Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.
Encre Nocturne
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 CC 3.91 - SUJETS

Aller en bas 
AuteurMessage
Titi

Titi

Lion Messages : 1090
Date d'inscription : 29/06/2016
Localisation : Dans la région de la cancoillotte
Humeur : . . .

CC 3.91 - SUJETS Empty
MessageSujet: CC 3.91 - SUJETS   CC 3.91 - SUJETS EmptyMer 1 Juil 2020 - 21:30

Sortez vos plumes aguerries
Car voici le CC du mercredi ! :la:

Une heure maximum à écrire ;
Cela va-t-il vous suffire ? AHDE

Vous pourrez choisir une ou plusieurs propositions,
Afin de fournir UN seul texte, fruit votre imagination. Wink

Un poème ? Du théâtre ? Une nouvelle ? Un extrait de roman ?
Tellement de possibilités ! C'est formidable, c'est charmant !
Un texte long, ou d'une maigre mesure :
Ce n'est pas grave, je vous l'assure !  oui

Pour aiguiller vos lecteurs et lectrices,
N'oubliez pas de préciser les sujets choisis.
Vous me verrez particulièrement ravie
Si vous pensez aux balises salvatrices.  :awkward:

@Flopostrophe a écrit:
Attention, il y a un petit changement discuté et décidé sur le discord d'EN. Je mets en bleu ce qui reste pareil, en rouge ce qui change :
- Lorsqu'on poste son texte en 1h00 ou moins, on reçoit deux points de participation.
- Lorsqu'on dépasse l'heure, même d'une minute, on ne gagne qu'un point.
- Lorsqu'on dépasse de plus de 15 minutes, on reçoit un point aussi
mais personne ne peut voter pour notre texte, il peut seulement être commenté.
Ainsi ça reste un CHRONOchallenge Wink
Je rappelle que voter rapporte un point, commenter en rapporte un autre et recevoir un vote de quelqu'un d'autre ajoute deux points.
:Stop:  :ban:


---


1. Rêve prémonitoire

2. Les maux de tête

3.

lien direct de la musique : https://www.youtube.com/watch?v=XpkF_Wa6UXs

------------------------------------------------------------------------------------------------
Si tu as un souci, n'hésite pas à me MP Wink

Hey, pssst, Invité , j'ai répertorié tous les textes que j'ai postés sur le forum ~ici~ Fais-y un tour si le coeur t'en dis :latourn:

Les mercredis, 21h30 environ (heure française), je lance le CC. Vous pouvez d'ailleurs m'envoyer vos suggestions par mp (ou discord).

CDF (Poésies, Chansons, Chamarrés) :la: , mon signe distinctif est ♫

-
"Je leur rendrai ce grand service parce qu'on ne me l'a pas rendu à moi." (Philippe Labro - Les cornichons au chocolat)

"Ce n'est pas parce qu'on a les meilleurs intentions au monde, qu'on ne fait pas des dégâts." - https://youtu.be/pR3lqr7_KBY

-
Tous mes sens charmés
Hypnose et divins délices
J'aime les haïkus

Je te juge:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://je-seme-des-poemes.skyrock.com/3113348789-Index-des-poeme
Spangle

Spangle

Vierge Messages : 281
Date d'inscription : 30/03/2020
Localisation : Bzak

CC 3.91 - SUJETS Empty
MessageSujet: Re: CC 3.91 - SUJETS   CC 3.91 - SUJETS EmptyMer 1 Juil 2020 - 22:23

Tout public

Les maux de tête

Enfant, je saignais du nez. La chaleur, la fatigue, un choc bénin, tout me causait ces saignements. Quoi je sois en train de faire, je m’arrêtais, sortais mon mouchoir, et j’attendais que les diverses méthodes préconisées autour de moi fassent effet. Tantôt on me mouillait la nuque, tantôt on me faisait renverser la tête en arrière. Parfois on m’asseyait, on me massait le visage. Quand j’étais sûr·e que le saignement était fini, je rangeais mon mouchoir et reprenais mes activités là où je m’étais arrêté·e.

J’avais aussi des maux de tête fréquents. Cela s’expliquait certainement par mon intellect hors du commun, car mon père commentait fièrement ce handicap : « toi, tu est un·e migraineuxe ». Quand je me plaignait de la tête, on me donnait un cachet blanc et un verre d’eau pour l’avaler. Le cachet était homéopathique, mais le verre d’eau devait sans doute me soulager un peu. Ma grand-mère, elle, me donnait de l’aspirine. Sans me laisser le choix de la méthode, elle écrasait le cachet et me le servait dans une cuillerée de confiture, persuadée que cela m’en rendait l’absorption moins désagréable.

En grandissant, les saignements de nez cessèrent mais les maux de tête perdurèrent. Comme je n’attribuais aucun bénéfice aux médicaments, j’avais tout simplement arrêté de signaler mon état et je l’endurais sans trop y penser. Bien m’en a pris car une camarade du collège m’a raconté ce qui lui était arrivé à l’infirmerie. Elle s’était vue demander si elle était « allergique à l’aspirine ». Ne l’étant pas, elle avait répondu non et pris le cachet. La pudeur de l’infirmière l’avait empêchée d’être avertie qu’il ne faut pas prendre d’aspirine pendant ses règles. Elle n’avait plus mal à la tête mais elle était pliée en deux par les maux de ventre.

C’est peu après mes vingt ans que les maux de tête devinrent de plus en plus insupportables. J’avais parfois l’impression que ma tête était un bocal rempli d’eau et que les pics de douleur étaient causés par les rides à la surface. Je marchais à petits pas pour ne la troubler par aucun choc. J’avais envie de poser mes mains sur mes tempes et de serrer le plus fort possible dans l’espoir que la douleur diminue. J’ai essayé quelques fois, sans aucun succès bien sûr. Je massais la zone de ma main à la jointure du pouce et de l'index, mais je n’ai jamais réussi à percevoir d’amélioration.

Persuadé·e qu’on n’y pouvait rien, je subissais la situation sans chercher plus loin et c’est par hasard que j’appris qu’il s’agissait de migraines ophtalmiques. On me donna des lunettes et, les maux de tête étant devenus moins fréquents, je remarquai qu’ils survenaient surtout par des journées très lumineuses. Je me mis à fuir le soleil non seulement sur ma peau, que j’avais très fragile, mais aussi à le tenir hors de ma vue. La nuit a toujours été mon royaume. Pour finir je devins myope et les maux de tête cessèrent.

------------------------------------------------------------------------------------------------
Utilisez le pronom iel et les accords neutres ou masculins pour parler de moi, merci.
Je chasse les fautes dans les sections romans, théâtre et fanfictions, n'hésitez pas à demander un coup d’œil. Mon signe est &.
Voici la liste de mes textes, merci d'avance pour vos commentaires !


Dernière édition par Spangle le Mar 7 Juil 2020 - 3:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://losquimord.wordpress.com
Bims
Maître du Temps
Maître du Temps
Bims

Balance Messages : 196
Date d'inscription : 27/04/2020

CC 3.91 - SUJETS Empty
MessageSujet: Re: CC 3.91 - SUJETS   CC 3.91 - SUJETS EmptyMer 1 Juil 2020 - 22:28

Hello, j'ai choisi la musique:

                      Ce soir, elle écoute cette chanson, c'est la première fois qu'elle l'entend. Les paroles la font sourire, elles la ramènent à ce qu'elle a fait il y a quelques mois, à cet homme qui l'a troublée un peu plus qu'il n'aurait dû. Anna a mis du temps, beaucoup de temps à oser lui dire ce qu'elle ressentait. Elle a douté de ses sentiments, était-elle en train de tomber amoureuse de lui? Il y avait si longtemps qu'elle n'avait pas ressenti ça….. Elle n'était pas libre, elle ne comprenait alors pas son intérêt pour lui. Peut-on aimer deux personnes à la fois? Ou était-ce juste une attirance?
Anna aimait sa compagnie, discuter avec lui, mais justement, le fait de discuter avec lui ne faisait ressortir que de l'amitié en elle, alors pourquoi occupait-il tant ses pensées? L'absence amplifiait ses sentiments, l'interprétation de certaines paroles, de certains gestes aussi. Le fait de ne pas savoir ce qu'il pensait était excitant, elle pouvait tout imaginer.
             C'était excitant et épuisant à la fois. Alors un jour, elle n'en pouvait plus et la jeune femme lui a écrit ce qu'elle ressentait. La réponse n'a pas tardé, dès le lendemain. L'homme a été franc et direct, tout en restant empathique envers elle. C'était la dernière fois qu'Anna le voyait.

             Depuis, il y a des jours où elle pense à lui avec la même tendresse, espérant un jour le revoir, d'autres jours où elle se sent complètement idiote d'avoir agit ainsi. Et tant de questions sans réponses! Qu'a-t-il pensé de la lettre? L'a-t-il prise pour une folle?  Était-il fâché la lecture finie?  Parfois elle se demande de quel droit elle s'est imposée comme ça à lui? Ils se connaissent à peine….. A-t-elle gâché l'éventuelle amitié qu'ils auraient pu nouer?
             Pourtant, il y a toujours une part en elle qui lui dit qu'elle ne s'est pas trompée sur lui, sur ses sentiments, oui, mêmes sur ses propres sentiments d'ailleurs. Aujourd'hui elle pencherai plus pour une forte amitié que pour une relation amoureuse. Il a eu raison de partir, de laisser passer du temps. Anna a pu réfléchir, se retrouver un peu.
        Mais une chose est sûre, l'espoir de le revoir est toujours aussi présent, elle espère simplement que ce jour-là, si ça se produit, tout ira bien, qu'ils pourront parler librement, sans trop de gêne, ou justement pour enlever cette gêne qu'elle a elle-même provoqué et reprendre où ils en étaient resté avant la lettre….

------------------------------------------------------------------------------------------------
If you have a dream go chase it, ( si tu as un rêve, poursuis-le)
If you feel hope, Don't waste it,  (si tu ressens d l'espoir, ne le gâche pas)
If you find love, embrace it    (si tu trouves l'amour, garde le bien)
And never take a single breath for granted  ( et ne considère pas une seule respiration comme garantie)
The story's yours, go write it   ( c'est ton histoire, vas-y, écris-la!)

Extrait "Granted" Josh Groban


aller vers mes créations
aller vers mes messages
Revenir en haut Aller en bas
MarieRaphaello

MarieRaphaello

Lion Messages : 74
Date d'inscription : 15/10/2017
Humeur : Show, don't tell

CC 3.91 - SUJETS Empty
MessageSujet: Re: CC 3.91 - SUJETS   CC 3.91 - SUJETS EmptyMer 1 Juil 2020 - 22:30

J'ai choisi "maux de tête"
[-12] Deux-trois gros mots qui trainent

Encore un soir, il rentre, il a mal au crâne. Un putain d’étau qui lui serre la tête, des tempes jusqu’en haut de la nuque. Il a envie de hurler, de frapper la table-basse, il sent la tension qui lui vrille les nerfs autour de la colonne vertébrale. Il en a plus que sa claque des douleurs qui n’existent pas, celles qui appartiennent au monde, et qui finissent par se loger dans son corps. La douleur, c’est une information censée te prévenir que ton corps déraille, mais là, il le sent, c’est la douleur de ce putain de monde qui déraille. C’est l’absurdité de sa boite aux lettres qui n’existe nulle part, remplie de messages qui n’existent nulle part. Ce sont les regards des autres, ces cons (!), qui lui ont refilé leur mal-être comme on refile un mauvais rhume. C’est le café aussi, indispensable, mais tellement nuisible.
Il va sur la terrasse pour se fumer une clope. Il n’arrive pas à s’asseoir, ses jambes tremblent, elles sont bloquées une heure plus tôt, elles déchargent. Son esprit ne se pose pas non plus, il a faim, il a besoin de toujours plus. Alors il sort son portable et il scrolle. Il fait défiler le monde et se l’imprime en lumière bleue, à l’envers, dans sa boite crânienne. Tout ça pour lire de mille et une façons ce qu’il sait déjà : ouais, le monde déraille. Des mecs se filment en se prenant une cuite à coup de vodka dans l’oeil, des milliers de gens se tirent dessus pour faire la richesse de quelques connards … Tout ça le met en rogne. Et il n’y a rien de plus terrible que ces clopes qui ne servent à rien pour catalyser son vague à l’âme. Pas de détente, pas de plaisir, juste de l’insatisfaction et la honte de s’être dit qu’on ne se l’allumerait pas, et finalement elle a brûlé entre ses doigts. Pour rien.
Il voudrait aller dormir, mais c’est inutile ; une pression pulse dans ses tempes, et ses paupières s’illuminent et tressautent en rythme avec le vrombissement de ses pensées, comme un projecteur de cinéma qui balance des images aléatoires.
Fermer les yeux en devient douloureux.

- Hey ! Ça va ?

Il se retourne pour la voir. Elle est déjà en tenue de nuit, un ensemble fluide et court (elle dit qu’elle a arrêté les chaussettes dans le lit le jour où elle a trouvé sa bouillotte géante).

- Ça va.
- Oh ! Mauvaise journée ?

Elle noue son kimono autour de sa taille, comme si la soie pouvait la protéger du vent frais tombant. Elle traverse la terrasse sur la pointe de ses pieds nus, pour s’asseoir sur une des chaises en bois. S’y blottir, plutôt. Les jambes relevées jusqu’à son menton, sa tête calée entre ses genoux, le regard perçant signifiant qu’elle l’écoute. Lui pense que, dans cette position, elle a l’air nue sous son petit bout de machin à fleurs.

- Viens près de moi, on peut en parler.
- Non, merci. Vraiment, je ne veux pas en parler.
- Je comprends. Alors c’est moi qui vais parler.

Et elle commence à babiller, à raconter ce qui lui passe par la tête. Il l’écoute sans l’écouter, juste pour le plaisir de se perdre dans la flot de sa voix. Puis son attention refait surface. Il remarque qu’elle plisse un peu le nez, comme quand elle porte ses lunettes. Il trouve ça charmant. Il se rapproche sans s’en rendre compte.
Lorsqu’il s’assoit, il sent cette mauvaise énergie qui l’accompagnait glisser dans son dos, faire tressauter ses cuisses et ses mollets, et, par les pieds, retourner à la terre.
Un coup de foudre.
Il la regarde. Il lui sourit. Il lui prend la main. Il la regarde lui sourire en retour.

Il la laisse l’entraîner vers la chambre.
Edité une fois pour corriger une vilaine faute

Bims aime ce message

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




CC 3.91 - SUJETS Empty
MessageSujet: Re: CC 3.91 - SUJETS   CC 3.91 - SUJETS Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
CC 3.91 - SUJETS
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Evénements :: Les chronochallenges-
Sauter vers: