Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 [SUJETS] CC n°2.81

Aller en bas 
AuteurMessage
Ippa
Reine des Ateliers à thèmes
Ippa

Féminin Poissons Messages : 617
Date d'inscription : 01/02/2015
Humeur : Cours plus vite que le Lapin Blanc

[SUJETS] CC n°2.81 Empty
MessageSujet: [SUJETS] CC n°2.81   [SUJETS] CC n°2.81 Empty27/3/2019, 21:44

Bonsoir !

Aller on repart pour un CC! 4 sujets et une musique pour vous et comme d'habitude vous avez une heure à partir du post de ce message pour écrire votre texte et le poster ci-dessous !

Voilà les sujets :

1 - Persona
2 - Tic et Tac
3 - Dans le reflet du soleil
4 - une boite noir
5 -

------------------------------------------------------------------------------------------------
Etonnante est cette lubie qu'ont les hommes d'appeler les choses par leur nom

Retrouvez mes écrits ici :)


Dernière édition par Ippa le 28/3/2019, 09:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Stella

Stella

Féminin Poissons Messages : 93
Date d'inscription : 30/06/2016
Localisation : Je me suis perdue quelque part dans l'océan

[SUJETS] CC n°2.81 Empty
MessageSujet: Re: [SUJETS] CC n°2.81   [SUJETS] CC n°2.81 Empty27/3/2019, 22:33

(ce texte n'a aucun sens, ne cherche pas)

La boîte noire.

Je l'ai d'abord entendue.
Une démarche lourde sur le parquet au dessus de moi. Je l'imaginais très bien, les épaules voutées, la tête basse, les pieds trainants.
Je voyais ses petites mains aux doigts durcis par la guitare, sa longue robe volant derrière elle.
Elle a toussé, une, deux, trois fois. Elle avait une toux plus grasse que la dernière fois, une toux qui m'a fait frissonner.
Lorsqu'elle a commencé à descendre les marches, une à une, j'ai senti les vibrations du bois se propager jusqu'à mon cœur.
Panique.
Je savais ce que j'avais à faire. Pas besoin de mots, je devais simplement lui donner la boîte. Pourtant, l'air qui entrait dans mes poumons ne faisait passer, comme s'il était dénué d'oxygène.
Quand elle est arrivée devant la porte, j'ai été frappée par le poids de l'atmosphère. Elle est entrée dans la pièce sans m'adresser le moindre mot. Et son regard m'a transpercé comme un million d'aiguille, comme si toutes mes fautes n'avaient pas été pardonnée. Elle m'en voulait encore, et pas qu'un peu.
Et un, deux, trois.
Son tic était revenu.
Quatre, cinq, six.
Elle était donc au moins aussi mal que moi.
Sept, huit, neuf.
Je la voyais compter avec ses doigts, comme avant.
Je lui ai tendu la fameuse boîte, qu'elle a ouverte au moment même où elle l'a posée sur ses cuisses.
Pas un merci.
Pas une insulte.
Je me suis détournée avant que sa réaction ne s'affiche sur son visage. Parce que je savais que ce cadeau n'était pas rien. Parce que je ne méritais pas de la voir heureuse de nouveau.
Parce que la récompense n'est offerte qu'après l'effort.
Et mon effort n'était pas fini.


Dernière édition par Stella le 27/3/2019, 22:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Horadere

Horadere

Masculin Balance Messages : 99
Date d'inscription : 02/10/2016

[SUJETS] CC n°2.81 Empty
MessageSujet: Re: [SUJETS] CC n°2.81   [SUJETS] CC n°2.81 Empty27/3/2019, 22:33

J'ai pris les deux premiers thémes owo

Qu'est ce que je foutais là ?

Réveillée par la lumière du soleil
Mais aussi par l'infâme bruit du réveil
J'éteignis avec une force sans pareille
Cet engin qui me détruit mes oreilles

Mais je n'ai pas pu reprendre mon sommeil
Quelque chose me maintenait en éveil
J'avais l'impression d'être dans une bouteille
Les mêmes où on entrepose des merveilles

J'ouvris les yeux avec effroi , c'est ça
J'y étais avec beaucoup de soda
Déjà gélatineuse , ma peau colla
Ainsi j'étais coincée sur les parois

Mais le pire, c'est que la bouteille roula
Elle arriva sur le bord et tomba
À l'instant critique , où j'étais bien bas
Leur grand hélicoptère m'intercepta

Merci Tic & Tac


Revenir en haut Aller en bas
Seyek

Seyek

Masculin Vierge Messages : 51
Date d'inscription : 27/10/2018
Localisation : Belgique
Humeur : Perdu entre le poivre et le sel

[SUJETS] CC n°2.81 Empty
MessageSujet: Re: [SUJETS] CC n°2.81   [SUJETS] CC n°2.81 Empty27/3/2019, 22:41

Voilà, j'ai pris le thème 3 et la musique (j'ai pas eu trop le temps de corriger les fautes, veuillez m'en excuser :x )

Quel bonheur ! Les fêtes des moissons de cette fin de mois de Juin étaient magnifiques. Jacques et son petit frère courraient dans le long des tables en bois brut. Tout le monde était là, ses parents, les voisins d’en face, la famille d’Aude-Marie. Tous réunis autour du feu dressé à l’écart du village. Une coupe grossière en bronze circulait entre les fêtards. Rires et chants remplaçait le calme habituel de la campagne nocturne. Même le comte Arnaud assistait aux festivités accompagné de son épouse et de leur nouveau-né, Faustine. C’était la première fois qu’elle montrait sa beauté au peuple et ne devait pas être beaucoup plus âgé que Jacques. Ils se tenaient néanmoins un peu à l’écart sur une sorte de petite estrade spécialement montée pour eux, entouré des chevaliers du château. Ils ne buvaient pas dans la même coupe que le reste du groupe. Jacques ne savait pas si c’était de l’hydromel ou le vin exotique qu’avait ramené Sieur Gopinon de son voyage en terre sainte.

Le jeune garçon en était à sa treizième fête de la moisson, c’est cette année qu’il débutera le dur métier de ses parents, et de tous ces ancêtres ; cultivateur. Une dure labeur qui le rendra fier, honorant la mémoire de son patrimoine. Lui aussi allait donner à la terre et récolter ce qu’elle en rendra, la véritable magie de la nature. Car Jacques sait, la magie des hommes, elle n’existe pas... Ou seulement après quelques gorgées de bière. Il existait néanmoins une autre magie, celle du ciel. Lors des longues journées d’été, ses petites sœurs s’allongeaient à ses côtés, à l’ombre d’un peuplier. Ainsi, couchés dans l’herbe sur ce petit flanc de colline, ils observaient le ciel à la recherche de la Jérusalem céleste. De longues heures durant, ils contemplaient les nuages et leurs drôles de formes, les lumières transperçant les sombres nuages de pluies ou même les ondulations sur les feuilles d’arbres provoquées par le soleil lorsqu’il illuminait le lac.

Le jeune homme but quelques gorgées du curieux breuvage emplissant la coupe et l’a tendit à Aude-Marie. Le liquide glissant dans sa gorge lui donnait horriblement chaud mais était si bon. Il était devenu un homme cette nuit-là : Il avait bu de l’Hydromel. Mais il l’oublia vite lorsqu’il lui prit l’envie de faire une farce à Aude-Marie. Prétextant une envie de se promener, il invita son amie à l’accompagner jusqu’aux berges du lac. Après quelques minutes de marche, il sauta subitement derrière un buisson et courra entre les branchages. Sa partenaire de balade ne le voyant pas revenir commença à se préoccuper. Elle hurla lorsqu’elle entendit la voix de Jacques à une vingtaine de mètre crier au secours. Prenant son courage à deux mains, elle courra à toute vitesse. Lorsqu’elle vu sortir Jacques, entourés de lierres et deux branches en guise de corne, ce n’est pas de la peur mais une profonde envie d’éclater de rire qui monta en elle. Le jeune homme, dépité, arborait une moue triste. Il se posa sur une vieille souche d’arbre. Peut-être était-il trop grand pour tout ça ? Perdu dans ses pensées, il ne vit pas que Aude-Marie se mit à coté de lui. Mais il senti néanmoins le délicieux baiser qu’elle posa sur sa joue. Déconcerté, il se retourna brusquement. Le visage de la jeune fille ressemblait étrangement à celui de la comtesse mais avec une toute autre forme de beauté. Ne sachant pas quoi dire, il se tourna vers le lac. La lune illuminait l’étendue d’eau. Étrangement, la lumière lunaire qui se voyait dans le lac ressemblait à du lait. Auparavant, cette tâche blanche semblait ne semblait pas si nette et beaucoup plus ....magique .

La vie fût tellement différente à partir de ce jour-là. Est-ce l’hydromel, l’amour ou le simple fait qu’il savait qu’il ne verrait plus le reflet du soleil de la même façon ?

------------------------------------------------------------------------------------------------
"Regarde au loin ce que tu peux y trouver... Une pensée, un rêve ou une rencontre ?  Le lointain est invisible mais pas inatteignable "

[SUJETS] CC n°2.81 Tumblr10
Revenir en haut Aller en bas
Lame37
Maître du Temps
Maître du Temps
Lame37

Masculin Vierge Messages : 1038
Date d'inscription : 13/06/2016
Localisation : Isolé à la bibliothèque
Humeur : Loup Aventurier de la Magie Éternelle

[SUJETS] CC n°2.81 Empty
MessageSujet: Re: [SUJETS] CC n°2.81   [SUJETS] CC n°2.81 Empty27/3/2019, 22:43

Pile à l'heure, j'ai pris la musique et le troisième thème. Je viens de vous livrer un nouvel extrait de texte qui j'espère vous plaira. Pas de correction de fautes, bonne lecture !!!  bounce

Un sabreur dans le soleil

Un éclat, le soleil se reflète sur l'eau. Un coup de lame tranchant et un corps blanchâtre s'envole. Une cavalcade suivi d'un court arrêt. Un enchaînement au sabre, trois autres créatures tombent au sol. L'astre lumineux éclaire la pleine qui devient peu à peu rougeâtre à mesure que des bêtes sans âmes s'écroulent. Un homme en habit blanc et noir décrit à nouveau un arc avec sa lame. Il fauche ses adversaires avec une facilité déconcertantes. Ils sont nombreux et quand l'un d'eux ne bouge plus d'autres rappliquent.
Le vent souffle, le guerrier continue sa manœuvre. À son cou une écharpe rouge flotte soulevée par la brise et un foulard noir le protège de la terre qui vole. Un soupir et une estocade, une tête décharnée vole. Son propriétaire avait des yeux noirs sans pupilles et une  apparence hideuse. La peau blanche et une colonne vertébrale en excroissance, ces monstres ne sont plus ce qu'ils étaient dans leur ancienne vie. Ils ont été victimes et ont été contaminés. La seule solution est de les trancher.
Le sabreur esquive, frappe à tout va. Sa tunique blanche se tache un peu, sa vitesse de mouvement terrasse tout sur son passage. L'humain a les cheveux châtains en bataille et une unique pièce d'armure à son bras gauche. De ses yeux marrons, il contemple la scène macabre, il ne ressent aucune pitié ou mépris. Il est déterminé, jeune et des ombres dansent dans son sillage. Le massacre recommence sans fin, les ennemis reviennent toujours en surnombre.
Le jeune inspire, il va être encerclé. Un être zombifié se jette sur lui, mais percute une sorte de rempart invisible. Néanmoins, la bête est parvenue a déchiré le foulard noir de sa cible. De vielles cicatrices sont alors visibles. Le soleil brille toujours et se reflète sur la lame. D'une main, une poussée dans l'espace devant lui. Le combattant envoie valser l'imprudent dont les crocs et les griffes étincellent. Au prix d'un grognement, dans un effort surhumain le maître d'arme se mord intérieurement la joue. Aux êtres autour de lui, il fait subir le même sort que leur camarade. L'onde de choc est gigantesque et des ombres engloutissement quelques monstres.
Le seul humain expire bruyamment, il est essoufflé. Il détache son armure et son cache-col, il les pose à terre et fonce vers les ennemis dispersés. Des gros se détachent de la cohue et des créatures s’agglutinent entre elles. Le noble purificateur sent qu'il perd de plus en plus l'avantage. Sa course est rapide et ses frappes de lame mortelles. Cependant, le nombres d'ennemis ne cesse de croître. Et aussi puissant soit-il, tout individus a ses limites. Il peut presque les palper. L'astre brûlant et lumineux se fait davantage intense. Des monstres partent se cacher, la lumière trop vive paraît les incommoder.
À bout de force, l'escrimeur décapite un dernier adversaire et les regardent s'enfuir. La terre tremble, tout redevient calme et la vie reprend son court. Il s'en est fallut de peu, si l'immense étoile n'avait pas reflétée une ultime fois sur une surface très brillante, s'en était finit du mercenaire. Une structure mystérieuse et colossale étincelle à l'horizon. Et sous la lueur providentielle, le jeune garçon jette un dernier regard. Le vent souffle de plus belle, l'homme récupère ses affaires et part en direction du soleil, vers un amas cristallisé. Qui sait ce que lui réserve l'étrange sauveur ?

------------------------------------------------------------------------------------------------
Loup breton parmi les hommes, rêveur, écrivain en herbe et critique amateur. 
Répliques du loup - "Les rêves sont une porte vers l'imaginaire et l'espoir où tout devient possible. 
Tandis que les cauchemars sont le reflet de nos peurs et échecs guidant vers la souffrance." - M
bounce
Page de Lame37 (Pages Jaunes)
L'antre du Wolfo (Détails Textes)
Intégral G-Drive (Google Drive)
study
Envie de plonger dans le Wolfo Universe ? Prenez la peine et le  temps de découvrir mon univers.
Il y en a pour tout les goûts : des écrits poétiques ; des essais de romans ; des recherches de style...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




[SUJETS] CC n°2.81 Empty
MessageSujet: Re: [SUJETS] CC n°2.81   [SUJETS] CC n°2.81 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
[SUJETS] CC n°2.81
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Evénements :: Les chronochallenges-
Sauter vers: