Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 CC 3.06

Aller en bas 
AuteurMessage
Ouppo
Fou du roi
Ouppo

Masculin Lion Messages : 546
Date d'inscription : 04/01/2016

CC 3.06 Empty
MessageSujet: CC 3.06   CC 3.06 EmptySam 29 Juin 2019 - 21:28

Bonjour et bienvenu pour ce chronochallenge, les règles sont juste un peu différentes aujourd'hui.

Le plus gros changement étant, que vous écrivez sur un texte au lieu d'un thème. Le but ce soir, sera de réécrire un thème à votre sauce ou seulement de vous en inspirer, comme vous voudrez !

Le but de ce nouveau type de CC étant de palier au manque d'inspiration qui peut frapper si souvent, alors défoulez-vous et écrivez, entrainez votre style sans vous prendre la tête avec l'histoire.


Texte :


Lettres de mon moulin, Alphonse Daudet.


INSTALLATION

Ce sont les lapins qui ont été étonnés!... Depuis si longtemps qu'ils voyaient la porte du moulin fermée, les murs et la plate-forme envahis par les herbes, ils avaient fini par croire que la race des meuniers était éteinte, et, trouvant la place bonne, ils en avaient fait quelque chose comme un quartier général, un centre d'opérations stratégiques: le moulin de Jemmapes des lapins... La nuit de mon arrivée, il y en avait bien, sans mentir, une vingtaine assis en rond sur la plate-forme, en train de se chauffer les pattes à un rayon de lune... Le temps d'entr'ouvrir une lucarne, frrt! voilà le bivouac en déroute, et tous ces petits derrières blancs qui détalent, la queue en l'air, dans le fourré. J'espère bien qu'ils reviendront.

Quelqu'un de très étonné aussi, en me voyant, c'est le locataire du premier, un vieux hibou sinistre, à tête de penseur, qui habite le moulin depuis plus de vingt ans. Je l'ai trouvé dans la chambre du haut, immobile et droit sur l'arbre de couche, au milieu des plâtras, des tuiles tombées. Il m'a regardé un moment avec son œil rond; puis, tout effaré de ne pas me reconnaître, il s'est mis à faire: «Hou! hou!» et à secouer péniblement ses ailes grises de poussière;—ces diables de penseurs! ça ne se brosse jamais... N'importe! tel qu'il est, avec ses yeux clignotants et sa mine renfrognée, ce locataire silencieux me plaît encore mieux qu'un autre, et je me suis empressé de lui renouveler son bail. Il garde comme dans le passé tout le haut du moulin avec une entrée par le toit; moi je me réserve la pièce du bas, une petite pièce blanchie à la chaux, basse et voûtée comme un réfectoire de couvent.

C'est de là que je vous écris, ma porte grande ouverte, au bon soleil.
Revenir en haut Aller en bas
Ouppo
Fou du roi
Ouppo

Masculin Lion Messages : 546
Date d'inscription : 04/01/2016

CC 3.06 Empty
MessageSujet: Re: CC 3.06   CC 3.06 EmptySam 29 Juin 2019 - 22:23

Les lapins étonnés se regardaient entre eux et tapaient de la patte. La porte fermée, les murs tapis de couleur vert-temps et les marches embarbées d'herbes, avaient laissés croire aux longues oreilles que les meuniers étaient un métier perdu, issu d'un pays lointain de conte. Ainsi, ils s'étaient permis d'utiliser l'enceinte pour y bâtir leur civilisation secrète, leur lieu de repli, de repos, de rêve et de guerre : le moulin de Jemmape aux lapins.

La nuit de mon arrivée, une vingtaine, au moins, de leurs yeux avides de lumière m'observèrent. Le nez en l'air, ils s'étaient réunis pour s'abreuver des rayons de la lune et réchauffer leurs fourrures brune sous les opales du ciel endormi. A peine un bruit, une fenêtre ouverte, et frrt ! Plus rien, plus là, comme si jamais là n'avait été rien, si ce n'est les petites boules blanches et molletonneuses attachées à un derrière courant à toute vitesse.

"J'espère qu'ils reviendront."

Un autre des locataires me salua plus tard avec surprise, un vieil individus sinistre, pensif, qui habitait le moulin depuis vingt ans déjà. En montant dans la chambre du haut, je l'ai trouvé immobile et droit, au milieu d'une pièce qui avait oublié comment tenir son rôle et commencé à s'effondrer.
Son œil rond palpa ma silhouette inconnue et tout étonné de ne pas me reconnaître, il se mit à faire un "hou hou !" et à secouer ses ailes couvertes de cette poussière d'oublie.

Vraiment, ces hiboux pensent trop à tout et peu à se brosser. En tout cas, ce locataire un poil taiseux, renfrogné, me plaît bien et en souriant je lui renouvelle son bail pour une durée indéterminé. Pour tout le temps qu'il voudra bien rester en tout cas.
Je lui promet qu'il pourra garder sa chambre et tout le premier étage, quant à moi je me réserve la place du bas. Cette pièce blanchie et voûtée par l'âge ou bien par une sorte d'humilité croyante.

***

Voilà, c'est de là que je vous écris, la porte ouverte au rassurant soleil.

Revenir en haut Aller en bas
 
CC 3.06
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Evénements :: Les chronochallenges-
Sauter vers: