Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 [sujets] Cc n°58

Aller en bas 
AuteurMessage
Phoenix
Piou grincheux accro au café
Phoenix

Féminin Gémeaux Messages : 1941
Date d'inscription : 06/01/2015
Localisation : Sur un cube
Humeur : "Life begins after coffee"

[sujets] Cc n°58 Empty
MessageSujet: [sujets] Cc n°58   [sujets] Cc n°58 EmptySam 29 Déc 2018 - 21:35

Bonjour les Noctus o/

En route pour le cc du soir !

Voici les thèmes :

1 - ça sent le sapin...
2 - un pile de vieilles photos poussiéreuses
3 - chat farceur
4 - un dîner... Particulier...

Bonus :



------------------------------------------------------------------------------------------------
Phoenix

*L'oiseau cramé s'approche de Invité et se demande si ce dernier bois du café... C'est TOUJOURS l'heure du café ! Et le café c'est la vie !
Revenir en haut Aller en bas
https://kemnyx.wordpress.com/
Tifani
Commentatrice détaillée et pro du CC
Tifani

Féminin Poissons Messages : 275
Date d'inscription : 20/05/2015
Localisation : En cours
Humeur : A la recherche de réponses

[sujets] Cc n°58 Empty
MessageSujet: Re: [sujets] Cc n°58   [sujets] Cc n°58 EmptySam 29 Déc 2018 - 22:38

Bonjour bonjour! En retard, mais j'ai fait un long texte, pour ma défense. Comment ça ça ne change rien? Ah bon? Bon ben tant pis, j'aurai essayé!
Thèmes 2 et 4 mon capitaine!

******************************************************

La poussière volait au point de rendre l'air presque opaque. C'était dans cette atmosphère qu'Essie s'affairait, malmenant le vieux grenier et tous ses habitants. Si ses parents l'avaient vue faire, ils auraient certainement défailli à la vue des bibelots qu'elle jetait à travers la pièce. Ils avaient beau atterrir intact dans l'amas de tissus et de papier bulle qu'elle avait installé dans les caisses et cartons, la scène avait de quoi rendre cardiaque n'importe quelle personne avec un minimum de soin et d'affection pour tous ces petits objets plein de souvenirs. La jeune adulte s'en donnait à cœur joie, son cynisme pleinement satisfait par cette violence calculée. Pourtant, au bout de longues minutes à nettoyer de fond en comble la pièce, dansant presque au rythme de la musique qui pulsait dans ses écouteurs, elle s'immobilisa tout à fait, et la poussière elle-même sembla se figer sur place. Devant elle se tenait une photo simple, dans un cadre d'un jaune moutarde qui en soulignait l'époque relativement récente. Pourtant, plus que les vieux jouets en bois, les photos de famille et les souvenirs de vacances, cette photo faisait chavirer son cœur. Cette photo était celle d'une famille à part, une famille qu'elle s'était construite de bric et de broc, et d'une époque où le soleil brillait encore dans son regard. Lorsqu'elle prit le cadre dans ses mains, elle le fit presque solennellement, le regard assombri de nuages, et sourde aux basses qui continuaient de bourdonner à ses oreilles. Elle se souvenait toujours de cette soirée, dans les moindres détails, si bien qu'elle aurait juré qu'elle avait pris fin une poignée de minutes auparavant. Bien sûr qu'elle se souvenait...


C'était les beaux jours de juin, les derniers jours d'une année difficile, et les premiers de belles vacances en perspective. Une soirée où le soleil avait dansé à leurs fenêtres jusque tard le soir, et où les rires avaient résonné jusqu'au petit jour. C'était une soirée qui avait failli ne jamais avoir eu lieu, pétrie de tant de micro-catastrophes et de changements de dernière minute qu'elle avait fait figure de record dans leur vie entière. Elle se souvenait des équipes formées à la va-vite pour le sauvetage d'un ami perdu à l'autre bout de la ville, pour aller acheter cet ingrédient ô combien indispensable que leur coursier du jour avait oublié, ou pour préparer le repas du soir et coordonner la soirée tant bien que mal. Essie s'était autoproclamée coordinatrice en chef ce soir-là, puisque la seule ayant un téléphone qui avait survécu à leurs longues années d'études, et donc dont chacun d'entre eux possédait le bon numéro. Contre toute attente, cette soirée de toutes les catastrophes avait aussi été la plus belle de toutes. Une simple pizza maison pour fêter leurs années de galère et leur nouveau départ, dans cet appartement partagé par les filles de la bande, mais qui restait la meilleure qu'elle ait jamais mangée. Gerald se serait sûrement écrié que c'était grâce à son ingrédient secret, le connaissant. Mais pourtant, même cette pensée n'arrivait pas à arracher un sourire à Essie. Cette soirée était la plus belle de toute, mais aussi la dernière. Et elle contenait dans cet instant tout le poids des rires et des promesses brisées, la caresse du soleil à leurs côtés et le froid des nuits seule à arpenter leurs endroits préférés. Cette photo réchauffait son cœur mais consumait un peu plus son âme à chaque seconde.  

Il fallut plusieurs bonnes secondes à Essie pour réaliser que ses mains tremblaient autour du cadre de la photo, et que les larmes menaçaient de tomber sur la petite vitre qui protégeait ce souvenir. Elle renifla bruyamment, et se dirigea mécaniquement vers la caisses dans laquelle s'entassait déjà une pile de photos, plus ou moins soigneusement dépoussiérées. Mais ses doigts refusaient de lui obéir, toujours fermement agrippés au cliché. Les montagnes russes vinrent de nouveau faire trembler sa poitrine, alors qu'elle luttait contre les larmes qui lui montaient aux yeux. Elle savait que ce n'était qu'un fragment du passé. D'autres pas avaient fait trembler les lames du parquet immortalisées sur cette photo, et ce vieil appartement avait vu passer d'autres vies, d'autres rires, d'autres familles recomposées par le destin malgré les horizons et les origines qui y valsaient. Sa famille à elle s'était éparpillée au gré du vent et des opportunités. Il n'en restait que de fragiles échos des mariages et des enfants qui leur avait constitué des familles de sang cette fois. Mais elle n'arrivait pas à le reléguer au rang de souvenir, une partie d'elle s'accrochait à cette image de ce bonheur auquel elle avait renoncé en restant ici, comme un gardien de ce passé qui lui était si cher. Peut-être qu'elle aurait dû abandonner. Peut-être qu'elle aurait dû se ranger, et laisser la distance et les appels manqués mettre fin à cette histoire. Mais ce n'était pas ce qu'elle était. Son cœur fit un bond dans sa poitrine quand elle prit la décision, et elle jeta le cadre à travers la pièce. Elle s'empressa d'arracher ses écouteurs de ses oreilles avant d'agripper son téléphone et de composer à la va-vite un numéro qu'elle connaissait sur le bout des doigts. Lorsqu'une voix familière retentit dans le combiné, elle sentit un sourire étirer ses lèvres malgré les larmes.

- Allo Gerald? On va avoir besoin de faire des courses, beaucoup de courses. Quoi? Non j'ai pas pleuré, je...

Et alors qu'elle faisait les cent pas dans le petit grenier envahi par la poussière, le cadre reposait dans le carton, au milieu d'objets divers et variés. Sur le carton, quelques mots avaient été écrits grossièrement au feutre noir. "Ne pas jeter - Chambre d'Essie"

------------------------------------------------------------------------------------------------
Si vous voulez voir ce que j'ai écrit sur le forum, c'est ici! :)
Mes textes
Revenir en haut Aller en bas
 
[sujets] Cc n°58
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Evénements :: Les chronochallenges-
Sauter vers: