Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [SUJETS] CC n° 44

Aller en bas 
AuteurMessage
Phoenix
Piou grincheux accro au café
avatar

Féminin Gémeaux Messages : 1892
Date d'inscription : 06/01/2015
Localisation : Sur tous les fronts
Humeur : Cafééééééééé :bave:

MessageSujet: [SUJETS] CC n° 44   Sam 3 Nov - 21:36:09

Bonsoir vous connaissez le principe Wink

Voilà les thèmes du soir :

1 - La petite maison dans la prairie
2 - Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué
3 - Un p'tit géranium
4 - Cheveux sur la langue

Bonus musique : Exterminate Annihilate Destroy - Rotersand

Bonne écriture !

------------------------------------------------------------------------------------------------
Phoenix - Kemenyx


Toujours la petite étincelle sera là !
"A single dream is more powerful than a thousand realities" J.R.R. Tolkien
"On ne peut pas attendre que l'inspiration vienne. Il faut courir derrière avec une massue." Jack London




*L'oiseau cramé s'approche de Invité et se demande si ce dernier bois du café... C'est TOUJOURS l'heure du café ! Et le café c'est la vie !
Revenir en haut Aller en bas
https://kemnyx.wordpress.com/
K
Emmerdeur officiel
avatar

Masculin Taureau Messages : 220
Date d'inscription : 13/11/2017

MessageSujet: Re: [SUJETS] CC n° 44   Sam 3 Nov - 22:25:04

Page Blanche sous Nuit Pâle [TP]

Syndrome de page blanche sous nuit pâle
Je lève les yeux de mon pensum,
Jette un regard interrogateur aux étoiles
Qui semble se gausser en une muette réponse.
Les chiffres phosphorescents indiquent 3h28
Tâche verte dans une pièce où la froideur de l’écran règne.
Le vertige m’anéantit

Syndrome de page blanche sous nuit pâle
Mon regard te cherche, ma Muse, implorant
Mais ne tombe que par moment sur le géranium
Ce stupide géranium qui m’accompagne depuis 8 mois déjà
Huit mois, 3h28. Les chiffres dansent sous mon crâne
Alors que ton image s’efface en vain,
Obsession régulière dans ma cellule monacale
Où la vie semble être partie avec toi.
Regarde, même le géranium voit ses premières feuilles tomber
Plante en pot pleurant ton départ
Alors que mes larmes sont aussi taries que ma plume.
Silence de mort dans la nuit pâle
Alors que je recommence à taper sur le clavier
Quelques inepties rapidement effacées
Quelques chimères aussi solides que des bulles

Syndrome de page blanche sous nuit pâle
Pourquoi mon esprit s’emballe autant ?
Il y a quelques mois encore, je ne pensais plus.
Petit cadavre mécanique répétant les mouvements
Dans une singulière et entêtante répétition
Cœur blessé brise la mécanique et la vie
Si elle existe n’est plus vraiment vécue
Et pourtant sans qu’on comprenne pourquoi tout accélère
Comme ce géranium qui reperd ses feuilles
Voit une à une ses fleurs se flétrir
La plante meurt quand renait mes idées
Mais les fruits sont flétris et l’arbre malade
Pourquoi alors que je devrais reraconter des histoires
Mes pensées se tournent toujours vers toi ?
Je ne t’ai pourtant jamais vraiment connu
Jamais vraiment côtoyé
Jamais vraiment touché
Et pourtant malgré tout comme en bas d’une pente
Mon cœur revient toujours à toi
Et je me vois enchaîner les nuits blanches
Sans que ma page ne se remplisse d’un pouce
Je n’ai tout simplement pas la tête à l’ouvrage

Quelques mots sur pages blanches sous aube claire
Libéré, l’oiseau de nuit regarde la personne qui dort à coté de soi
Texte achevé, roman bouclé, la passion redevient abondante
Et pourtant encore aujourd’hui les pensées
Me mènent toujours vers la même personne
Je contemple, les yeux fatigués, les premiers rayons
Traversant la fenêtre.
Je quitte mon bureau pour préparer le thé,
A la faveur de ce nouveau jour
Mais pardonne-moi mon amour s’il me reste
Une dernière chose à faire.
Avant de partir vers cette nouvelle vie,
Je jette au loin, la dépouille du géranium.
Revenir en haut Aller en bas
Titi

avatar

Féminin Lion Messages : 781
Date d'inscription : 29/06/2016
Localisation : Dans la région de la cancoillotte :la:
Humeur : J'ai la forme : rond est une forme

MessageSujet: Re: [SUJETS] CC n° 44   Sam 3 Nov - 22:34:46

(Sujet 1)
---

Samuel Calavicci, surnommé l’Assoiffé, était un noble vampire d’Italie. Il vivait autrefois avec sa riche famille dans un manoir caché au fin fond d’une forêt. Aîné d’une fratrie de quatre petits suceurs de sang frais, la pression avait pesé sur lui. En effet, le jour des onze ans, il était coutume que chaque vampire sache chasser et se nourrir de lui-même. Cela s’appelait la cérémonie de chasse. Si ces trois frères étaient cruels et sans pitié, ce qui faisait la fierté de leur mère, Sam, lui, se rapprochait plus de son humain de père, et de son empathie pour les vivants. Père qui n’avait toujours pas été transformé, car la mère voulait sept enfants avant la cérémonie de transformation. De ce que Sam en avait compris, une malédiction ne permettait à sa mère de se reproduire qu’avec des êtres humains.

Le soir précédant ses onze ans, son frère le plus âgé, vint toquer à sa chambre. En l’absence de réponse, il l’ouvrit, et trouva Sam, assis sur son cercueil, en train de contempler la pleine lune. Le grincement de la porte se refermant sortit le jeune vampire de sa rêverie, et il se retourna. Il était vêtu d’une longue cape noire, adapté à sa taille frêle, et d’un collier en cuivre, représentant une goutte de sang. Sa mère avait pris soin de le préparer pour la nuit suivante. Elle avait plaqué sa mèche noire ébène en arrière, et attaché sa longue chevelure derrière. De ses petits yeux rouges tristes, le jeune homme blafard observa son frère. Ce dernier ouvrit grand la bouche, faisant scintiller ses canines. Il était admiratif devant la beauté lugubre du dernier de la famille. Il tourna les talons et sortit comme il était venu, faisant grincer par deux fois la porte.

Le soir de la cérémonie de chasse, le frère aîné toqua à nouveau à la chambre de Samuel. Ne trouvant pas plus de réponse que la nuit précédente, il ouvrit la porte. Il lui semblait que la même scène que la nuit d’avant se jouait, à un détail prêt. La fenêtre de la chambre était ouverte. Il fixa son frère, qui ne se retournait pas. Il avança vers le cercueil où il était assis. Aucune réaction. Quelque chose semblait clocher. En posant sa main sur son épaule, celle-ci passa au travers de Sam, toujours aussi immobile. Le vampire adulte, qui connaissait mieux son frère que quiconque comprit vite. Il leva les yeux au plafond, lévita de quelques dizaines de centimètres, afin de récupérer une petite boîte. Il s’était fait berné par un hologramme.

Toute la famille Calavicci se demanda si le déshonneur n’allait pas s’abattre sur eux. Jamais en plusieurs millénaires elle n’avait connu de vampire fuyant ses obligations. Que fallait-il faire ? La mère bouillonnait de rage et de honte. Elle vociférait à tout va que son fils était un traître et qu’il allait payer. Soutenue par deux de ses fils, elle alla chercher des pieux, bien décidée à punir son dernier rejeton. Mais le fils aîné s’interposa. Il voulait laisser une chance à Sam de s’expliquer. Sa génitrice en furie n’accepta qu’à une condition : s’il ne revenait pas d’ici trois nuits, il serait aussi considéré comme un traître à réduire en poussière.

L’aîné passa la porte, se transforma en chauve-souris, et fila comme l’éclair. Il avait autour du cou un collier, celui de Sam. Il l’avait pris dans sa chambre quand il avait entendu sa mère en colère. Usant de son odorat développé, il lui fut aisé de retrouver la piste du fuyard. En plus de son odeur corporelle, Samuel sentait la bave de crapaud, provenant d’un parfum qui avait grand succès chez les suceurs de sang. Etant les seuls vampires à plusieurs milliers de kilomètres de diamètre, le mélange odorant qui flottait dans l’air ne pouvait appartenir qu’à un seul individu. Mais il fallait se dépêcher, car si une averse venait à se déclencher, il serait plus compliquer de suivre la trace du jeune vampire.

La deuxième nuit, Le vampire adulte sortit d’une caverne, et continua ses recherches. Il sentit soudainement différentes odeurs se mêlant à celles de Sam. Il perçut une odeur si forte qu’il devint frénétique. Fonçant à toute allure au-dessus d’une prairie, il se retrouva face à une cabane. Il se retransforma en vampire à l’apparence humaine. Il toqua à la porte d’entrée, faite de bois partiellement pourrie. Il ne tarda pas à entendre une voix rauque l’autorisant à entrer. En ouvrant la porte et en observant la scène, devant lui, il comprit. Non seulement Samuel n’était pas un fuyard, mais en plus de cela il venait de réussir avec brio, et tout seul, sa cérémonie. En effet, Le jeune vampire était en train d’aspirer la force vitale du septième et dernier enfant de la famille perdue au milieu des prés. Ce dernier enfant qu’il convertit en vampire.

------------------------------------------------------------------------------------------------
Hey, pssst, Invité , j'ai répertorié tous les textes que j'ai postés sur le forum ~ici~ Fais-y un tour si le coeur t'en dis :latourn: (ce n'est pas à jour hélas)

Les mercredis, 21h30 environ (heure française), j'anime le CC. Vous pouvez d'ailleurs m'envoyer vos suggestions par mp (ou sms, ou messenger, ou discord).
Inscrivez-vous pour le CC en duo qui aura lieu le samedi 17 novembre : http://www.encre-nocturne.com/t6178-inscriptions-cc-duo-17-novembre

CDF (Poésies, Chansons, Chamarrés) :la: , mon signe distinctif est ♫

-
"Je leur rendrai ce grand service parce qu'on ne me l'a pas rendu à moi." (Philippe Labro - Les cornichons au chocolat)

-
Tous mes sens charmés
Hypnose et divins délices
J'aime les haïkus
Revenir en haut Aller en bas
http://je-seme-des-poemes.skyrock.com/3113348789-Index-des-poeme
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [SUJETS] CC n° 44   

Revenir en haut Aller en bas
 
[SUJETS] CC n° 44
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Défis et Concours :: Les chronochallenges-
Sauter vers: