Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.
Encre Nocturne
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-45%
Le deal à ne pas rater :
Chaussure Nike Shox TL pour Homme à -39%
94 € 170 €
Voir le deal

 

 CC 3.68 - sujets

Aller en bas 
AuteurMessage
Titi

Titi

Lion Messages : 1075
Date d'inscription : 29/06/2016
Localisation : Dans la région de la cancoillotte
Humeur : . . .

CC 3.68 - sujets Empty
MessageSujet: CC 3.68 - sujets   CC 3.68 - sujets EmptyMer 8 Avr 2020 - 21:53

Je suis à la bourre :(
Vous avez une heure à partir du lancement de ce message pour écrire un texte à partir d'un ou plusieurs de ces sujets :

1. Anniversaire surprise
2. Une bien morne journée
3. https://www.youtube.com/watch?v=bL7nUkpFZHg
(reprise de Aaron Smith par CG5)

------------------------------------------------------------------------------------------------
Si tu as un souci, n'hésite pas à me MP Wink

Hey, pssst, Invité , j'ai répertorié tous les textes que j'ai postés sur le forum ~ici~ Fais-y un tour si le coeur t'en dis :latourn:

Les mercredis, 21h30 environ (heure française), je lance le CC. Vous pouvez d'ailleurs m'envoyer vos suggestions par mp (ou discord).

CDF (Poésies, Chansons, Chamarrés) :la: , mon signe distinctif est ♫

-
"Je leur rendrai ce grand service parce qu'on ne me l'a pas rendu à moi." (Philippe Labro - Les cornichons au chocolat)

"Ce n'est pas parce qu'on a les meilleurs intentions au monde, qu'on ne fait pas des dégâts." - https://youtu.be/pR3lqr7_KBY

-
Tous mes sens charmés
Hypnose et divins délices
J'aime les haïkus

Je te juge:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://je-seme-des-poemes.skyrock.com/3113348789-Index-des-poeme
Horadere

Horadere

Balance Messages : 139
Date d'inscription : 02/10/2016

CC 3.68 - sujets Empty
MessageSujet: Re: CC 3.68 - sujets   CC 3.68 - sujets EmptyMer 8 Avr 2020 - 22:34

Anniversaire surprise ? [Mini-poéme|Tout public|Théme 1]

Les anniversaires surprises,
Son réussis uniquement quand t'es amnésique
Et lorsque à cause de ton boss hystérique
Tu travaille avec beaucoup trop d'aisance
Pour te souvenir de ta date de naissance

Ah oui ça pique,
Ce n'est pas trés chic
Ca ne fais aucun sens
Mieux ne faut pas prendre cette chance
Pour ne pas faire de bêtises...
Revenir en haut Aller en bas
Spangle

Spangle

Vierge Messages : 217
Date d'inscription : 30/03/2020
Localisation : Bzak

CC 3.68 - sujets Empty
MessageSujet: Re: CC 3.68 - sujets   CC 3.68 - sujets EmptyMer 8 Avr 2020 - 22:52

Pas eu le temps de finir.

Anniversaire surprise
[-18 ; violence très crue, meurtre] [nouvelle ; CC]

C’était la fois de trop. Il m’a réveillée par une série de gifles, me hurlant qu’à neuf heures du matin, j’aurais déjà dû être levée pour préparer son anniversaire. Que j’étais une égoïste, qu’on ne pouvait pas compter sur moi et que je ratais toujours tout. Les mêmes mots, encore et encore : nulle, idiote, pauvre conne… Ces mots qui pendant longtemps m’ont blessée. Dernièrement je ne les entends plus. Je constate qu’il fait du bruit, beaucoup de bruit, mais je ne me sens plus concernée par ses insultes. Les coups, bon, j’aimerais autant les éviter. Mais je me sens froide et solide face à ses déferlement de haine. Car c’est bien de la haine, pas de l’amour comme il le prétend.

Je me suis levée sans discuter, j’ai enfilé un pantalon et je suis descendue dans la cuisine. Il allait l’avoir, son gâteau d’anniversaire. Il allait pouvoir le savourer, ce connard. J’ai commencé par me faire du café, de toute façon il ne viendrait pas me surveiller tout de suite, il devait se raser pour ne pas être en retard à la chasse. Pendant que le café coulait, j’ai sorti des trucs pour avoir l’air affairée quand il passerait par la cuisine : saladier, farine, œufs, moule à gâteau… Un bel anniversaire, que je lui préparais.

Adossée au plan de travail, mon mug de café à la main, j’ai fait défiler toutes ces années d’esclavage ; oui, d’esclavage, il n’y a pas d’autre mot pour ce qu’il m’a fait subir. Jusqu’à ce matin, je n’étais pas encore décidée. Partir, ou le tuer ? Partir aurait été risqué : il n’était pas du genre à lâcher sa proie, et je le tenais pour parfaitement capable de faire usage de son fusil de chasse, pour ne pas me laisser la moindre chance de refaire ma vie. La police ? Ha, comme si elle protégeait les femmes battues. Je me suis arrêtée un instant sur ces mots : femme battue. Ils me faisaient toujours un drôle d’effet.

Le tuer, donc. Mais comment ? Je ne tenais pas à échanger ma misérable situation pour celle, tout aussi misérable, de taularde en longue peine. Il fallait être rusée, rendre l’accident plausible. C’est pour ça aussi que je n’ai jamais parlé de ce qu’il me faisait. Oh bien sûr, au début c’était surtout par honte, mais maintenant c’est par calcul : tant qu’on forme un couple modèle aux yeux du monde, je ne risque pas d’être soupçonnée de meurtre. Qui irait s’en prendre à un mari modèle, un homme affable, serviable, charismatique ? Personne ne sait, personne ne se doute de ça ; il est très adroit, il présente bien et sait donner le change. J’ai réfléchi pendant des mois, et finalement j’ai trouvé le moyen idéal de faire passer ça pour un banal manque de chance.

Il est passé en coup de vent, simplement pour gagner la porte d’entrée. Au passage, il m’a lancé tranquillement :
- Allez, ne fais pas la gueule ; tu sais bien que je m’énerve vite quand tu fais ta flemmarde. Mais c’est oublié ça, hein, d’accord ?
Sans attendre la réponse, il a filé. Au début, après ses accès de violence, il passait des jours à me combler de tendresse pour se faire pardonner. Pour que je reste, que je lui donne encore une fois sa « chance » de changer. Le baratin en question s’est amenuisé au fil des ans, jusqu’à devenir cet embryon d’excuses dans lequel, ça ça n’a pas changé, c’est toujours moi qui porte le chapeau. Jamais rien n’est de sa faute, et surtout pas sa violence envers moi. Enfin, il était parti.

J’ai fini mon café et je suis allée me laver le visage. Pas de traces cette fois, je n’aurais pas besoin de me tartiner une épaisse couche de fond de teint pour cacher les bleus. Dans la cuisine, j’ai sorti pour de bon tout ce qu’il me fallait et j’ai commencé à préparer la génoise. Un beau gâteau que j’allais lui faire, bien appétissant, dégoulinant de coulis de framboise sur son glaçage au chocolat blanc.  Fourré à la mousse de framboise et à la chantilly. Et à un ingrédient supplémentaire, que je ne sortirais du congélateur qu’au dernier moment. Depuis deux semaines, je congelais et décongelais en boucle un petit morceau de viande faisandée. Les bactéries multipliaient leur nombre par dix à chaque opération. Il y avait là-dedans de quoi se débarrasser d’un éléphant. À condition toutefois qu’il ne vomisse pas. C’est pour cela que je m’étais procuré, avec la plus grande prudence, un anti-émétique qui irait lui, assaisonner les bouchées à la reine que je lui servirais en entrée.

La génoise sortit du four à une cuisson parfaite, moelleuse comme il fallait. Je la laissai refroidir tout en préparant les bouchées à la reine, puis je la découpai soigneusement en deux disques, le dessous et le dessus du gâteau. Je pris le coulis de framboises dans le frigo, puis j’allai chercher dans sa cachette le petit sachet hermétique contenant le poison, dont je pressai le contenu au-dessus de l’un des bols de coulis. Une bonne rasade, mais pas trop pour que le goût de la framboise couvre bien l’autre. Le deuxième bol de coulis servirait à garnir le côté du gâteau dans lequel je découperais ma part, rigoureusement identifiable grâce aux décorations placées au-dessus.

------------------------------------------------------------------------------------------------
Le bon ni le mauvais ne me feraient de peine
Si si si je savais que j'en aurai l'étrenne

Boris Vian

Utilisez le pronom iel et les accords neutres ou masculins pour parler de moi, merci.
La chasse aux fautes, j'adore ! Mon signe est &, mes terrains de chasse favoris sont les sections romans, théâtre et fanfictions. N'hésitez pas à me pm pour une petite relecture, c'est rapide et indolore...
Voici la liste de mes textes, merci d'avance pour vos commentaires !


Dernière édition par Spangle le Mer 8 Avr 2020 - 23:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://losquimord.wordpress.com
Aurabelle



Scorpion Messages : 5
Date d'inscription : 04/04/2020

CC 3.68 - sujets Empty
MessageSujet: Re: CC 3.68 - sujets   CC 3.68 - sujets EmptyMer 8 Avr 2020 - 22:54

Bonsoir !
J’ai choisi le thème 2. J’espère que c’est bien ici qu’on doit poster les textes ! Je m’excuse d’avance pour les fautes d’ortho ! Bonne lecture !

Des torrents de pluie glissaient le long des fenêtres du manoir. Chaque goutte s’écrasait brutalement contre le carreau, mais le son de leur chute était parfaitement inaudible. Et pourtant, le chevalier noir regardait chacune d’entre elles disparaître pour rejoindre les rivières de sang de pluie qui glisserait le long des vitres, retournant au sol sans laisser une tâche sur ce carreau pourtant si meurtrier.
Et il ne ressentait rien qu’un ennui immense.
Et le ciel criait, déversait plus de larmes encore, hurlait sa colère à coup de tonnerre. Les éclairs déchiraient le ciel, éclairant succinctement l’obscurité de vifs flash blancs blancs. Des raies de lumière qui mettaient en lumière toutes ces gouttes tombées trop vite...
Mais le Chevalier Noir n’en avait strictement rien à faire.
Il regardait les gouttes heurter le sol et disparaitre dans des torrents invisibles qu’il aurait tôt fait d’oublier.
Le vent grondait, faisait grincer le vieux manoir. La tempête faisait rage au dehors. Le soleil de midi, pourtant bien présent à cette heure-ci, avait disparu derrière ces sombres nuages.
Une nuit en plein jour.
Ça n’avait rien d’exceptionnel.
Pas même des ténèbres aussi meurtriers.
Le Chevalier Noir en avait vu des milliers : que ce soit des gouttes qui meurent, ou des combattants de la liberté, il ne voyait plus la différence.
Il regardait les massacres autour de lui comme la pluie qui tombe.
Banal.
Morne.
Ni plus ni moins que l’histoire de la vie.
Venir au monde un matin pour disparaître au soir.
Mais lui était là depuis toujours, car l’ombre est là de nuit comme de jour. Une éternité qui rendait chaque saveur fade, chaque moment insignifiant, chaque journée plus morne que la précédente.
Revenir en haut Aller en bas
Spangle

Spangle

Vierge Messages : 217
Date d'inscription : 30/03/2020
Localisation : Bzak

CC 3.68 - sujets Empty
MessageSujet: Re: CC 3.68 - sujets   CC 3.68 - sujets EmptyDim 12 Avr 2020 - 5:23

Hey, grâce aux encouragements de @Flopostrophe, j'ai repris mon texte. J'ai trouvé plus d'idées et pas mal avancé dans l'écriture, mais c'est pas encore fini. Vous voulez jeter un coup d’œil sur la suite ?

Un anniversaire surprise, la suite:
 

*****

Voilà, n'hésitez pas à me faire des retours ! :-)

------------------------------------------------------------------------------------------------
Le bon ni le mauvais ne me feraient de peine
Si si si je savais que j'en aurai l'étrenne

Boris Vian

Utilisez le pronom iel et les accords neutres ou masculins pour parler de moi, merci.
La chasse aux fautes, j'adore ! Mon signe est &, mes terrains de chasse favoris sont les sections romans, théâtre et fanfictions. N'hésitez pas à me pm pour une petite relecture, c'est rapide et indolore...
Voici la liste de mes textes, merci d'avance pour vos commentaires !
Revenir en haut Aller en bas
http://losquimord.wordpress.com
Contenu sponsorisé




CC 3.68 - sujets Empty
MessageSujet: Re: CC 3.68 - sujets   CC 3.68 - sujets Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
CC 3.68 - sujets
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Evénements :: Les chronochallenges-
Sauter vers: