Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Peut-on se mettre à la place de l'autre ?

Aller en bas 
AuteurMessage
Hartsock
Vieux cerf dalleux invincible face à Timmy
Hartsock

Masculin Bélier Messages : 1736
Date d'inscription : 19/11/2015
Localisation : Dans la lune
Humeur : Comme un oiseau sans ailes

Peut-on se mettre à la place de l'autre ? Empty
MessageSujet: Peut-on se mettre à la place de l'autre ?   Peut-on se mettre à la place de l'autre ? EmptySam 12 Jan 2019 - 18:55

Hello ! C'est un devoir de philo que je devais faire (ma première dissertation fou ), alors je me suis dit que ça intéresserait des gens de le voir :)


Peut-on se mettre à la place de l'autre ?






Il est de ces gens qui nous font de multiples remarques, ceux qui nous disent « mets-toi à ma place » puis ceux qui se veulent rassurants et s'exclament « je comprends » ou « je compatis », sans vraiment qu'on le ressente comme tel. Lesquels disent vrai ? Lesquels ont tort ? Certaines œuvres de la littérature, comme Don Quichotte, nous montrent que les protagonistes sont capables de se mettre parfaitement dans la peau d'autres personnages, issus de leur imaginaire ou de celui des auteurs. Est-ce si simple dans la réalité ? Est-ce seulement souhaitable ? La question qui nous est posée ici est la suivante : peut-on se mettre à la place de l'autre ? Mais ce « on », qui désigne-t-il réellement ? Nos proches ? Des inconnus ? Déterminons ici qu'il s'agit de l'ensemble de l'Humanité en tant qu'espèce. Alors, ne serait-il pas paradoxal de se mettre à la place de l'autre quand on est soi ? Qu'est-ce véritablement que se mettre à la place d'autrui ? Cette capacité à reconnaître et comprendre les émotions des autres se nomme empathie. Nous nous demandons donc si ces mêmes êtres humains ont le pouvoir et la légitimité de se substituer à l'autre — celui ou celle qui n'est pas nous et qui a conscience d'être soi —. L'empathie: simple mirage de l'esprit ou qualité universelle à encourager ? Dans un premier temps, nous réfléchirons à cette capacité et nous la pousserons jusqu'à ses limites, puis nous verrons en quoi elle est indispensable pour la cohésion des êtres humains.



Tout d'abord, se mettre à la place des autres nécessite d'être en pleine possession de ses moyens. Les anomalies du corps ou du cerveau ne peuvent mener qu'à une reconnaissance et une compréhension partielles des émotions et des états d'autrui. Par exemple, quelqu'un qui a un taux d'alcoolémie trop élevé dans le sang ne serait pas en état de comprendre les malheurs de Jacqueline, la voisine qui a perdu son chat dans un arbre. Sobre, ce quelqu'un n'aurait aucune difficulté à éprouver de la compassion pour sa voisine. Toute personne normalement constituée est capable de se mettre à la place de ses semblables. L'empathie, la compassion, sont des valeurs présentes en chacun et chacune de nous, à différents degrés et différents moments. Il est toujours plus facile d'éprouver de la compassion pour un être proche de soi. Léonard de Vinci affirma que « Plus on connaît, plus l'on aime. » pour justement signifier que plus on se rapproche de quelqu'un, plus on se rend compte de nos similarités. Ainsi, nous sommes plus à même de se mettre à la place d'autrui, justement parce qu'il est semblable à notre position. Il est malgré tout possible et envisageable de se mettre à la place d'une personne inconnue. Il est rare que des gens rient face à un visage qui baigne dans les larmes. Parfois même, quand notre empathie est assez forte, voir les pleurs de quelqu'un est susceptible de nous faire pleurer également. C'est ce mal au cœur qui nous prend soudain, lorsque le malheur s'abat sur autrui. Il y a de ces tourments face auxquels nous sommes tout aussi impuissants que leur victime. À l'inverse, bien que cela puisse susciter de la jalousie chez les plus avides d'entre nous, le gérant du bureau de tabac sera pris d'une allégresse inédite lorsque l'un de ses clients déclarera avoir gagné à la loterie ; car ce même gagnant aura partagé sa joie d'un cri, de quelques larmes et d'un sourire radieux. Alors se mettre à la place de l'autre, que ce soit dans les bons comme les mauvais moments, ne serait pas si difficile.
Cependant, cette capacité aura tendance à varier selon la situation et le vécu des personnes concernées. Dans le recueil des Contemplations, Victor Hugo écrivit : « Pères, mères, dont l'âme a souffert ma souffrance » dans un poème parlant de la perte de sa fille. L'on se rend compte en lisant ses vers que la douleur qu'inflige le deuil d'un enfant ne peut être comprise que par une poignée de personnes. Ce sont ces parents orphelins de tout fils et de toute fille qui seuls peuvent comprendre le drame qu'ils vivent. Peu nombreux sont les gens qui imaginent toute la dimension de leur chagrin.  C'est le propre de la souffrance, quand on se retrouve dedans il n'y a rien d'autre que celle-ci et son unicité ; aucun avant, aucun après. Juste la douleur du temps qui s'allonge et qui pèse.  Elle est à la fois commune à beaucoup et propre à chaque corps. L'empathie est possible, si et seulement si le vécu des deux êtres est similaire. Un ministre ne pourrait pas affirmer qu'il se met à la place d'un sans-abri. Il n'a pas conscience des difficultés de sa vie quotidienne. Il peut certes tendre vers une prétendue compréhension de sa douleur ; mais il n'est pas à ses côtés, le soir, quand le sans-abri cherche un endroit où dormir et grelote dans le froid de l'hiver. (La comparaison fonctionnerait aussi avec un écart de richesse moins important, nous avons choisi cet exemple pour la simple raison qu'il est plus frappant.)


Nous avons donc vu que l'empathie était une véritable qualité humaine mais qu'elle avait certaines limites, notamment dans la souffrance. Alors si cette fameuse empathie est offerte à l'ensemble de l'Humanité, serait-il légitime et souhaitable d'en user ?


Pourtant, si la réponse était évidente, le monde se porterait certainement bien mieux qu'en l'état actuel des choses. Les êtres humains jouissent d'un flot incalculable d'émotions, d'une prospérité technologique considérable, et d'un passé — bien qu'intéressant — peu glorieux ; car ravagé par les guerres, la violence et l'intolérance. Les différents progrès se sont faits au rythme des siècles, c'est à dire bien trop lentement. Le rapport avec notre capacité à nous mettre à la place d'autrui ? Si l'ensemble des Européens avaient fait preuve de compassion et étendu leur cercle de tolérance bien plus tôt dans l'Histoire, cela aurait pu éviter des abominations comme l'esclavage des Africains, la colonisation et l'évangélisation des natifs Américains. Nicolas de Condorcet dit un jour : « L'égalité est le premier élément de la félicité, de la paix et des vertus. ». Puisque se mettre à la place d'autrui, éprouver de l'empathie, c'est considérer cet autre comme son semblable et s'avouer égal à lui. On ne peut qu'encourager ces gens qui accueillent des réfugiés, des sans-abri ; ces gens qui sauvent leurs voisins d'un incendie, ceux qui tendent la main aux inconnus et ne les jugent pas mais, au contraire, apprennent à apprécier leur différence tout en constatant leurs points communs. Cette équité ne peut mener ni aux maux du passé ni à l'esclavage et aux injustices modernes, elle ne peut qu'apaiser l'âme des oppressés et dégonfler l'ego des oppresseurs. L'empathie n'est pas la clé du bonheur universel, mais elle est un baume pour le cœur.



Il s'agissait pour nous de savoir si se mettre à la place de l'autre était réellement possible et de discerner jusqu'où cette substitution pouvait aller. Nous avons pu constater que l'empathie était une ressource présente en chaque être humain, mais qu'elle s'exprimait à différentes intensités chez chacun et chacune d'entre nous. Malgré ces limites, nous en avons montré les bienfaits sur la cohésion des êtres vivants. C'est pourquoi il est non seulement possible de se mettre à la place de l'autre, mais il est primordial de le faire, ce n'est plus ici une question de légitimité mais de devoir moral.


------------------------------------------------------------------------------------------------
Signe distinctif de chasseur de fautes : µ
------------------------------------------------------------------------
"Ô tristesse ! On passe la moitié de sa vie à attendre ceux qu'on aimera et l'autre moitié à quitter ceux qu'on aime." VICTOR HUGO
Revenir en haut Aller en bas
https://bloghartsock.wordpress.com/
Flopostrophe
Créature du Nord à l'humour absurde
Flopostrophe

Féminin Scorpion Messages : 831
Date d'inscription : 19/01/2017
Localisation : Sur le toit
Humeur : Le temps passe trop vite

Peut-on se mettre à la place de l'autre ? Empty
MessageSujet: Re: Peut-on se mettre à la place de l'autre ?   Peut-on se mettre à la place de l'autre ? EmptyDim 13 Jan 2019 - 16:13

Oh, pauvre Jacqueline ! (j'ai beaucoup d'empathie (excellent... ) :3)

"La comparaison fonctionnerait aussi avec un écart de richesse moins important, nous avons choisi cet exemple pour la simple raison qu'il est plus frappant.) " T'es obligé de nounoyer ? :rire:

"Puisque se mettre à la place d'autrui, éprouver de l'empathie, c'est considérer cet autre comme son semblable et s'avouer égal à lui." Ça m'a semblé bizarre que la phrase commence par puisque. A la place du point qui suit, on s'attend à ce qu'il y ait une virgule et que la phrase continue... Fin voilà, perso ça m'a juste perturbé un peu à la lecture ^^

"L'empathie n'est pas la clé du bonheur universel, mais elle est un baume pour le cœur." Très chouette phrase !!

La conclusion, bien que très courte, résume bien ton texte. Good job :)

C'est un sujet très intéressant ! Puis ça donne un petit rappel "Eh, utilisez cette capacité qui existe en vous, ça fait du bien autour !" même si ouais, c'est peut-être vrai qu'en fait, on ne comprend vraiment parfaitement quelqu'un que quand on a vécu nous-mêmes une situation similaire à ce qu'il a vécu... Comme tu dis y a des limites mais on sait s'en servir quand même et c'est souvent utile. Bref, oui ton texte fait réfléchir et c'est cool, merci pour le partage :3
C'est bien les références aux livres et citations que tu fais, ça enrichit bien tes propos.

Tu nous diras les résultats que la prof t'aura donné ? S'ils sont moyens, attends-toi à ce que je te dise "oh bah je t'aurais mis plus !" ;P

------------------------------------------------------------------------------------------------
Hope if everybody runs, you choose to stay”  
One Republic - I Lived



Chasseresse de fautes  :superman:  Mon signe distinctif : §

Revenir en haut Aller en bas
Lame37

Lame37

Masculin Vierge Messages : 1066
Date d'inscription : 13/06/2016
Localisation : Isolé à la bibliothèque
Humeur : Loup Aventurier de la Magie Éternelle

Peut-on se mettre à la place de l'autre ? Empty
MessageSujet: Re: Peut-on se mettre à la place de l'autre ?   Peut-on se mettre à la place de l'autre ? EmptyMar 15 Jan 2019 - 16:28

Je ne suis pas trop dissertation, mais j'aime bien ton style. C'est agréable à lire et par moment je me perdais dans les méandres de ton textes. Bien écrit, bravo, continus.

------------------------------------------------------------------------------------------------
Loup breton parmi les hommes, rêveur, écrivain en herbe et critique amateur. 
Répliques du loup - "Les rêves sont une porte vers l'imaginaire et l'espoir où tout devient possible. 
Tandis que les cauchemars sont le reflet de nos peurs et échecs guidant vers la souffrance." - M
bounce
Page de Läme37 (Pages Jaunes)
L'antre du Wolfo (Détails Textes)
Intégral G Drive (Google Drive)
study
Envie de plonger dans le Wolfo Univers ? Prenez la peine et le  temps de découvrir mon univers.
Il y en a pour tout les goûts : des écrits poétiques ; des essais de romans ; des recherches de style...
Revenir en haut Aller en bas
Horadere

Horadere

Masculin Balance Messages : 104
Date d'inscription : 02/10/2016

Peut-on se mettre à la place de l'autre ? Empty
MessageSujet: Re: Peut-on se mettre à la place de l'autre ?   Peut-on se mettre à la place de l'autre ? EmptyDim 5 Mai 2019 - 13:46

Ça fait longtemps que je n'avais pas lu de dissertation . J'avais oublié à quel point cela pouvait faire réfléchir. Dans tout les cas à la lecture , je suis quasi sûr que tu as réussis ton devoir (grâce aux références et aux exemples notamment).

J'aime notamment ta dernière phrase qui est si véridique : Se mettre à la place de l'autre par empathie est un devoir moral. Beaucoup de personnes dans le monde oublient ces temps ci...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Peut-on se mettre à la place de l'autre ? Empty
MessageSujet: Re: Peut-on se mettre à la place de l'autre ?   Peut-on se mettre à la place de l'autre ? Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Peut-on se mettre à la place de l'autre ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits longs :: Bariolés-
Sauter vers: