Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

3 résultats trouvés pour jesuisunchat

AuteurMessage
Tag jesuisunchat sur Encre Nocturne 494894ENPlumefinalSujet: Myfanwi :: The Dark Lady of All (ou la Reine du Pavé, ça marche aussi)
Myfanwi

Réponses: 23
Vues: 909

Rechercher dans: Présentations   Tag jesuisunchat sur Encre Nocturne EmptySujet: Myfanwi :: The Dark Lady of All (ou la Reine du Pavé, ça marche aussi)    Tag jesuisunchat sur Encre Nocturne EmptyMer 6 Avr 2016 - 11:35
Tellement de couleurs partout :#jesuisunchat:

Merci beaucoup pour cet accueil pour le moins explosif XD
Oui, j'met pas beaucoup de smileys, ma 4G est dissidente et veut pas les charger, ça limite le choix. #LaJoieDesConnexionsPourries

Owi, j'y penserai pour les fautes, j'ai l'habitude de corriger et paraît que mes bêta-lectures sont cool d'après ma petite fanbase chérie. J'ai aussi l'habitude du "Lis et je te lis", je fonctionne déjà comme ça ahah, c'est ma seconde nature :3

J'ai déjà posé mes valises sur la chatbox, c'est juste dommage que j'bug à mourir dessus et que mes messages s'envoient une fois sur 100. x-x

Et non, je dessine pas ;w; C'est un des nombreux fanarts que l'on m'a fait, parce que j'ai des fans ahahah XD Non, moi on essaye de me retirer tout logiciel de dessin, parce que paraît-il c'est effrayant x)

Voilà :D
Merci pour ton accueil :3
Tag jesuisunchat sur Encre Nocturne 494894ENPlumefinalSujet: Forces du Mal
Alton

Réponses: 8
Vues: 750

Rechercher dans: Nouvelles   Tag jesuisunchat sur Encre Nocturne EmptySujet: Forces du Mal    Tag jesuisunchat sur Encre Nocturne EmptyLun 25 Jan 2016 - 20:05
Coucou, mes amis l'heure est grave, je vous présente un texte avec lequel j'ai beaucoup de mal. J'ai réécrit ce passage environ 8 fois ces dernières semaines et d’ailleurs il n'est pas finit. Mais je le poste pour m’interdire de tout reprendre et me forcer à le continuer. La suite bientôt... j'espère...  :#jesuisunchat:

bonne lecture !  


L'odeur acre de la sueur, de la poussière, du mauvais tabac et de l'alcool frelaté empoisonnait l'air. Le parquet parsemé de tâche de graisse et de traces de brûlures témoignait du savoir vivre de la noble clientèle de la taverne. Le patron, un petit homme chauve au nez tordu et à la bouche édentée, riait à gorge déployée avec ses habitués tout en nourrissant un oiseau posé sur son épaule. Resk était la mascotte des lieux et pour rester raccord avec la première impression que pouvait avoir les visiteurs, la bestiole était antipathique au possible. Le vieux vautour obèse avait la même apparence que son propriétaire, même air crasseux et négligé, même regard torve et vicieux, on pouvait même compléter l'analogie en remarquant la tendance à perdre des cheveux pour l'un et des plumes pour l'autre. En bon charognard, il survolait souvent la pièce, dégradant l'hygiène déjà contestable de l'établissement, pour fondre à l'occasion sur l'assiette d'un maraud. Une légende persistante dans une partie de la clientèle, la plus large, mais pas la plus fine, voulait que se faire piquer son morceau de viande par Resk était annonciateur de bonnes nouvelles.
C'est dans le fond de cette taverne pour le moins louche, qu'un groupe d'hommes tout aussi louches discutaient à voix basse en buvant dans des verres à la propreté douteuse.

Cinq hommes assis sur des tabourets bancals arboraient toute une panoplie d'armes plus ou moins encombrantes, de tenues sombres et extravagantes et de bijoux représentant crâne, tête de mort, serpent ou dragon. Tous écoutaient parler un colosse à la barbe noire fournie, à la mâchoire carré et au visage marqué par un réseau de cicatrices.

- Ça commençait bien, on a pris Farin en moins de deux heures et on a passé la nuit à piller, massacrer la résistance et foutre le feu à tout ce qu'on pouvait.

- Bien fait pour leurs gueules! lança un homme au bout de la table.

- Vous avez trouvé beaucoup de richesse ? demanda Teask qui posait toujours des questions essentielles.

- J'aurais donné n'importe quoi pour être à ta place. Continua Nerwin plaintif avant de remettre le nez dans sa choppe.

Guernold continua son récit.

- Et puis le lendemain on est tombé sur une armée de l'empire de l'est, on était deux fois plus, mais on s'est fait … Il serra les dents, ce qui lui donna une allure encore plus sauvage.

- Battre ? proposa Alastor en passant sa main dans sa barbe.

- Tailler en pièces ?

- Rouler dessus ?

- Capturer puis jeter en pâture à des sanglier de combat affamés ? Aida l'homme encapuchonné en bout de table, répondant au doux nom de Pirilius dit « l'Ordure » très imaginatif à ce sujet.

Le guerrier fit non de la tête, prit une respiration et expliqua.
-On s'est fait poutrer la gueule !
Les mots étaient durs, même dans la bouche du brutal combattant. La phrase tomba comme un couperet, imposant un lourd silence à la tablée.

- Puuuuuuutainn sifla simplement Teask entre ses dents.

- Dur... Conclut Nerwin de plus en plus désespéré.
Avec son visage d'ange, sa stature athlétique et ses habits de noble « à l'ancienne » Nerwin aurait pu avoir une vie heureuse de chevalier courtois chez les peuples libres. Mais il avait choisis les forces du mal, à l'époque prolifiques et avait échangé son bras désormais maudit contre la jeunesse éternelle à un démons pour le servir à tout jamais. Il vivait très mal les échecs à répétition et tentait de noyer sa honte dans une infâme eau de vie vendue à prix d'or par le patron de la « Molaire Cariée ».
Alastor, nécromancien de son état relança la conversation.

- Dis moi, le héros qui t'a eu, il était de quel type, un jeune orphelin de quatorze ans qui galvanise les troupes avec son cœur pur et vertueux.

il cracha à l'évocation de ces mots,

-Ou alors un vieux baroudeur bien coiffé qui s'est battu dans toutes les guerres depuis ses douze ans ?

- Un gamin, avant d'écraser mes troupes il élevait des chèvres.

- Dur… Continua Nerwin dont les phrases se raccourcissaient à mesure que son verre se vidait.

Alastor tira de sa sacoche un horrible carnet dont la couverture de cuir était bouffée par les vers et pris ses notes. Depuis le début de sa carrière au service de Belbinor, démon de rang 4, il référençait scrupuleusement tous les héros qu'ils avaient affronté avec ses collègues. Il passait ensuite des heures à faire des fiches sur leurs points communs, sur les éléments qui poussent un pécore à sortir de la masse pour devenir un héros et à les classer par ordre de dangerosité. L'initiative ne servait à rien dans l'optique d'éviter la catastrophe à chaque bataille, mais il donnait à Alastor la sensation de faire de vrais trucs de mage.

- Remarque, c'est pas les pires …

Repris Teask, il était le plus jeune de la fine équipe et avait encore foi en la puissance de l'obscure, il était persuadé que les forces du mal écraseront les peuples libres et alors, il sera le tyran despotique qu'il a toujours rêvé être. Les motivations d'intégrer les rangs de l'obscur pouvaient être multiples. Soif de pouvoirs, vengeance, malédiction ou peu importe. Mais il fallait absolument un objectif à long terme pour supporter de travailler dans les terres maudites, avec des êtres vils et lâche sous la direction d'un démon sadique et lunatique. Teask n'avait pas besoin de ça, faire le mal et être une teigne avait toujours été pour lui une vocation.

Depuis tout petit, il frappait, volait et terrorisait son entourage. En bonne fouine qu'il faisait, il mettait, cela va de soi, un point d'honneur à frapper dans le dos, toujours les plus faibles et à aller se cacher derrière une brute pour éviter les représailles. Aujourd'hui il mettait à profits ses compétences innées pour mettre sur pied de redoutables pièges politiques ou des embuscade particulièrement retorses, sans plus de succès que ses collègues au style plus direct.

- Boarf… fit Guernold, pas spécialement convaincu.

Lui ne s'amusait pas à classer les champions du clan ennemi par famille de gêneur. Il y avait les perdants d'un coté et les vainqueurs de l'autre et lui avait la sale tendance à se retrouver du mauvais coté. Mais tout cela n'était pas de sa faute, croyait-il, mais celle de ces bras cassé de collègues. Même si cette bande fillette rachitiques le faisaient rire, il n'aimait pas leurs manières de faire la guerre, tout à base traîtrise et de coups vaches. Il n'y avait pourtant rien de plus simple que cette saine activité, on rassemble des hommes, on gueule avant de charger et on se sert dans les campagnes si on gagne ou en rentre chez soit lécher ses plaies si on perd. Merde, c'était très bien comme cela, c'est comme ça que l'on faisait à la bonne époque, mais non, il fallait toujours que ces foutus intellos compliquent tout avec leurs machinations foireuses et leurs stratégies à deux ronds.

Teask s'expliqua.
- L'avantage avec les « Loyal-bons », c'est qu'après leur heure de gloire, ils se retirent à la campagne pour vivre heureux et avoir beaucoup d'enfants. Le pire c'est frimeurs au grand cœurs.

Son visage se tordit dans un rictus méprisant,

- En plus de se battre pour la justice et la liberté.

Comme Alstor l'avait fait un peu plus tôt, il cracha par terre à l'évocation de ces mots qu'il détestait,

- ils reviennent à la charge à chaque fois pour déjouer nos plans. Un peu comme ce Chevalier de Lisawa.

La rage lui montait au nez, il serra son poing sur son verre qui craqua sous ses phalanges. Malgré une série de défaites toutes plus cuisantes les unes que les autres, il s'obstinait à croire qu'un beau jour il se débarrasserait du noble combattant. L'espoir fait vivre.

- Tant que t'es dans ton foutu carnet, on en est à combien ? Demanda Nerwin, qui, pour une raison qui lui échappait, tenait à s'enfoncer encore plus dans la morosité.
- Dix-huit échecs cette année, informa Alastor d'un ton étonnamment détaché, pareil à celui qui parle de météo.

En tant qu'érudit, il savait que la théorie des grands nombres jouait en leur faveur, statistiquement il arriverait forcement un moment où ils gagneraient. Même si l'explication, un peu fumeuse, charmait le groupe de choc, elle ne plaisait étonnamment pas à leur patron.

Pirilius qui aimait remuer le couteau dans la plaie revint, à la charge.

- Vous avez des idées pour êtres moins ridicule la prochaine fois ? Dit-il en se rapprochant de ces interlocuteurs et en baissant la voix, manœuvre objectivement inutile, personne n'écoutait ou ne s'intéressait a eux dans tout le brouhaha, mais bien pratique pour se donner des airs de conspirateur.

Il n'avait pas besoin de ça pour ne pas inspirer confiance à ses pairs. Même quand son visage n'était pas dissimulé par une large capuche ou par une étoffe rouge sang, il n'était pas le genre d'homme avec qui on avait envie de fraterniser. Avec son visage anguleux et maigre, son regard noir et menaçant, ses yeux de furet enfoncés dans leurs orbites et sa brûlure au coin de la lèvre qui lui déformait le visage et donnait l'impression qu'il était constamment en train de ricaner, il n'avait pas eu grand mal à se faire engager dans l'équipe de Belbinor. La simple énumération de ses goûts suffisait à s'assurer qu'il n'avait pas volé son titre, il aimait ses poisons, ses pièges, ses lames et ses outils de torture, il faisait même parfois froid dans le dos à certain de ses collègues pourtant fort peu impressionnable. C'était à peu près tout ce que l'on savait sur «l'Ordure » qui avait méticuleusement effacé toute trace de son passé. Les plus mesquins disaient qu'il cachait un secret honteux, mais ceux là n'étaient que très rarement cru, notamment car médire de sur le compte de Pirilius entraînait souvent de fâcheuses complications telle que la baisse drastique de l'espérance de vie.

-Ouaip … Grogna Guernold, Teask et Alastor hochèrent la tête sur le même air de confidence.

- Non, j'ai l'impression d'avoir tout essayé, gémit Nerwin, et toi ?

Pirilius, trop heureux qu'on lui pose la question, eut un sourire carnassier. Il jubilait, une fois de plus, il allait briller par son intelligence maléfique.

- Oh que oui, fit-il en accentuant encore son sourire en coin. Il baissa sa capuche, fit mime d'hésiter pour faire languir son auditoire et savoura le regard fébrile de Teask et Alastor qui attendaient impatiemment son plan. Quand enfin il se décida à exposer son idée de génie, il fut coupé par la voix rauque de Guernold.

- Vos gueules, il arrive. Le guerrier sans doute captivé par les hypothétiques révélations fracassantes de Pirilius, s'était mis à surveiller la salle et avait remarqué l'imposante silhouette qui avait fait irruption dans la taverne, avait commandé un verre au tavernier avant de s'approcher d'un pas lent.

Tous se mirent à se sentir comme des renards pris dans un piège à loup sur le chemin d'un troupeau de bisons enragé : ils voyaient venir le danger de loin et ne pouvait rien faire pour y échapper à part fermer les yeux, serrer les dents et attendre que ça passe.

Enfin arrivé à leur niveau, Belbinor cracha pour toute salutations.

-Pitoyable messiers.

La remarque eut l'effet d'un carreau d'arbalète, les cinq hommes enfoncèrent leurs têtes dans leurs épaules. Le démon s'assit sur le tabouret restant, mais le bois vermoulu émit un craquement sinistre sous son poids inhumain, aussi il préféra rester debout. Il toisa d'un regard mauvais la tablée, qui, pour se donner une contenance portait leurs verres à leurs lèvres. Belbinor les imita et grimaça. L'hydromel "du patron" était la spécialité de la "Molaire Cariée" et lui donnait son nom. L'élixir avait une allure pâteuse et était bien trop sucré, résultat de la trop grande quantité de miel bon marché servant à masquer d'autres goûts moins avouables.

- Infâme, fit il simplement.

Le démon profitait de son voyage annuel dans les plans supérieurs pour superviser ses inutiles mais néanmoins seuls généraux et surtout pour apprécier la saveur sucrée tout simplement inexistante en enfer, il fut forcé de constater que la "Molaire Cariée" n'était pas le lieu le plus indiqué pour un voyage culinaire. Fâché de voir ses espérances sucrées gâchée par le mauvais choix de ses subalternes, il commença la revue de projet.

- Alors, ces peuples libres ?

Le tremblement inhabituel de sa voix démontrait ses efforts pour avoir un timbre humain et ne pas attirer l'attention. Cet épuisant exercice vocale n'allait sans doute pas le rendre plus indulgent.

Le plus courageux de la bande, à savoir Guernold se lança.

- Bah, ils le sont toujours.

Fidèle à sa réputation de brute épaisse, il enfonçait des portes ouvertes. La réponse fut moins cinglante qu'à l'accoutumée.

- Je sais bien bougre d'âne ! Pourquoi c'est encore le cas !

Il fut un temps ou Belbinor tenait sous sa coupe tous les royaumes de l'est, un temps où la populace devait le vénérer ou mourir et où les plus brillants esprits du mal se bousculaient pour intégrer son armée. Mais cela faisait des siècles que ce temps maudit était révolu, les seigneurs démoniaques avait été repoussés dans les tréfonds de l'enfer, la moindre parcelle de terre avait été reprise par les peuples libres. Le mal ne faisait plus rêver depuis qu'une poignée de pécores avaient eu l'idée, plus que contestable, de sortir de leur situation de misère est de servitude et de prendre les armes contre l'oppresseur. Ceux qui auraient pût passer pour des fous idéalistes s'ils avaient été exécuté de façon salissante pour l'exemple, arrachèrent leurs premières victoires et posèrent les premières pierres d'un monde de justice et de liberté. Ces premiers héros, entraînèrent dans leur sillage tout un tas de nouveaux combattants avides de liberté, reléguant les derniers druides, les seuls à s'opposer aux ténèbres à l'époque en ce qu'ils auraient dû toujours être, une bande de tocards sénile, prétentieux et extrêmement rasoir et ceux, malgré leur exubérante pilosité. Le mal était en crise, c'était indéniable et pendant que les plus fin bretteurs et puissants mages venaient grossir les rangs ennemis, Belbinor devait exploiter les rares ressources d'un guerrier aux méthodes passés de mode, d'un nécromancien limité, d'un prince dépressif, d'un pt'it gars inexpérimenté et d'un connard qui pouvait le trahir d'un moment à l'autre. Parfois, seul dans le noir des abysses, cette pensé lui faisait presque envie de prendre une retraite bien méritée dans un plan supérieur ensoleillé, avant que ses instincts teigneux et vindicatifs et son dégoûts pour toute forme de bonheur ne reprennent le dessus.

Spoiler:
 
Tag jesuisunchat sur Encre Nocturne 494894ENPlumefinalSujet: [ANCIEN]Notes de Patch que personne ne lit
Invité

Réponses: 339
Vues: 11040

Rechercher dans: Vie administrative   Tag jesuisunchat sur Encre Nocturne EmptySujet: [ANCIEN]Notes de Patch que personne ne lit    Tag jesuisunchat sur Encre Nocturne EmptyMer 9 Déc 2015 - 17:52
Nocturniennes ! Nocturniens. Au fils de vos silences appuyés, de vos colères muettes. Nous avons compris que vous nous preniez pour une bande de nouilles apathique et bleutés. (Pourquoi bleuté ?)
Du coup, nous autres, les admins zélés et travailleurs, nous nous sommes insurgés de cet état de fait. Nous agissons pour l’intérêt commun ! Et nous agissons souvent et beaucoup, du coup, pour que vous restiez au courant, voici les notes de patch du forum où l’on expliquera tous nos petits travaux quotidien pour que Encre Nocturne vive et demeure.






Correction du 5/12/15 par Ragne.
Droit des CdF

Les correcteurs n’avaient pas droits de modération dans le sous forum divers des textes long. Cela a été remanié et ils peuvent éditer les sujets.






Ajout du 9/12/15 par Ragne
Ajout de nombreux nouveaux smiley



:niou:
Qui n’a jamais rêvé de folâtrer amoureusement dans une chatbox champêtre ? C’est désormais possible ?

:esclave:
Un smiley pour remercier nos CdF de leurs travails titanesques au quotidien

:revolution:
Vous en avait marre des folies de Silenuse ? Vous souhaitez une tyrannie de Ragne ! Affichez votre soutien avec ce smiley

:euphorie:
Vous n’êtes pas normal dans votre tête ? Vous n’êtes pas les seuls !

:nyan:
Un jour un chat est tombé avec une tartine beurré sur le dos. Le continuum espace-temps a était déchiré ! Et le nyan cat est venu sur le forum

:rip:
Silenuse ou Ragne sont venu vous raconter pourquoi votre texte était génial mais qu’il avait deux, trois problèmes ? Manifestez votre joie et votre état !

:totoro:
Il existe quelque part un être étrange une peluche sans charisme ni intérêt mais que certain admirent. Soyez Niais et osez Totoro

:vague:
Parce que le mot hola n’était pas accessible. Faites des vagues

:laneuvieme:
Il y a une histoire. Ce smiley devait avoir le mot joie, qui n’était pas possible, votre admin le plus extraordinaire a cherché d’autres possibilités, mais happy et pharell n’étaient pas non plus accessible. Alors un eu de culture et rappelez-vous la neuvième de Beethoven. L’hymne à la joie !

:virgule:
Qui c’est qui a mis une virgule en trop et qui va se prendre une baffe ?

:Yggkoala:
Parce que Yggdarsil est le membre le plus mignon du forum, il nous le fallait en smiley

:{#}jesuisunchat{/#}:
Oh une mouche ! Montrez-nous votre vigueur cérébrale inénarrable

:Yipee:
Moi, j’aime pas les chatouilles, mais certains gens ici sont adepte de cette torture civilisé et sinistre. En êtes-vous ?

:unjournormal:
Et pour finir, un jour normal sur Encre Nocturne. Fait de découverte, de joie, d’amour et de tolérance.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Sauter vers: