Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.
Encre Nocturne
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-46%
Le deal à ne pas rater :
SEB COMPACT INOX- SET 10 PIÈCES – L953SA04
69.99 € 129.99 €
Voir le deal

 

 CC 3.75 - SUJETS

Aller en bas 
AuteurMessage
Titi

Titi

Lion Messages : 1097
Date d'inscription : 29/06/2016
Localisation : Dans la région de la cancoillotte
Humeur : Miaou

CC 3.75 - SUJETS Empty
MessageSujet: CC 3.75 - SUJETS   CC 3.75 - SUJETS EmptyMer 6 Mai 2020 - 21:30

Sortez vos plumes aguerries
Car voici le CC du mercredi ! :la:

Une heure maximum à écrire ;
Cela va-t-il vous suffire ? AHDE

Vous pourrez choisir une ou plusieurs propositions,
Afin de fournir UN seul texte, fruit votre imagination. Wink

Un poème ? Du théâtre ? Une nouvelle ? Un extrait de roman ?
Tellement de possibilités ! C'est formidable, c'est charmant !
Un texte long, ou d'une maigre mesure :
Ce n'est pas grave, je vous l'assure !  oui

Pour aiguiller vos lecteurs et lectrices,
N'oubliez pas de préciser les sujets choisis.
Vous me verrez particulièrement ravie
Si vous pensez aux balises salvatrices.  :awkward:

@Flopostrophe a écrit:
Attention, il y a un petit changement discuté et décidé sur le discord d'EN. Je mets en bleu ce qui reste pareil, en rouge ce qui change :
- Lorsqu'on poste son texte en 1h00 ou moins, on reçoit deux points de participation.
- Lorsqu'on dépasse l'heure, même d'une minute, on ne gagne qu'un point.
- Lorsqu'on dépasse de plus de 15 minutes, on reçoit un point aussi
mais personne ne peut voter pour notre texte, il peut seulement être commenté.
Ainsi ça reste un CHRONOchallenge Wink
Je rappelle que voter rapporte un point, commenter en rapporte un autre et recevoir un vote de quelqu'un d'autre ajoute deux points.
:Stop:  :ban:


---

1. Dans la malle du grenier

2. Un air de guitare

3.

lien direct de la musique : https://www.youtube.com/watch?v=v2EIRlOEPU0

------------------------------------------------------------------------------------------------
Si tu as un souci, n'hésite pas à me MP Wink

Hey, pssst, Invité , j'ai répertorié tous les textes que j'ai postés sur le forum ~ici~ Fais-y un tour si le coeur t'en dis :latourn:

Les mercredis, 21h30 environ (heure française), je lance le CC. Vous pouvez d'ailleurs m'envoyer vos suggestions par mp (ou discord).

CDF (Poésies, Chansons, Chamarrés) :la: , mon signe distinctif est ♫

-
"Je leur rendrai ce grand service parce qu'on ne me l'a pas rendu à moi." (Philippe Labro - Les cornichons au chocolat)

"Ce n'est pas parce qu'on a les meilleurs intentions au monde, qu'on ne fait pas des dégâts." - https://youtu.be/pR3lqr7_KBY

-
Tous mes sens charmés
Hypnose et divins délices
J'aime les haïkus

Je te juge:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://je-seme-des-poemes.skyrock.com/3113348789-Index-des-poeme
Punpun (Pics)

Punpun (Pics)

Poissons Messages : 42
Date d'inscription : 18/03/2020

CC 3.75 - SUJETS Empty
MessageSujet: Re: CC 3.75 - SUJETS   CC 3.75 - SUJETS EmptyMer 6 Mai 2020 - 22:28

Thèmes :
1. Dans la malle du grenier
3. La chanson Kingdom Collapse - Suffer

(-15) Trigger warning : dépression, isolement, parentalité toxique, hikikomori, déménagement.

Dans mes mille greniers

Dans mes mille greniers
Je n'ai jamais vu quoi que ce soit de précieux
C'est un vrai labyrinthe sans deniers
Qui se comparait au riz délicieux
Mais qui au quotidien tendait vers la lobotomie
En matière de goûts je crois avoir vite délaissé
Les bouillons de légumes au bouillon de culture d'Otomo

Mais l'automate (moi) avait tel un grenier une chambre à lui
Il y entassait toute sorte de choses qu'il adorait
De ses dessins à ses bouquins, vivant avec eux
De jours de soleil comme de pluie
C'était toute sorte d'aventurier•ère•s dans la forêt
Qui l'invitaient, vers la route du savoir, à prendre patiemment la queue

Mais à la moitié du chemin le grenier change de place
Oh, jamais pour une villa ou un palace
Plus des logements insalubres et étriqués
6 mois, un an et l'ennemie du grenier vient rappliquer
Cette ennemie c'est ma mère
Que j'appelle maintenant génitrice
Elle entassait dans son grenier appendice
Autant de choses futiles qu'amères

(Oui, on peut dire que pour elle j'étais un agrume
On peut le manger, jongler avec et le laisser pourrir
À l'intérieur même du grenier la poussière fait brume
Et en évitant les cartons je me devais de courir
Le but étant de rester chacun•e dans son grenier et accumuler
Les déboires de victuailles périmées, car oui c'est un grenier)

L'huissier de justice est même passé par son intervention
Pour nous pousser ironiquement à l'unisson
Un 9m² où, au milieu des cartons, ma dépression
Me faisant sentir le grenier comme un four en ébullition
Des bouillons, cette fois de colère (et une mauvaise isolation)
Firent que, le dos sur un paillasson, j'étais un hérisson

D'ailleurs mes lectures et mes créations étaient parties
Mon grenier était vide et vide de sensations
L'inspiration dans le néant mène à l'expiration
Trop de lierre au grenier pour rebâtir sur une fondation d'orties

J'attendais à un moment une porte de sortie
Mais les propriétaires étaient disséminés là où j'avais habité
Dans les mille précédents greniers quittés
Les voies de l'art et des amis étaient assortis

J'ai réussi à voguer vers de nouveaux horizons
Loin des grégaires troupeaux de bisons
Mais la plante verte en plastique du grenier ne suffit pas
À communiquer facilement avec d'autres êtres vivants
Rester à l'intérieur seul enlèverait certaines souffrances
J'y pense souvent mais me dit que le gâchis est immense
Les trésors de mon grenier, je compte bien les montrer
Partager mes précieuses collections et que tu puisses y entrer
Revenir en haut Aller en bas
Spangle

Spangle

Vierge Messages : 281
Date d'inscription : 30/03/2020
Localisation : Bzak

CC 3.75 - SUJETS Empty
MessageSujet: Re: CC 3.75 - SUJETS   CC 3.75 - SUJETS EmptyMer 6 Mai 2020 - 22:31

J'ai choisi comme thème le morceau de musique.
[-18 : violence, viol, parties génitales]

Riposte féministe
Girls fight back !

Les idées de vengeance font partie du processus normal de guérison. Se faire des films où l’on vient à bout de notre agresseur, où l’on peut le faire souffrir autant qu’on le souhaite et lui faire regretter ses actes, est sain. Cela restaure notre confiance dans nos forces et nos moyens de défense, et cela permet aussi de faire le deuil de ce que nous désirons alors si fortement : qu’il comprenne. Non, comme l’immense majorité des agresseurs, il ne comprendra pas. Il n’aura jamais aucune empathie pour nous, ni aucun remord. Nous resterons seul·e avec notre souffrance. En avançant vers la guérison, nous abandonnons amèrement cet espoir et reconstruisons notre vie, notre univers, acceptant d’y voir désormais figurer cette souillure : la conscience qu’il existe des personnes se comportant de façon abjecte et qui ne paieront jamais pour ça. À nous de réapprendre à sourire avec ce poids dans le cœur.

Mais l’idée de la vengeance se présente à nous sous deux autres formes bien plus problématiques. Il y a le modèle de l’héroïne du rape-and-revenge à la Kill Bill, modèle impossible à suivre mais bien présent dans l’esprit de chacun·e. Si nous ne nous faisons pas justice comme elle, alors peut-être que le tort est moins grave ? Ou que nous sommes trop faibles ? En réalité bien sûr, la police aurait tôt fait d’arrêter ce genre d’héroïne, aussi badasse soit-elle. Mais nous serons tout de même comparé·e·s à elle, à notre plus grand désavantage. Et puis il y a la vengeance du mâle, atteint dans son honneur par cette agression. Nous ne devons pas seulement faire face à notre propre détresse, mais aussi supporter et calmer les hommes de notre entourage, bien trop centrés sur leurs propres émotions pour faire preuve d’un minimum de décence envers nous.

Enfin il y a une dernière forme de vengeance, légitime, saine, et qui revêt un double intérêt : celui de nous apporter du soutien, et celui d’être un combat politique pour la justice. C’est la riposte féministe. Il ne s’agit pas de la vengeance d’un individu sur un autre individu, mais de la réponse collective à une agression bien plus générale : celle du sexisme, qui nous pourrit la vie de la naissance à la mort, nous vole notre espace, nos mots et jusqu’à notre respiration, et bien sûr nous expose sans cesse à la peur et à la violence.

Ainsi les saris roses, en Inde, se rendent en bande armée de bâtons chez les hommes qui ont commis un viol et leur donnent une très sévère correction. Le message est clair : Vous Paierez. Ne Nous Violez Plus. Ainsi les Vietnamiennes qui, pendant la guerre avec les états-unis, s’introduisaient dans le vagin une lame de rasoir ; en cas de viol par les soldats ennemis, elles payaient chèrement le fait de leur infliger une blessure dangereuse et intime, mais là aussi le message passait et faisait ensuite hésiter d’autres de ces brutes à commettre leur forfait.

Ainsi, dans toutes les contrées et dans toutes les générations, fleurissent de belles et braves actions qui disent à tou·te·s combien nous sommes fortes et solidaires. Non, nous ne faisons pas le poids face à une société qui encourage et protège nos agresseurs. Mais nous sommes là et nous continuons à résister. Nous n’avons pas choisi les armes, mais nous savons nous en servir nous aussi. Girls fight back !

------------------------------------------------------------------------------------------------
Utilisez le pronom iel et les accords neutres ou masculins pour parler de moi, merci.
Je chasse les fautes dans les sections romans, théâtre et fanfictions, n'hésitez pas à demander un coup d’œil. Mon signe est &.
Voici la liste de mes textes, merci d'avance pour vos commentaires !


Dernière édition par Spangle le Jeu 7 Mai 2020 - 1:09, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://losquimord.wordpress.com
MarieRaphaello

MarieRaphaello

Lion Messages : 75
Date d'inscription : 15/10/2017
Humeur : Show, don't tell

CC 3.75 - SUJETS Empty
MessageSujet: Re: CC 3.75 - SUJETS   CC 3.75 - SUJETS EmptyMer 6 Mai 2020 - 22:32

Thème la musique.

Edit pour ajouter une balise [-16] (scène de peur, de la violence)

Nuit froide

Je sentis un picotement froid dans mon cou.

— Ne te retourne pas, m’intima Quentin.

Il s’était redressé, la tête haute, semblant humer l’air.

— Nous y voilà, reprit-il après quelques secondes de silence. Ne bouge surtout pas. Reste les yeux vissés au sol, ou sur le feu si tu préfères, mais il vaut mieux te concentrer sur le sol.

L’effort que me demanda le moment était titanesque, je crus que jamais je ne pourrais forcer mon corps à ce simple mouvement vers l’avant. Déjà, je ne m’appartenais plus. Au prix d’un effort considérable, je baissai les yeux à terre, suivant la consigne qu’il m’avait donnée le matin même. Mes mains étaient remontées sur mes oreilles, autant pour me protéger la tête qu’empêcher que rien ne puisse entrer par là. Effort ridicule, je le savais. J’aurais voulu faire comme les enfants face à une guêpe, fermer les yeux et la bouche, me boucher les oreilles et les narines. Ma nuque était à découvert et je détestai ça.

— Tu verras, la première nuit sera horrible, m’avait-il dit au moment de notre départ. Les choses que tu verras te feront te demander si ce voyage est vraiment essentiel, au point que tu auras envie de sauter sur tes pieds pour faire demi-tour. Il te faudra résister à cette pensée. Je pourrais t’aider, mais à la seule condition que tu me donnes un peu de temps.  
— En convoquant un souvenir joyeux
— Aucun souvenir joyeux ne sera assez fort.
— Je résiste à la première nuit, avais-je répété, choisissant d’ignorer sa dernière remarque. Ensuite il n’y aura plus de problème.

Il avait passé sa langue sur ses lèvres sèches, les yeux dans le vague.

— Les suivantes seront pires.

Un courant d’air balaya ma joue, comme un baiser glacé. La lumière de notre feu de camp, qui se trouvait sur mon champ de vision périphérique, me sembla alors très loin, sa réalité se délitait. Par delà les brumes de mes pensées, je pouvais voir ses différentes strates m’échapper une à une jusqu’à pouvoir douter de sa présence. Je ne sentais plus sa chaleur.
Ma main battit sur mes flancs. Il fallait que je touche Quentin pour ne pas douter de sa réalité à lui. Il était mon guide, sans lui, mon voyage n’avait aucun sens. Je ne le sentais plus. Son parfum si particulier de glaise avait disparu. Mes narines se contractèrent. Le parfum de la nuit avait disparu aussi. Je ne sentais plus rien. Une vague de panique remonta de mon ventre jusqu’à mes joues. Je me sentis chanceler. Est-ce que je bougeais ? Je perdais mes sens un à un, je ne savais plus si j’étais encore assise ou si j’avais chu.
Soudain quelque chose de dur me heurta. Le coup me fit resserrer ma prise sur mes oreilles, mais je ne sus dire d’où il venait ou quelle partie de mon corps il avait cogné. La brûlure du froid au creux de ma nuque me surprit. J’étouffais un sanglot, mais ne levai pas la tête. Je sentis qu’on me bousculait encore. Je n’étais plus qu’une poupée de chiffon, subissant des assauts que je ne voyais pas venir, que je ne pouvais anticiper.  
Je me roulai mentalement en boule, me concentrant sur l’énergie qui venait de la terre. Je l’imaginais comme une bulle solaire qui viendrait du centre de la terre et s’épanouirait dans mon ventre. C’était un exercice que je tenais de ma mère. Usant toute la force de ma volonté, je me la figurai comme m’entourant complètement. Je me réfugiai à l’intérieur de moi-même, derrière cette énergie.
Au moment où je commençai à douter, où je commençai à me demander si je comptais sérieusement combattre la brume froide autour de moi à force de souvenirs de ma mère, je me sentis perdre pied. À ce moment précis, j’entendis un hurlement qui me tordit les entrailles. Il y eut un bruit de crocs déchirant les fils de la fausse réalité dans laquelle je voyais que je m’étais empêtrée. La pression autour de moi se fit moindre. La nuit m’avait quittée. Alors je sus que je pouvais me redresser. Quentin était là, devant moi, une main tendue pour m’aider à ma relever.

— Tu as réussi, constata-t-il d’un air sincèrement étonné. Tu n’as même pas bougé.
— Ce n’était pas un souvenir heureux, répondis-je en frottant mon épaule endolorie. C’était un geste d’habitude. Les démons ne peuvent rien contre l’habitude, l’habitude porte son propre démon.


Dernière édition par MarieRaphaello le Mer 6 Mai 2020 - 22:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lukiaamagi

Lukiaamagi

Sagittaire Messages : 74
Date d'inscription : 03/04/2020
Humeur : Liberté errante

CC 3.75 - SUJETS Empty
MessageSujet: Re: CC 3.75 - SUJETS   CC 3.75 - SUJETS EmptyMer 6 Mai 2020 - 22:38

La musique

CC 3.75/

[-16] TW: souffrance (pas de description)
Confiant, face à son sourire d’argent,
Je l’ai crue, sur un malentendu,
Lui permettant, de boire mon sang,
Tel un ange déchu, elle me perdu.

Tordu par la douleur,
Tourmenté dans mon malheur,
J’ai cherché lumière dans le désert,
Ne trouvant que misère dans l’air.

Face à mes blessures,
J’ai rampé sur un sol froid et dur,
M’accrochant à mon ire,
Sans mot dire.

Calme, empli de rage,
J’attendais, souriant d’un rictus mauvais,
Me délectant du futur méfait,
Qui la frapperait, sans ménage,
Tel un orage.

Le temps passa,
Mes plans toujours plus grands,
Toujours plus violent,
Magma issu du lilas,
Début d’une saga.

Finalement ce fut mon moment,
J’arriva en ses lieux,
Pour ne découvrir qu’un cadavre miteux,
Pauvre carcasse malmenée par des Dieux.

Vision d’un cauchemar,
Elle n’était plus que tâche noire.
Brin de vie dénuée d’espoir,
Recroquevillée au fond d’une triste armoire.

Face à sa vie violée,
Ma vengeance m’était volée,
M’épargnant des tourments ardents,
Dignes d’un dément.

Mémoire de nos histoires,
S’éveillèrent en mon âme.
Qui l’avait saignée de ces blâmes ?
Sinon cet être notoire,
Connu pour ses histoires d’un soir.

D’une tendresse inconnue,
Je la pris dans mes bras,
Sentant son âme nue,
Tremblant devant ce visage bien connu,
Synonyme d’un passé révolu.

Cette rencontre hasardeuse,
M’avait présenté ma bienheureuse.
Mais aveuglé par mes pensées,
Oubliant tous sentiments,
J’avais ruiné sa beauté.

Ouvrant ce chemin béant,
Je m’étais présenté aux Titans,
Me croyant martyr,
Qui inspirerait les lyres.

Quelle erreur,
Quelle douleur,
Que ma vanité sans fond,
Qui lui coûta une vie, son existence.
Regrets sans fin,
A jamais gravé en mon sein.

------------------------------------------------------------------------------------------------
Just a wandering soul, lost in an open world.
Peindre les esquisses de mes pensées.


Dernière édition par K le Mer 6 Mai 2020 - 23:03, édité 2 fois (Raison : Edit Balise)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




CC 3.75 - SUJETS Empty
MessageSujet: Re: CC 3.75 - SUJETS   CC 3.75 - SUJETS Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
CC 3.75 - SUJETS
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Evénements :: Les chronochallenges-
Sauter vers: