Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Atelier d'Halloween

Aller en bas 
AuteurMessage
Ippa
Reine des Ateliers à thèmes
avatar

Féminin Poissons Messages : 558
Date d'inscription : 01/02/2015
Humeur : Cours plus vite que le Lapin Blanc

MessageSujet: Atelier d'Halloween    Mer 31 Oct - 22:54:26

Pour Halloween j'ai organisé un petit atelier en accord avec tout ça. Donc j'ouvre un topic pour que Horadere, K, Titi, Lame, Yorffeez et Tifani vous partage leurs production.

Le principe de ce soir ? J'impose un personnage et une situation ! Mais dans le thême s'il vous plait!

les personnages:
 

et voilà les situations ! Remplacer les **** par le personnage que vous avez eu!

les situations possible:
 


Voila au plaisir!

:ippa:

------------------------------------------------------------------------------------------------
Etonnante est cette lubie qu'ont les hommes d'appeler les choses par leur nom

Retrouvez mes écrits ici :)
Revenir en haut Aller en bas
Titi

avatar

Féminin Lion Messages : 781
Date d'inscription : 29/06/2016
Localisation : Dans la région de la cancoillotte :la:
Humeur : J'ai la forme : rond est une forme

MessageSujet: Re: Atelier d'Halloween    Jeu 1 Nov - 0:51:09

1_ Le zombie découpe une citrouille

Brandy le zombie n’était pas frais. Il n’était pas très pratique non plus. Son haleine était bien loin des bonbons à la menthe. Cela se rapprochait plus d’un mélange entre une bouse de vache laissée au soleil depuis trois jours, et un pet d’un vieux papy après trois assiettes de soupe aux choux. L’amusement de l’extra-terrestre en moins.

Une nuit sombre, alors qu’il sortait de terre, il entendit un bruit effroyable. Effroyable pour un humain avec un cerveau, ce qui expliquait que Brandy y soit doublement insensible. Il l’entendit d’une oreille, la droite, la gauche étant défectueuse, et plus bandante que sa femme Huguette. En se retournant, aussi lentement que l’aurait fait un paresseux, il tomba nez à nez, si on pouvait appeler cela un nez, avec une citrouille. Notre charmante puanteur disloquée et désarticulée, et à la démarche aussi sexy qu’un putois alcoolique, qui avait pour projet de devenir végétarien, trouva là sa chance.

Il sortit d’un orifice que l’on ne nommera pas, un os. Un os aussi long que son odeur était atroce. Une espèce de lance, à l’odeur douteuse. Il découpa la citrouille. Ou plutôt il tenta de découper une citrouille. Ou plutôt il voulait tenter de découper une citrouille. Brandy avait une mauvaise vue et il visait à côté.

Quand le jour approcha, il avait réussi à faire un œil. Il recommença les nuits suivantes, et il put obtenir un magnifique visage de citrouille au bout d'une semaine. Il venait de battre son record précédent, qui était de treize nuits.



2_ Le zombie fait une visite nocturne

Le septième soir, fier de sa création, il ne se reposa pas. Il appela Huguette. Une fois. Deux fois. Trois fois. Adjugé. Elle était encore plus malentendante que lui, elle qui avait pourtant ses deux oreilles. « Quand on dit que ça rend sourd ! » cria-t-il, exaspéré. Il approcha de la tombe de sa bien-aimée, et se mit à creuser.

Il y a bien longtemps qu’il n’avait pas visité sa galerie. Elle était grande, chaude et humide. Ce qui rendait le tout glissant. C’était d’ailleurs à cause d’une mauvaise chute que Brandy avait failli perdre son oreille gauche. Huguette avait des talents de Zombie d’Intérieur-Zombie Innovatrice, le ZIZI, plus haut grade qu’il était possible d’avoir dans la Décoration d’Intérieur Livide Démoniaque et Ombrageuse. Ces capacités lui avait permis d’aménager sa galerie, afin d’y mettre une échelle robuste, ce qui permettrait à son amour pourri de descendre sans s’égratigner autre part.

Il approcha de son Huguette. Elle dormait paisiblement, ce qui signifiait chez les zombies ronfler aussi fort que trois marteaux-piqueurs. Il s’allongea près d’elle, avant de se coller contre son dos et de humer la douce vague putride qui se dégageait de ses cheveux couleur vomi.



3_ Le zombie se prend une poussette

Un jour où Huguette était très fatiguée, Brandy dut se résoudre à sortir dehors, seul. En rejoignant la surface, il lui sembla percevoir l’odeur de viande. Une odeur sanguinolente qui aurait pu lui faire perdre trois mois d’intense contrôle de lui-même pour rester végétarien. Obsédé par cette odeur qu’il pensait connaître, il en chercha sa provenance.

Arrivé dans le centre-ville, il se sentit observé par des dizaines d’individus. Ces derniers reconnurent très vite Brandy, non seulement à l’odeur, mais à ses vêtements déchirés, tachés de sang, de morve, et d’une substance étrange et visqueuse. Un vrai italien vert-blanc-rouge. Comme il était aussi inoffensif que stupide, les passants ne fuyaient pas, au contraire, ils le saluaient joyeusement. Certains lui demandèrent de passer le bonsoir à Huguette.

Tout le monde semblait heureux de la présence de ce zombie boiteux. Du moins, c’est ce que l’on aurait pu penser, si un chien n’avait pas commencé à grogner. Ce dernier s’approcha de lui, et le renifla. Il tenta de le mordre là où Brandy était le plus fragile et le plus vulnérable, comme tout homme zombie. Il était bien évidemment fragile du tendon. Brandy essaya de fuir, en courant. En essayant de courir. En espérant être en mesure d’essayer de courir. Il boitait rapidement.

Quand il retourna sa tête pour voir où en était le chien, il ne put estimer s’il était très loin, ou s’il était invisible. Pas facile d’être un zombie quand on est suffisamment idiot pour oublier qu’on a une très mauvaise vue. Pas facile non plus quand on ne sait pas marcher droit, et qu’on a tendance à se bloquer le cou trois fois par nuit, à force de la tourner trop souvent à cent-quatre-vingt degrés. Il sentit le sol se dérober sous ses pieds. Il tomba à la renverse, à moitié sur le trottoir, à moitié sur la route. Il venait de se prendre une poussette à quelques centimètres de sa virilité. Sa virilité, vous savez ? Son tendon.

------------------------------------------------------------------------------------------------
Hey, pssst, Invité , j'ai répertorié tous les textes que j'ai postés sur le forum ~ici~ Fais-y un tour si le coeur t'en dis :latourn: (ce n'est pas à jour hélas)

Les mercredis, 21h30 environ (heure française), j'anime le CC. Vous pouvez d'ailleurs m'envoyer vos suggestions par mp (ou sms, ou messenger, ou discord).
Inscrivez-vous pour le CC en duo qui aura lieu le samedi 17 novembre : http://www.encre-nocturne.com/t6178-inscriptions-cc-duo-17-novembre

CDF (Poésies, Chansons, Chamarrés) :la: , mon signe distinctif est ♫

-
"Je leur rendrai ce grand service parce qu'on ne me l'a pas rendu à moi." (Philippe Labro - Les cornichons au chocolat)

-
Tous mes sens charmés
Hypnose et divins délices
J'aime les haïkus
Revenir en haut Aller en bas
http://je-seme-des-poemes.skyrock.com/3113348789-Index-des-poeme
Tifani

avatar

Féminin Poissons Messages : 161
Date d'inscription : 20/05/2015

MessageSujet: Re: Atelier d'Halloween    Jeu 1 Nov - 9:11:35

1) Le vampire en maraude fait rire

Ed avait beau y mettre toutes ses forces, quand il sortait seul dans la rue, les passants n'étaient pas plus impressionnés que son reflet dans la soupe de sang d'ours. Il avait beau prendre son regard le plus mesquin, aiguiser soigneusement ses canines tous les matins, et laisser bien couler le sang de ses lèvres sur son menton, personne ne s'enfuyait en le voyant. Son père, lui, aurait déplacé des foules entières d'un seul regard derrière sa longue cape! C'était pour cela que cette fois il s'en était confectionnée une lui aussi, à partir du rideau de sa chambre, noir comme toute leur décoration. Mais les murmures horripilants et les regards plein d'amour et d'affection des passants en le voyant dans la rue continuaient, et ne faisaient qu'attiser sa frustration. Il n'était pas mignon! C'était un vrai vampire, effrayant et brutal, comme son père! Mais il était trop petit, et la cape trop grande pour lui. Alors quand il avait grogné pour impressionner les passants en avançant, il s'était pris les pieds dedans, et s'était étalé de tout son long sur les pavés. Il avait laissé échapper quelques larmes devant la foule partagée entre les regards inquiets et paroles rassurantes, et les fous rires devant sa chute. Et il avait regagné en titubant sa maison, accueilli par son chien squelette qui avait chassé ses larmes à grands coups de langue fantômatique. Il n'était pas si petit! Sa cape avait juste besoin de quelques ajustements. Et sur ces pensées encourageantes, il alla voir sa mère pour qu'elle soigne ses égratignures et s'occupe de sa nouvelle cape.

2) Le vampire fait peur à un mouton

Ed l'avait bien compris, les personnes qui se baladaient en ville la nuit était trop difficiles à impressionner même pour lui, le plus terrible des vampires! Quand ils étaient en groupe et habitués à évoluer la nuit comme eux, ils étaient plus confiants et plus compliqués à impressionner. Mais il ne comptait pas renoncer aussi facilement, et il s'était fait une mission de les effrayer comme son père le faisait lorsqu'il voulait disperser la foule! L'avantage, c'était qu'il avait de quoi s'entraîner à quelques centaines de mètres de là. Sa maison était à la périphérie de la petite ville, juste à côté d'un pré où se reposaient des dizaines de moutons la nuit. Et les troupeaux de mouton, ce n'était pas bien différent des foules humaines après tout! Il suffisait qu'un seul panique pour que tous prennent la fuite. L'important c'était de savoir sélectionner la proie la plus impressionnable, et de lui donner la peur de sa vie. C'était ce que sa mère lui avait dit en tout cas, pendant qu'elle ajustait sa cape, et si sa mère le disait, c'était forcément vrai!

Il s'était faufilé sous la lune voilée par quelques nuages jusqu'à la barrière, et l'avait franchie sans difficulté pour s'approcher silencieusement des moutons. Enveloppé dans sa nouvelle cape noire, il était presque invisible dans l'obscurité, et il avait du mal à garder sa concentration, surexcité par l'exploit qu'il était en train d'accomplir. Mais c'était important, il devait y arriver pour montrer qu'il était un grand vampire! Aussi, il parvint tant bien que mal à approcher un mouton un peu isolé du troupeau, qui somnolait debout. Et alors que ce dernier entrouvrait les paupières devant la silhouette sombre, il écarta grand sa cape, et laissa échapper un cri aussi terrifiant que soudain. Bon, en réalité, son cri était parti dans les aigus, et c'était plus son teint pâle et le sang qui contrastait avec son visage blanc qui avait effrayé l'animal, mais l'objectif était atteint. Son rire résonna dans la prairie, alors que les moutons s'enfuyaient au loin en bêlant d'effroi.

------------------------------------------------------------------------------------------------
J'adore commenter les textes des gens, mais j'ai toujours la flemme de me lancer, alors n'hésitez pas à me demander des commentaires par mp ou sur la cb, je suis toujours dispo pour ça!  fier

Si vous voulez voir ce que j'ai écrit sur ce fo, c'est ici! :)
Mes textes
Revenir en haut Aller en bas
Lame37

avatar

Masculin Vierge Messages : 816
Date d'inscription : 13/06/2016
Localisation : Perdu en rêverie ; manque d'affection
Humeur : Loup Aventurier de la Magie Éternelle

MessageSujet: Crocs et début de soirée   Jeu 1 Nov - 21:47:17

Petite improvisation sans grande modification. Voici ma participation.

Crocs et début de soirée


1. Le loup-garou inspire l'horreur

Mortak tournait et virait vers son miroir, il ne savait ce qu'il voulait mettre pour sortir ce soir. Il lui fallait un bel habit agréable à porter. Il essayait plusieurs tenues sans se décider. Il y avait des déceptions, mais aussi des petites satisfactions.
Par exemple, il y avait ce haut noir qui lui faisait des formes bizarres sous les bras et ce bas gris qui lui coinçait les parties. Parmi les tenues qui allaient à peu-près, il y avait un bas marron plutôt ample avec une chemise bleue. Elle était un peu tachée au niveau du dos...


2. Le loup garou se prend une poussette

Il voulait laisser paraître ses poils et autres attributs animaliers. Le pantalon avec la chemise pourrait convenir. Il faut qu'il se décide, sinon il risque d'être en retard. Quand enfin, il sortit dans la nuit, il avait fait son choix. La rue est peu éclairée, mais qu'importe ses yeux sont habitués à l'obscurité.
Tout d'un coup, une poussette lui rentre dedans. D'où venait-elle ? Mystères et boules de poils. Il hume l'air et renifle. Il ne sent rien, ni ne perçoit quelque chose de suspect. Il passe à côté et continu son chemin, il a suffisamment tardé. S'il arrive trop tard, il n'y aura plus personne à la soirée...


3. Le loup-garous en maraude fait peur

Finalement, il prend un raccourci, sur le chemin, Mortak fait peur aux passants en promenade nocturne. Son aspect bestial est à la fois intimidant et effrayant. Pourtant, il ne cherche pas à donner une telle sensation, impression. Il vire à gauche tout en se dépêchant.
Enfin, il arrive au lieu de fête. Un colosse barre l'entrée, mais quand il voit Mortak, il le laisse passer immédiatement. Pas besoin d'inspection, ce n'est pas du chiqué. Il entre alors et au loin accoudée au bar, il aperçoit une petite blonde belle à croquer. Il va faire sensation dans cette boîte un soir de pleine lune, un trente-et-un octobre...

------------------------------------------------------------------------------------------------
Loup breton parmi les hommes, rêveur, écrivain en herbe et critique amateur... "Les rêves sont une porte vers l'imaginaire, l'espoir et où tout est possible..."

Si un jour d’aventure,
Tu te retrouves dos au mur.
Si tu deviens solitaire...
Eh ! Tu n’es pas seul sur terre,
Il y a notre groupe,
Rejoins la troupe.
Tu peux réécrire ton destin
Pour plus tard mourir serein...

Envie de plonger dans le Wolfo Universe ? C'est par ici : mes textes & mes publications...
Ajouts et corrections à venir, découvrez : Shadows, "roman" (0 + 5/30 ?) & Chroniques de héros, recueil (3/25 ?)...
Revenir en haut Aller en bas
Horadere

avatar

Masculin Balance Messages : 18
Date d'inscription : 02/10/2016

MessageSujet: Re: Atelier d'Halloween    Sam 3 Nov - 21:45:05

La planéte des Loups

=====Le Loup Garou va faire une visite nocturne=====
Pas le choix, Jean Francois Garand allait devoir se rendre en scred au concert privé du Loup Garou De l’Espace, le héros métalleux de la nation, sans ses vêtements habituels. A la place il prit le t-shirt noir tout froissé qui pendouiller sur sa vaisselle qui elle-même était en équilibre sur des os qui eux même aller tomber à tout instant à la fenêtre. Ensuite il se décida à prendre le bas qui lui faisait mal aux parties en y créant une petite déchirure afin de se sentir à l’aise. Enfin, il sorti de chez lui et s’empressèrent d’aller jusqu’au Trianon Rouge.
Et en effet toutes les portes étaient déjà fermées et des gardes étaient posté à toutes les entrées, empêchant quiconque d’y accéder. Déçu de lui-même, il s’empressa de regarder les alentours de la salle pour voir au moins arrivé le vaisseau de sa star bien aimé. Cela serait au moins une consolation pour lui.

=====Le Loup Garou coupe une citrouille====
Après quelques minutes et après avoir discrètement volé une citrouille à une boutique et l’avoir découpé en plusieurs morceaux afin de mieux les ingérer, le vaisseau arriva enfin dans l’atmosphère terrestre. Cependant, il n’allait y rester longtemps. Sous son regard horrifié, le vaisseau était attaqué par l’armée spatiale de la Chèvre de la Voie Lactée, ennemi historique du LGDE. Les rayons tombèrent sur la surface de la planète touchant d’innombrables innocents et obligeant le vaisseau à atterrir en catastrophe.
N’écoutant que ses instincts, Jean François courra… en direction de chez lui. Froussard qu’il était, il ne pensait plus qu’à une chose :se cacher jusqu’à que ces affreux démons blancs partent. Cependant cette idée fut vite oubliée après que son appartement fut bombardé et désintégrer par la bataille qui s’était engager dans le ciel Ouh York City. Complétement déboussolé, il s’immobilisa net dans sa rue.

==== Le Loup Garou se prends une poussette====
Il était tellement choqué qu’il ne put voir la poussette arrivé droit sur lui, le faisant tomber à la renverse et, par un heureux hasard, le sauva la vie. Cependant l’odeur de loup grillé le motiva à s’enfuir loin très loin de la ville.
Après plusieurs esquives et plusieurs kilométrés parcouru, Jean François fut enfin hors de la ville, hors d’atteinte de l’attaque de la Chèvre de la Voie Lactée. Il regarda de loin le carnage se poursuivre avec comme point d’orgue l’explosion du vaisseau du Loup Garou De l’Espace. Il n’y avait désormais plus aucune sortie spatiale, tous les loups de la planète étaient cloués au sol.
« Inutile d’attendre plus longtemps » pensa le loup peureux « Si j’arrive à distancer la ville, je pourrais me réfugier quelque sur la planète ». En effet bien que cette planète ait été colonisé, cela ne comprenait que 10% du territoire total, quelques zones étaient inhabitées et n’intéressait nullement les envahisseurs. C’était parfait pour lui.
Plus loin dans la ville le Loup Garou De l’Espace tenté tant bien que mal de résister à l’assaut surprise. En effet les deux nations rivales avaient signé une trêve il y a peine 10 jours. Rien n’aurait pu prédire une attaque de cette envergure, pour une planète si faible en ressource.
- « Enfuyez-vous, monsieur ! »
- « Je ne vous abandonnerai pas ! Je suis le Loup Garou De l’Espace !
- « Oui. Et sans votre charisme et votre musique, nous sommes fichus. Prenez cette guitare et aller dans la forêt désaccordée. Notre futur est entre vos mains…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Atelier d'Halloween    

Revenir en haut Aller en bas
 
Atelier d'Halloween
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Ecriture collaborative-
Sauter vers: