aime j'aime j'aime... Non je ne chanterai pas Axelle Red... La suite !

------------------------------------------------------------------------------------------------
"Chacun rate sa vie. La réussir est une faute de goût" Nicolas Rey - L'amour est déclaré coeur



Mon signe distinctif de chasseuse de fautes ? Le %
Ma passion ? Caillasser les piafs assassins de grammaire. Faute !
Revenir en haut Aller en bas
Arwen
Commentateur sérieux
Commentateur sérieux
avatar

Masculin Bélier Messages : 161
Date d'inscription : 05/03/2018

MessageSujet: Re: Encre Nocturne ou l’école des écrivains   Hier à 12:37



Feuillet 6 : Un héros venu de l’ombre

Bonjour chers discip… lecteurs. Pardonnez ce temps d’attente, ici la vie est dure. Bien plus difficile que votre petite existence. C’est certain. Les places sont défigurées par les impacts de tirs à mots réels, les fondations des immeubles ne tiennent que par le bout d’une plume rougie et la révolution traîne de la patte. 0 a rejoint le côté obscur de la force et s’est associé au piaf. Et, malheureusement, il n’est pas le seul. Voici une transcription simplifiée, mais véridique, que votre serviteur est allé arracher à bout d’oreille il y a de ça deux nuits :

— Qui es-tu ? tonna l’impératrice qui entrechoquait avec lenteur ses griffes, le visage masqué par les ombres.
— Je viens offrir mes services.
— Quel est ton nom ?
— A.
— Ton vrai nom ?
— K.
— Quel âge as-tu ?
— 47.
— Que veux-tu ?
— Tuer.
— Bienvenue.

Effrayant n’est-ce pas ? C’est ce que je pense aussi ! Pendant des semaines il a joué avec le diable, frôlant la frontière entre l’acceptable et la mise en garde. Mais c’était un jeu pervers ; on pouvait lire dans son regard tout le besoin de reconnaissance. Il n’est même plus possible de compter le nombre de facepalm accumulés ces derniers mois : un amour est né. Utopique.
Aujourd’hui, je suis planqué dans une petite cave dont l’odeur me rappelle le ragoût de ma tante. Une horreur. J’ai déjà tout rendu deux fois et sali mes beaux mocassins. Putain, ils valaient cher ! … Laissez-moi un instant pour essuyer mes larmes, la vie est difficile ici. Bien trop pour un seul homme. Certains jours j’ai l’impression de porter l’espoir de l’humanité, d’être le flambeau de la renaissance, l’unique perspective d’un peuple aux abois : je suis quelqu’un de si important. C’est dingue !

La cave. Quatre murs. Une porte. Une table. Une bougie. Mais, elle a ça de bien qu’elle est voisine aux quartiers de la révolution. Un petit trou dans le mur, un pot de yaourt et me voilà le prince du téléphone. Je devine au travers des mots que nos révolutionn@ires sont attroupés autour d’un plan de la ville. Je les entends vociférer :

— On est foutu Ragne, admets-le ! cria Sil’. Nos troupes sont épuisées, nos réserves inexistantes et même toi… Tu ressembles à un fantôme.
— Jamais !

Sa voix avait résonné contre les murs décrépis, abimant par la même occasion mon tympan. Merci…

— Nous ne sommes pas arrivés jusqu’ici pour baisser notre froc ! Plutôt crever que d’accepter la soumission !
— Permettez ?
— Vas-y Ouppo, lança Ragne en soupirant.
— Si le galet et l’algue s’allient, le pingouin du Danemark pourra vivre cent ans.

Je nettoie mon pot de yaourt et mon tympan, pas bien certain que les mots soient dans le bon ordre.

— Quoi ? s’énerva Sil’. Tu crois que c’est le moment de jouer aux devinettes ?
— Ce que je veux dire, soupira à son tour Ouppo, c’est qu’en associant toutes nos troupes et en arrêtant d’attaquer solo on peut le faire !
— On est déjà ensemble….
— Non ! Un coup tu demandes l’@, Ragne, puis le lendemain c’est Sil’, puis Ludges… Je continue ? Non. Bien sûr. Vous êtes tellement imbus de votre petite personne que vous ne vous rendez pas compte que c’est VOUS qui perdez cette guerre.

Le ton était si virulent qu’il me semblait distinguer au travers du béton les moindres gestes d’Ouppo. Je décollai de quelques centimètres mon téléphone.

— Ressaisissez-vous que diable ! Bravez de front, ensemble ! N’ayez plus peur de cette bande d’incapables, de ces tyrans à deux balles. Niqu… Hum, euh, détruisez-les quoi.

Le silence se fit. Puis Ragne acquiesça et Ouppo chantonna :
Des cendres s’éveille le Phoenix,
Des entrailles s’élèvent les soldats,
L’histoire d’EN n’est qu’un vaste remix,
Mais comme nos ancêtres on luttera
Avec des plumes et des bouts de bois,
Pour détruire la couronne et la tyrannie,
Qui sévit sous de fausses lois,
Il est temps de régler l’horloge sur midi,
Voici venue l’heure des combats,
La révolution au premier rang,
Ne prendra pas peur et luttera,
Contre l’administration de mauvais sang !






Corrections:
 
Revenir en haut Aller en bas
flocon
L'admin venue du froid et fan de l'hiver
avatar

Féminin Taureau Messages : 232
Date d'inscription : 06/06/2017
Localisation : perdue en Hiver
Humeur : désespérée par le monde qui l'entoure

MessageSujet: Re: Encre Nocturne ou l’école des écrivains   Hier à 19:08

JE passe voir la concurrence ^^

tu as un style complètement différent ce qui me donne plaisir à te lire. j'ai bien aimé ce chapitre même si je lutterais contre la révolution et admire les génialissime admin. <3

plus sérieusement, ce chapitre est pas mal. j'ai réussi à suivre l'histoire que j'avais un peu perdu sur les deux derniers chap que je n'ai pas compris.
mais je continuerais de suivre tes aventures

à bat les révolutionnaires !!!!!!


------------------------------------------------------------------------------------------------
Je suis un flocon de quoi je ne sais pas. D'avoine ou peut être de glace.
Je préfère le flocon de neige, magnifique mais fragile et avant tout éphémère.

* * * * *
* * * * *

Je suis un flocon de neige solitaire
Délaissé par mes pairs, abandonné
Dans une région où le soleil règne en maître
Sous ce ciel bleu infini qui n'a jamais vu l'hiver
Je vis en espérant voir le jour où virevolteront
dans ce ciel tristement bleu de doux cristaux de glace


*    *    *   *    *
Revenir en haut Aller en bas
Tifani

avatar

Féminin Poissons Messages : 146
Date d'inscription : 20/05/2015

MessageSujet: Re: Encre Nocturne ou l’école des écrivains   Hier à 22:40

Hé bien, je regrette de ne pas m'être attardée sur tes textes plus tôt, c'était génial! :)
J'adore cette idée d'écrire sur le forum et ses membres, et honnêtement quand on les connait, c'est d'autant plus drôle et agréable à lire! C'est vraiment chouette de voir comme ça le panthéon du forum mis en scène, et rien que pour ça, ça donne envie d'en faire partie!
J'aime tout particulièrement l'idée d'un reporter qui risque sa vie pour nous délivrer les secrets du forum. C'est probablement comme ça que j'ai toujours imaginé la légendaire gazette!
En bref, j'ai adoré, et j'ai hâte de lire la suite! :)

------------------------------------------------------------------------------------------------
J'adore commenter les textes des gens, mais j'ai toujours la flemme de me lancer, alors n'hésitez pas à me demander des commentaires par mp ou sur la cb, je suis toujours dispo pour ça!  fier

Si vous voulez voir ce que j'ai écrit sur ce fo, c'est ici! :)
Mes textes
Revenir en haut Aller en bas
Arwen
Commentateur sérieux
Commentateur sérieux
avatar

Masculin Bélier Messages : 161
Date d'inscription : 05/03/2018

MessageSujet: Re: Encre Nocturne ou l’école des écrivains   Hier à 23:31

Merci beaucoup flo pour ton passage ! :D Je vais faire attention à garder ça plus clair, j'écris de façon un peu haché, je mélange des trucs aussi... :p

Merci beaucoup Tif', très heureux que ça te plaise, c'est vraiment le but, passer un bon moment :D
Revenir en haut Aller en bas
flocon
L'admin venue du froid et fan de l'hiver
avatar

Féminin Taureau Messages : 232
Date d'inscription : 06/06/2017
Localisation : perdue en Hiver
Humeur : désespérée par le monde qui l'entoure

MessageSujet: Re: Encre Nocturne ou l’école des écrivains   Hier à 23:49

Je vais continuer à te suivre (je suis bien obligé pour être sûr que tu fasses pas mieux que moi^^).

Après il y a aussi ton style qui joue dans ma compréhension. J'ai relu tout les chapitres et même si je ne peux pas affirmer avoir bien compris. J'aime tes idées et ta façon de le raconter avec un personnage qui un parti pris :)

Envoyé depuis l'appli Topic'it

------------------------------------------------------------------------------------------------
Je suis un flocon de quoi je ne sais pas. D'avoine ou peut être de glace.
Je préfère le flocon de neige, magnifique mais fragile et avant tout éphémère.

* * * * *
* * * * *

Je suis un flocon de neige solitaire
Délaissé par mes pairs, abandonné
Dans une région où le soleil règne en maître
Sous ce ciel bleu infini qui n'a jamais vu l'hiver
Je vis en espérant voir le jour où virevolteront
dans ce ciel tristement bleu de doux cristaux de glace


*    *    *   *    *
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Encre Nocturne ou l’école des écrivains   

Revenir en haut Aller en bas
 
Encre Nocturne ou l’école des écrivains
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Nouvelles-
Sauter vers: