Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.
Encre Nocturne
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -50%
Nouvel Echo Dot (4e génération), ...
Voir le deal
29.99 €

 

 CC 4.20 sujets

Aller en bas 
AuteurMessage
Hartsock
Vieux cerf dalleux invincible face à Timmy
Hartsock

Bélier Messages : 1775
Date d'inscription : 19/11/2015
Localisation : Dans la lune
Humeur : Libre comme l'air

CC 4.20 sujets Empty
MessageSujet: CC 4.20 sujets   CC 4.20 sujets EmptySam 10 Oct 2020 - 21:29

Bonsoir les Noctus :la:

Voici les thèmes de ce soir :

1) Héros du quotidien
2) Si le monde était aussi bon que beau
3) Feuilles ou racines
4)

------------------------------------------------------------------------------------------------
Signe distinctif de chasseur de fautes : µ
------------------------------------------------------------------------
"Ô tristesse ! On passe la moitié de sa vie à attendre ceux qu'on aimera et l'autre moitié à quitter ceux qu'on aime." VICTOR HUGO
Revenir en haut Aller en bas
https://bloghartsock.wordpress.com/
Bims
Maître du Temps
Maître du Temps
Bims

Balance Messages : 203
Date d'inscription : 27/04/2020

CC 4.20 sujets Empty
MessageSujet: Re: CC 4.20 sujets   CC 4.20 sujets EmptySam 10 Oct 2020 - 22:30

Hello, j'ai choisi feuille ou racine.

                         La jeunesse de Berc'hed

            Berc'hed est née un soir d'automne, un soir très pluvieux. L'accouchement a été difficile, la jeune maman savait qu'elle ne survivrait pas alors elle a confié son bébé à la guérisseuse qui s'occupait d'elle avant de rendre son dernier soupir.
                  Alwena ne se sentait guère de s'occuper d'un nouveau-né, mais la mère était désespérée et n'avait aucune famille.  Elle accepta.  C'est ainsi que Berc'hed commença sa vie chez la guérisseuse.
                   Elle passa une enfance heureuse, dans la forêt, auprès d'Alwena. Celle-ci lui essayait de lui enseigner ce qu'elle savait mais la petite fille n'était guère intéressée. Elle préférait passer du temps à se promener dans les bois environnants, se liant d'amitié avec les animaux. Au fil des années, Berc'hed apprit tout de même les rudiments de l'art de guérisseuse. Elle rechignait toujours mais Alwena l'obligeait à faire des exercices, à fabriquer des onguents, des potions. Les apprendre par coeur, il n'y avait pas de livres pour apprendre cet art, tout se transmet de vive voix.

               Un jour, Alwena partit chez un patient mais tomba dans une embuscade, elle s'en sortit de justesse mais revint blessée chez elle. Berc'hed la vit arriver en titubant, se leva d'un bond du banc où elle était assise et se précipita vers elle:

" Petite mère, que vous est -il arrivé? "

Alwena dit dans un souffle:

" C'était un piège, il n'y avait pas de blessé.
-Quoi? Comment ça?
- Les chasseurs de sorcières.
- Mais... nous ne sommes pas des sorcières? Nous sommes des guérisseuses!
- Pour eux, c'est pareil."

La vieille femme s'écroula au pieds de la jeune fille. Berc'hed la souleva et l'aida à entrer dans la maison, la coucha sur le lit et regarda ses blessures. Elle avait une vilaine entaille sur le bras ainsi qu'au ventre. La jeune fille nettoya les plaies et les pansa, se servant des onguents comme sa mère adoptive le lui avait appris. Puis s'en fut préparer une tisane qui aiderai le corps à se défendre contre les infections.  
       Elle jeta dans l'eau bouillante quelques herbes, du thym, de la camomille, du romarin, du millepertuis...au moment de mettre le calendula, elle hésita... Les feuilles ou les racines? Berc'hed sentait la panique monter, l'un était un remède, l'autre un poison. Elle s'arrêta un instant, ferma les yeux, prit une grande inspiration se remémorant les centaines de fois qu'elle avait préparé cette tisane. Elle rouvrit les yeux et jeta les feuilles dans l'eau frémissante. Encore quelques instant et la préparation fut prête. La jeune fille passa la décoction dans une petite passoire et servit une tasse qu'elle apporta à la vieille femme. Celle-ci l'avait observé depuis son lit, la porte étant restée ouverte. Elle avait vu les geste sûrs de son apprentie, puis son hésitation, sa reprise d'elle-même. Elle était fière d'elle. Quand la jeune fille lui apporta son remède, elle lui dit doucement:

" Ma chère petite, tu es prête à reprendre le flambeau.
-Non petite mère, vous avez encore beaucoup de choses à m'apprendre.
- Mon temps est désormais compté.
- Non ! Je vous soignerai et vous serez sur pied en un rien de temps, dit Berc'hed en sortant de la pièce, les larmes aux yeux."

Alwena soupira. Elle savait qu'elle n'en avait plus pour longtemps, elle avait fait de son mieux pour préparer sa jeune protégée, l'acceptation sera difficile, mais elle savait qu'elle était forte et qu'elle surmonterai sa perte. En attendant, elle se promis d'enseigner encore tout ce qu'elle pourrait à sa file adoptive.



Un petit développement d'une autre histoire... Le prénom est un indice  Wink   à retravailler et continuer avant de l'ajouter au reste.

------------------------------------------------------------------------------------------------
If you have a dream go chase it, ( si tu as un rêve, poursuis-le)
If you feel hope, Don't waste it,  (si tu ressens d l'espoir, ne le gâche pas)
If you find love, embrace it    (si tu trouves l'amour, garde le bien)
And never take a single breath for granted  ( et ne considère pas une seule respiration comme garantie)
The story's yours, go write it   ( c'est ton histoire, vas-y, écris-la!)

Extrait "Granted" Josh Groban


aller vers mes créations
aller vers mes messages
Revenir en haut Aller en bas
MarieRaphaello

MarieRaphaello

Lion Messages : 75
Date d'inscription : 15/10/2017
Humeur : Show, don't tell

CC 4.20 sujets Empty
MessageSujet: Re: CC 4.20 sujets   CC 4.20 sujets EmptySam 10 Oct 2020 - 22:32

Feuilles ou racines


Pourquoi les feuilles tombent ? C’est déplaisant ! Elles forment ensuite une espèce de gadoue qui colle aux chaussures, qui bouche les arrivées d’égout, elles s’amassent autour des crottes de chien comme pour mieux vouloir nous les cacher.
Les feuilles d’automne sont mesquines  
Avez-vous déjà vu les forêts millénaires ? Non celles que l’on trouve en France, des rangées d’une ou deux espèces d’arbres que l’on organise dans un chaos bien contrôlé. Pas une herbe folle pour disputer une terre plane, des troncs grands comme le mien, sans plus. Des traces orange, jaunes, rouges ou vertes sur leur peau. Tatoués. Marqués. Je ne ferais pas là de comparaison facile et insultante, nul besoin. Des arbres plusieurs fois centenaires, on en a. On en est fier, on les garde bien précieusement, on les protège des maladies en les isolant des autres, on dresse des filets de protection autour de leurs racines parce que, vous comprenez, la terre devient trop meuble quand elle est piétinée, ce qui pourrait les fragiliser. On fait une coupure de presse dessus, une fois tous les dix ans, pour rappeler qu’ils sont encore là. Même s’ils sont exilés de la vie. Toute comparaison avec un quelconque traitement infligé aux humains serait encore une fois tout à fait déplacée. Cela dit, doit-on se réjouir à l’idée que l’on traite les arbres comme on se traite les uns les autres ?

Alors donc, nous avons nos forêts aux arbres moyens, aux troncs bien droits, de taille similaire, d’espèce similaire, avec un espacement régulier entre chaque, peut-être pour l’harmonie. Nous nous plaisons à les contempler dans une lumière automnale, soleil levant ou déclinant, peu importe, tant que l’ensemble est assez photogénique pour être diffusé en masse sur Instagram. Un peu de brume. On fait bien attention en rentrant de s’épouiller _de s’étiquer, en l’occurrence. Ça devient dangereux d’aller en forêt par les temps qui courent.

Le tout est marketing.

Des études émettent l’hypothèse que les arbres savent communiquer, qu’ils vivent en réseau. C’est sans doute faux, puisque nous ne pouvons pas les voir. Et encore moins les entendre. Les arbres ne crient pas de douleur
Résiliant. C’est un mot bien à la mode en ce moment. Nous devons avoir bien peur pour faire de ce mot un de nos plus employés.

Je n’ai pas eu la chance de savoir ce que c’est qu’une forêt. C’est idiot, puisqu’il s’en tenait sans doute une à l’endroit même où j’écris. Au Moyen-Âge. Ce millier d’année justifie peut-être mon droit d’être là (enfin, de payer un loyer pour être là)
J’ai vu quelques forêts, dont deux m’ont marquée : lorsque je suis partie en Finlande. La Finlande est recouverte à 65 % de son territoire (info Ecosia, tout est lié). La « gestion » des arbres du pays est très différente de la nôtre : les habitants n’interviennent pas. Une tempête ? Un arbre est déraciné ? Tombé ? Et alors ? Qui dit qu’un arbre au sol n’a pas sa place, n’a pas d’intérêt ? Il y a certains endroits où l’on ne peut pas marcher. Eh bien on ne marche pas. Le sentier, des poutres bois, est rehaussé pour qu’on ne marche pas par terre (mais, chose curieuse, il y a des toilettes en plein milieu des bois. Des refuges avec des saunas à l’intérieur, je pouvais me l’imaginer, je n’ai pas été surprise. On est en Finlande. Mais des toilettes ? )
Y a-t-il quelque chose de similaire en France ? Si oui, je ne l’ai jamais vu.  
Et les forêts Sud-Américaine ? J’ai fait coatchsurffing sur une île à proximité du Brésil, Ilha Grande. Le plan d’urbanisme y est tel qu’on ne peut construire qu’au bord de la mer, sur les plages. La forêt y est entièrement préservée. Il y a cependant des sentiers de randonnées en terre ocre. Nous avons fait cela un après-midi. Nous avons pris nos chaussures de randonnées et nous avons commencé à suivre un sentier. Il montait, s’enfonçait dans les bois. Il ne nous a pas fallu grimper longtemps pour ressentir un effet curieux. La végétation était dense, comme je n’en avais jamais connu. Impossible de quitter le sentier, même si l’avions voulu, tant les herbes étaient hautes, serrées, inhospitalières. La canopée nous enveloppait complètement, il fait de plus de plus noir, et de plus en plus lourd aussi (eh, climat Sud Américain très humide)

Où je veux en venir ? Je n’en ai pas la moindre idée. Il semblerait que je n’ai écrit ce soir que pour le plaisir d’écrire. Les mots ont coulé, sans ordre ni sens. Intéressant
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




CC 4.20 sujets Empty
MessageSujet: Re: CC 4.20 sujets   CC 4.20 sujets Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
CC 4.20 sujets
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Evénements :: Les chronochallenges-
Sauter vers: