Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Conte d'Or

Aller en bas 
AuteurMessage
Ouppo
Fou du roi
Ouppo

Masculin Lion Messages : 546
Date d'inscription : 04/01/2016

Conte d'Or Empty
MessageSujet: Conte d'Or   Conte d'Or EmptyJeu 13 Juin 2019 - 16:42

Très haut dans le ciel, il existait une boule de lumière pure aux multiples branches et bourgeons. Sa floraison offrait le spectacle de l'été et des graines et des pétales en tombaient alors. Ceux-ci bénissaient notre monde de lumière vivante qui faisait germer d'autres arbres d'or. L'Or du ciel devenait ainsi notre or terrestre, ceux qui mangeaient alors les fruits d'Or devenaient autant de chatoiements, réminiscences de se grandeur. Les femmes, les hommes, les animaux portaient alors avec eux la lumière tiède.


Notre histoire était heureuse, nous profitions de la lumière d'Or et son regard nous protégeait. Un jour pourtant, un oiseau aux ailes brûlantes se présenta à nous, il était immense mais moins que Or.


-Ô, humain, toi qui travailles la terre et qui n'as rien. Es-tu heureux ?


-Oiseau aux ailes brûlantes, oui, je le suis.


-Ainsi, tu prétends pouvoir te satisfaire de cette vie sombre et froide ? Toi, qui n'as pas eu la chance d'avoir la bénédiction d'Or, ne souhaiterais-tu pas plus ?


-Ô, Oiseau aux brûlantes ailes, soit, tu dis vrai. Je souhaiterais plus pour ma fatigue. Ces grottes sont froides, mes enfants ont souvent faim et nous devons nous serrer fort l'hiver pour ne pas geler.


-Ainsi, humain, tu sais parler vrai, tu seras récompensé. Approche-toi de moi. Sens-tu cette chaleur ? Je t'en fais don. Nourris-la.


L'homme se pencha, et de plus en plus d'hommes et de femmes se penchèrent et tous reçurent le don du scintillement qui dévore. Ils se mirent à entretenir la lumière brûlante et lui donner une partie de leur nourriture, en échange ils avaient vaincu le froid. Les paysans et chasseurs commencèrent alors à se rassembler, bientôt le nord devint aussi un foyer pour eux, là où il n'y avait rien avant. Les communautés s'établirent, des lois se créèrent et des autorités s'érigèrent.


Enfin, l'Oiseau aux ailes brûlantes revint avec un terrible message.


-Ô, humains ! Vous êtes devenus plus grands, vous avez dépassés ce qui faisait ce que vous étiez. Donnez-moi les fruits et descendants de Or, brûlez la lumière froide et je vous apporterai la chaleur éternelle de mes ailes.


Ainsi, tous et toutes, les plus agiles et forts de cette communauté nouvelle se mirent en chasse. Ils arrachèrent les arbres vénérables d'Or et offrirent au bec avide, les animaux au sang chatoyant. Lentement, l'humus s'abreuva du tintillement tiède de ces vies perdues et au fil des étés et des hivers, lorsque que tout ce qui brille fut consumé, il ne resta plus que tout ce qui brûle. L'Oiseau qui était maintenant devenu brasier, alla percuter dans un fracas de lumière, Or. L'arbre et ses racines plantées dans l'obscurité se détachèrent en morceau de braises glacées. De l'intérieur en sortit un homme plus beau que tout ce que l'humanité eut jamais vu. Il était vêtu de nuit et de chasteté et se posa gracieusement sur la terre. Dans le ciel, l'Oiseau brûlant, lui, s'était lové sur lui-même et il entama alors son long sommeil satisfait.


Quant à Or, jamais il ne fut vu prononcer des mots, mais tous auraient voulu le comprendre. Pendant des milliers d'années, il se mit à marcher de long en large, parfois on le vit même à l'autre bout du monde à quelques jours d'intervalles seulement. Certainement, pendant tout ce temps, une mélancolie semblait parfois l'envahir, comme beaucoup l'ont décrit avant moi. Son mutisme et ses yeux toujours voilés par sa gaze d'obscur, ne pouvaient que laisser douter sur ce qu'il pensait vraiment, mais il voyait tout.


Il voyait que nous, les enfants de la nuit, qu'il aimait tant prospérions, ainsi il était heureux. Mais il comprit aussi que sa lumière tiède se désuait et comme tout inutile il disparaîtrait de nos cœurs. Ceci, je le pense, devait être ce qui lui donnait le plus de peine.


Néanmoins, son histoire perdure encore et si il ne réchauffe pas nos lits par sa chaleur, il adoucit la chanson de la vie par son éclat. Tant qu'il y aura des gens pour voir la beauté, Or continuera à nous en faire profiter.



Corrections:
 
Revenir en haut Aller en bas
 
Conte d'Or
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Nouvelles-
Sauter vers: