Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.
Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.
Encre Nocturne
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment :
iPhone 13 Pro : où précommander le ...
Voir le deal

 

 Chemin d'errance ; Rythme du coureur ; Ballet Spatial

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
Lame37

Lame37

Vierge Messages : 1244
Date d'inscription : 13/06/2016
Localisation : Dans le monde des rêves
Humeur : Loup Aventurier Musicien Écrivain

Chemin d'errance ; Rythme du coureur ; Ballet Spatial Empty
MessageSujet: Chemin d'errance ; Rythme du coureur ; Ballet Spatial   Chemin d'errance ; Rythme du coureur ; Ballet Spatial EmptyJeu 6 Juin 2019 - 21:05

Chemin d'errance ; Rythme du coureur ; Ballet Spatial 14523310
Dark Souls III

Rythme du coureur ; Ballet spatial


blanc


Chemin d'errance(-15)

Une épée tournait et me transperçait, j'avais encore perdu. Je me demandais quand cela se terminerait. Je posai un regard dans le vide vers l’environnement qui défilait devant moi. Des corps tombaient les uns après les autres. Je ne parvenais pas à distinguer les alliés des ennemis parmi tous ces chevaliers qui combattaient. Tandis que mon adversaire partait vers une autre victime, je m'écroulai à mon tour. Le temps jouait avec moi et la mort encore une fois ne vint pas me cueillir. J'attendais quelques minutes qui paraissaient une éternité.
Pendant cet instant, tout le monde s’entre-tuaient. C'était la débandade, le flou complet. Je ne reconnaissais bientôt plus personne dans cette masse. Le sang coulait à côté de moi. Comment un simple humain aurait-il pu supporter tout cela. Je côtoyai souvent la mort, mais jamais je n'y gouttai.

À nouveau, je me relevai décidé à arrêter cette mascarade. Je ramassai une lance, sans prêter attention aux individus qui agonisaient à quelques mètres. L'être qui m'avait fait chuter quelques instants avant, était dans mon champ de vision. Je marchai, la main serrée sur mon arme. Je m'apprêtai à frapper ma cible, lorsque le sol se déroba sous mes pieds.
Hélas, c’était un nouvel échec. Finalement, ma mort précédente ne m'avait pas servi de leçon. Un homme normal serait déjà six pieds sous terre à l'heure qu'il était, mais pas moi. J'étais un chevalier qui apparemment ne pouvait pas mourir. Je ne me souvenais pas de qui j'avais été. Je me rappelai juste d'un gros rocher qui m'avait heurté de plein fouet.

Péniblement je refaisait surface parmi la nuée compacte et maintenant indiscernable de guerriers et cadavres. Je ne savais plus contre qui je luttais. J'avais toujours la lance et dans un élan de folie, je l'envoyai au loin. Je continuai mon chemin à travers les corps et les débris de diverses machines de siège et de guerres en bois. Des armures brisées d'autres guerriers jonchaient la terre. C'est alors que je perçus un cri, sûrement un vautour. Les charognards attendaient leur heure, tandis que je cherchais désespérément la mienne. Un pas et j'enjambai un cheval inerte. Déjà, les mouches arrivaient, un épais brouillard obscurcissait ma vue. Puis une flèche siffla à mes oreilles et je ne pus l'éviter.
Néanmoins, était-ce un signe, le destin ou une énième raillerie ? Je croyais même entendre la faucheuse rire. Cette fois, je restai cloué sur place, immobile. Plus aucun souffle ne sortait de ma bouche, le vent me balayait les cheveux. Quelques minutes passaient, des rapaces allaient et venaient se délecter. Un lézard zigzaguait entre les corps pour finir sa course sous ma botte.

Je frémissais et ce ne fut pas aujourd'hui que je quittai ce monde. J'entendis un cor vibrer et sonner. C’était la retraite d’un camp et la victoire de l’autre. Mais j’ignorais dans lequel je me trouvait. Le combat cessa et en me relevant je vis des blessés se faire ramener par leur camarades et les rescapés repartir vers leur campements. Je me doutais que les guerriers s’étaient battus pour des seigneurs voulant étendre leur territoires. Cependant, je ne les rejoignais pas car je n’appartenais à aucun camp.
Je regardais le ciel et marchait seul en silence. Si aujourd'hui, je devais tirer une conclusion, je dirais que je n'avais pas pu voir la lumière de l'au-delà. J'étais comme un fantôme dont la seule existence était d’errer parmi les champs de bataille. Voilà ce que j'étais et ce que je serais pour longtemps. J'avais oublié mon nom et j’étais frappé d’amnésie quand je croyais mourir. Je continuais à avancer sans but, sans savoir qui j'avais été.

Le lointain s'ouvrait désormais à moi. Une plaine, une étendue d'eau, un incendie, une tempête ou que savais-je encore. Si seulement c'était le signal, l'aboutissement de ma longue et pénible route. J'étais un chevalier solitaire condamné à fouler cette terre sans pouvoir mourir.
Je savais que je pouvais saigner et souffrir, ainsi que me battre et manier des armes. Quand je croyais mourir, j'oubliais presque tout, sauf comment ça m'arrivait. Je faisais mon chemin tout en méditant. Mes blessures ne guérissaient pas aussi vite que mon cœur repartait. J'avais la sensation d'avoir un bras qui repoussait doucement. J'errai sans réel but. Si je perdais une partie vitale comme la tête ou un organe respiratoire, je n'étais pas sûr de revenir.
Je n’avais pas d’épée, juste une armure abîmé et un peut-être une monture qui devait attendre au loin. Je n’avais aucun souvenir à part mes différentes morts. Je sortais de ma poche un médaillon dont j'ignorais tout. C'était un petit collier en fer avec une pierre rouge sang un peu brisée. Soudain quelque chose me heurta et je cru mourir encore…


Traversée sans but (ancienne version)

Corrections :
 

------------------------------------------------------------------------------------------------
Loup breton, rêveur invétéré, écrivain amateur. 
"Les rêves sont une porte vers l'imaginaire et l'espoir où tout devient possible. Les cauchemars sont le reflet de nos peurs et échecs guidant vers la souffrance. Il faut oser affronter ses démons et obstacles si l'on veut survivre dans la réalité."
bounce
Page du loup (Encre Nocturne)
Univers du wolfo (Google Drive)
Bientôt sur Scribay.
study
Osez plonger et voyager à travers le mon univers, monde science-fantastique. Il y en a pour tout les goûts : poèmes, hasard d'écritures, tests de romans.


Dernière édition par Lame37 le Dim 22 Aoû 2021 - 16:08, édité 15 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://drive.google.com/drive/folders/1yj2lvJSkKukgv5lj2S7BaBxM
K
Emmerdeur officiel
K

Taureau Messages : 440
Date d'inscription : 13/11/2017

Chemin d'errance ; Rythme du coureur ; Ballet Spatial Empty
MessageSujet: Re: Chemin d'errance ; Rythme du coureur ; Ballet Spatial   Chemin d'errance ; Rythme du coureur ; Ballet Spatial EmptyVen 7 Juin 2019 - 13:29

Bonjour, ceci est un compte rendu du MAC du 6 juin.
Cela veut dire qu'il prend en compte non seulement mon avis, mais aussi celui de Titi, Ouppo, Ippa et Lilie. Je remercie particulièrement Titi pour la prise de Note.

Tout d'abord, c'est un texte avec un excellent concept. Cette immortalité traité à la manière d'Highlander marche très bien. C'est très accrocheur. De plus la narration, très en direct malgré l'utilisation du passé simple, donne impression de vivre la scène, d’être dans le personnage. Cela renforce le sentiment d'être propulsé dans l’histoire. Notons enfin que l'univers décrit, quoique très esquissé, semble prometteur.

Après la force du concept en devient paradoxalement sa principale faiblesse. Un peu comme dans le film Edge of Tomorrow, où Tom Cruise meurt et ressuscite en permanence, cette toute puissance supposé donne un sentiment de distanciation. Pourquoi s'inquiéter pour lui si il ne va pas mourir ? C'est d'autant plus dommage que cette immortalité n'est que supposé par le narrateur. C'est sans doute lié au côté presque trop parfait que dégage le personnage, à la limite d'un Gary Stu. Le voir plus à terre pourrait éviter cette écueil. Pour le moment, il semble se remettre de sa chute en quelques secondes.

Sur la forme, c'est aussi un peu plus compliqué. Déjà la densité des actions et le côté compact des paragraphes gène la lecture. Peut-être plus de retour à la ligne pourait alléger la lecture. Enfin, si l'utilisation de phrases simples apporte un sacré rythme, le fait de commencer toujours par le sujet "je" rend la narration très monotone, ainsi qu'étonnement trop peu introspective, malgré des transitions entres description et pensées trop fréquentes, perturbant parfois la compréhension. A l'inverse, le récit est trop carré pour un personnage perdu dans une bataille et souffrant partiellement d’amnésie.

Il est à noter que le dernier paragraphe, où il ne se passe finalement pas grand chose, en devient le plus fort. Peut-être un signe qu'il faut rallonger les paragraphes ? C'est peut-être aussi l'occasion d'ajouter des éléments de décors autours du personnage, pour ajouter des détails sur un monde qui semble prometteur.
[/i][/i]

------------------------------------------------------------------------------------------------
Une question ? Envoyez un MP ^^
Venez nous rejoindre sur le Marché Aux Commentaires.
Revenir en haut Aller en bas
Lame37

Lame37

Vierge Messages : 1244
Date d'inscription : 13/06/2016
Localisation : Dans le monde des rêves
Humeur : Loup Aventurier Musicien Écrivain

Chemin d'errance ; Rythme du coureur ; Ballet Spatial Empty
MessageSujet: Re: Chemin d'errance ; Rythme du coureur ; Ballet Spatial   Chemin d'errance ; Rythme du coureur ; Ballet Spatial EmptyMer 5 Mai 2021 - 14:20

Remerciement :
 

Hello, cela faisait longtemps que je n'avais pas posté de texte court. Après une correction rapide, voici des écrits supplémentaires que j'avais malgré moi laissé de côté. Bonne lecture.

Symphony - End of the World


blanc


Rythme du coureur

Ainsi, tu te lances
Et tu recommences.
Une nouvelle foulée,
Et tu ne veux pas t'arrêter.
Tu te sens libre de vivre,
Et fais tout pour survivre.

Alors que la pluie te recouvre,
Et que malgré tout, tu souffres.
Sauvage, tel un animal,
Intérieurement, tu as mal.
Cependant, tu es allé loin,
Alors écoute ce refrain.

Rien ne t'arrête,
Non, aucune tempête.
Ni la neige de la Toundra,
Ou le désert du Sahara.
Tel un battant, tu prends le vent,
Oui, tu es un vrai survivant.

Tu cours parfois en solitaire,
Et fais ton chemin sur Terre.
Ni le vent, ni personne,
Rien ne te désarçonne.
Nul ne te stoppera,
La vie est un combat.

Seul, tu traces ton destin,
Tu tiendras jusqu'au matin.
En groupe grâce à elle ou lui,
Tu avances même la nuit.
Qu'importe l'heure ou le jour,
Et c'est ainsi comme toujours.

Rien ne t'arrête,
Non, aucune tempête.
Ni la neige de la Toundra,
Ou le désert du Sahara.
Tel un battant, tu prends le vent,
Oui, tu es un vrai survivant.

La fatigue commence à t’atteindre,
Mais cela ne va pas t’éteindre.
Peu importe les caprices temps,
Tu te risques à tout instant.
Tant que la motivation sera là,
Toujours plus loin, tu continueras.

Cours, va vers le firmament,
Demain, tu iras au-devant.
Résiste, que ton cœur palpite,
Souviens-toi, seul on va vite.
Mais ensemble, on va plus loin,
C’est ainsi que tu trouveras ton chemin.



Rythme - AV :
 





blanc


Ballet spatial

L'espace, l'infini, il n'y a presque rien si ce n'est des milliards d'étoiles. La Voie Lactée se dessine et une comète passe en une fraction de seconde. Une lueur brille au loin et un vaisseau spatial arrive à toute vitesse. Il ressemble à une balle de pistolet de part sa forme et sa couleur grisâtre. Face à l'ensemble de l'univers, le module semble minuscule. Et puis tout s’accélère, tout frémit autour du véhicule. Un météore part s'écraser quelque part dans le néant. Quelque chose de transparent apparaît à l'horizon et le bolide voyage très vite dans sa direction.
Un looping, un virage à gauche, il évite un débris de roche. Son réacteur est très actif et le vaisseau passe au travers d'un objet flottant. Celui-ci est d'apparence allongé, on voit au travers et ça ressemble étrangement à un verre. Le passage du module est à peine perceptible et une répercussion se produit à l'autre bout du mystérieux "verre spatial". La Voie Lactée s'étend aux alentours et il n'y a aucun bruit dans cette immensité. En regardant le récipient, on peut voir deux trous qui sont le signe que le véhicule en forme de balle est passé au travers.

Le bolide fait un tour sur lui-même et fonce cette fois en vrille de la base du verre jusqu'à l'autre côté. Chaque paroi se referme après chaque fissure et bouche alors l'interstice créé plus tôt. Le vaisseau tel un projectile inarrêtable continue sa course effrénée en passant et repassant à une vitesse folle au travers. Chaque coup se répète inlassablement. Il n'y a pas un instant de pause. Et puis l'affaire se corse. Dans le récipient, un liquide bleuté se forme à la base et remonte, un large trou en cercle est visible à un bout. Le module grisâtre s’engouffre alors dans le liquide tel un submersible. Lorsqu'il sort de l'espèce de puits, l'élément bleuté commence à se déverser et menace de toucher le petit bolide.
Il n'y a que le néant, les étoiles et des astéroïdes autour d'eux. Les planètes sont trop loin pour être victime. Des rochers commencent à bloquer le passage. Le "vaisseau-balle" n'a plus le choix et repart dans l'autre sens. Il percute à nouveau le verre. L'objet est encore brisé, et se reforme toujours. Le récipient se remplit de lui-même. Cette fois, le liquide est visqueux et orange.

L'univers où se déroule la scène réserve bien des surprises, néanmoins le vaisseau à grande vitesse ne semble pas désespérer d'enfin s'en sortir. À un moment, le verre va bien finir par ne plus se reconstruire. Et soudain dans un halo de lumière, une voie de sortie se crée au milieu de l'amas d'astéroïdes agglutinés environnant. Le véhicule avait perdu la notion de l'environnement tant il est concentré sur sa course. Pourtant, elle ressemble au premier abord à un jeu et s'est révélé en fait être un énorme piège.
L'intrus est presque fait comme un rat. Le passage se rétrécit à vue d’œil. Cela semble compliqué d'y aller, mais il tient bon et envoie toute sa puissance dans une ultime poussée. Il fonce et heurte les parois rocheuses. Le verre se disloque d'un coup, renversant le liquide dans l'espace confiné.
La fin est proche, il n'y a pas de répit. Et soudain, un soupçon de suspens et une explosion. Le module gris s'élève alors et sort de la prison rocheuse. Il disparaît dans la lumière tandis que l'amas de roche s’effrite. Puis, un grand "FINISH" illumine l'espace qui se révèle être l'écran d'un jeu. Et sur la borne d'arcade, on peut lire le nom : "Space Ballet".



Express Ball of Space/AV

texte avant correction :
 

------------------------------------------------------------------------------------------------
Loup breton, rêveur invétéré, écrivain amateur. 
"Les rêves sont une porte vers l'imaginaire et l'espoir où tout devient possible. Les cauchemars sont le reflet de nos peurs et échecs guidant vers la souffrance. Il faut oser affronter ses démons et obstacles si l'on veut survivre dans la réalité."
bounce
Page du loup (Encre Nocturne)
Univers du wolfo (Google Drive)
Bientôt sur Scribay.
study
Osez plonger et voyager à travers le mon univers, monde science-fantastique. Il y en a pour tout les goûts : poèmes, hasard d'écritures, tests de romans.
Revenir en haut Aller en bas
https://drive.google.com/drive/folders/1yj2lvJSkKukgv5lj2S7BaBxM
Contenu sponsorisé




Chemin d'errance ; Rythme du coureur ; Ballet Spatial Empty
MessageSujet: Re: Chemin d'errance ; Rythme du coureur ; Ballet Spatial   Chemin d'errance ; Rythme du coureur ; Ballet Spatial Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Chemin d'errance ; Rythme du coureur ; Ballet Spatial
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Écrits :: Écrits courts :: Nouvelles-
Sauter vers: