Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La soumission du roi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maylis W.

avatar

Féminin Sagittaire Messages : 953
Date d'inscription : 19/09/2012
Localisation : avec ma biere et mon bouquin !! :)
Humeur : soit ivre de joie, soit ivre... enfin, vous voyez, quoi !!!

MessageSujet: La soumission du roi    Mer 26 Sep 2012 - 16:06

Voila qui va me changer un peu de mon style d'univers... J'espere que vous aimerez ! (n'hésitez pas à critiquer !)


La soumission du roi


Quand deux gardes m'avaient saisi par les épaules, en plein milieu d'après-midi, je n'avais pas vraiment été surpris. Il faut dire que je m'y attendais. J'étais partis tôt ce matin, histoire d'éviter le regard de ma mère qui pleurait depuis hier soir. Je n'aurais pas pu me résoudre à la faire pleurer encore une fois pour moi. Pour un idiot, en fait. 

" Nathan Belleville, c'est toi ? M'avait demandé un garde. 
- Oui, c'est moi."

Mais je n'avais pas prévu qu'Anais vienne me rendre visite maintenant, précisément le seul moment où je n'avais pas envie de la voir. Elle a poussé un petit cri de surprise et a tourné tellement brusquement la tête vers moi que je l'ai entendue, malgré mes yeux toujours rivés vers les deux gardes en costume bleu. Elle m'a pris par le bras et l'a serré tellement fort que j'ai instinctivement croisé ses yeux pour lui demander de me lâcher. Elle savait toujours comment m'avoir. 

"Explications? me dit-elle d'un ton ferme. 
- Je n'en ai pas." 

Une réponse qui me valut un coup d'œil noir de la jeune fille. Qu'elle était belle quand elle était en colère... J'en aurais presque fait des idioties pour la voir comme ça. 
Mais là, elle était vraiment inquiète. Tout le monde savait que les personnes qui étaient emmenées par les gardes royaux ne revenaient pas assez souvent pour témoigner. 
Le deuxième garde me tira loin d'Anais. Je lui lançai un regard d'excuse qu'elle ne perçut surement pas à travers le voile de larmes qui masquait ses yeux. Elle savait qu'elle ne me reverrait plus. Elle était intelligente, Anais. Elle savait qu'elle ne devait pas me retenir. 

°°°°°°°°°°

J'attendais, les mains nouées dans mon dos, que le roi décide de mon sort. Il était grand, beau, brun aux cheveux ondulés, maitre des lieux entouré d'une cape de fourrure banche. Ses yeux verts reflétaient son ascendance royal, avec ses iris si pures transmises de génération en génération. Il était comme une divinité sortie des nuages pour venir gouverner la Terre: ambitieux et injuste, mais déterminé. Pourquoi s'embêter à être juste si on en voit pas l'utilité ? 
Son nez était droit, fin, et occupait un tiers de son visage. Un nez grec, comme me l'avait un jour dit Anais. Subtil et gracieux sans être trop dérangeant. Un nez parfait. Sa bouche en M aplati, rouge et pleine, me fit songer aux rumeurs qui circulaient à son sujet: notre souverain était soupçonné de manger ses ennemis pour récupérer leur force. Une rumeur barbare, sanglante, qui, je le trouvais en cet instant, correspondait parfaitement au personnage. 

Sa carrure était très impressionnante. Elle me semblait froide, menaçante et dangereuse depuis le sol dur où j'étais agenouillé. J'étais le prisonnier, la personne en tort. Il devait avoir raison de me punir. Je m'étais fait à l'idée depuis mon enfance, malgré ma nature révoltée et combattante, que chaque personne à un supérieur, un homme à qui il doit obéissance ou respect. Sauf les rois. Mais lorsqu'il s'est approché de moi de sa démarche lourde, pesante et si semblable à un prédateur feintant sa proie, je n'ai pas pu m'empêcher de frissonner. Une étrange pensée m'a traversée l'esprit, même avec ma situation si précaire. 

Cet homme, mon roi, dégageait autour de lui une merveilleuse odeur de miel et de pin. Il m'avait semblé l'espace d'une seconde qu'il serait agréable de m'approcher un peu plus pour respirer ce parfum à pleins poumons, ou tout simplement de le serrer dans mes bras. Rien qu'un instant, ça m'avait semblé naturel, possible même. Serais-je devenu fou ? Peut-être.

"Nathan, te reconnais-tu coupable de braconnage sur les terres de ton seigneur ?" me dit-il d'une voix grave, menaçante.

Un trop brusque retour à la réalité. La pièce était sombre, très sombre. Je venais à peine de le remarquer. 
Je hochai la tête. 

"Savais-tu en toute connaissance de cause que ton geste déclencherait mon courroux ?"

Je hochai la tête à nouveau. Je voyais le bourreau, maintenant que mes yeux étaient habitués à l'obscurité, dans le coin opposé de la pièce, qui polissait sa hache avec un soin particulier, sans arriver toutefois à effacer les taches de sang déjà présentes. On était le seul jour du mois ou le roi réglait tous ses comptes avec ses sujets. Je pouvais encore voir du sang devant moi qui n'avait pas été nettoyé. J'avais peur, mais je savais que j'allais mourir. Alors autant mourir avec dignité. 

"Tu sais donc aussi quel est le châtiment qui t'es réservé. Incline ta tête vers moi. 

_ Papa ! Papa ! Regardez !!! Regardez le magnifique dessin que j'ai fait aujourd'hui !" 

Soudain, comme un miracle, la pièce s'illumina de toutes parts. Je n'avais plus peur, comme si on l'avait chassée de mon corps avec la pénombre de la pièce.
Une petit voix, fluette et toute joyeuse, venait de s'élever de derrière la porte de la grande salle, suivie d'une petite tornade brune aux grandes boucles armée d'une feuille de papier. 

"Papa ! répéta la petite fille en courant vers lui. Je vous cherche partout depuis une éternité ! Jetez un œil à mon dessin, s'il vous plait."

Les gardes, gênés, détournèrent les yeux devant la petite princesse. Elle avait les traits de son père: des cheveux bruns envahis par les boucles, des yeux verts et profonds, un nez droit et fin, une bouche ronde et rouge. Deux taches roses s'étalaient sur ses joues à cause de sa course. Elle était minuscule à côté de son père qui trônait encore fièrement devant moi, le dos droit et le menton relevé. Et lorsqu'elle alla le serrer dans ses bras, elle éclata d'un rire cristallin et enchanteur, comme le bruit d'une rivière qu'on libère de son barrage. Après le dieu belliqueux et si beau, si injuste qu'il en était plus majestueux encore, arrivait la pureté la plus innocente et douce que j'avais jamais vu. Elle scintillait comme un diamant, remplie d'une joie simple et puérile, inconsciente de la scène qui se déroulait quelques secondes plus tôt dans cette même pièce. 

Elle tendit son dessin à son père, qui le prit délicatement dans ses mains. Son regard s'était adouci, ses épaules s'étaient relâchées et ses jambes fléchirent jusqu'à atteindre la taille de sa petite fille. Il n'était plus le prédateur. Il était devenu le protecteur.

Il s'agenouilla devant elle, lui sourit et lui tapota doucement le haut du crâne. 

"Il est magnifique, ma chérie. Maintenant, laissez-nous s'il vous plait. Nous avons à faire et...

_ Regardez ! ordonna-t-elle. Vous n'avez même pas tourné les yeux vers lui !. Dire que je voulais vous le donner... Elle fit mine de le reprendre. Je vais devoir le garder s'il ne vous satisfait pas... " 

Il éclata de rire. 

" Donnez-le moi, petit monstre ! Vous avez gagné !"

Elle rit à son tour et elle se mit à danser dans la salle, sous le regard attendri de son père qui la suivait des yeux. 

"Je ne veux que votre bonheur, Papa !"

Où était passé le roi mangeur d'hommes de tout à l'heure ? 
Elle alla voir les gardes, leurs demandant si leurs enfants allaient bien, et s'ils étaient disponibles demain pour venir jouer avec elle. On m'avait complètement oublié. Elle occultait tout. 

Elle était un tourbillon de joie et d'énergie positive dans cette salle obscure, et même moi, le condamné, j'avais oublié que j'étais ici pour finir mes jours. Elle avait comme réussi à repousser la mort de cet endroit. Tel un être divin.

"Et qui êtes-vous, vous ?"

Elle s'était approchée de moi et m'avait pris le visage entre ses petites menottes, m'observant avec minutie, comme si elle essayait de me reconnaitre. Elle était plus grande que moi dans cette position. 

"Ma chérie, cet homme a fait quelque chose de mal sur mes terres et je dois y remédier. Il vous faut partir, maintenant."

Le roi s'était relevé et avait de nouveau une voix froide, mais bien plus indulgente qu'avec moi. 

"Mais Papa, ce monsieur a l'air gentil ! Il n'a surement pas voulu vous faire du tort ! J'ai raison, monsieur ?" 

Je hochai la tête mécaniquement, comme si rien de mensonger ne pouvait sortir de la bouche de cet enfant. Le roi me regarda différemment. 

"Ne m'avez-vous pas dis tout à l'heure que... 
- Vous avez surement dû l'impressionner, le pauvre garçon, l'interrompit la petite fille. Vous êtes très inquiétant quand vous le voulez, Papa !
- Alors pourquoi ne dormez-vous jamais quand je vous le demande ? répliqua le roi sur le ton de la plaisanterie. 
- Parce que vous êtes le plus gentil des Papas de la planète !"

Cette semi-réponse sembla suffire au seigneur, qui me jaugea à nouveau. Il ne pouvait tout simplement pas me relâcher. C'était impossible. Il était le roi, la puissance toute entière du royaume concentré en un seul être, un seul représentant et sa réputation de tyran s'étendait au-delà des frontières. Il allait perdre toute crédibilité aux yeux de ses sujets comme de ses voisins. Je savais que je n'allais pas m'en sortir, alors pourquoi me redonner espoir de manière si cruelle ? 

°°°°°°°°°°

Quand Anais m'aperçut revenir tout tremblant du château, elle se jeta dans mes bras, le visage ruisselant de larmes.
"Comment ?"
Ah, ma Anais. Elle ne perdait jamais le Nord. Et je la tenais encore dans mes bras. 
"Même les rois sont parfois soumis à plus puissant qu'eux."


All rights reserved.

------------------------------------------------------------------------------------------------
La tentation existe pour qu'on y cède.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La soumission du roi    Ven 28 Sep 2012 - 17:07

Hop' !

Ah enfin de la première personne ! Je trouve que son utilisation permet au lecteur de mieux s'identifier au Roi, ce qui rend la lecture plus sympathique.
Il y a quelques fautes d'orthographes, mais rien de gênant ^^"

Y'aura-t-il une suite?
Revenir en haut Aller en bas
Maylis W.

avatar

Féminin Sagittaire Messages : 953
Date d'inscription : 19/09/2012
Localisation : avec ma biere et mon bouquin !! :)
Humeur : soit ivre de joie, soit ivre... enfin, vous voyez, quoi !!!

MessageSujet: Re: La soumission du roi    Ven 28 Sep 2012 - 23:18

Désolée pour les fautes... Je vais faire une correction mais si vous en voyez d'autres n'hésitez pas à le dire (votre fidèle serviteuse les corrigera au plus vite !!! :))

Contente que ça te plaise, Whisper Wink
Une suite ? Peut-être, si ça plaît assez. Mais en poursuivant Nathan ou en faisant jouer d'autres personnages (toujours à la première personne) proches de roi ? J'hésite... Même si je penche plutôt pour le roi... À vous de me dire !!! :)

------------------------------------------------------------------------------------------------
La tentation existe pour qu'on y cède.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La soumission du roi    Sam 29 Sep 2012 - 13:49

Hum... J'aime bien Nathan, mais découvrir d'autres personnages peut être sympa.

Après tu fais comme tu veux ^^"
Revenir en haut Aller en bas
Maylis W.

avatar

Féminin Sagittaire Messages : 953
Date d'inscription : 19/09/2012
Localisation : avec ma biere et mon bouquin !! :)
Humeur : soit ivre de joie, soit ivre... enfin, vous voyez, quoi !!!

MessageSujet: Re: La soumission du roi    Sam 29 Sep 2012 - 18:39

Je pense que je vas faire plusieurs chapitres en prenant à chaque fois une personne différente toujours proche du roi... Wink Ça me paraît sympa !

------------------------------------------------------------------------------------------------
La tentation existe pour qu'on y cède.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La soumission du roi    

Revenir en haut Aller en bas
 
La soumission du roi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Nouvelles-
Sauter vers: