Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 CC 3.01

Aller en bas 
AuteurMessage
K
Emmerdeur officiel
K

Masculin Taureau Messages : 361
Date d'inscription : 13/11/2017

CC 3.01 Empty
MessageSujet: CC 3.01   CC 3.01 EmptyMer 12 Juin 2019 - 21:30

Sortez vos plumes aguerries
Car voici le CC du mercredi ! :la:

Une heure maximum à écrire ;
Cela va-t-il vous suffire ? AHDE

Vous pourrez choisir une ou plusieurs propositions,
Afin de fournir UN seul texte, fruit votre imagination. Wink

Un poème ? Du théâtre ? Une nouvelle ? Un extrait de roman ?
Tellement de possibilités ! C'est formidable, c'est charmant !
Un texte long, ou d'une maigre mesure :
Ce n'est pas grave, je vous l'assure !  oui

Pour aiguiller vos lecteurs et lectrices,
N'oubliez pas de préciser les sujets choisis.
Vous me verrez particulièrement ravie
Si vous pensez aux balises salvatrices.  :awkward:

@Flopostrophe a écrit:
Attention, il y a un petit changement discuté et décidé sur le discord d'EN. Je mets en bleu ce qui reste pareil, en rouge ce qui change :
- Lorsqu'on poste son texte en 1h00 ou moins, on reçoit deux points de participation.
- Lorsqu'on dépasse l'heure, même d'une minute, on ne gagne qu'un point.
- Lorsqu'on dépasse de plus de 15 minutes, on reçoit un point aussi
mais personne ne peut voter pour notre texte, il peut seulement être commenté.
Ainsi ça reste un CHRONOchallenge Wink
Je rappelle que voter rapporte un point, commenter en rapporte un autre et recevoir un vote de quelqu'un d'autre ajoute deux points.
:Stop:  :ban:

---

Nocturniens, Titi vous offre pour ce soir les sujets suivants :

1. La larme de feu

2. "Le monde est dangereux à vivre ! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire." (Albert Einstein)

3. CC 3.01 Compositing_1408x792
https://helpx.adobe.com/content/dam/help/fr/photoshop/how-to/compositing/_jcr_content/main-pars/image/compositing_1408x792.jpg
Maiane*, 2004 (photomontage)

4.

5.

Bonne chance à tous

*Source ne pouvant pas être certifiée à 100% du fait de ma méconnaissance du chinois.

------------------------------------------------------------------------------------------------
2ème de la Chasse aux Œufs 2019
1er du Concours Théâtre 2019
Revenir en haut Aller en bas
toast

toast

Masculin Cancer Messages : 58
Date d'inscription : 23/03/2019

CC 3.01 Empty
MessageSujet: Re: CC 3.01   CC 3.01 EmptyMer 12 Juin 2019 - 22:16

L'épée

Il y avait cette légende, celle d'une épée oubliée, une épée capable de faire rougeoyer la nuit. Cette histoire était ancrée dans les esprits si bien que personne n'avait peur du soir. En cas de soucis, elle apparaitrait dans la main de l'âme bonne en détresse. Chacun y croyait : les jeunes, les vieux, les enfants, les riches et les pauvres. Au fond de soit, chacun s'imaginait assez digne pour un jour l'avoir en main.
Mais jamais, ô grand jamais, elle n'avait apparu.
Que ce soit durant les sombres guerres qui firent trembler les continents, que ce soit pendant les périodes de famine, les âges d'or et les jours calment. Personne n'était assez digne. Des sectes se créèrent, des choses sombres se firent pour essayer de la posséder. Et des guerres, encore et toujours ces guerres. Des religions se créèrent, apportant aussi les lots de croisade et de morts.
Mais cette légende, celle de cette épée oubliée, une épée capable de faire rougeoyer la nuit, resta malgré tout dans les esprits. Elle illuminait les songes de celles et ceux qui essayaient de s'endormir sous les bombes, elle illuminait les songes de celles et ceux emprisonnés pour ne pas croire aux même choses que les puissants.
Si bien qu'un jour, un grand feu survint. La ville hurlait, les gens brûlaient. Sauf quelques uns. Cette dame. Ces enfants. Ce bourgeois. Ce clochard. Ils avaient tous un point en commun : leur bonté. Il ne resta plus qu'eux, enfants de riches, parents de pauvres, habitants de haute ou de basse demeure. Chacun et chacune s'était un jour penché pour tendre une main, arrêter une injusterie, garder le ventre vide pour en remplir un autre. L'épée était là. Au dessus de la tête des autres, damoclès. Ils virent les êtres aimés, malaimés, des parents, des enfants, des voisins ou des cousins périr, se tortillant dans les flammes, suppliant leurs mains clémentes. Mais les mains restèrent ternes, le long de leur flanc.
Les injustes avaient été punis par cette épée de légende.
Revenir en haut Aller en bas
Ouppo
Fou du roi
Ouppo

Masculin Lion Messages : 544
Date d'inscription : 04/01/2016

CC 3.01 Empty
MessageSujet: Re: CC 3.01   CC 3.01 EmptyMer 12 Juin 2019 - 22:28

La larme de feu :

Le liquide incandescent se mit à rougeoyer, bleu d'habitude il prenait la couleur maintenant des légendes. Dans cette grande vasque, le sang des géants endormis bouillonnaient. Doucement, il se mit à s'épaissir en une masse de tare magmatique et se déversa par-lui même, passant par dessus les bords du bassin, dans un canal d'obsidienne et de scorie.

L'écoulement ne prit fin que quand tout la masse prit la forme au sol d'une grande hache froide mais flamboyante.

La larme de feu venait de se réincarner, un héros la porterait bientôt au combat.

Revenir en haut Aller en bas
Lame37
Maître du Temps
Maître du Temps
Lame37

Masculin Vierge Messages : 1038
Date d'inscription : 13/06/2016
Localisation : Isolé à la bibliothèque
Humeur : Loup Aventurier de la Magie Éternelle

CC 3.01 Empty
MessageSujet: Re: CC 3.01   CC 3.01 EmptyMer 12 Juin 2019 - 22:29

J'ai pris la musique bird et l'image. Je me suis laissé porté par un défis personnel. Whaou, vraiment cool.

Un autre monde

Le ciel s'ouvre, majestueux et immense. Diverses espèces oiseaux volent dans tous les sens. Il y a des nuages à perte de vue. Le paysage bleuté est magnifique avec un soleil chaud et éclatant. Des myriades de couleurs s’élèvent pour former un arc-en-ciel. Ce monde est très loin de la terre-ferme et surplombe tout l'horizon. Au loin une une arche se dessine, là où l'arc-en-ciel prend fin. Deux grandes statues se dresse de chaque côté. Des nuages tapissent le lieu où nous marchons. Ils forment une espèce de route.
À nouveaux, des oiseaux, petits et grands donnent un balai très coloré, armoriaux. Au son des cris reconnaissables, aucun rapaces n'est audible. D'ailleurs, ils n'ont pas leur place dans cet endroit digne des anges. Le paradis n'est qu'une chimère mythologique et religieuse. À part les statues en nuages qui semblent nous suivre du regard et les maîtres du ciel, il n'y a pas âme qui vive. Les édifices humanoïdes sont vêtus de toges. D'un côté, une femme et un homme, nous toise. Tandis que de l'autre, un reptile et un démon, nous juge.

Ce n'est peut-être qu'une impression, mais tout paraît réel et vivant. Puis, il n'y a plus aucun bruits de battements d'ailes, juste une fine brise. L'arche s'efface derrière nous, les nuages commencent à se faire rare sous nos pieds. Chaque nouveau pas devient alors une épreuve. Nous avons peur de devoir nous envoler. Des cris reprennent autour. Es-ce que les oiseaux rient de nous ?

La progression est plutôt lente et hasardeuse, le soleil descend. La nuit va venir et seules les étoiles nous guideront alors. Le chemin continu tout droit vers l’infini. Nous nous retournons pour voir d'où nous venons. Apparemment, il n'y a pas de bout, ni départ, ni arrivé. Tout nos repaires disparaissent  et la nuit tombe. Les rares nuages deviennent mobiles pour faciliter le transport. Une étoiles filantes passe. Les oiseaux de jour laissent place aux volatiles nocturnes. Des chouettes et hiboux se font entendre. L'étoile du berger, la queue de la petite ourse, la lumière du Nord, nous illumine soudain.
Une douce fraîcheur nous parcourent et nous sombrons. N'es-ce pas là, un beau rêve. Nous continuons de dormir, qui sait où nous allons arriver la prochaine fois. Il faut juste espérer ne pas faire de cauchemars. "Les rêves sont une porte vers l'imaginaire et l'espoir où tout devient possible. Tandis que les cauchemars sont le reflet de nos peurs et échecs guidant vers la souffrance." Ainsi continu ou s’achève notre grande quête d'un autre monde...

------------------------------------------------------------------------------------------------
Loup breton parmi les hommes, rêveur, écrivain en herbe et critique amateur. 
Répliques du loup - "Les rêves sont une porte vers l'imaginaire et l'espoir où tout devient possible. 
Tandis que les cauchemars sont le reflet de nos peurs et échecs guidant vers la souffrance." - M
bounce
Page de Lame37 (Pages Jaunes)
L'antre du Wolfo (Détails Textes)
Intégral G-Drive (Google Drive)
study
Envie de plonger dans le Wolfo Universe ? Prenez la peine et le  temps de découvrir mon univers.
Il y en a pour tout les goûts : des écrits poétiques ; des essais de romans ; des recherches de style...


Dernière édition par Lame37 le Mer 12 Juin 2019 - 22:38, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lilie

Lilie

Féminin Vierge Messages : 45
Date d'inscription : 14/09/2018

CC 3.01 Empty
MessageSujet: Re: CC 3.01   CC 3.01 EmptyMer 12 Juin 2019 - 22:30

Sur l'image:

  C’était le début de la cérémonie. La transition des mondes. J’avais déjà pu assister à plusieurs de ces cérémonies, mais aujourd’hui c’était différent. Aujourd’hui c’était Eléana qui allait effectuer cette transition. Ma fleur des champs. Mon doux rossignol. Mon aimée. Ma fiancée. Celle qui devait s’unir à moi dans quelques jours seulement. Mais voilà, elle était partie. Plus de notre monde, pas encore dans l’autre. Personne ne savait comment c’était là bas, évidemment, personne n’y était jamais revenu. On l’appelait juste la cité des morts.

  Trois hommes, qui portaient une barque, s’approchèrent doucement. On commença alors à jouer une douce musique. Tandis que les porteurs approchaient de la berge, les violons pleuraient. Ils posèrent la barque à terre et je la vis: Eléana. Elle était belle! On l’avait revêtue d’une robe couleur or, des fils de dentelles dorées formaient d’élégants motifs, il fallait une tenue des plus immaculée pour arriver dans l’autre monde. Qui serait là pour accueillir ma promise? La trouveraient ils aussi belle que moi? Lui diraient-ils à quel point ses cheveux formaient de douces boucles blondes, que ses yeux bleus, actuellement fermés, ressemblaient à ceux d’un ange? Quelqu’un voudrait il poser ses lèvres sur sa bouche framboise? A cette pensée, une bouffée de colère m’envahit: Je ne voulais pas qu’un autre tente de séduire celle que j’aimais! Peu m’importait que eux soient dans un monde où je n'étais pas, et que je ne puisse plus être avec elle! Je refusais d’imaginer que son coeur puisse battre pour un autre que moi. Mais son coeur battrait t-il de nouveaux dans ce nouveau monde?

  BOUM! Boum! BOUM! Les tambours de mirent à battre en écho avec les battements de mon coeur. Chacun leur tour, les proches d’Eléana se succédèrent pour déposer une poignée de pétales de roses blanches. Ce fut mon tour, je m’approchais avec les mains remplies de pétales. Je me rapprochais encore et pu voir encore mieux son visage. Elle n’avait plus ce teint de pèche que j’aimais tellement faire rougir quand je la touchais du bout des doigts ou lui disais des mots tendres à l’oreille. Je lâchai alors mes pétales sur ses mains, entrelacées autour d’un bouquet de roses rouges. Quel sottise, déposer des pétales pour lui montrer combien on l'aimait. Comme si mon amour pour elle pouvait se compter au nombre des pétales que j’avais lâchées…

  Les hommes poussèrent la barque, celle ci se mit à avancer lentement sur l’eau, comme emportée par un courant invisible. On commença à chanter, enfin les autres, pas moi. Moi j’avais la gorge complètement nouée. Je vit Eléana, le corps recouvert de centaines de pétales, s’éloigner au fil de l’eau. Ma gorge se serra d’avantage. Au loin, une arche gigantesque, composée de ce qui semblait être du marbre, se dressait majestueusement, et tout autour ainsi que tout ce qui était derrière étaient dans un épais brouillard blanc.

  Qu’allait faire ma Eléana dans la cité des morts? Serait elle bien? Ferait elle entendre sa douce et mélodieuse voix aux autres, ceux de sa nouvelle vie? Je l'imaginai en train de danser parmi les nuages, entourée d’enfants qui riaient joyeusement, sa longue robe dorée virevoltant à ses pieds. Cette idée faillit m'arracher un sourire, mais ma peine repris le dessus.
  Je ne voulait pas la laisser y aller seule. Ce n’était pas juste, pourquoi ne pouvais je pas y aller maintenant moi aussi? Et si je nageais jusque là bas, et passais l’arche avec elle, voudraient- il de moi?

  Les violons pleuraient, les tambours battaient, les flûtes sifflait comme le serpent de feu qu’était la douleur dans mes entrailles, les voix chantaient leurs tristesse et lui souhaitaient bonne chance dans sa nouvelle vie.

  La barque s’avança sur l’arche, doucement, s'engouffra dans la brume, et y disparut. Pour toujours...

------------------------------------------------------------------------------------------------
*Lilie*

''Ecrire, c'est écouter la langue respirer là où elle se tait, entre les mots” Sylvie Germain


Dernière édition par Lilie le Jeu 13 Juin 2019 - 12:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




CC 3.01 Empty
MessageSujet: Re: CC 3.01   CC 3.01 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
CC 3.01
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Evénements :: Les chronochallenges-
Sauter vers: