Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 CC 2.42 (sujets)

Aller en bas 
AuteurMessage
Flopostrophe
Créature du Nord à la force tranquille et à l'humour un peu absurde
avatar

Féminin Scorpion Messages : 499
Date d'inscription : 19/01/2017
Localisation : Sur le toit
Humeur : Le temps passe trop vite

MessageSujet: CC 2.42 (sujets)   Sam 20 Oct - 21:30

Salut, voilà le CC :aah:

Choisissez le thème qui vous inspire le plus, ou plusieurs si vous préférez le challenge, puis go pour écrire quelque chose en une heure maximum ! Le texte peut prendre la forme que vous voulez, nouvelle, théâtre, poème... C'est partiiiiiiiiiii !

1- Prisonnier du temps
2- Le sang sur la table
3- Le dieu des fourmis
4- Martine en automne

5- Contrainte : écrire un texte dont la fin revient au début

6- Inspiration musicale : Peter Gabriel - The Rhythm of the heat

------------------------------------------------------------------------------------------------
“Chaque cerveau a son secret. Moi, c'est mon lit. Toi, c'est ton assiette. Mange avant de penser, ou tu penseras mal.”  - Timothée de Fombelle



Chasseresse de fautes  :superman:  Mon signe distinctif : §


Revenir en haut Aller en bas
Titi

avatar

Féminin Lion Messages : 781
Date d'inscription : 29/06/2016
Localisation : Dans la région de la cancoillotte :la:
Humeur : J'ai la forme : rond est une forme

MessageSujet: Re: CC 2.42 (sujets)   Sam 20 Oct - 22:13

Sujet 1 (+5)
---

Je suis pris dans le piège des souvenirs. Des flashbacks terrifiants. Ils viennent sans crier gare m’assommer. Je me retrouve plongé dans ce qui était enfoui. Profondément. Pas assez. Les morsures sur mes mains en témoignent. Seuls échappatoires de cette terreur animée par le passé.
Heureux les séniles qui perdent la mémoire. Heureux les ivrognes qui ne savent plus où ils sont. Malheureux mon être abîmé de souvenirs douloureux. Malheureux mes yeux humectés violemment par la vie. Par la mort. Par les autres. Par la solitude. Par tout ceci qui n’a aucun sens. Par le vide de mon quotidien.

Est-ce que je veux être seul ? Non, bien sûr que non, je ne veux plus être en danger. Être seul c’est prendre le risque d’être une proie facile aux ordures. Le passé me l’a appris. Mais il m’a aussi appris qu’être entouré n’est pas mieux. Qui te poignardera dans le dos le premier ? Qui s’enfuira au premier signe de faiblesse ? Ou au contraire en profitera à tes dépens ?
Je fouille, à la recherche des moments me prouvant que faire confiance aux gens n'amène pas du bon. Les flashbacks reprennent. Je pourrais mettre des mots sur ces images vomitives. Mais à quoi bon ? Moi-même je n’y croirais pas si on me le contait. De toute façon, je n’ai rien à prouver. Je sais l’horreur vécue. Je m’en souviens trop bien. A moins d’avoir oublié quelques fragments de douleur quelque part dans ma tête ou dans mon cœur.

Je hais les gens, et pourtant, je sais que je ne serais rien sans eux. Je ne serais pas ce monstre si je ne les avais pas rencontrés. La haine et la rancœur jusqu’à dans la bave qui filent comme le temps durant les crises. Je sais aimer les gens, mais à quel prix ? Ca les aimer, je sais aussi y faire, mais je finis par haïr presque chaque personne. Cela prendra des jours, des semaines ou des années, mais je finirai par les haïr. Parfois en réponse à leur dégoût face à la bête. Parfois pour me préserver.
La peur me fait prendre tellement de décisions stupides. La peur sans doute d’être blessé à nouveau. C’est une question de survie mentale. M’éloigner avant d’être détruit. Peu de gens ont vu mon deuxième moi. Il rétablit l’équilibre du négatif et du positif : plus aucun des deux n’existe. Celui qui est né pour me protéger quand la souffrance devient trop intense. Celui qui prend le relai, celui né de ma haine que je crains d’extérioriser. Celui qui n’a pas peur de rejeter les gens quand je n’ose pas dire non. Mais quand on sait l’apprivoiser il est si doux. Et lui aussi a peur. Car c’est aussi la peur qui l’a engendré.

Je ne suis plus tout à fait la femme que j’étais. J’ai perdu au fil du temps la certitude d’en être une. Et un soir de mai 2017, je me suis fissuré un peu plus. Plus profondément et de façon irréversible. Elle a causé ma semi-destruction. Elle m’a fait dire ce qui devait rester caché. Ce que j’avais réussi à taire, à oublier. Je me suis définitivement scindé en morceaux. Des morceaux dont les souvenirs sont inaltérables les uns pour les autres. Elle a lu en moi, et m'a conduit à cette chose dont vous n'avez même pas eu idée.
Je suis une femme. Je ne suis pas une femme. Deux vérités contradictoires, qui s’alternent. Peu l’ont compris, et peu le comprendront. Peu probablement le respecteront sans remettre en cause mon identité fluide. Elle me glisse entre les doigts. Je me suis menti tant d’années avant d’accepter la vérité. Comment ai-je pu ne pas m’en rendre compte en dépit des indices, qui étaient pourtant semés sur mon chemin ?

Je ressasse le passé. Le passé. Toujours le passé. Si peu le présent, excepté pour constater mon évolution, ou comparer des évènements douloureux qui semblent se répéter. Et je ne préfère pas imaginer le futur.
Je suis prisonnier du temps. Inlassablement, je suis pris dans le piège des souvenirs.

------------------------------------------------------------------------------------------------
Hey, pssst, Invité , j'ai répertorié tous les textes que j'ai postés sur le forum ~ici~ Fais-y un tour si le coeur t'en dis :latourn: (ce n'est pas à jour hélas)

Les mercredis, 21h30 environ (heure française), j'anime le CC. Vous pouvez d'ailleurs m'envoyer vos suggestions par mp (ou sms, ou messenger, ou discord).
Inscrivez-vous pour le CC en duo qui aura lieu le samedi 17 novembre : http://www.encre-nocturne.com/t6178-inscriptions-cc-duo-17-novembre

CDF (Poésies, Chansons, Chamarrés) :la: , mon signe distinctif est ♫

-
"Je leur rendrai ce grand service parce qu'on ne me l'a pas rendu à moi." (Philippe Labro - Les cornichons au chocolat)

-
Tous mes sens charmés
Hypnose et divins délices
J'aime les haïkus
Revenir en haut Aller en bas
http://je-seme-des-poemes.skyrock.com/3113348789-Index-des-poeme
Darkmichou

avatar

Masculin Balance Messages : 67
Date d'inscription : 11/11/2017
Localisation : Nantes

MessageSujet: Re: CC 2.42 (sujets)   Sam 20 Oct - 22:26

Voilà ma participation ! J'ai pris un peu tous les sujets, j'espère que ça vous plaira :la:
Attention, -12 ans (infos en spoiler)
-12:
 

_ _ _

Martine avait passé l'été à gambader dans les prés, préparer des gâteaux, et se baigner dans la rivière. Puis les vacances avaient passé, la rentrée arrivée, et Martine avait pu découvrir ses nouveaux camarades de classe avec toute la joie et la bonne humeur qui la caractérisaient. Martine s'était rendu au magasin de fournitures scolaires, où elle avait pu faire l'acquisition d'un ravissant cartable. Martine s'était ensuite inscrite au cours de danse, et avait fait ses premiers pas sur la piste en tant que petit rat de l'opéra. Martine avait ensuite visité une ferme, joué au parc, appris à faire de la bicyclette, et rencontré un âne prénommé Cadichon. On ne s'ennuie pas chez Martine !

Un beau jour, alors que Martine s'adonnait à de nouvelles activités extérieures fort divertissantes (humer l'air de la nature par exemple), elle réalisa que quelque chose clochait. Un liquide transparent tombait du ciel. Martine eut un court instant de panique, se demandant ce qu'elle avait bien pu faire de mal. Apercevant des fourmis qui couraient se mettre à l'abri du liquide céleste, elle s'agenouilla dans une flaque, et implora le dieu des fourmis de la mettre elle aussi à l'abri. La maman de Martine arrivait justement derrière Martine, armée d'un grand parapluie multicolore.

Réalisant que sa fille était stupide, ne connaissant ni la pluie ni l'automne, et qu'elle avait de surcroît trempé son pantalon de divers fluides, elle lui colla une grosse baffe et la traîna vers la maison familiale en grommelant qu'elle tenait ça de son père. Une fois Martine bien séchée et changée, Martine descendit dans la cuisine sans tomber dans les escaliers. Mais quelle ne fut pas sa surprise quand Martine découvrit du sang sur la table ! La maman de Martine, qui passait justement l'éponge avec un sourire crispé, lui expliqua qu'elle avait malencontreusement écrasé quelques fruits rouges. Mais Martine n'était pas sûre que sa maman lui disait toute la vérité, puisque le papa de Martine, qui saignait abondamment de l'entrejambe, poussait des cris déchirants, étendu au sol. Mais comme la maman de Martine avait toujours raison, Martine partit dans le salon aider son petit frère à résoudre un splendide puzzle représentant une femme riant, une noix dans chaque main. Le lendemain matin, le papa de Martine avait disparu, et des policiers vinrent toquer à la porte d'entrée de la maison de Martine. Après avoir menotté la maman de Martine, ils emmenèrent Martine et son petit frère avec eux pour aller quelques dans "dans une famille très gentille".

S'ensuivit un épisode de Martine va voir son papa à l'hôpital, un autre de Martine ne peut pas voir sa maman alors qu'elle aussi est à l'hôpital, puis en vrac : Martine frappe sa famille d'accueil, Martine s'enfuit avec son petit frère, Martine est ligotée, Martine en cellule de dégrisement, les parents de Martine se réconcilient, la famille de Martine rentre à la maison comme si de rien n'était, Martine aux alcooliques anonymes, Martine sevrée depuis trois mois, Martine joue à la barbie, Martine fête Noël quatre mois trop tard, Martine a un mauvais bulletin scolaire, Martine va redoubler. Martine part en vacances. Martine gambade dans les prés, Martine prépare des gâteaux, Martine se baigne dans la rivière. Puis les vacances avaient passé, la rentrée arrivée, et Martine avait pu découvrir ses nouveaux camarades de classe avec toute la joie et la bonne humeur qui la caractérisaient.


_ Hein ?? Mais je l'ai déjà lu celui-là ! Mais maman, elle est prisonnière du temps, Martine, elle revit tout le temps la même chose ! Et elle est un peu stupide non, si elle redouble tout le temps ?
_ Euh, oui mon chéri, c'est vrai que cette série de livres est un peu abrutissante... Et à bien y réfléchir, je ne suis pas sûre qu'elle transmette des valeurs éducatives particulièrement intéressantes...
_ Moi mon préféré c'est Martine aux alcooliques anonymes ! Elle a trop la classe quand tout le monde lui dit "Bonjour Martine !" ! Quand je serai grand je veux faire pareil !
_ Mais enfin Mickaël, tu as sept ans bordel ! Et range cette bouteille de whisky !
_ Dis rien ou je te fais la version son et lumière de Martine se prend une baffe !
_ Bouhouhou, mes copines m'avaient prévenu, j'aurais dû te laisser jouer aux pokemon...

_ _ _
:unjournormal:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: CC 2.42 (sujets)   

Revenir en haut Aller en bas
 
CC 2.42 (sujets)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Défis et Concours :: Les chronochallenges-
Sauter vers: