Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.
Encre Nocturne
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le deal à ne pas rater :
Sélection de Blu-Ray 4K à 10€
10 €
Voir le deal

 

 Requiem d'un prétentieux.

Aller en bas 
AuteurMessage
Pryd



Verseau Messages : 31
Date d'inscription : 14/05/2020

Requiem d'un prétentieux. Empty
MessageSujet: Requiem d'un prétentieux.   Requiem d'un prétentieux. EmptyJeu 4 Juin - 16:44

Dies irae, dies illa,
Que faire de ce cadavre là ?
Jour de galère que ce jour là.

Mais je ne suis pas encore en cendre, et ne le serais pas.
Car, vous qui m'avez connu, me voyez-vous dans une urne,
Réduit à un tas de cendres dans de la porcelaine sérigraphiée...
- Ou pire : rangée 4C, dans un HLM pour macchabées - ?
Il me faut mes espaces, et je suis trop timide, vous le savez,
Pour être à l'aise avec mes défunts de palier.

Par pitié, non ! Rien de tout cela, jetez-moi en mer, laissez-moi ma liberté.

Reste « dispersé aux quatre vents »
Cela vous semble plus joli, moins choquant ?
Sur mon acte de décès, un tampon communal.
Dans un sac de polyéthylène, un poussiéreux tas de carbone écrasé,
Dont on se débarrasse dans les bois, entre Brindas et Craponne
Tout comme je me débarrasse de ces rimes qui me collent aux doigts.
Rien que des résidus un peu glauques et inutiles...
D'ailleurs, s'il fait soleil, les asticots pourront à loisir s'y dessécher.
Et s'il pleut, j'y ferais de la boue.
Gare où vous mettez les pieds...
Ne me ramenez pas chez vous !

Par pitié, non ! Rien de tout cela, jetez-moi en mer, n'allez pas m'éparpiller..

Vous qui m'avez connu, m'imaginez-vous dans un cimetière ?
Navré, si vous avez cru régler le problème ainsi, à la volée :
« Une petite dispersion dans un site cinéraire ! »
Mais non... navré...
Un demi hectare de terrain terrassé entre quatre murs de béton,
Des générations de polygames nécrophiles déjà s'y entassent, mélangent leurs restes...
Plus obscènes dans la mort qu'ils n'auront pour la plupart su être libérés dans la vie !
Et cela, s'il vous plaît, avec la bénédiction de la Loi, et peut-être parfois celle d'un chrétien de passage.
Non, jamais de mon vivant, je ne serais de ceux-là.

Par pitié, non ! Rien de tout cela, jetez-moi en mer, loin de l'humanité.

Tout cela est clair, tout cela est dit. Vous croyez que j'en ai fini ?
Mais autour de tout recyclage d'humain, il est de coutume d'avoir un cérémonial.
Et certains se demanderont avec quelle musique je veux savourer ma dernière bière.

Si je meurs avant d'avoir appris à mettre ce texte en musique,
Vous pourrez, si vous le voulez, commencer par jouer la Symphonie du Nouveau Monde.
Et non, ce n'est ni une blague, ni un symbole mystique.
Cherchez pas trop loin : juste j'aime bien.
Ensuite, viendra « le moribond », de Brel.
Car bordel, oui ! Que l'on rie et que l'on chante !
Vous qui m'avez connu, vous savez que je suis triste avec vous, que je pleurs avec vous...
Chantez, riez, buvez, bouffez, profitez, vivez !
Que je vive encore avec vous, que je profite encore parmi vous.
Ne me faites pas partir plein de tristesse et de larmes.
Non, pas vous, qui me connaissez.

Une fois que ça sera fini, vous pourrez faire dégager les vieux, les enfants et m'sieur le curé, que vous aurez eu, j'espère, la décence de ne pas convier.

Puis recommencez...
Profitez, vivez !
Baisez si le cœur vous en dit !
Profitez, vivez ! Et baisez !
Écoutez Bregovic et Kusturica.
Profitez, vivez ! Et chantez !
Comme si c'était la dernière fois.
Profitez, vivez ! Et riez !
Faites-moi partir avec les honneurs.
Profitez, vivez ! Et buvez !
Car aujourd'hui, pour moi, je vous en supplie,
Profitez, vivez ! Et bouffez !
Car aujourd'hui, pour moi, c'est jour de Liberté.
Ce sera notre dernier cadeau mutuel : profiter.
Ce sera l'héritage qu'à vous tous je laisse : vivez !
Revenir en haut Aller en bas
 
Requiem d'un prétentieux.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Poésies-
Sauter vers: