Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 La Joie du Brunch Dominical [-18]

Aller en bas 
AuteurMessage
K
Emmerdeur officiel
K

Masculin Taureau Messages : 412
Date d'inscription : 13/11/2017

La Joie du Brunch Dominical [-18] Empty
MessageSujet: La Joie du Brunch Dominical [-18]   La Joie du Brunch Dominical [-18] EmptyJeu 9 Mai 2019 - 15:05

« L'unique chose à quoi on doit penser, et je m'en rends compte sur la fin de ma vie, c'est à la mort. »
- Umberto Eco, le Nom de la Rose

1. Caterina

  Lorsqu'un marin arrivait dans le port d'Auditore, il devait tout d'abord traverser une longue jetée, dont la présence de nombreuses épouses lui avait donné le sobriquet de Criée, mot cruel sans doute trouvé dans une taverne un soir de beuverie, par un voyageur assez hypocrite pour ne pas se rendre compte que sa femme l'attendrait avec empressement lors de l'escale suivante, et que s'il ne revenait pas, elle le pleurerait au sanctuaire qui donnait vue sur la mer et où on veillait les âmes de ceux dont on n'avait pas retrouvé le corps. Et si le loup de mer n'avait pas de coeur qui l'attendait, il pouvait toujours se consoler auprès d'une fille de joie dans une de ces sordides auberges signalées par une lucarne rouge. Ainsi même dans leur vie solitaire, les marins étaient toujours entourés par les femmes.

  Mais que celles-ci soient compagnes, prostituées ou veuves, leur rôle reste particulièrement ingrat. Ce n'est pas pour rien que les mères refusent que leurs chers enfants s'approchent de ceux qui sont déjà mariés à la mer. Et pour cela, elles ont un allié de poids dans l'austère couvent des Sœurs Servantes, que tant de jeunes prétendants ont voulu franchir malgré la présence des cruelles gardiennes.

  Pourtant, mon intention n'était pas d'intenter à l'intégrité morale des pensionnaires quand je pénétrai pour la première fois dans leur imposante bibliothèque, mais d'abreuver ma soif de connaissances en recherchant un ouvrage fort rare. Profitant de l’ouverture aux érudits le matin – et de la réputation philanthropique de ma famille qui me permettait aisément de dépasser les horaires - je restais à étudier les récits de voyage et recueils de contes, qui circulaient à l’époque au gré du passage des colporteurs.

  Quand j’ai croisé pour la première fois le regard de Caterina di Firenze, j'en suis resté muet d'admiration et n’ai pas su lui répondre quand elle m’a demandé de chercher le Pentamerone, évitant ainsi que l’escalade de la haute échelle ne dévoile ses chevilles devant un inconnu. Elle avait les yeux d’un bleu-gris clair, très expressifs, et le teint pâle qui contrastait avantageusement avec les beautés brûlées par le soleil que l’on voit sur le port. Souvent délavés par les larmes qu’impose la rigueur religieuse, ils pourraient nous guider aux paradis si leurs regards n’invitaient pas à des activités moins pieuses.

  Mais c'est surtout l'amour des lettres qui nous a rapprochés, et j'en suis rapidement arrivé à lui prêter clandestinement certaines de mes lectures. S'ensuivi une longue romance qui dura tout l'hiver, faites de feuillets glissés entre les pages et de sourires échangés. Tout aurait pu en rester là si nous n'avions pas été découvert.
Version précédente:
 

------------------------------------------------------------------------------------------------
2ème de la Chasse aux Œufs 2019
1er du Concours Théâtre 2019


Dernière édition par K le Ven 5 Juil 2019 - 7:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Flopostrophe
Créature du Nord à l'humour absurde
Flopostrophe

Féminin Scorpion Messages : 832
Date d'inscription : 19/01/2017
Localisation : Sur le toit
Humeur : Le temps passe trop vite

La Joie du Brunch Dominical [-18] Empty
MessageSujet: Re: La Joie du Brunch Dominical [-18]   La Joie du Brunch Dominical [-18] EmptyJeu 30 Mai 2019 - 14:12

Salut K !

Commentaire:
 

Ton histoire est chouette à lire, elle fait référence à une époque plutôt ancienne, j'aime bien. On dirait que l'histoire ne sera pas trop basée sur leur histoire d'amour, vu comme tu passes rapidement dessus... Mais à voir ^^ J'aimerais découvrir pourquoi ce titre, pourquoi cette citation, pourquoi [-18] aussi, dans la suite :) Continue K, je repasserai lire la suite avec plaisir !

------------------------------------------------------------------------------------------------
Hope if everybody runs, you choose to stay”  
One Republic - I Lived



Chasseresse de fautes  :superman:  Mon signe distinctif : §

Revenir en haut Aller en bas
K
Emmerdeur officiel
K

Masculin Taureau Messages : 412
Date d'inscription : 13/11/2017

La Joie du Brunch Dominical [-18] Empty
MessageSujet: Re: La Joie du Brunch Dominical [-18]   La Joie du Brunch Dominical [-18] EmptyVen 5 Juil 2019 - 8:27

Merci beaucoup Flopostrophe. Je te remercie pour ton commentaire et suis ravie que tu ais apprécié ce premier chapitre. Pour moi, je le trouve maintenant vraiment trop peu digeste et j'avoue l'avoir refondu après l'avoir présenté au MAC. Tout le premier paragraphe a été déplacé et l'histoire d'amour un peu plus contextualisé. Elle reste encore expédié, mais j'avoue être bloqué par mon format. Tu trouveras juste en dessous le chapitre 2. Il reprend le début de l'ancien chapitre 1 et continue l'histoire.

------------------------------------------------------------------------------------------------
2ème de la Chasse aux Œufs 2019
1er du Concours Théâtre 2019
Revenir en haut Aller en bas
K
Emmerdeur officiel
K

Masculin Taureau Messages : 412
Date d'inscription : 13/11/2017

La Joie du Brunch Dominical [-18] Empty
MessageSujet: Re: La Joie du Brunch Dominical [-18]   La Joie du Brunch Dominical [-18] EmptyVen 5 Juil 2019 - 8:28

2. Mon Père

  La nouvelle route australe avait fait exploser le commerce des épices. Chaque jour, on voyait l’arrivée de nombreux chariots remplis de coriandre, curcuma, poivre et surtout la précieuse cannelle, dont l’ajout avait permis aux cuisiniers de remplacer avantageusement le miel et de se faire facilement financer par une élite nobiliaire avide de nouveauté. L’année dernière, le jeune prodige Ettezze avait été embauché par le Seigneur Aldereste, quittant son obscure auberge pour rejoindre le plus somptueux palais de la Côte de Marbre. Le contrat qu’il avait signé avec la maison familiale pour récupérer des matières premières, explique en partie l’augmentation insolente de notre fortune.

  En traversant le chantier qu'était devenu notre hôtel particulier, je m'attendais presque à voir mon père examiner ses comptes dans une salle à ciel ouvert. Mais comme j'aurais pu m'en douter, aucun ouvrier n'avait été assez fou pour toucher à la salle où étaient enfermés les documents sur lesquels reposaient notre famille. Il était dit que la pièce sombre resterait jusqu'à la fin des temps le coeur de la bâtisse, comme l'antre d'un monstre fantastique. Le visage de mon géniteur, en cet instant, faisant tout pour y ressembler.

  Lorsqu'il me vit entrer, il ne m'accueillit pas. Habitué à ce genre de comportement, je m'installai sur une des deux chaises fort inconfortable qui se trouvaient en face de sa table de travail, une spécificité qu'il utilisait avec un certain talent pour mener à bien des négociations. Essayez de négocier une augmentation de salaire quand au bout de dix minutes, votre dos vous fait mal ! Autant dire que le voir continuer sa tâche en cours était une frustration qu'il utilisait pour me signifier son mécontentement.

  Après une éternité, qui n'avait dû sans doute ne durer qu'une demi-heure en dehors de cette pièce, il termina son mémoire et sortit une lettre qu'il relut avec application. Je frémis en voyant le cachet du couvent des Soeurs Servantes. Enfin, il reposa la missive, joignit les mains et me regarda fixement :

  "Fils, votre travail au sein de notre compagnie est excellent."

  Je ne sus que répondre, n'ayant pas prévu cette éventualité. S'attendant à une réponse, ou prenant plaisir à installer un instant de malaise, il fit tout pour ne pas casser ce silence, du moins pendant une bonne minute. Voyant que j'étais toujours muet, il continua :

  "Vous m'avez toujours demandé de plus vous associer à mes affaires. Et comme je ne suis pas un ingrat, et que vous avez fait vos preuves, je vous offre le poste de second."

  J'allais le remercier quand il ajouta : "En ce sens, votre première mission sera de partir vérifier la tenue de nos comptoirs en Nekhou, un voyage qui ne vous prendra que six courts mois." Et pour la première fois depuis le début de l'entretien, je le vis sourire. Surtout quand il ajouta : "le prochain convoi part cet après-midi, je crains que ce ne soit trop court pour que vous puissiez dire au-revoir à votre bien-aimée."
Texte avant correction %:
 

------------------------------------------------------------------------------------------------
2ème de la Chasse aux Œufs 2019
1er du Concours Théâtre 2019
Revenir en haut Aller en bas
K
Emmerdeur officiel
K

Masculin Taureau Messages : 412
Date d'inscription : 13/11/2017

La Joie du Brunch Dominical [-18] Empty
MessageSujet: Re: La Joie du Brunch Dominical [-18]   La Joie du Brunch Dominical [-18] EmptyLun 2 Sep 2019 - 13:25

3. Le Camelot

  J'aimerais vous parler d'un voyage enrichissant, de paysages idylliques et des habitants singuliers qui peuplent le Devisement du Monde. Mais l'âpreté d'un voyage pluvieux, traversant la lande balayée par le vent, ne m'ont apporté aucune des merveilles que l'on se doit de vivre dans de pareilles expéditions, et il me désole de me voir dans l'obligation de vous délivrer pareille complainte. Hélas, si le monde n'est même plus capable de se confronter au réel, je ne lui donne pas longtemps à exister.

  Mes compagnons de voyage, marchands aguerris pour la plupart, ne partageaient pas vraiment ce point de vue. Du reste, ils passaient le temps où ils ne parlaient pas de leurs affaires à profiter de mon inexpérience pour m'endurcir. Ainsi, je ne mangeais chaud qu'un jour sur deux et étais le plus propre du groupe, vu que je finissais à l'eau à chaque fois que nous suivions le cours d'une rivière. Seules quelques dames de haute compagnie, venues effectuer un pèlerinage vers les Temples du Toit du Monde, m'ont témoigné un peu de compassion. Hélas, notre séparation prochaine me faisait craindre un redoublement d'agressivité de la part de mes bourreaux.

  C'est pour ça que j'avais le vague à l'âme en arrivant au bourg fortifié de Daggenhorn, alors même que mes compagnons exultaient à l'idée de prendre un bain. Il faut avoir dormi dans un marécage pour comprendre cet enthousiasme. Laissant leurs manifestations de joie grossière emplir la salle commune de l'auberge où nous nous sustentions, je m'en allais à observer les clients.

  Un en particulier attira mon attention, sans doute à cause de l'attitude manifestement hostile que lui adressait le maître des lieux. Il avait beau essayer de l'amadouer en sortant deux grosses pièces en or de sa bourse de cuir, on lui fit bien comprendre qu'il n'était pas le bienvenu, sans doute à cause de son métier : c'était un colporteur, tout ce qu'il y a de plus typique, l’archétype même du bonimenteur qui passe de village en village, à savoir un être sec, au visage creusé par la fatigue et à la pilosité aléatoire, au dos un peu tordu à force de tirer sa lourde charrette à bras et qui pourtant donnait au monde extérieur la remarquable désinvolture de l’homme souriant à qui l’on servirait volontiers un coup à boire et achèterait volontiers sa camelote, moins pour les objets en eux-mêmes que pour l’entendre raconter des histoires sans aucun doute extraordinaires.

  Désirant passer le temps, je m'approchai de lui dans l'espoir d'entendre des nouvelles de la région. Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir, quand il déclina son identité, un des hommes les plus célèbres d'Auditore et ancien ami de mon père, l'ancien armateur, désormais déchu, Torich Gesuald, exilé suite à d'obscurs ennuis de cour. Le revers de fortune était pour le moins conséquent.
Texte avant correction %:
 

------------------------------------------------------------------------------------------------
2ème de la Chasse aux Œufs 2019
1er du Concours Théâtre 2019
Revenir en haut Aller en bas
YoMa
Caillasseur professionnel de Piaf cramé assassin de langue française
YoMa

Féminin Capricorne Messages : 157
Date d'inscription : 11/08/2018
Localisation : Pays de Candy
Humeur : Toujours mauvaise

La Joie du Brunch Dominical [-18] Empty
MessageSujet: Re: La Joie du Brunch Dominical [-18]   La Joie du Brunch Dominical [-18] EmptyLun 2 Sep 2019 - 18:50

Flop' n'étant pas dans le coin, je vais être la mauvaise ^^

Pour ce qui est du contenu, pour être brève : j'attends la suite. Tu as un talent certain pour dépeindre tes personnages, j'ai notamment adoré le colporteur.

Pour la forme, il y a plusieurs moments où certaines formulations peuvent sonner "répétitives", typiquement ton "typique, l’archétype", mais pour le reste c'est fluide, ça se lit bien.

Bref, la suite ! :D

------------------------------------------------------------------------------------------------
"Chacun rate sa vie. La réussir est une faute de goût" Nicolas Rey - L'amour est déclaré coeur

La Joie du Brunch Dominical [-18] Papa3112

Mon signe distinctif de chasseuse de fautes ? Le %
Ma passion ? Caillasser les piafs assassins de grammaire. Faute !
Revenir en haut Aller en bas
K
Emmerdeur officiel
K

Masculin Taureau Messages : 412
Date d'inscription : 13/11/2017

La Joie du Brunch Dominical [-18] Empty
MessageSujet: Re: La Joie du Brunch Dominical [-18]   La Joie du Brunch Dominical [-18] EmptyLun 2 Sep 2019 - 21:37

Merci beaucoup YoMa pour ton commentaire et la correction.
J'ai mis du temps à relancer mes projets, mais je vais essayer d'écrire un peu plus dans les prochaines semaines.

------------------------------------------------------------------------------------------------
2ème de la Chasse aux Œufs 2019
1er du Concours Théâtre 2019
Revenir en haut Aller en bas
Tifani
Commentatrice détaillée et pro du CC
Tifani

Féminin Poissons Messages : 275
Date d'inscription : 20/05/2015
Localisation : En cours
Humeur : A la recherche de réponses

La Joie du Brunch Dominical [-18] Empty
MessageSujet: Re: La Joie du Brunch Dominical [-18]   La Joie du Brunch Dominical [-18] EmptyLun 9 Sep 2019 - 11:37

Bonjour K, j'ai commencé à lire ton écrit, et comme les chapitres sont assez courts, je me suis dit que tant qu'à faire, je pouvais bien faire un commentaire "détaillé" !
Alors voilà, mes commentaires de lecteur dissident :

1. Caterina:
 

2. Mon Père:
 

3. Le Camelot:
 

Je n'ai pas grand chose à ajouter si ce n'est que comme toujours, c'est difficile de trouver des points à soulever et de ne pas se faire happer par l'histoire lors de la lecture ! Tes personnages sont bien décrits, les descriptions, les parallèles et symboliques sont toujours magnifiques, et le seul regret c'est qu'on en ait si peu ! Tes chapitres sont courts, et on a envie d'en savoir plus sur ces personnages, et d'autant plus sur le dernier, le colporteur, qui a l'air très prometteur !

Je repasserai lire la suite avec plaisir !

------------------------------------------------------------------------------------------------
Si vous voulez voir ce que j'ai écrit sur le forum, c'est ici! :)
Mes textes
Revenir en haut Aller en bas
K
Emmerdeur officiel
K

Masculin Taureau Messages : 412
Date d'inscription : 13/11/2017

La Joie du Brunch Dominical [-18] Empty
MessageSujet: Re: La Joie du Brunch Dominical [-18]   La Joie du Brunch Dominical [-18] EmptyJeu 17 Oct 2019 - 18:19

4. Gamineries

  Son histoire commence trente ans plus tôt, dans le port d'Isenchell. Le soleil dardait ses rayons sur les étalages des pêcheurs, embaumant le quartier d'une odeur marine très prononcée. Quelques dames, le visage masqué par un châle, regardait nonchalamment les dernières marchandises. Malgré leurs belles toilettes, elles ne faisaient pas partie de la haute société de la ville : celles qui pouvaient entretenir une gouvernante les avaient déjà envoyées bien plus tôt s'occuper des emplettes. Les belles arrivaient plus tard pour ne pas se mêler avec les employées, et par une jolie ironie du sort subissait une situation bien plus incommodante.

  Cela faisait bien rire les gamins de la ville, trainant comme à leurs habitudes autour de tout ce qui était sale comme les matelots autour d'un bordel - on a l'obsession de son âge. En effet quand on a huit ans et qu'on a oeuvré toute la matinée à transporter les caisses des navires pour un salaire de misère, quoi de plus amusant que de jeter un caillou dans une flaque de boue, avec pour objectif avouer d'éclabousser les coquettes. Cela ne nourrit pas pas son homme mais ça fait passer le temps.

  Torich observait alors la scène sur une bitte d'amarrage, les yeux à demi fermés. Les cales de la Sirène étaient pleines - et le capitaine payait mal. C'est donc à jeun qu'il était sur le point de s'assoupir, quand on lui tapota l'épaule. Il se tourna méfiant vers un homme en noir, vêtu sobrement d'un long manteau, d'un chapeau et d'un loup pour masquer son visage. À cette heure de la journée, c'était plutôt incongru. Mais la méfiance du gamin se volatilisa quand l'étranger lui tendit une pièce d'argent et lui déclara : "le seigneur Aldereste t'en donnera deux autres si tu lui transmets ce message dans l'heure".

  L'appât du gain fit voler le messager vers le palais seigneurial, situé au sommet de la ville. Pour cela, il fallait slalomer entre les passants, enjamber les chariots et connaître les passages au travers des ruelles - des compétences que se svantait de maîtriser Torich. Rapidement, il arriva devant les masses austères de l'ancienne bâtisse. Pendant un moment, le minot se demanda comment il allait rentrer quand une voiture s'arrêta devant la porte principale. L'enfant eut la présence d'esprit de récupérer deux valises, devant un garde qui ne broncha pas.

  La chance continua à lui sourire. Dans la colonnade qui menait aux appartements, il croisa un homme accompagné de sa suite, qu'il identifia rapidement comme le seigneur : tout le monde lui faisait la courbette. L'homme le plus proche de lui, d'ailleurs, était quasiment en train de se prosterner quand il sortit une lame de sa manche.

  On ne sut pas directement pourquoi Torich s'était élancé. Plus tard il déclarera : "C'était trop bête ! Si le Seigneur était touché, qui m'aurait payé mes deux pièces ?"

------------------------------------------------------------------------------------------------
2ème de la Chasse aux Œufs 2019
1er du Concours Théâtre 2019
Revenir en haut Aller en bas
K
Emmerdeur officiel
K

Masculin Taureau Messages : 412
Date d'inscription : 13/11/2017

La Joie du Brunch Dominical [-18] Empty
MessageSujet: Re: La Joie du Brunch Dominical [-18]   La Joie du Brunch Dominical [-18] EmptyJeu 17 Oct 2019 - 18:21

Vraiment merci pour ton commentaire Tifani ^^
Je suis ravi que ça te plaise :)

------------------------------------------------------------------------------------------------
2ème de la Chasse aux Œufs 2019
1er du Concours Théâtre 2019
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




La Joie du Brunch Dominical [-18] Empty
MessageSujet: Re: La Joie du Brunch Dominical [-18]   La Joie du Brunch Dominical [-18] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
La Joie du Brunch Dominical [-18]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Nouvelles-
Sauter vers: