Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Évolution: Nouvelle génération: [-13-14 ans ou plus]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zarem



Masculin Messages : 33
Date d'inscription : 19/12/2012

MessageSujet: Évolution: Nouvelle génération: [-13-14 ans ou plus]   Dim 23 Déc 2012 - 16:33

Bonjour tout le monde, je suis un peu rapide je le sais bien et je m'en excuse.


Ce texte est en deux parties, voici la première en espérant que ça vous plaise.

Ceci est un texte propriétaire, qui est donc ma propriété. Il m'appartient ainsi que son contenu.

Il est inspiré d'un manga anime, claymore, mais aussi de l'univers halo avec un peu du jeu armored core et ghost in the shell... après je sais pas trop... vous me direz.^^

Bonne lecture à vous. (je l'ai déjà relu et corrigé plusieurs fois, il est en V1.3.2


EVOLUTION : NOUVELLE GÉNÉRATION.





Le docteur Nély Corvane, pionnière en cybergénotechnologie, une femme aux traits animaux en raison de ses origines chimériques, dans ses habits de scientifique et d'exploratrice, restait de marbre face l'écran de l'ordinateur central du laboratoire. Tout était terminé, les connaissances pouvaient êtres utilisées à toutes sortes de fins, militaires, sociales, médicales...

On nommait cybergénétique le fait d'implémenter non pas des gênes naturels ou organiques mais complètement artificiels, dans de l'ADN. Les gênes d'une machine. Il existait des appareils de combat, croisement entre vaisseau et avion, capables de se reproduire, de prendre forme et taille humaine, d'aimer, de haïr, d'être faibles... des entités uniques.

On ne pouvait faire d'une machine un être vivant ou même reproduire le vivant artificiellement. Alors on trouva une ruse. On créa les machines capables d'évoluer, du moins, un nombre limité. Dès lors elles gagnaient en humanité, en maturité, en intelligence et en capacités. Elles devenaient vivantes et peu importait qu'on suive ou non leur évolution à tous les niveaux, qu'on récolte toutes les informations que l'on décortiquait... on ne reproduirait peut-être jamais la vie directement même si ça se faisait indirectement.

La jeune femme à la trentaine, mi-humaine mi-machine, savait de quoi elle parlait. Le plus surprenant restait le vieillissement des machines. Leur ADN artificiel dans leur corps inerte qui évoluait, se complexifiait, prenait son propre patrimoine, se détériorait à leur guise s'ils décidaient de devenir mortels. Autrement dit ils étaient une vie inerte, artificielle, et pourtant capable de se lier à la vie vivante, organique.

Son père, un être chimérique, sa mère, une machine, un énorme mécha de combat, une Halfram, une des armes les plus redoutables, l'avait portée, mise au monde et elle avait ressentie tout ce qu'une femme humaine, vivante, pouvait ressentir avec un bébé en elle qui vivait. Mais ils ne l'avaient pas conçue comme ça. Une telle expérience s'avérait inquantifiable, impossible à refaire, à préparer, à reproduire. Elle avait tout simplement évolué, se dotant de fonctions impossibles à créer, à refaire, pour avoir des sensations uniques.

Elle ressentit la joie, et même un peu de fatigue, l'amour, l'affection, le bonheur et la plénitude de sa grossesse... comme n'importe quelle femme enceinte, excepter le fait qu'elle n'était pas vraiment une femme mais une entité non vivante, une machine. Sa mère l'éleva avec son amour maternel, lui donna son sein, son lait maternel, et la couva de tendresse comme beaucoup de mères. Pourtant il s'agissait d'un être puissant, capable de raser des villes entières, de détruire nombre de puissants vaisseaux ennemis en peu de temps.

Elle se frotta les yeux, prise par la fatigue, assise dans sa vaste salle de laboratoire. Depuis trente ans ils étaient arrivés dans cet univers parallèle où des êtres dit démoniaques possédaient une étrange énergie qu'on maîtrisait encore très mal. Elle venait de recevoir le dossier d'une recrue, un solda démon appartenant à l'espèce des berserker, une espèce créée et dérivée de celle existante, bien plus humaine, bien plus forte, plus puissantes.

Ils jouissaient, pour les volontaires, d'améliorations cybernétiques haute technologie et génétiques de première voir de seconde catégorie, allant de simples modifications à des changements importants dans l'ADN qui rendait l'individu bien plus fort, bien plus résistant, bien plus puissant et capable de récupérer beaucoup plus vite. Il arrivait aujourd'hui et devait déjà être là, à bord du vaisseau, un cuirassé lourdement armé et très bien protégé.

La guerre faisait rage entre deux puissances sur cette planète, établies sur un continent chacune. Eux se situaient sur la partie haute et les ennemis sur la partie basse. Chacun était donc sur chacun des deux continents de ce qui fut avant les amériques. Ce monde s'appelait « la terre » selon ses habitants. Les combats étaient particulièrement violents et intenses. La porte s'ouvrit derrière elle, presque en silence dans un bruit épuré rappelant les composants cybernétiques. Bien que l'on dotait des démons de ces implants ceux-ci connaissaient parfois des dysfonctionnements même s'ils devaient être en partie organiques.

Ce problème se devait à l'énergie démoniaque qui émanait du corps. L'individu pouvait la réprimer voir la supprimer mais cela réduisait ses capacités pour le combat et à un niveau trop élevé les implant risquaient de griller ou de s’endommager. Le fait qu'on avait du mal à contrôler cette énergie posait problèmes car de sa maîtrise dépendait l'issue de la guerre. Elle y pensait sans vraiment y réfléchir. Les implants cybernétiques ne servaient qu'à connaître la maîtrise de cette énergie démoniaque et le niveau supportable par la technologie.

Mais avec les dernières avancées cybergénétiques, les implants seraient désormais obsolètes, inutiles, bons à jeter aux oubliettes. Avec les capacités augmentées génétiquement et par diverses opérations les soldats n'avaient plus besoin d'implants car ceux-ci étaient presque des gadgets sans la moindre once d'utilité. La génétique dépassait la technologie... à un niveau de plus en plus inquiétant. Et ce qu'elle venait de mettre au point s’avérait même très terrifiant. La voix du démon retentit derrière elle, calme, neutre, démoniaque...

_Bonjour mademoiselle Corvane... je me suis porté volontaire pour les opérations... ça va être long ?

Elle se tourna enfin pour voir son interlocuteur, pour affronter les choses telles qu'elles se présentaient. Le rendez-vous avec le destin avait finalement lieu plus vite que prévu. Toutes les données avaient été envoyées dans plusieurs laboratoires et quartiers généraux.

_Vous risquez votre vie, il y a encore des incertitudes.

_Je suis prêt à mourir pour la liberté... je suis humain, je suis libre, je tiens à les rester et à ce que tout le monde le reste.

_Très bien, venez avec moi. Vous allez d'abord changer de tenue, vous laver et on va aussi vous scanner, passer des testes, pour voir ce qui est faisable avec les travaux que je viens juste de terminer.

_Entendu.

Il se dévêtit sans broncher, se dirigea dans une capsule arrondie et allongée en verre électronique (électronisé comme on disait aussi) et il laissa faire. Elle se ferma et commença à se remplir d'un liquide translucide bleuté jusqu'à ce qu'il soit plein.

_Durant la phase de changement vous serez vulnérable à toutes attaques extérieures, bien plus qu'un simple humain. Vous pouvez inspirer le liquide, il vous apportera de quoi respirer.

Il laissa le temps faire son œuvre, puis la capsule se vida, se sécha et s'ouvrit. S'étant lavée les mains, elle lui tendit des habits propres et stérilisés. Son regard s'était furtivement retardé sur ses tablettes de chocolat, son torse, ses bras, ses cheveux blancs, ses yeux jaunes or... son corps puissant... elle en fut presque admirative mais ne dit rien, ne laissa rien paraître de ce que ses hormones disaient.

_Vous allez dans ce scanner, on va faire une batterie de testes.

Il entra docilement dans un appareil high-tech, des bras articulé très souples et mobiles l’auscultèrent, envoyèrent de faibles décharges électriques pour voir les réactions musculaires. Elle décortiquait les informations parvenant à son cerveau via un câble s'illuminant de rainures telles des circuits imprimés, branché sur le côté de sa tête.

_Impressionnant. Les modifications apportées à votre corps sont tout simplement surprenantes. Vous êtes même au-delà de nos espérances. Votre système nerveux est vraiment véloce. Vos muscles sont aussi plus forts qu'on ne l'aurait cru. Vos sens sont assez bien développés... vous devriez survivre plus aisément à l'opération.

_De toute façon il faut bien commencer par quelque chose pour aboutir à autre chose non ?

_Mais vous n'êtes pas censé être un cobaye, une bête de laboratoire...

_Je suis un volontaire, ce n'est sensiblement pas la même chose.

Ils quittèrent la salle de recherches pour aller ailleurs, dans la zone aménagée spécialement pour pratiquer l'opération sur lui. Ses implants allaient être retirés et son corps modifié de façon impressionnante. De puis quelques années on parlait sérieusement de modifications génétiques d'un troisième niveau bien plus élevé et important que les deux précédents. Le professeur Nély Corvane était néanmoins une cible de l'ennemi, de la corporation Vertex.

D'une manière ou d'une autre ils connaissaient ses recherches et leur étendue. Ils n'avaient qu'une idée en tête, pirater son ghost, sa conscience, et prendre toutes les informations dont ils avaient besoin et aussi étudier son corps pour comprendre ce qu'elle était et concevoir des armes pour assouvir leur domination sur leurs adversaires. Même si leur technologie restait sensiblement la même, leurs connaissances possédaient quelques lacunes qui donnaient un avantage à leurs ennemis de toujours, la corporation Reaveune.

Deux politiques, deux fonctionnements incompatibles tels l'eau et le feu. Ils bifurquèrent dans divers couloirs assez spacieux, bien éclairés et chaleureux en croisant du personnel, des militaires, des hommes en armures dernier cri. La MJOLNIR 4... la plus puissante de toutes, la plus rapide, la plus protégées, du moins, celle qui protégeait le plus par rapport à sa vitesse et sa force. Le vaisseau était très grand. Il n'avait jamais porté de telles armures et se disait qu'il en aurait une un jour.

_Quand ce sera finis, ces armures vous seront inutiles.

Il blêmit à cette affirmation. Ainsi l'être vivant dépasserait la machine avec en lui... des parties conçues artificiellement et pourtant presque « naturelles » organiques, générée par son corps? Il connaissait le rapport par cœur après sa lecture, sa mémoire augmentée pouvait presque tout retenir avec cependant une perte de détails mais une précision quand même assez satisfaisante. Il en comprenait toutes les implications. Les paroles de la jeune femme lui glaçaient le sang.

Il serait peut-être capable de détruire une armure sans problèmes, et sans armes. Cette perspective le fit douter. Pouvait-on lui donner un tel pouvoir entre les mains ? La réponse fusa aussitôt. Oui. Tout simplement car il défendait les valeurs de la liberté. Il n'eut pas le temps de réfléchir d'avantage, le vaisseau fut saisi de violentes secousses. La scientifique fit efforts pour se maintenir, pas lui. Le cuirassé venait de voir apparaître devant lui toute une petite flotte de guerre qui ouvrait le feu.
Ils donnaient tout ce qu'ils avaient pour l'abattre. Mais là n'était pas leur objectif. L'engin se retrouva rapidement quadrillé de chasseurs, de bombardiers et de méchas qui l'attaquaient de toutes part. Les canons gauss central, au nez du vaisseau, incorporés en lui, ouvrirent le feu à un rythme d'un tir en trois seconde et ce de façon synchronisée entre eux. De ce fait un projectile partait toutes les demi secondes sur l'appareil ennemi, un gros croiseur blindé.

Le cuirassé Reaveune, une longue forme arrondis, aplatis, angulaire et majestueuse, s'illuminait de lumière et d'éclat flamboyants tout autour de lui. Les obus de mille sept cents tonnes projetés à bout portant à plus de deux cent mille kilomètres seconde percutaient avec force les boucliers du croiseur Vertex. Ceux-ci finirent par tomber localement, surchargés en un point et la coque fut déchiquetée en quelques tirs. Des explosions venant de l'intérieur firent se boursoufler le blindage qui se déchira en quelques points, libérant des flammes enragées.

Mais cette attaque en plein milieu de la zone contrôlée par les Reaveunes n'était qu'une diversion. Le vaisseau aux canons crachant leur laser à plasma, leurs obus de part les gueules des canons de gauss, ne pouvait repousser à lui seul toute une flotte ennemi. Toutefois, les engins environnant se précipitaient tous en direction de ce dernier. Très vite les renforts prêtèrent main forte au cuirassé dont les boucliers cédaient. Son blindage se retrouva rapidement criblé de tirs.

Son épaisse coque supportait la chaleur grâce à son gel de refroidissement incorporé dans des micros pores sur toute son épaisseur ce qui permettait de bien résister au plasma. Toutefois, les attaques trop nombreuses, trop puissantes et agressives, percèrent de trous dans le blindage, des ponts furent touchés, et des centaines de nacelles d'abordage s’engouffrèrent dans les brèches. Nely courait dans les couloirs avec le soldat démon, armée avec son bras devenu une double lame allongée et brillante d'un éclat vif par endroits.

_Il faut sortir d'ici !

_J'aime aller au casse pipe !

_C'est pas le moment de plaisanter soldat !

_Ah bon ? Je croyais pourtant que c'était la fête dans le coin !

Elle lui jeta un regard énervé, mais comprenait qu'il tentait de relativiser et de ne pas stresser, chose qu'il faisait à merveille puisque tous ses signes étaient à peu près stables. Il tenait sans trop de gêne une arme lourde, un fusil MA5G M28, une arme capable de dézinguer une armure lourde en quelque tirs seulement mais réputée pour son recul. Certain imprudents avaient déjà eu un bras arraché, un enfoncement de la cage thoracique ou étaient morts en utilisant un tel monstre.

Un canon gauss électrique. Il fallait changer les rails après avoir vidé trois chargeurs de trois cents coups. Heureusement ses réserves internes de rails faisaient que son autonomie allait jusqu'à trente chargeurs. Les yeux augmentés du démon voyaient plus que des yeux ordinaires. Au détour d'un couloir un groupe de démons comme lui mais dans des armures de Vertex couleur blanche, jaillit devant eux, ouvrant le feu de leurs armes lourdes, de leurs plasmas.

Leur précision était étonnante, mais Jess réagit au quart de tour avec Nely. Grâce à une alimentation surpuissante le canon MA5G M28 tirait un chargeur en trente secondes. Huit chargeurs étaient raccordés à celui-ci se retiraient pour laisser la place une fois vides. Les balles fusèrent à une vitesse telle qu'elles formèrent des lignes intenses. Le recul lui fit perdre le contrôle mais il se reprit, empoignant fermement l'arme et la dirigeant sur ses cibles qui ripostaient enfin.

Un laser blanc coupa en deux l'un des monstres, une forme gracieuse apparut derrière eux et une lame les coupa en deux. Trois morts par la main de la jeune femme. Les balles traversaient presque les boucliers des armures qui cédèrent et explosèrent dans des gerbes et des déflagrations électriques sur les démons qui furent bien vite réduits en charpie.

Les corps fumants restèrent immobiles à terre. Les balles avaient même fait des dégâts dans les murs blindés pourtant fait d'alliages très résistants. Ils s’avancèrent prudemment dans le couloir, puis baissèrent en partie leur garde, pensant qu’il n’y avait plus personne. Ils se trompaient lourdement. Quelque chose frappa violement la jeune femme. Elle n’eut pas le temps de réagie que son bras armé fut arraché et elle se retrouva transpercée et une puissante décharge d’énergie la fit s’évanouir.

Jess réagit, localisant sa cible et dardant son arme dans sa direction mais à peine put-il appuyer sur la gâchette qu’un coup, un revers probablement, l’envoya boucler contre le mur d’à côté. Sa tête tournait mais il restait encore alerte. L’autre frappa avec une force telle qu’au moment où il para le coup il eut le souffle coupé par la violence du choc. Ses os se brisèrent, ceux de son bras, de son épaule, et il heurta le mur avec force et violence. Pas le temps de réagir, quelque chose de puissant lui éclata les côtés en dépit de ses os renforcés.

La douleur fulgurante de son bras brisé lui parut bien lointaine tout à coup. Il crachat le sang, la cage thoracique percée. Sa vision se troubla, il vit la bête enfoncer quelque chose à l’arrière du crâne de la jeune femme qui commençait à réagir. Elle en fut paralysée et il l’emporta. Puis tout devin noir, froid, inerte, sans bruit, le vide total.

FLASH :

Les son des voix résonnaient en de lointains échos autour de lui. On le conduisait quelque part, il semblait en apesanteur, du moins de par ses sensations et ses impressions, comme s’il avait trop bu.

« Son cœur va lâcher ! »

« Nombreuses hémorragies interne, il ne pourra pas s’en tirer avec ses pouvoirs, il est trop faible ! »

« Vous avez les données du docteur Corvane ? »

« … »

« … »

« Oui, tout de suite… vous n’allez pas faire ça ? Vous avez vus dans quel état il est ? »

« Il s’est porté volontaire, on tente le tout pour le tout. »

FLASH…

Les équilles s’enfonçaient dans ses chaires, les pointes touchaient les os brisés, se liquéfiaient et les ressoudaient. Douleur lancinante, il hurle et son corps se cabra en avant, se tortilla de souffrance infligée à son être.

L’eau stérile le nettoie, lave son corps réparé. Des pointes le percent de partout, il est sur une table dans la lumière d’une salle d’opération. Il sent qu’on lui injecte par toutes ces piqûres quelque chose dans les veines, dans les chaires… dans son cœur et sous ses côtes.

« Son cœur peut lâcher à tous moments ! »

« Les nanites organiques ont déjà commencés à le régénérer, elles vont le maintenir en vie. »

« C’est de la folie ! »

FLASH …

Il semble inerte, étendu sur la table, des pointes reliées à des câbles colorés par des rainures géométriques telles des circuits imprimés s’enfonçant dans son crâne à l’arrière et au milieu dans son axe central. L’une d’elle perce entre les yeux, d’eux autres sur les côtés. Douleur intense, il retient ses cris. Dans sa vision tout est flou, les lumières sont vives et incertaines, les formes bougent, s’activent autour de lui.

« Préparez les programmes génétiques. »

« Mise à jour du système d’exploitation. »

Les lignes géométriques à ses tempes, à son crâne, elles s’illuminent par à-coups vif, aléatoires, parcourant la longueur des câbles. Il sent des outils découper ses muscles, titiller ses implants. Craquement sinistre, on a ouvert son crâne, on retire les nanos implant et les nanites incorporés à son cerveau. Sa mémoire supplémentaire est aussi retirée, bien qu’il se souvienne de tout elle lui ferait défauts, mais il n’avait pas idée de la suite. »

« Implémentation des pilotes et des drivers. »

« Hausse soudaine de sa température, début des changements, les nanites sont trop actives ! »

FLASH :

Il est dans un bain de liquide translucide très froid, si froid qu’il croit que son corps va geler instantanément. Douleur sans pareil en lui, un quadrillage se forme autour de ses os, un quadrillage fait de cercles de tailles variables reliés entre eu à un imposant réseau de lignes avec des interconnections via des points noirs. Il s’illumine de lumières bleutés qui partent en toutes directions suivies d’arc électriques qui sillonnent toutes les surfaces des os.

Quelque chose entre en contacte avec son visage, un masque à respirer. Il n’est pas dedans depuis longtemps. Des tiges transparentes touchent ses yeux, commences à s’infiltrer entre les cellules et lui infligent une douleur abominable qui finit par lui vriller tout l’avant du crâne. Les voix sont de nouveau là.

« Signe instables, nous risquons de le perdre, bio-nanites activés ! Modifications osseuses en cour. »

« Continuez, il doit survivre. »

La structure autour des os fit brutalement pression et les éclata d’un coup. Les morceaux partirent en toutes directions mais furent rattrapés, ramenés à leurs origines et soudé au métal bouillonnant. Il voulut hurler de douleur, ne pouvant penser que quelque chose d’aussi horrible pouvait exister. Les molécules de ses os se désintégraient, l’énergie se condensait rapidement dans les usines qu’étaient les nanites semi organiques et à partir de cela un nouveau matériau naissait.

La chaleur dégagée le brûlait de l’intérieur, le liquide de refroidissement s’échauffait peu à peu. Des dizaines de millions de cellules nanites organiques se liaient à celles de son corps en tous points, se spécialisant dans tel ou tel domaine. La chaleur montait encore, les muscles, les organes, tout changeait rapidement. Les cellules « ordinaires » furent « contaminée » ou plutôt « touchées » par les autres modifiées qui transmettaient leurs changement.

Son cœur battait à tout rompre, sons sang aussi bouillonnait, brûlant ses veines endolories. Il connaissait les risques et avait clairement compris dans le rapport que ses souffrances seraient absolument énormes. Les nerfs furent touchés, explosion de sensations insupportables. Ils poussaient, s’interconnectaient et se retrouvaient protégés. Son cœur cessa de battre durant deux minutes, sons cerveau s’éteignit spontanément, sa mémoire étant sauvegardé dans une masse liquide conçue pour et donc pouvant réintégrer le cerveau à tous moments, sans pertes.

FLASH…

Les plais s’ouvraient sur son corps, le sang violet en sortait dans le liquide à quarante degrés. Son cœur rebattait depuis six minutes. Un double cœur, des doubles poumons renforcés, protégés, gainés, des muscles presque refaits… tout en lui avait plus ou moins changé. Une piqûre sans précédant lui vrilla tout le crâne. Les pointes s’étaient retirées, de même qui les appareils dans ses yeux tous neuf, tout nouveaux. Très vite il appréhenda toutes les possibilités et les capacités augmentées de son corps amélioré et boosté génétiquement.

« C’était moins une, il serait mort… »

« Réflexe, système nerveux, activité cérébrales ok… tout est bon. »

NOIR…

Le réveil fut difficile, il n’avait pas rêvé, seulement plongé dans un méandre de pensées désordonnées, incertaines, en flash rapides et sans logique véritable… un « bad trip ». Il eut une envie de vomir, trouva un récipient à côté de lui et vida son estomac d’un liquide noir poisseux et répugnant. Une femme quelconque arriva à son chevet.

_Et bien, ça ne fera que la sixième fois que vous vomissez mon cher… ça va comment ?

_Où… est… Nély… ?

_Je suis désolée, elle n’est plus là, ils l’ont pris et nous tentons de la localiser…

_Je… je… dois, partir… c’est… f-faille… sécurité…

Elle lui intima de se recoucher gentiment, d’un geste doux de la main. Il obtempéra, comprenant qu’il ne retrouverait pas toutes ses capacités, et bien plus encore, avant un certains temps. La parole viendrait assez vite avec un peu d’entraînement. Il se sentait plus vif, plus réactif, plus « jeune » comme si son corps d’avant fut une vieille carcasse décharnée, une charogne impuissante et faible.
Il sentit alors que quelque chose restait fiché dans son bras, dans ses veines… et un liquide le neutraliser. En fait de tels produits seraient rapidement inopérants sur lui ou faiblement actifs.

Son corps bien trop fort et son cerveau bourré de sécurités hallucinantes et impensables feraient très vite front. Il se sentait différent… et comprit que plus rien ne serait comme avant désormais.
Revenir en haut Aller en bas
Zarem



Masculin Messages : 33
Date d'inscription : 19/12/2012

MessageSujet: Re: Évolution: Nouvelle génération: [-13-14 ans ou plus]   Mar 25 Déc 2012 - 19:34

Ŷo les jeunes!

Voici la suite et surtout, la dernière partie!

Bonne lecture en espérant que ça vous ai plu!^^

Par contre je sais pas si c'est tout publiques ou autres...



PARTIE 2 :


Jess observait l’immense épée aux tranchants luisant. Une lame dont le fil aux liaisons nanomoléculaires renforcées ne faisait qu’un atome d’épaisseur… avec après des couches de protection et enfin l’épée en elle-même, épaisse de cinq centimètres. Il empoigna la garde, longue, rayée de traits rappelant les circuits électroniques. Un homme vint à lui, ténébreux, tient halé, yeux rouges. Les globes oculaires du démon étaient passés du blanc au noir luisant.

_Cette arme pèse deux cent seize kilos… la lame fait un mètre quatre-vingt de long, quarante trois centimètres de larges… elle peut trancher n’importe quoi et tu te rendras vite compte de ses étonnantes capacités… toutes les informations te sont disponibles.

_Elle me semble légère… si légère… pourtant je sens également son poids, je peux l’évaluer avec une effroyable précision. Je peux voir, sentir, entendre, toucher et même goûter comme jamais je ne l’aurais cru possible…

_C’est pourtant la réalité, ta réalité, notre réalité, notre monde, ce dont on est désormais capable. Le professeur Corvane était une experte, une pionnière…

_Je dois la retrouver.

_Nous mettons tous nos moyens en œuvre pour cela mais sache que ce sera difficile.

_Un conseil, affinez votre technique pour nous améliorer, ça fait très mal.

_Nous y travaillons déjà en ce moment même. Cette semaine de prise en main de ton corps a été comment ?

Il tourna son bras tenant la lame, comme un rien, observant d’un air lointain sa main fermée sur le manche de l’épée massive. Il consentit à répondre avec la patience de son interlocuteur et après une certaine réflexion.

_Je crois que je le maîtrise assez pour effectuer de nouvelles missions, il me faudra du temps pour parfaitement contrôler ma puissance décuplée…

Un signal retentit, ils se hâtèrent d’aller au poste de commandement. Il s’agissait d’une alerte faite pour une éventuelle mission à accomplir. Arrivé dans la salle avec les grands écrans et le personnel qui s’activait devant, ils firent face à un homme aux traits longs et vaguement animaux. Ses origines sans doutes chimériques lui devaient son doux duvet sur tout son corps.

L’homme ne mesurait pas moins d’un mètre quatre-vingt trois, le démon avait poussé, mesurait un mètre quatre-vingts douze. Il se tourna de son écran, ayant analysé toutes les informations. Sa voix de soldat et d’humain capta leur attention.

_Nous avons détecté le signal du docteur Corvane. Peut-être est-ce un leur, mais nous avons des doutes car c’est une zone très protégée loin derrière les lignes ennemis.

_Sauf votre respect, je peux y aller seul, mes capacités augmentées me permettront sans doute de mener à bien une mission aussi importante que de la ramener.

_Vous ne maîtrisez pas toutes vos capacités…

_Je suis votre meilleure carte, de plus l’émission du signal ne va pas durer, ils vont la déplacer ou renforcer la zone à tout instant. Il faut donc agir tout de suite.

_Il a raison, en dépit du fait que son corps est augmenté depuis peu, il est bien plus puissant et résistant que tout se qui existe actuellement en créatures sur cette terre. Il peut s’en sortir.

L’homme sembla se fermer en une moue rustre, dans une intense réflexion, fronçant les sourcils, puis déclara finalement.

_Très bien, je vais faire affréter plusieurs canons gausse longue distance. Si quoi que ce soit ne va pas, on détruit tout, vous avec. Est-ce clair ?

_Très bien, je ferai mon possible…

_Si vous ne pouvez pas la récupérer, tuez la… et faites un maximum de dégâts.

_Bien monsieur… ce sera fait.





L’avisio, appareil de transport massif, un avion mais aussi un vaisseau aux ailes angulaires larges et de grande envergure, montait dans le ciel comme si de rien n’était. Son nez aux formes angulaires et arrondis, son corps épais et imposant, son blindage conséquent, ses couleurs d’acier et de fer, les flammes d’énergie jaunes ardentes de ses larges réacteurs en nombre et en batterie, c’était l’albatros des cieux, long et majestueux.

Il activa son camouflage, baissa ses réacteurs jusqu’à trois pour cent avec les grilles de protection et d’isolation devant eux. Ces appareils n’étaient généralement pas fait pour les missions furtives mais leur énorme capacité de fret s’avérait être d’un grand intérêt dans certain cas. Tous les systèmes se trouvaient au minimum et il jouissait des dernières technologies furtives et d’isolation ou aussi d’imitation de l’environnement ce qui le rendait presque indétectable.

Il lui fallut six heures pour parvenir dans l’espace au secteur concerné qui avait cessé d’émettre. Jess portait une armure simple, conçue non pas pour suivre ses mouvements, car incapable d’y parvenir, mais pour le protéger. Deux fois plus épaisse que la MJOLNIR MARK 2 V 1.6, la plus résistante de toutes. Son alliage blindé offrait aussi une protection bien plus importante avec une meilleure dissipation thermique mais était plus lourd.

De plus on pouvait éventuellement concevoir de telles armures mais le problème venait du fait que les soldat, même aux capacités augmentées au seconde niveau, pouvaient subir des dommages de part les chocs subis avec l’armure au combat. Autrement dit elles étaient à même de résister à des armes de tank moyens mais celui qui était à l’intérieur risquait de subir de graves dommages.

Les capacités augmentées au troisième niveau de Jess lui permettaient d’endurer bien plus que n’importe quel être vivant sur terre. La soute s’ouvrit, l’énorme porte s’écarta telle la gueule d’un grand monstre, dans un vrombissement sourd et intense. Le vide de l’espace ne le gênait pas, il sauta sans réfléchir, sachant ce qui l’attendait.


Les flammes commencèrent à brûler autour de lui dans un vacarme assourdissant. Il fusait à une vitesse hallucinante dans l’atmosphère, toujours plus vite, toujours plus fort. La chaleur interne ne monta pas de façon alarmante pour lui, soixante-dix degrés. Son corps aspirait l’énergie et fonctionnait avec à un régime assez élevé pour que sa chaleur interne soit de trente-deux degrés.

Au sol sa présence n’était pas passée inaperçue, loin de là. Les armes antiaériennes ouvrirent immédiatement le feu par dizaines de tourelles dont les tirs claquaient et raisonnaient avec force. D’immenses mitrailleuses lourdes tirèrent avec des canons gauss. Les armes au plasma firent feu à leur tour. Une avalanche de balles fusa dans sa direction et il les évita avec aisance. Il eut l’impression de les voir au ralenti.

En fait il les percevait en temps réel, son cerveau relié à ses yeux effectuait un calcul rapide et réagissait au quart de tour. La vision en temps réel et en continue permettait de voir le mouvement venir de loin et de réagir rapidement avec des réflexes sans pareil. Sur un individu amélioré en second niveau on pouvait monter jusqu’à une vision de mille six cents images par seconde… pouvant être convertis en format standard humain ordinaire de vingt-quatre images par secondes pour la vie de tous les jours.

Il percevait les images, ou l’image, en continue, pouvant ainsi réagir sans problèmes. Même le cerveau augmenté d’un individu de second niveau ne pouvait gérer une telle chose. Le sien présentait d’énormes différences avec un cerveau ordinaire. Il esquiva, mettant les boucliers de son armure lourde au maximum de leur puissance. Mais ce fut inutile. Dégainant sa lame, il fit ricocher et dévier nombre de projectiles.

Toujours propulsé à grande vitesse, il utilisa ses pouvoirs démoniaques pour se déplacer et esquiver projectiles avec aisance. Découvrant une de ses nouvelles capacités, il généra une boule de plasma sous très haute pression dans sa main droite telle une serre emprisonnant un proie. Distance deux milles mètres, il envoya la boule de toutes ses forces. Elle déchira l’air et fendit les cieux à une vitesse vertigineuse, suivie d’une queue de comète avec une couleur bleuté écarlate.

L’impact fut brutal. Une déflagration dévastatrice détruisit tout sur son passage, le plasma carbonisa les lieux, les tanks, les méchas (s’écrit aussi « mecha ») furent également détruits mise à par les Halfram qui résistèrent avec leurs puissants boucliers. Usant encore de ses pouvoirs, il se propulsa rapidement vers ses proies au nombre de quatre. C’est alors que quelque chose le doubla, quelque chose de monstrueux et allant si vite qu’il n’eut que le temps de le voir le dépasser.

C’était l’obus géant d’un canon de gauss, certainement une tourelle très longue distance en dehors de l’orbite terrestre et protégé par une petite flotte de guerre. L’explosion fut gigantesque, aucun des appareils de combat ne survécut et une partie du complexe se retrouva complètement déchiqueté et éventré mais ses parties les plus importantes n’avaient pas encore été touchées ou atteintes. Des communications lui parvinrent, une escouade de spartans, des guerriers dans des armures FILOJIR V3, très rapides et puissantes mais très moyennement protégées niveau cuirasse venaient l’aider.

Elle comblaient cette faiblesse par des boucliers réactif assez puissants et se rechargeant assez vite. De couleur noires, on aurait dit des machines mais c’étaient bien des hommes qui les portaient. Ils entrèrent dans le complexe, du moins ce qu'il en restait, semant mort et destruction sur leur passage. Les spartans combattaient de façon impitoyable, directe, agressive et implacable. Jess parcourra les plans des lieux et tomba sur l'objet de ses recherches, toutefois, le seul accès était un long et large couloir menant sur la pièce où était supposée être captive le docteur Corvane.

Quand ses ennemis tiraient il avait l'impression de voir les balles au ralenti grâce à sa vision en temps réel et une correction de position. Autrement dit le cerveau gérait l'image à mesure qu'elle venait, corrigeant également la position de l'objet entre le moment où la lumière arrivait et celui où l'information était traitée et où il réagissait. Il évitait ainsi les projectiles, fendait l'air à une vitesse vertigineuse et tuait à mains nues.

Les hommes avaient beau tirer de partout ils ne pouvaient rivaliser avec leur cible dans leurs puissantes armures de combat renforcée et augmentées... même avec leurs améliorations génétiques. Le guerrier les arrachait en deux, les mettait en pièce en quelques instants, sans problèmes, sans gêne ou difficulté apparente. Ses puissants muscles tressaillaient sous sa peau sombre et ses yeux verts éteints portaient pourtant l'éclat d'une étoile.

Il finit par arriver à une porte blindé qui s'ouvrit, plusieurs couches très épaisses qui devaient être faites d'un alliage renforcé et de haute technologie militaire. La vaste salle était éclairée par des lueurs blanches au sol. Tout avait l'aire très épuré jusque dans le design des lieux. Une imposante forme au loin à trente mètre le toisa et parla d'un ton tranchant. La voix de démon ne faisait aucun doute sous cette énorme amure de combat.

_Oh, tu es de retour, je croyais t'avoir tué... finalement ils t'ont sauvés et améliorés... comment peux-tu être vivant ? Tes chances de survies étaient limitées après toutes ses blessures que je t'ai infligé...

Il dégaina son énorme épée sous la surprise du monstre en armure qui fit de même, sortant une lame deux fois moins large mais aux mêmes caractéristiques que la sienne. Jess répondit, nonchalant.

_Faut bien se faire à l'idée que les choses ne sont pas toujours ce qu'on croit qu'elles sont et qu'elles ne se déroulent presque jamais comme prévu ! Qu’on en finisse bête immonde !

L’autre piqué au vif chargea de toutes ses forces, libérant sa puissance à son maximum dans une déferlante de flamme d’énergie démoniaque. Jess pouvait voir chaque flux d’énergie avec une précision et des détails sans pareil. Il n’aurait jamais imaginé une telle chose possible. Il devait se rendre à l’évidence, son ennemi bien que très puissant n’en restait pas moins très loin de ses propres capacités augmentées dont il devint très fier.

Le monstre disparut dans un mirage. Explosion d’étincelles en gerbes électrique enragées, métal explosé, arraché, courbé et os brisés, le poing s’enfonçait presque dans le corps de son ennemi qui en eut le souffle coupé crachant un sang noir, yeux presque exorbités injectés de sang. Puis il fendit l’air, s’encastrant dans le blindage de la porte en face. Jess tenait son épée de la main gauche et avait frappé de la droite. Son adversaire n’en restait pas moins dans les vapes.

Certes il était bien plus résistant qu’un humain avec ses capacités égales mais il ne pouvait rivaliser avec un être aussi puissant que Jess. L’autre ne parvint plus à bouger, trop sonner pour quoi que ce fut. De sa main libre il engendra une boule de plasma blanche et l’envoya faire fondre la porte blindée. Celle-ci explosa sous les cris de la créature qui hurla de douleur en brûlant dans son armure lourde qui n’arrivait pas à contenir la chaleur meurtrière. Le jeune homme, ou démon, s’empressa de parvenir à sa destination. La vaste pièce s’éclaira sur un spectacle bien triste.

Une sorte de corps à peine humain avec des parties semblables à celles d’une machine, d’un robot de combat tel un Halfram avec ses formes arrondies et pointue, siégeait au milieu de la pièce. Il était en partie démonté, des câbles allaient ici et là, des pièces restaient sur des tables pour être étudiées… il comprit qu’il arrivait trop tard. Il se trouvait sur une passerelle avec en face de lui la console, un terminal et devant plus bas l’appareil démonté et irréparable.

Mais il comprit bien vite que plus rien n’était récupérable au vu de son état « cellulaire » grâce à sa vision multiple et haute définition pouvant scanner de loin au plus profond de la matière. Ce n’était plus qu’un tas de ferraille dont on ne tirerait pas grand-chose même issu de très haute technologie. Le visage de la jeune femme chimérique apparut sur l’écran transparent du terminal.

_Salut Jess… je vois que vous avez survécu et que vos capacités sont de niveau trois…

_Pas le temps de traîner… à ce que j’ai compris, ils piratent votre ghost…

_Leurs systèmes sont trè élaborés, leurs logiciels assez performants avec un bon hardware… je ne tiendrai pas éternellement et il est impossible de me retirer…

_Besoin d’un mot de passe, une connerie comme ça ?

_Même s’ils ne détectent pas votre intrusion ils seront d’une manière ou d’une autre que vous forcez le passage et tout explosera dans un rayon de cent kilomètres… il faut tout détruire…

_Je refuse. Je vous dois mon corps, je vous dois…

_Vous ne comprenez pas, je n’ai plu en mémoire mon code génétique, donc plus possibilité d’avoir mon corps et mon identité… et je ne serai plus tout à fait moi-même après cela si vous arrivez par hasard à me sauver… c’est perdu d’avance, il faut tout détruire.

_Et les recherches sur le troisième niveau d’amélioration ?

_Ils en ont subtilisé environ quinze pour cent… mais le reste viendra, la situation est critique. Soldat, accomplissez votre devoir, piratez tout de façon visible et détruisez tout… c’est un ordre. Je suis prête à en finir, nous n’avons pas le choix, ils ne doivent pas tomber sur ces recherches.

_...

_Il faut le faire, c’est la seule solution croyez moi, sinon je ne serai pas ici à vous le dire.

_... très bien…





L’explosion fut visible depuis l’espace et fit tout disparaître en terme de vie et de constructions dans un rayon de plus de cents kilomètres. Toutefois, les événements qui s’étaient déroulés avaient quand même propulsés la guerre dans une toute autre direction. Bien que les vertex aient subtilisés peu de recherches sur le troisième niveau cela leur permit d’aboutir bien que leurs adversaires de toujours gardaient une longueur d’avance sur eux.

Mais il ne faisait aucun doute que cette guerre technologique commençait tout juste sur un nouveau plan à une nouvelle échelle.
Revenir en haut Aller en bas
Zarem



Masculin Messages : 33
Date d'inscription : 19/12/2012

MessageSujet: Re: Évolution: Nouvelle génération: [-13-14 ans ou plus]   Mer 2 Jan 2013 - 11:04

J'oubliais un détail... qui aime la science fiction?^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Évolution: Nouvelle génération: [-13-14 ans ou plus]   Mer 2 Jan 2013 - 12:52


Moi ! Je suis désolé pour toi que personne n'ai remarqué ton histoire avant, peut-être est-ce le nombre de ligne qui les as gênés ?
Je n'ai pas encore tout lu mais ton histoire est passionnant et je trouve ça dommage que l'on passe à côté car l'univers futuriste que tu as créé me parait crédible et incroyable. Modifier nos gènes à volonté et fusionner l'homme et la machine, voilà qui donne de quoi rêver !
Je vais lire la suite avec plaisir ! ❤
Revenir en haut Aller en bas
Zarem



Masculin Messages : 33
Date d'inscription : 19/12/2012

MessageSujet: Re: Évolution: Nouvelle génération: [-13-14 ans ou plus]   Ven 4 Jan 2013 - 11:34

oh merci bien et content que ça te plaise et en effet y a beaucoup de pages...! j'aurai dû séparer en 4! ouch!

Bonne chance pour la lecture lol!^^


Content que ça te plaise maiiiis en fait, l'humain et la machine ne sont pas vraiment liés en fait, tout est génétique!^^

D'ailleurs il surpasse les machine :geek:

Disons que c'est une forme de vie dite "dynamique" qui évolue rapidement ce qui le rend très dangereux... mais son ADN évolue peu, Ça se passe surtout au niveau de ce que contient le cerveau, la conscience, le "ghost" (terme repris de ghost in the shell.^^)

Donc voilà voilà!^^
Revenir en haut Aller en bas
Zarem



Masculin Messages : 33
Date d'inscription : 19/12/2012

MessageSujet: Re: Évolution: Nouvelle génération: [-13-14 ans ou plus]   Ven 11 Jan 2013 - 15:37

Citation :
e n'ai pas encore tout lu mais ton histoire est passionnant et je trouve ça dommage que l'on passe à côté car l'univers futuriste que tu as créé me parait crédible et incroyable. Modifier nos gènes à volonté et fusionner l'homme et la machine, voilà qui donne de quoi rêver !

Au fait, ça a quoi de passionnant et d'incroyable ou de crédible?^^

Je demande parce que j'ai pas bien compris...^^
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Évolution: Nouvelle génération: [-13-14 ans ou plus]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Évolution: Nouvelle génération: [-13-14 ans ou plus]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Nouvelles-
Sauter vers: