Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 La Balançoire [TP]

Aller en bas 
AuteurMessage
Ourson Maladroit

Ourson Maladroit

Masculin Gémeaux Messages : 103
Date d'inscription : 12/03/2014
Localisation : Un peu partout

La Balançoire [TP] Empty
MessageSujet: La Balançoire [TP]   La Balançoire [TP] EmptyLun 24 Juin 2019 - 19:51







La Balançoire

Il y a en France beaucoup de villages isolés, parsemés sur des collines arrondies, dans des vastes forêts ou les méandres tortueux d'une rivière. Les plus frileux sont blottis dans une écharpe de brume, les plus téméraires perchés sur une crête rocheuse pour mieux pointer les astres de leur clocher. C'est dans une de ces petites bourgades, au creux d'un vallon, que se trouve la maison au vieux chêne. L'antique demeure, grinçante et tordue, est abandonnée depuis plusieurs années. Une chaîne rouillée maintient le portail fermé, et les portes et fenêtres ont été barricadées avec des planches pleines d'échardes. Les pas d'un enfant ne viendront plus jamais fouler les herbes hautes et les fleurs sauvages qui s'entrelacent en couleurs désordonnées. Les pétales pâles n'abriteront plus les papillons bleus que ces galopins voulaient saisir dans la paume de leurs mains. Il ne s'agit ici que de souvenirs, des vestiges délavés par le sel de mes larmes, que j'entretiens précieusement au creux de mes paupières effacées.  


Nous sommes à l'hiver de ma vie. Je suis une ombre invisible, au travers de laquelle passent les flocons de neige avant de se poser sur le sol. Le bois de ma vieille balançoire est pourri, il craquerait probablement si je tentais de m'asseoir dessus à nouveau. Mais mes vieux os sont allongés sous une petite stèle moussue, à l'angle nord du cimetière du village. Les âmes errantes savent faire s'effriter les souvenirs que l'on garde d'elles, mais ne peuvent pas briser les miroirs, les vases ou les balançoires rongées de moisissure. Le gel matinal fait craquer l'écorce du grand chêne, et les moineaux frigorifiés gonflent leur plumage. La lune, toute ronde semble les imiter. Ils sont encore en vie, mais moi je n'aurai plus jamais froid. Une jeune fille passe en chantant devant la maison endormie, elle va à l'école. Elle semble si joyeuse, et sous ses pas se déroule la mémoire de mon existence, cette époque où la brise faisait frissonner ma jeune peau.


Printemps de mon existence. Avant de n'être qu'une rumeur endormie au creux des branche nues de mon chêne, j'ai été une petite fille. Tous les jours j'allais à l'école en chantant, et le soir en rentrant je voltigeais sur ma balançoire adorée. Le vent dans les rires, le visage renversé en arrière, je voyais le jardin s'allonger sur mes yeux puis repartir en arrière comme une vague fleurie. Avec la vitesse, les formes se mêlaient en écume colorée. L'herbe verte venait se mêler aux violettes et aux pâquerettes, aux nuances de pensées et de roses trémières. Un jour mon père a déposé une boule de poils ronronnante au creux de mes mains. Un chaton nommé Orion, au printemps de sa vie lui aussi. Alors on ne s'est plus quittés. Sur la balançoire je ne tanguais plus au rythme du paysage. Je préférais rester assise avec le chat à mes côtés. Après le repas, à la nuit tombée, on regardait fleurir les étoiles dans le ciel nocturne. Parfois des comètes traversaient la voûte céleste, comme des abeilles qui viendraient butiner la lune. On était heureux ensemble, immortels, les fesses posées sur cette planche suspendue aux branches vivaces du vieux chêne. Dans nos petits corps fragile, on faisait pourtant concurrence aux astres, deux petits mirages d'éternité.


Un jour, l'été est arrivé. J'ai cessé  de m'asseoir près du chat sur la balançoire. Il y avait le travail et les factures, les vacances et les amours. Chaque chose à sa place. Dans le cadre inflexible du temps des adultes il n'y avait plus vraiment de temps pour rêvasser. Orion était devenu un vieux matou qui profitait dans le jardin des rayons chauds du soleil. Le portail était toujours ouvert et les enfants pouvaient jouer dans les herbes folles parsemées de coquelicots. Ils venaient caresser le chat qui n'était jamais vraiment seul. Les étoiles étaient descendues dans le sud en suivant la voie lactée des vacances. Je ne les voyais pas. Peut-être parce que je ne les regardais plus. La nuit je dormais. Par la fenêtre entrebâillée, les criquets frottaient leurs ailes bruyamment, comme pour m'avertir que l'automne arrivait. Un brin de vent tiède soulevait délicatement les légers rideaux blancs. Pourtant je ne n’apercevais rien à l'horizon. Le printemps n'existait plus que dans le rire lointain de mon enfance, et l'avenir ne s'esquissait qu'en transparence, comme une aquarelle noyée. Avec du recul je me demande ce que j'ai fais de mon été. C'est passé tellement vite, comme si j'avais suivi les étoiles au bord de mer. J'étais en vacances de mon existence. J'ai dû attendre l'automne pour remarquer les odeurs de l'été, les fraises gorgées de soleil, mais déjà elles appartenaient au royaume des souvenirs.


L'automne. Quand l'heure de la retraite est arrivée, j'avais plus de temps pour m'asseoir sur la balançoire. Mes vieilles mains plus crochues que les branches du chêne s'accrochaient aux cordes, et mes fesses décharnées se posaient sur la planche abîmée par le temps et la rosée. L'ombre du chat ronronnait dans mes souvenirs. Chaque nuit je regardais les étoiles de rouille se décrocher du ciel en valsant comme des feuilles mortes. Rien n'est éternel. Quelques champignons poussaient sur la tombe d'Orion. L'air sentait bon la pluie et les marrons chauds. Quelques enfants venaient toujours jouer dans le jardin parfois, emmitouflés dans leurs bonnets et leurs écharpes. Je disais à ces garnements de ne pas courir trop vite. Je ne voulais pas qu'il bousculent par inadvertance la silhouette invisible de mon vieux matou. Un jour les gouttes de pluie se sont transformées en flocons. Je me suis alors levée de ma balançoire avec difficulté, puis j'ai traversé doucement mon terrain, en faisant bien attention de ne pas glisser sur le tapis de feuilles mortes, et me suis allongée dans mon lit. Malgré le nuage flou qui brouillait mon vieux regard, je n'avais jamais eu une meilleure vision de ma vie. La jeune fille qui se rendait à l'école en chantant se dessinait parfaitement dans mon souvenir. Le petit chaton dans le creux de mes mains. Les herbes blondes et les fruits ensoleillés, les vacances et les amours, puis les écharpes et la prudence. L'hiver. Orion et moi sommes enfin réunis. Deux fragments de rêve assis sur une balançoire centenaire. Les étoiles tombent en flocons sur la vieille demeure, moins abandonnée qu'on ne peut l'imaginer.




------------------------------------------------------------------------------------------------
"La haine n'est qu'une défaite de l'imagination" Graham Greene


"Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal." Robert Sheckley


Dernière édition par Ourson Maladroit le Sam 29 Juin 2019 - 21:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aegeus.

Aegeus.

Masculin Poissons Messages : 10
Date d'inscription : 23/06/2019

La Balançoire [TP] Empty
MessageSujet: Re: La Balançoire [TP]   La Balançoire [TP] EmptyLun 24 Juin 2019 - 20:27

Très très beau, je trouve. On est à la limite de la prose poétique. (non, on y est, en fait.)

Il y a des moments où il y a beaucoup beaucoup d'adjectif, c'est à surveiller, mais ça ne m'a pas dérangé, tu n'es pas non plus tombé dans la surenchère gratuite et pour moi le rythme fonctionne, ça donne un texte très posé, contemplatif. On ressent les émotions, les sensations (la chaleur, la pluie), les bruits, etc... Tu poses de bonnes ambiances.

J'ai vraiment beaucoup aimé les images, la mélancolie qui se dégage de cette belle histoire, et cette superbe vision de la jeune fille et du chat, assis sur la balançoire, "mirages d'éternité" qui font concurrence aux astres...

Merci pour ce texte, bravo.
Revenir en haut Aller en bas
Ourson Maladroit

Ourson Maladroit

Masculin Gémeaux Messages : 103
Date d'inscription : 12/03/2014
Localisation : Un peu partout

La Balançoire [TP] Empty
MessageSujet: Re: La Balançoire [TP]   La Balançoire [TP] EmptyLun 24 Juin 2019 - 21:19

Merci beaucoup Aegeus !

Je suis content si ce texte t'a plu ! J'essaie en général de ne pas alourdir le texte avec trop d'adjectifs, alors oui faudra que je vois certains passages sont trop chargés.

Je pense être pas mal du genre contemplatif alors ça ne me surprend pas si ça apparaît dans l'écriture :)
Merci beaucoup pour ton passage, ça me fait plaisir !

------------------------------------------------------------------------------------------------
"La haine n'est qu'une défaite de l'imagination" Graham Greene


"Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal." Robert Sheckley
Revenir en haut Aller en bas
Flopostrophe
Créature du Nord à l'humour absurde
Flopostrophe

Féminin Scorpion Messages : 840
Date d'inscription : 19/01/2017
Localisation : Sur le toit
Humeur : Le temps passe trop vite

La Balançoire [TP] Empty
MessageSujet: Re: La Balançoire [TP]   La Balançoire [TP] EmptySam 29 Juin 2019 - 18:06

Ourson, j'ai adoré ta nouvelle. Je suis en tous points d'accord avec Aegeus.
C'est très poétique, les phrases que tu enchaînes sont savoureuses et riches. C'est émouvant et ça rend nostalgique. Reste donc bien contemplatif, ton texte m'a donné envie de l'être davantage.

Petit instant orthographique : "Un jour mon père à déposé une boule de poil", il y a l'accent en trop sur le a. Et pour la boule de poil je ne sais pas du tout s'il faut un S ou pas... Je pencherais plutôt pour le S, c'est une boule avec plusieurs poils, non ?

J'ai pris beaucoup de plaisir à lire ton texte. Il est bien réfléchi, avec les saisons et la vie qui défilent, les descriptions, les souvenirs... Waaah ! Merci Ourson :)

------------------------------------------------------------------------------------------------
Hope if everybody runs, you choose to stay”  
One Republic - I Lived



Chasseresse de fautes  :superman:  Mon signe distinctif : §



Dernière édition par Flopostrophe le Jeu 12 Sep 2019 - 20:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ourson Maladroit

Ourson Maladroit

Masculin Gémeaux Messages : 103
Date d'inscription : 12/03/2014
Localisation : Un peu partout

La Balançoire [TP] Empty
MessageSujet: Re: La Balançoire [TP]   La Balançoire [TP] EmptySam 29 Juin 2019 - 22:08

Ooh merci à toi Flo !

Ça me fait vraiment plaisir si ce texte te plaît :)
Ooh mince je ne pensais pas avoir laissé passer des fautes !

Ouuuii contemple ! Ça fait du bien parfois quand on a eu une journée pourrie de chercher la beauté autour de soi !

------------------------------------------------------------------------------------------------
"La haine n'est qu'une défaite de l'imagination" Graham Greene


"Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal." Robert Sheckley
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




La Balançoire [TP] Empty
MessageSujet: Re: La Balançoire [TP]   La Balançoire [TP] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
La Balançoire [TP]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Nouvelles-
Sauter vers: