Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.
Encre Nocturne
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 CC 3.69 - SUJETS

Aller en bas 
AuteurMessage
Titi

Titi

Lion Messages : 1084
Date d'inscription : 29/06/2016
Localisation : Dans la région de la cancoillotte
Humeur : . . .

CC 3.69 - SUJETS Empty
MessageSujet: CC 3.69 - SUJETS   CC 3.69 - SUJETS EmptySam 11 Avr 2020 - 21:32

Sortez vos plumes aguerries
Car voici le CC du samedi ! :la:

Une heure maximum à écrire ;
Cela va-t-il vous suffire ? AHDE

Vous pourrez choisir une ou plusieurs propositions,
Afin de fournir UN seul texte, fruit votre imagination. Wink

Un poème ? Du théâtre ? Une nouvelle ? Un extrait de roman ?
Tellement de possibilités ! C'est formidable, c'est charmant !
Un texte long, ou d'une maigre mesure :
Ce n'est pas grave, je vous l'assure !  oui

Pour aiguiller vos lecteurs et lectrices,
N'oubliez pas de préciser les sujets choisis.
Vous me verrez particulièrement ravie
Si vous pensez aux balises salvatrices.  :awkward:

@Flopostrophe a écrit:
Attention, il y a un petit changement discuté et décidé sur le discord d'EN. Je mets en bleu ce qui reste pareil, en rouge ce qui change :
- Lorsqu'on poste son texte en 1h00 ou moins, on reçoit deux points de participation.
- Lorsqu'on dépasse l'heure, même d'une minute, on ne gagne qu'un point.
- Lorsqu'on dépasse de plus de 15 minutes, on reçoit un point aussi
mais personne ne peut voter pour notre texte, il peut seulement être commenté.
Ainsi ça reste un CHRONOchallenge Wink
Je rappelle que voter rapporte un point, commenter en rapporte un autre et recevoir un vote de quelqu'un d'autre ajoute deux points.
:Stop:  :ban:


---

1. Symphonie d'émotions

2. Un pas après l'autre

3. CC 3.69 - SUJETS 5bf53ecba336183ee60b71419e49fa23

lien direct de l'image : https://s.picture-russia.ru/wpic/l/5/b/5bf53ecba336183ee60b71419e49fa23.jpg

(Peinture de Anastasiya Smirnova)

------------------------------------------------------------------------------------------------
Si tu as un souci, n'hésite pas à me MP Wink

Hey, pssst, Invité , j'ai répertorié tous les textes que j'ai postés sur le forum ~ici~ Fais-y un tour si le coeur t'en dis :latourn:

Les mercredis, 21h30 environ (heure française), je lance le CC. Vous pouvez d'ailleurs m'envoyer vos suggestions par mp (ou discord).

CDF (Poésies, Chansons, Chamarrés) :la: , mon signe distinctif est ♫

-
"Je leur rendrai ce grand service parce qu'on ne me l'a pas rendu à moi." (Philippe Labro - Les cornichons au chocolat)

"Ce n'est pas parce qu'on a les meilleurs intentions au monde, qu'on ne fait pas des dégâts." - https://youtu.be/pR3lqr7_KBY

-
Tous mes sens charmés
Hypnose et divins délices
J'aime les haïkus

Je te juge:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://je-seme-des-poemes.skyrock.com/3113348789-Index-des-poeme
Horadere

Horadere

Balance Messages : 145
Date d'inscription : 02/10/2016

CC 3.69 - SUJETS Empty
MessageSujet: Re: CC 3.69 - SUJETS   CC 3.69 - SUJETS EmptySam 11 Avr 2020 - 22:21

[TW : Mort] | L'appariteur basé sur le théme 1 et une chanson de KH:
 
Revenir en haut Aller en bas
Spangle

Spangle

Vierge Messages : 271
Date d'inscription : 30/03/2020
Localisation : Bzak

CC 3.69 - SUJETS Empty
MessageSujet: Re: CC 3.69 - SUJETS   CC 3.69 - SUJETS EmptySam 11 Avr 2020 - 22:29

Un pas après l’autre
[tout public] [nouvelle] [CC]

Lorsqu’iel sortit du bâtiment, le soleil de mai l’éblouit. L’air lui sembla différent, plus présent à iel que celui de son appartement. Il restait ça et là des confettis et les cris de la veille firent écho à ses oreilles. La liesse avait été intense hier, des gens pleuraient de joie, des inconnu·e·s se donnaient des accolades à n’en plus finir. Sans vraiment y participer, iel avait également ressenti un flot d’émotions à l’annonce de la fin du confinement : du soulagement, un peu de joie, de l’inquiétude surtout. Iel s’était si bien accoutumé·e à cette drôle d’hibernation que maintenant iel se demandait comment l’on faisait pour vivre normalement. Et puis il allait falloir se jeter dans la bataille, sans attendre : le gouvernement avait largement profité du confinement pour s’attaquer plus fort que jamais aux structures sociales, au droit du travail, aux budgets de la santé et de l’éducation. Si on laissait passer pareilles mesures, la pauvreté viendrait rapidement paralyser la population, qui serait trop occupée à assurer sa survie pour pouvoir encore se mobiliser. Les riches auraient gagné la lutte des classes, peut-être définitivement.

Mais d’abord iel voulait profiter de cette liberté toute neuve, du soleil qui s’était réchauffé sans iel durant ces dernières semaines. Se dégourdir les jambes. L’escalier avait été un peu dur à descendre, ses genoux ne savaient plus plier tout en portant son poids. Iel se tenait toujours à l’entrée de l’immeuble, comme intimidé·e par l’espace qui s’offrait enfin. En réalité c’était surtout ses jambes flageolantes qui l’arrêtaient ainsi. Comme une bête de zoo qu’on laisserait sortir de sa cage, iel avait perdu l’habitude de marcher au-delà de quelques pas, la traversée de son appartement. Iel commença tout de même à descendre la rue, à petits pas prudents et hésitants. L’habitude reprit le dessus et bientôt sa démarche s’affermit, s’assouplit, redevint celle d’un·e passant·e quelconque.

« Je vais aller voir Jo » décida-t-iel. Il y avait quinze à vingt minutes de trajet pour se rendre chez son ami. Iel entama une marche rapide, à grandes enjambées. Iel aurait presque couru, maintenant. Pourtant ce tonus fut de courte durée. Ses pas ralentirent peu à peu, et malgré ses efforts iel eut bientôt adopté l’allure d’une tortue qui jamais ne gagnerait aucune course. Iel sentait ses muscles se raidir, éprouvés par l’exercice et bientôt douloureux. Plus iel forçait, plus ils regimbaient. Il lui fallut se rendre à l’évidence : une halte s’imposait. Amèr mais résigné·e, iel réfléchit rapidement et retrouva dans sa mémoire l’emplacement de bancs publics, sur sa route et plus très loin. Iel progressait laborieusement, suppliant ses jambes de lui accorder encore quelques mètres. Enfin les bancs furent en vue. La dernière vingtaine de mètres lui pris au bas mot deux ou trois minutes, puis iel put s’affaler sur un banc.

Iel fit le point : iel se trouvait à mi-chemin de l’appartement de son ami, à une distance qui lui apparaissait maintenant comme insurmontable. Pourtant, même en faisant demi-tour, il lui faudrait bien la parcourir. Cela lui sembla la meilleure option. En outre, iel n’était même pas sûr de trouver Jo chez lui. En son absence, il lui faudrait rebrousser chemin et affronter de nouveau la totalité du trajet. Iel se força à rester au repos pendant un moment qui lui parut très long. Finalement, n’en pouvant plus de cette inaction, iel se remit en marche. Lentement, très lentement. Iel essaya de ne pas forcer son allure, d’aller même moins vite que ce que ses jambes lui permettaient, afin d’économiser ses forces. Au bout d’un périple interminable, iel arriva sur les quais. Plus que… disons, quatre cents mètres ?

Mais malgré qu’iel eut ménagé ses efforts, iel devait de nouveau s’arrêter. Aucun banc pour l’accueillir, rien que le sol, le bord du trottoir. Iel rassembla ses forces pour effectuer la manœuvre de s’asseoir. Ce fut un peu laborieux, mais iel y parvint. De nouveau, l’attente ennuyeuse. Cette fois iel la chronométra, s’imposant une halte d’un quart d’heure. Sitôt passé ce délai, iel se releva péniblement. Un instant, son poids resta suspendu entre sa main posée au sol et son pied qui n’y avait encore aucun appui ; iel crut devoir tout recommencer, mais une dernière poussée lui permit de poser son pied plus près et de prendre un meilleur appui. Enfin relevé·e, elle frotta ses paumes l’une contre l’autre pour les débarrasser de quelques gravillons. Tout en se remettant en marche, iel divisa mentalement son parcours en diverses fractions : arrivé·e à ce point, j’aurai parcouru un quart du chemin. Et là, un tiers.

Lorsqu’iel fut enfin à la porte de son immeuble, un regain d’énergie l’emporta à travers l’escalier et iel put bientôt s’effondrer sur son canapé. Iel sentit la boule dans sa gorge, laissa les larmes couler sur ses joues, renifla et se moucha. Quelle horrible mésaventure ! Et comment allait-iel faire pour retrouver ses forces, si même un peu de marche les excédait ? Iel en était là de ses pensées lorsque le téléphone sonna. Machinalement iel répondit, bien qu’à la réflexion iel aurait préféré ne pas parler avec quelqu’un pour le moment. C’était Jo, qui se proposait de passer lui rendre visite. Iel accepta avec une pointe d’amertume. Avant de raccrocher, il lui demanda comment iel se sentait, ce qu’iel avait fait de sa journée.
- Oh, je me suis juste un peu promené·e. Il fait très beau, n’est-ce pas ?

------------------------------------------------------------------------------------------------
Utilisez le pronom iel et les accords neutres ou masculins pour parler de moi, merci.
Je chasse les fautes dans les sections romans, théâtre et fanfictions, n'hésitez pas à demander un coup d’œil. Mon signe est &.
Voici la liste de mes textes, merci d'avance pour vos commentaires !


Dernière édition par Spangle le Mar 28 Avr 2020 - 0:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://losquimord.wordpress.com
Lame37

Lame37

Vierge Messages : 1230
Date d'inscription : 13/06/2016
Localisation : Perdu dans les textes
Humeur : Loup Aventurier Méditant sur l'Écriture

CC 3.69 - SUJETS Empty
MessageSujet: Re: CC 3.69 - SUJETS   CC 3.69 - SUJETS EmptySam 11 Avr 2020 - 22:33

Symphonie tribale

Des tambours résonnent et des chants incompréhensibles envahissent le lieux. Il y a plusieurs feux et des créatures grises, colossales à l'air bestiales font démonstrations de leur habilité et force. Le rythme est tantôt rapide, tantôt lent. Des armes sont aiguisées et le son se perd dans la mélopée. Sont organisés des épreuves de bras de fer ou encore de lutte. Les mastodontes grognent sous le regard curieux d'un humain étranger vêtue de rouge et blanc. Les autres sont habillés de peau de bête avec pour certains des masques et des tatouages. Les bruits s’intensifient, l'éclat d'un cristal se mêlent à la lumière ardente. Des crocs et des yeux scintillent dans la nuit. Les étoiles semblent danser comme les autochtones. L'homme reste pensif, la tribu l'a bien accueilli pour le moment, mais s'il décident de leur fausser compagnie et de partir avec quelques esclaves qu'il aperçoit. Comment cela sera t-il prit. De plus, il semble s'être fait un ami parmi les créatures. Il ne voudrait pas qu'en jour de fête perdre un précieux alliés et encore moins de risquer sa vie. La musique continue tandis qu'il rumine et se prête au jeu affûtant à son ton un sabre qu'il avait à sa ceinture.

------------------------------------------------------------------------------------------------
Loup breton parmi les hommes, rêveur invétéré, écrivain et critique amateur. 
Les rêves sont une porte vers l'imaginaire et l'espoir où tout devient possible. 
Les cauchemars sont le reflet de nos peurs et échecs guidant vers la souffrance.
bounce
Page de Lame Wolfo (Recoin)
Wolfo Univers - Lame (Intégral)
study
Osez plonger et voyager à travers le mon Monde Fantastico-SF, le Wolfo Univers. 
Il y en a pour tout les goûts : écrits poétiques, essais de romans, recherches de style.
Revenir en haut Aller en bas
https://drive.google.com/drive/folders/1yj2lvJSkKukgv5lj2S7BaBxM
Contenu sponsorisé




CC 3.69 - SUJETS Empty
MessageSujet: Re: CC 3.69 - SUJETS   CC 3.69 - SUJETS Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
CC 3.69 - SUJETS
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Evénements :: Les chronochallenges-
Sauter vers: