Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.
Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.
Encre Nocturne
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 L'expérience

Aller en bas 
AuteurMessage
cnslancelot

cnslancelot

Vierge Messages : 78
Date d'inscription : 21/02/2017
Localisation : Dans le Nord
Humeur : Joyeuse

L'expérience Empty
MessageSujet: L'expérience   L'expérience EmptyLun 24 Aoû 2020 - 10:48

J'étais seul, allongé sur la table d'opération. La lumière qui éclairait mes yeux m'aveuglait et je ne voyais absolument rien. J'étais attaché par d'énormes sangles qui m'empêchaient de faire le moindre mouvement. Un bâillon dans la bouche me retenait de tout hurlement, que ce fût de douleur ou de terreur.

Le plus terrible, je devais l'admettre, était ces longues périodes entre les expériences ; le fait de devoir me demander sans cesse quand ils allaient revenir avec tout leur matos me rendait anxieux. La personne qui faisait ces expériences sur mon corps si toutefois il s'agissait bel et bien d'une personne était, je pouvais le deviner, assez élancée d'environ deux mètres. Le plus souvent elle se contentait de me scanner au laser, quand elle ne prenait pas l'un de ses outils tranchants pour m'ouvrir en deux, tentant de déceler quelque mystère avant de le refermer, tout cela bien entendu sans anesthésie générale.

Les expériences se multipliaient et j'avais arrêté de me demander quand elles allaient prendre fin, ayant perdu tout espoir de revoir la douce lueur du jour.

L'homme ou je ne savais quoi revint au bout de deux heures. Il avait amené avec lui une grosse machine. Il la brancha et apposa deux grosses pastilles humides sur mes tempes. Lorsque j'entendis le ronronnement de la dite machine qui se mettait en marche, je commençai à suer comme jamais, redoutant le pire. Il appuya sur le bouton et là, électrochoc. Si j'avais pu hurler jusqu'à la mort, je l'aurais fait tant c'était douloureux. L'appareil, lui, enregistrait simplement mes stimuli.

Lorsqu'il eut fini, il rangea son matériel et disparut de nouveau, me laissant là dans ma forteresse de solitude. Au fur et à mesure que le temps passait, j'avais cette désagréable sensation que la pièce se rapetissait, faisant accroître un sentiment de claustrophobie chez moi qui n'avait jamais été. Entravé par ses sangles qui me brûlaient les poignets et les chevilles, et ce bâillon, j'avais l'impression de suffoquer. Je n'avais plus qu'une envie, qu'il en finisse.

Les jours passaient et je n'avais toujours pas pu poser un regard sur mon tortionnaire. Cette lumière braquée sur moi en permanence m'empêchait de voir. Tout ce que je pouvais me dire c'était qu'il n'était pas humain. Aucun homme n'infligerait un tel calvaire, n'est-ce pas ? Et puis même les doigts que je pouvais sentir de temps à autre sur mon visage ne me paraissaient en aucun cas... humains.

Ce fut une nuit alors, quand la lampe au-dessus de ma tête était éteinte et que la pièce était éclairée par quelques néons, que je le vis dans toute son horreur. Il était maigre au point de laisser paraître son étrange ossature, son visage anormalement allongé et difforme devait laisser supposer un cerveau tout aussi hors norme. La chose qui se tint devant moi cette nuit-là n'avait pour sûr rien d'humain. Et à contempler cette hideur, je crus que j'allais en perdre la raison. Si j'eus pu hurler, là aussi je l'aurais assurément fait. mais à quoi bon crier quand vous savez pertinemment que personne ne vous entendrait ni ne viendrait à votre secours.

J'étais seul avec cette créature que même l'enfer, si j'y avais cru, n'aurait pu engendrer. Elle me scrutait de ses énormes yeux vitreux, sans dire un mot. D'ailleurs si elle eut pu parler, je doutais que cela aurait été dans ma langue. Elle restait là, à se contenter d'une simple observation qui provoquait en moi quelques spasmes nerveux que j'eus du mal à dissimuler. Puis, enfin, elle s'approcha de moi. Son visage à présent à quelques centimètres du mien. Je pouvais alors sentir son haleine chaude et fétide, ce qui ne manqua pas de me faire évanouir de dégoût.

Je ne voulais surtout pas sombrer avec cet être effroyable à mes côtés. Dieu seul savait ce qu'il m'aurait fait sinon.

Les jours passèrent, les mois se succédèrent. Je l'observais, le voyais jouer avec mon corps comme si je ne fus qu'un pantin désarticulé entre ses doigts longs et frêles. Il fit abstraction de la souffrance que je pouvais ressentir lors de ses opérations avec une agilité déconcertante et inhumaine. j'avais beau hurler jusqu'à la mort, cela ne semblait en aucun cas le déranger dans ses expérimentations.

------------------------------------------------------------------------------------------------
CnsLancelot pour vous servir cheers

Jouant des mots comme on manie l'épée
Moi, Lancelot fait chanter proses et versets
A bras ouverts, ou embrassées
J'accueille les rimes que sur le papier j'ai posées
Et au son du vent d'automne
Soufflant par la fenêtre ses accords monotones
Je dévoile à travers ma poésie
Tout l'état de mon être L'expérience 4292473236

Si vous souhaitez me lire, c'est par ici
Revenir en haut Aller en bas
 
L'expérience
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Nouvelles-
Sauter vers: