Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sappho

Aller en bas 
AuteurMessage
K
Emmerdeur officiel
K

Masculin Taureau Messages : 249
Date d'inscription : 13/11/2017

MessageSujet: Sappho   Mar 29 Jan - 10:42

La Kronique Littéraire
Sappho

Si je vous parle de la Grèce, vous penserez sans doute à la crise économique, à la fraude fiscale et autres slogans anti européen faisant preuve d’un anti-germanisme primaire que nous n’avions pas vu sur notre continent depuis 1945 ainsi qu’à une longue tradition d’homosexualité masculine. Si l’on remonte un peu dans le temps, vous ajouterez les temples de marbres blancs, les soldats en jupette aux corps musclés, les grands philosophes que vous avez maudits avant votre épreuve du bac de philosophie, alors que vous auriez été bien plus concerné par gouter aux fruits de votre amoureux/se un verre de mojito à la main, que de goûter à la pomme des Hespérides au fond d’un tonneau des Danaïdes. Sauf si comme moi vous veniez de vous faire plaquer juste avant la première épreuve et que vous deviez contenir une tristesse ainsi qu’une magnifique crampe, mais là n’est pas le sujet de cette première chronique.

Si je vous parle des sodomites grecs, des philosophes et de ma solitude, c’est pour vous faire remarquer que la Grèce a ceci de particulier d’être très masculine, avec une place réservée aux femmes particulièrement faible et dégradante pour un observateur moderne et civilisé. Qu’on se le dise, la civilisation grecques ne voyait pas ses mâles ranger leurs couilles dans un placard à cause de bien-pensant qui iront 2 500 ans plus tard remettre en cause les bienfaits de la civilisation occidentale. Les plus érudits essayeront de m’évoquer quelques sujets mythologiques, ce à quoi je répondrai qu’elles servaient avant tout à se faire séduire/violer-mais-elle-l-avait-un-peu-chercher-t-as-vu-la-longueur-de-cette-tunique-sal. [Suite de la phrase censurée car ne respectant pas le règlement d’Encre-Nocturne, Note de Phoe] [K, si tu crois que tu peux continuer à utiliser mon identité pour ne pas à avoir à assumer tes conneries, tu te fous le doigt dans l’œil, Note de Phoe].

Or dans ce contexte, Sappho détonne. C’est une poétesse dont on ne sait que peu de choses, alors qu’elle était une personnalité importante dans l’Antiquité, ayant formé un important cercle d’adepte. Importante comment ? Et bien assez pour que près de 1000 ans après sa naissance, deux villes se battent par monnaie interposée pour revendiquer qui leurs liens avec l’écrivaine, deux villes se situant sur Lesbos faisant d’elle une lesbienne. Oui, le mot est lancé, par renommée pour une écrivain, on a pris le nom de son île pour désigner les relations homosexuelles féminines. Encore une fois vu le machisme ambiant, ça détonne !

Mais finalement, mis à part une figure, que reste-t-il d’elle ? Pas grand-chose en fait ! Non pas qu’elle fut censurée, bien au contraire (son œuvre est cité chez Catule, Solon et Platon) mais elle fait partie de la grande majorité des œuvres perdues au fil du temps. Avis aux amateurs : les textes de Sappho sont rares et peuvent tous se lire en moins de 30 minutes, et on a une grande probabilité d’en ressortir déçue, la traduction n’aidant pas. Alors faut-il le lire ? Oui quand même, mais plus pour partir à la rencontre d’une des figures les plus importantes de l’Antiquité, que pour les qualités réelles de l’œuvre.
Revenir en haut Aller en bas
 
Sappho
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Taverne :: Rétrospections-
Sauter vers: