Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.
Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.
Encre Nocturne
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Atelier Nocturne

Aller en bas 
AuteurMessage
MarieRaphaello

MarieRaphaello

Lion Messages : 75
Date d'inscription : 15/10/2017
Humeur : Show, don't tell

Atelier Nocturne Empty
MessageSujet: Atelier Nocturne   Atelier Nocturne EmptyJeu 14 Mai 2020 - 13:38

2 septembre 1996.

L’Archiveilleur tourna la page de son registre jusqu’à la date voulue. Son long nez trainait le long des lignes manuscrites au risque de les déchirer.

2 septembre 1996, répéta-t-il, 1996… septembre… le 2…

Puis il se retourna vers l'imposante collection de tiroirs classés par couleur. Il en ouvrit un pour sortir un microfilm si petit qu’il se perdait dans ses mains osseuses. Il le tendit à la créature qui piétinait devant son bureau en commentant :

— Celui-ci n’est pas très bon. Rude journée ?
— Épuisante,
confirma la créature d’un hochement de tête. Il me faut aussi le 13 novembre 1996 et le 5 février 2005.
— Tout ça ne fera pas un bon mélange,
bougonna l’Archiveilleur.

Il se tourna néanmoins vers les rangements concernés qui se trouvaient être les uns à côté des autres, dans la même gamme gris-pluie. Une fois la commande satisfaite, il pointa du doigt un tiroir fou dont la poignée semblait prise de tremblements nerveux.

— Celui-ci cherche à sortir depuis ce matin. Je vous le mets aussi ?
— Oui, je le prends. La Visionneuse voudra le voir.


La créature fourra les microfilms dans sa poche. Elle s’enfuit de la tanière froide de l’Archiveilleur avec soulagement. La dernière phrase qu’elle perçut entre autres avertissements inutiles fut « et ne les perdez pas, cette fois ! ». Elle en fut outrée. Cela n’était arrivé qu’une seule fois ! Et on avait fini par les retrouver… quelques jours plus tard.
La créature porta tout de même les films jusqu’à la Visionneuse avec la plus grande prudence. La cheffe d’atelier n’aurait pas apprécié non plus un souvenir froissé ou abîmé : c’était du mauvais matériel pour travailler. Lorsqu’elle pénétra dans l’antre, elle fut saisie par la chaleur douce et la torpeur qui y régnait. La Visionneuse était déjà plongée dans sa tâche. Elle avait étendu un long film sur la table et en observait des détails grâce à ses multiples loupes. Elle perçut tout de même l’arrivée de la créature à qui elle lança :

— Pose ça là, et étale-les. Nous sommes à la troisième phase du sommeil lent. Plus que quinze minutes avant le sommeil paradoxal !

La créature prit chacune des bobines et les déroula prudemment sur la même table, faisant en sorte que la Visionneuse n’ait pas à bouger pour les consulter. Elle plaça également la dernière bande, celle qui n’avait pas été demandée en précisant :

— L’Archiveilleur m’a dit que celui-ci faisait tous les efforts du monde pour pouvoir sortir. Je l’ai pris en pensant qu’il pourrait servir.
— Ah ! Un souvenir contrarié !
Cria presque la Visionneuse en tirant tout l’atelier de sa concentration. Fixe-le, je vais l’étudier !

La créature l’attacha et la Visionneuse fit le tour de la table pour se pencher dessus. Elle plissa les yeux malgré les loupes, fronça les sourcils, fit des « Oh ! » et des « Ah ! » et des « Très intéressant ! »

— L’Archiveilleur sait ce qu’il fait, comme toujours. Celui-ci était prêt à exploser, ça nous aurait complètement inhibés. Et on n’a pas besoin de ça, avec la soutenance de la thèse dans une semaine. Passe-moi mes ciseaux s’il te plaît.

La créature s’exécuta en essayant de ne pas montrer sa mauvaise humeur. Elle se plaça ensuite à bonne distance de la table, mais le cou tendu pour observer l'art de sa supérieure. La Visionneuse travaillait vite, ses gros ciseaux semblaient dotés d’une vie propre sous ses doigts. Ils tournaient et retournaient, faisaient des virages à 180° sans abîmer le film, laissant tomber des pans entiers du souvenir qui s’écrasaient sur le sol en poussant des râles et autres petits bruits venus du passé. Tout l'atelier s'était tu, craignant un dérapage qui détruirait l'oeuvre.
Puis la Visionneuse prit les morceaux restants du souvenir. Ils n’étaient pas plus grands qu’une rognure d’ongle. Elle les passa à la Monteuse qui commença à les appliquer sur une bobine vierge à l’aide d’une pince à épiler. Ses yeux paraissaient énormes en disparaissant ainsi derrière les verres de ses lunettes grossissantes.
Alors les deux artistes continuèrent leur ballet, se passant les minuscules pièces de mémoire avec des commentaires sibyllins. Le reste de vie s’était figé autour d’elles, se contentant de les regarder en épongeant la sueur de la première et remontant les manches de la seconde.

 Il reste cinq minutes, murmura quelqu’un.

Il faisait de plus en plus chaud dans l’atelier, et leurs esprits étaient si confortables que tous luttaient pour ne pas s’assoupir. Même les gestes de la Monteuse semblaient cotonneux, plus légers qu’une plume.

— Bien, ça ira comme ça, dit soudain la Visionneuse.

Et elle quitta son poste pour se mettre aux côtés de la Monteuse reprenant le dessin général en pointant les endroits qui dysfonctionnaient. « Pas de faille, pas de faille. Soyons aussi précises que possible. » C’était les loupes contre les lunettes grossissantes, emplissant le nouveau film d’une foule de détails, afin de lui donner de la substance.

— Une minute, bâilla le Mécanicien.

Sans attendre l’ordre, il lança la machine. Le film fut emporté malgré les protestations des deux femmes qui n'avaient pas fini. Le projecteur ronflait, toussait. Un silence angoissé se répandit dans l’atelier alors que la voix molle du Mécanicien continuait le décompte :

— Début du sommeil paradoxal… Maintenant. Phase de rêve enclenchée.

On voyait la bobine du nouveau film tourner, faisant disparaître les images les unes après les autres. Aucun moyen de voir s’il était réussi. Pour occuper les petites mains anxieuses, la Monteuse leur demanda de récupérer les morceaux de souvenir inutilisés et de les jeter. Avec le nombre de copies existant, il n’y en avait plus guère besoin.
Soudain le projecteur eut un sursaut. Il s’arrêta et se redémarra, puis cala à nouveau. Il peina encore quelques secondes avant de se bloquer complètement. La chaleur de la pièce reflua d’un coup, laissant place à une nuit transparente et à une atmosphère de malaise. Une voix amplifiée se répandit dans la pièce, une voix extérieure à l’atelier, à qui on répondait.

— Ça va ma chérie ? Tu faisais de drôle de bruit.
— Hein ? Oh, oui pardon. Je faisais un rêve étrange.
— Tu veux me raconter ?
— Je ne sais pas si j’y arriverai… Il y avait Mélanie, ma copine de CM1, je devais réciter une poésie devant la classe, mais j’avais peur de… Je ne sais plus… Sans doute de l’examen de musique, je devais être dans la salle du conservatoire… Rah, ça m’énerve ! Je ne sais plus, c’est juste un stupide rêve ! Ça n’avait aucun sens ! J’ai déjà oublié. Désolée de t’avoir réveillé.
— Pas de problème. Rendors-toi mon cœur.


Il y eut encore quelques bruits de couverture. Puis l’atmosphère changea à nouveau, redevenant douce et confortable. Le Mécanicien regarda sa montre :

— Début du sommeil lent dans une minute. Glissement vers la phase profonde.

Il tira sur la bobine du rêve pour la décoincer du projecteur. À l’intérieur, les images s’étaient complètement mélangées.

— Poubelle, ou on le consigne chez l’Archiveilleur ?
— Poubelle
, dit la Visionneuse, déjà occupée à autre chose. On a fait passer ce qu’on devait.

La voix de la cheffe d’atelier était étouffée par la table, le nez collé contre le film de la journée, elle marmonna comme pour elle-même :

— Il y a ce roman qui nous a fait grand effet. Je vais sélectionner ce passage-là, il ira très bien. Va me chercher les films de la semaine du 25 juillet au 1er août. Et demande à l’Archiveilleur ce qu’il en pense.

Bien qu’elle n’ait pas été nommée, la créature comprit qu’on lui parlait. Elle retourna vers la tanière des souvenirs en soupirant. Le nez en l’air, elle ne faisait pas attention à sa route. Elle se prit les pieds dans un morceau de souvenir non évacué et tomba au sol. L’atelier entier fut saisi d’un sursaut qui fit tomber le film de la journée. La chaleur disparut d’un coup et l’énervement se répandit comme un courant électrique. La créature entendit la voix morne du Mécanicien :

 Spasme de réveil. Nouveau cycle de sommeil dans vingt minutes !


Dernière édition par MarieRaphaello le Jeu 14 Mai 2020 - 21:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Bims
Maître du Temps
Maître du Temps
Bims

Balance Messages : 203
Date d'inscription : 27/04/2020

Atelier Nocturne Empty
MessageSujet: Re: Atelier Nocturne   Atelier Nocturne EmptyJeu 14 Mai 2020 - 14:42

Salut!
J'aime bien cette idée de petites mains qui s'occupent de nos rêves... de nous refaire vivre une partie de nos journées, de nos souvenirs, de ce qui nous a marqué😊. Je trouve amusant l'impression d'être dans une usine à rêves. Je serai curieuse d'entrer dans la mienne, ça ne doit pas être triste 😂 la pauvre visionneuse doit avoir de quoi s'arracher les cheveux. 😄

------------------------------------------------------------------------------------------------
If you have a dream go chase it, ( si tu as un rêve, poursuis-le)
If you feel hope, Don't waste it,  (si tu ressens d l'espoir, ne le gâche pas)
If you find love, embrace it    (si tu trouves l'amour, garde le bien)
And never take a single breath for granted  ( et ne considère pas une seule respiration comme garantie)
The story's yours, go write it   ( c'est ton histoire, vas-y, écris-la!)

Extrait "Granted" Josh Groban


aller vers mes créations
aller vers mes messages
Revenir en haut Aller en bas
Spangle

Spangle

Vierge Messages : 281
Date d'inscription : 30/03/2020
Localisation : Bzak

Atelier Nocturne Empty
MessageSujet: Re: Atelier Nocturne   Atelier Nocturne EmptyVen 15 Mai 2020 - 22:13

Coucou ! Voici les notes que j'ai prises lorsque nous avons discuté de ton texte pendant le MAC d'hier soir :
Il se dégage du texte une ambiance steampunk, avec ces vieilles machineries et l'usage de pellicules physiques et non numériques. La description des phases de sommeil fonctionne bien, tu nous as indiqué t'être documentée et c'est réussi.
Tu nous as demandé si il fallait faire des coupures à cause longueurs, l'avis général a été que non, il faut tout garder.

Visionneuse et Monteuse :
On confond un peu les deux personnages, quelques incises pour préciser qui parle pourraient aider à les distinguer. Il faut aussi qu'on comprenne d'emblée que la Visionneuse n'est pas une machine mais un personnage, c'est possible en remplaçant sa première occurrence par "à l'atelier" car la deuxième occurrence montre bien que c'est un perso.
Les personnages sont toujours désignés par leur fonction ou par "la créature", sauf à un endroit où la Visionneuse et la Monteuse sont appelées "les deux femmes", c'est dommage parce que cela force une interprétation qui sinon peut naviguer entre humaines et monstres humanoïdes, voire encore d'autres images. Enfin les petites mains de l'atelier les gênent plus qu'elles ne les aident en leur épongeant la sueur et remontant les manches.

K indique qu'à la lecture, il a ajouté des virgules qui ne se trouvent pas dans le texte, et font donc défaut.
Ensuite viennent quelques corrections locales :
elle entra dans l'antre -> elle pénétra dans l'antre
tourna la page -> tourna les pages ou parcourut la page
puis se retourna vers ? imposante collection
tout l'atelier s'était tu, craignait un dérapage -> craignant

Enfin il y a quelques fautes de pluriels sur lesquelles je reviendrai prochainement en tant que CDF.

Merci d'avoir partagé ce texte avec nous !

------------------------------------------------------------------------------------------------
Utilisez le pronom iel et les accords neutres ou masculins pour parler de moi, merci.
Je chasse les fautes dans les sections romans, théâtre et fanfictions, n'hésitez pas à demander un coup d’œil. Mon signe est &.
Voici la liste de mes textes, merci d'avance pour vos commentaires !
Revenir en haut Aller en bas
http://losquimord.wordpress.com
MarieRaphaello

MarieRaphaello

Lion Messages : 75
Date d'inscription : 15/10/2017
Humeur : Show, don't tell

Atelier Nocturne Empty
MessageSujet: Re: Atelier Nocturne   Atelier Nocturne EmptySam 16 Mai 2020 - 21:30

Merci pour ce retour Spangle, et merci à tous pour vos retours !
J'aimerais beaucoup voir ce qui se passe dans mon usine à rêves aussi Bims. Je me souviens facilement de mes rêves, et j'ai même passé une année à le ou les écrire chaque matin. Ca m'a donné trois carnets quand même ! J'ai pu en tirer quelques chiffres intéressants (genre à 30ans, la personne qui revient le plus souvent dans les rêves est... ma maman ^^)
Revenir en haut Aller en bas
Bims
Maître du Temps
Maître du Temps
Bims

Balance Messages : 203
Date d'inscription : 27/04/2020

Atelier Nocturne Empty
MessageSujet: Re: Atelier Nocturne   Atelier Nocturne EmptySam 16 Mai 2020 - 22:48

Cela me donne envie d'essayer, je ne me souviens pas de tous, mais les plus marquants ce serai intéressant de voir ce qui revient régulièrement. Et savoir pourquoi certains rêves ou cauchemars que l'on a fait il y a des années reviennent. Il y a peut-être des situations ou des ressentis qui les font revenir? Par contre, il va falloir que je fasse le tri entre les "vrais" rêves et les rêveries. Il y en a à foison en ce moment, enfin, l'avantage c'est que je connais le point commun de certaines rêveries hihihi
Revenir en haut Aller en bas
Flopostrophe
Créature du Nord à l'humour absurde
Flopostrophe

Scorpion Messages : 990
Date d'inscription : 19/01/2017
Localisation : Sur le toit
Humeur : Le temps passe trop vite

Atelier Nocturne Empty
MessageSujet: Re: Atelier Nocturne   Atelier Nocturne EmptyMer 20 Mai 2020 - 18:44

Salut MarieRaphaello ! J'ai beaucoup aimé lire ton texte, il est rempli d'imagination, il est facile à lire et à imaginer. Je trouve ça intéressant d'appeler ton premier personnage "la créature" et les autres par leur fonction dans cet atelier, parce que du coup en tant que lecteur on peut les imaginer comme on veut.
Oh, mais c'est vrai que ça donne envie d'écrire ses rêves... Faudrait que je m'y mette !

Ta petite histoire m'a fait penser à un livre que j'ai lu y a quelques années et que j'avais beaucoup aimé : "Passeuse de Rêves" de Lois Lowry, tu connais ? Je te le recommande vivement, c'est tout mignon :')

Je me suis permise de corriger deux trois choses dans ton texte, les voici :
"Ils tournaient et retournaient, faisait = faisaient des virages à 180° sans abîmer le film, laissant tomber des pans entiers du souvenir qui s’écrasaient sur le sol en poussaient = en poussant (ou et poussaient) des râles et autres petits bruits venus du passé."
"Tout l'atelier s'était tu, craignait = craignant un dérapage qui détruirait l'oeuvre."
"emplissant le nouveau film d’une foule de détail = détails, afin de lui donner de la substance."
"Il peina encore quelque seconde = quelques secondes avant de se bloquer complètement."
Je ne sais pas si l'équipe du MAC avait trouvé d'autres erreurs... =)

Voilà, sinon je n'ai pas grand chose à dire, j'ai vraiment trouvé ça super !

------------------------------------------------------------------------------------------------
Hope if everybody runs, you choose to stay”  
One Republic - I Lived



Revenir en haut Aller en bas
https://bulledesilence.blogspot.com/
Tifani
Commentatrice détaillée et pro du CC
Tifani

Poissons Messages : 297
Date d'inscription : 20/05/2015
Localisation : En cours
Humeur : Toujours optimiste

Atelier Nocturne Empty
MessageSujet: Re: Atelier Nocturne   Atelier Nocturne EmptyDim 24 Mai 2020 - 18:13

Hello MarieRaphaello, je te laisse un petit commentaire après avoir lu ton texte ! :)

J'ai beaucoup aimé ton texte, cette histoire de fabrication des rêves à partir de souvenirs, avec le stress du rythme de sommeil comme deadline.

J'aime beaucoup le parallèle que tu fais avec les métiers du cinéma, tous les petits détails que tu apportes à ce niveau là, c'était juste assez précis pour me donner l'impression de me plonger dans un milieu étranger mais fascinant, sans me perdre dans des détails trop techniques !
Il y a plein de concepts que tu soulèves qui m'intriguent et m'ont beaucoup plu, notamment le contraste entre le froid glacial des registres de souvenirs (d'ailleurs en tant qu'organisatrice compulsive, tu m'as vendu du rêve avec ce système de tiroirs et de classement par couleur, ça a l'air tellement bien !) et la chaleur de l'atelier, ou même le concept du souvenir contrarié, qui pourrait tout perturber s'il n'était pas intégré correctement à un rêve...

J'aurais presque voulu pouvoir en lire un peu plus ! Ca pourrait être intéressant de suivre la vie d'un personnage à travers ses rêves comme ça :) Mais en tout cas merci pour ce chouette texte, ça m'a bien plu !

------------------------------------------------------------------------------------------------
Si vous voulez voir ce que j'ai écrit sur le forum, c'est ici! :)
Mes textes
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Atelier Nocturne Empty
MessageSujet: Re: Atelier Nocturne   Atelier Nocturne Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Atelier Nocturne
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Nouvelles-
Sauter vers: