Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.
Encre Nocturne
Bonjour !

Il est conseillé de s'inscrire ou se connecter afin d'avoir accès à l'intégralité des messages du forum.
Encre Nocturne
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


Entrez dans une dimension littéraire dont le territoire est infini et partagez vos écrits avec les autres internautes !
 
AccueilAccueil  ÉvènementsÉvènements  PublicationsPublications  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-30%
Le deal à ne pas rater :
Nike Air Max Command
90.97 € 129.99 €
Voir le deal

 

 CC 3.88 - SUJETS

Aller en bas 
5 participants
AuteurMessage
Titi

Titi

Lion Messages : 1102
Date d'inscription : 29/06/2016
Localisation : Dans la région de la cancoillotte
Humeur : Miaou

CC 3.88 - SUJETS Empty
MessageSujet: CC 3.88 - SUJETS   CC 3.88 - SUJETS EmptySam 20 Juin 2020 - 21:30

Sortez vos plumes aguerries
Car voici le CC du samedi ! :la:

Une heure maximum à écrire ;
Cela va-t-il vous suffire ? AHDE

Vous pourrez choisir une ou plusieurs propositions,
Afin de fournir UN seul texte, fruit votre imagination. Wink

Un poème ? Du théâtre ? Une nouvelle ? Un extrait de roman ?
Tellement de possibilités ! C'est formidable, c'est charmant !
Un texte long, ou d'une maigre mesure :
Ce n'est pas grave, je vous l'assure !  oui

Pour aiguiller vos lecteurs et lectrices,
N'oubliez pas de préciser les sujets choisis.
Vous me verrez particulièrement ravie
Si vous pensez aux balises salvatrices.  :awkward:

@Flopostrophe a écrit:
Attention, il y a un petit changement discuté et décidé sur le discord d'EN. Je mets en bleu ce qui reste pareil, en rouge ce qui change :
- Lorsqu'on poste son texte en 1h00 ou moins, on reçoit deux points de participation.
- Lorsqu'on dépasse l'heure, même d'une minute, on ne gagne qu'un point.
- Lorsqu'on dépasse de plus de 15 minutes, on reçoit un point aussi
mais personne ne peut voter pour notre texte, il peut seulement être commenté.
Ainsi ça reste un CHRONOchallenge Wink
Je rappelle que voter rapporte un point, commenter en rapporte un autre et recevoir un vote de quelqu'un d'autre ajoute deux points.
:Stop:  :ban:


---


1. Le concours floral
2. Paresse
3.

lien direct de la musique : https://www.youtube.com/watch?v=Qiskpy1rLiQ

4.
CC 3.88 - SUJETS Flat,1000x1000,075,f.u1
lien direct de l'image : https://ih0.redbubble.net/image.249338728.6330/flat,1000x1000,075,f.u1.jpg

Par Thomas Yvin

------------------------------------------------------------------------------------------------
Si tu as un souci, n'hésite pas à me MP Wink

Hey, pssst, Invité , j'ai répertorié tous les textes que j'ai postés sur le forum ~ici~ Fais-y un tour si le coeur t'en dis :latourn:

Les mercredis, 21h30 environ (heure française), je lance le CC. Vous pouvez d'ailleurs m'envoyer vos suggestions par mp (ou discord).

CDF (Poésies, Chansons, Chamarrés) :la: , mon signe distinctif est ♫

-
"Je leur rendrai ce grand service parce qu'on ne me l'a pas rendu à moi." (Philippe Labro - Les cornichons au chocolat)

"Ce n'est pas parce qu'on a les meilleurs intentions au monde, qu'on ne fait pas des dégâts." - https://youtu.be/pR3lqr7_KBY

-
Tous mes sens charmés
Hypnose et divins délices
J'aime les haïkus

Je te juge:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://je-seme-des-poemes.skyrock.com/3113348789-Index-des-poeme
Bims
Maître du Temps
Maître du Temps
Bims

Balance Messages : 203
Date d'inscription : 27/04/2020

CC 3.88 - SUJETS Empty
MessageSujet: Re: CC 3.88 - SUJETS   CC 3.88 - SUJETS EmptySam 20 Juin 2020 - 22:27

Hello, j'ai choisi l'image.
Je ne suis pas très contente du rendu. Je reste sur ma faim comme on dit…
Encore un texte qui va atterrir dans le dossier "à retravailler" Wink

                             Cette nuit de pleine lune, j'observe les ruines de cette maison infernale. Oui, cette maison a été le théâtre d'une tragédie il y a des années. Le propriétaire, Fergus, l'avait fait construire pour la femme qu'il aimait. Celle-ci pensait que cet homme était gentil et attentionné. Mais peu de temps après leurs fiançailles, Margaret est tombée malade. Son fiancé était aux petits soins pour elle, il prit même une personne à son service pour l'aider, Emily . Mais rien n'y fit. Elle était toujours de plus en plus malade, parfois incapable de se lever. La jeune femme avait comme des flashs. Elle se voyait en robe de mariée mais n'y croyait pas. Elle pensait devenir folle. Un jour, la maladie l'emporta. Mais son âme resta piégée dans la maison.

                    Je suis déjà venu dans cette maison, il y a quelques années. Le service dont je fait partie s'occupe des affaires bizarres, sans explications rationnelles. Je suis un détective du surnaturel, les fantômes ne me font pas peur. C'est Margaret elle-même qui m'a raconté sa vie. Quand je suis arrivé la première fois, elle est venue à ma rencontre et m'a mis en garde contre Fergus. J'en ai vu des choses étranges, mais là, j'avoue, c'était particulièrement sordide. L'homme avait empoisonné Margaret, puis enfermé Emily. Il avait besoin de leurs âmes, de leurs essence de vie pour réaliser son noir dessein: faire revenir à la vie son grand-père. Au fil l'exploration de la propriété, je me suis rendu compte que Fergus avait utilisé aussi les âmes des ouvriers venus construire, réparer ou agrandir la maison. Je suis tombé sur des machines dignes des films d'horreurs les plus noirs. Une espèce de liquide vert entrait et sortait du corps de Margaret et d'Emily.
                       Après de nombreuses péripéties, de pièges déjoués,  j'ai réussi à libérer les âmes prisonnières, mais Fergus s'est enfui avec l'aide de Thanatos.

                 Ce soir, je suis de retour ici, on nous a signalé des mouvements suspects dans les ruines. Je scrute ce qu'il reste de la maison. Il est là, j'en suis sûr. Je le sens.  Soudain, je l'aperçoit: l'oiseau noir contraste avec la blancheur de la pleine lune. Le corbeau se pose sur le mur le plus élevé et pousse un croassement lugubre qui me fait frissonner. C'est le signal, la partie peut reprendre là où nous l'avions laissée, Fergus et moi.

------------------------------------------------------------------------------------------------
If you have a dream go chase it, ( si tu as un rêve, poursuis-le)
If you feel hope, Don't waste it,  (si tu ressens d l'espoir, ne le gâche pas)
If you find love, embrace it    (si tu trouves l'amour, garde le bien)
And never take a single breath for granted  ( et ne considère pas une seule respiration comme garantie)
The story's yours, go write it   ( c'est ton histoire, vas-y, écris-la!)

Extrait "Granted" Josh Groban


aller vers mes créations
aller vers mes messages
Revenir en haut Aller en bas
Spangle

Spangle

Vierge Messages : 281
Date d'inscription : 30/03/2020
Localisation : Bzak

CC 3.88 - SUJETS Empty
MessageSujet: Re: CC 3.88 - SUJETS   CC 3.88 - SUJETS EmptySam 20 Juin 2020 - 22:30

Paresse [tout public]

1986, école primaire Saint-Exupéry
L’angoisse monte soudain, sans raison apparente. Elle ne sait pas qu’elle est angoissée, elle ressent juste un besoin impérieux d’être ailleurs. Elle regarde par la fenêtre sans savoir ce qu’elle y cherche, ses yeux sont tournés vers les pelouses au-delà de la cour mais elle ne les voit pas vraiment.
- Lison ! C’est ici que ça se passe !
L’instituteur en a assez. Assez de se répéter année après année, jour après jour, sans obtenir le moindre changement de la part de ces enfants distraits. On dirait qu’ils le font exprès. En tout cas ils se fichent de lui, à toujours regarder ces pelouses idiotes au lieu de l’écouter.
- Je vais mettre un mot à tes parents. Tu es intenable, Lison, il faut faire des efforts !

1992, collège Lavoisier
Jérôme se penche devant Lison pour attraper son sac de cours, sa tête s’arrête un instant à hauteur des genoux de celle-ci. La vision s’impose à elle, brève mais très réelle : son genou se détend d’un seul coup et percute la tempe de Jérôme au maximum de sa puissance. Puis elle reprend pied dans la réalité : ce n’est pas arrivé pour de vrai, ouf. Elle se force à détendre ses muscles crispés par le stress. Mais dès que son regard s’arrête quelque part, une nouvelle vision surgit : elle claque la porte de la salle sur les doigts d’Amandine, elle se plante devant la prof et la traite de sale gouine, elle tire la chaise de Jamal juste au moment où il s’assoit… Lison lutte contre les visions obsédantes, se pince la cuisse au sang, glisse sa sandale sous un pied de sa chaise et pèse dessus de tout son poids… Enfin la sonnerie retentit, c’en est fini de cette journée épuisante. Elle se lève sans prêter attention à ce que dit la prof, pressée de sortir à l’air libre, de porter son regard sur le bleu et les nuages d’un ciel vide de visions.
- Lison, Lison ! Tu as entendu ce que je viens de dire ?
Elle qui ne voyait déjà plus que la porte devant elle, se retourne déconcertée.
- Non M’dame, pardon. Vous avez dit quoi ?
- Donne-moi ton carnet, Lison. Tu demanderas aux autres ce qu’il y a à faire pour la prochaine fois.
Sa copine Loubna l’attend près de la porte et lui dicte les devoirs qu’elle a notés. Lison la remercie et s’éloigne rapidement, elle a vraiment besoin d’être seule, tout de suite.
Elle parcourt le chemin jusqu’à chez elle sans penser à rien, focalisée sur les jointures des dalles de la rue, où elle essaye d’éviter de poser les pieds. Elle entre, traverse le salon et file dans sa chambre.
- Lison, c’est ton jour de corvée. Lison ! Descends tout de suite et viens faire le ménage ! On a un contrat toi et moi !
Elle a envie de pleurer. Elle redescend d’un pas lourd et demande d’une toute petite voix :
- On ne peut pas reporter d’un jour ? Je suis fatiguée…
- Ah non ma belle, là tu exagères ! Tu me fais le même cinéma à chaque fois. C’est si épuisant une journée de cours ? Attends de voir ce que c’est qu’une journée de travail et tu le regretteras, le collège.
Sans rien tenter de plus, Lison va chercher la poubelle, ferme le sac et l’emmène jusqu’au container dans la cour, à tout petits pas pour ménager ce qui lui reste de forces. Puis elle remplit le seau d’eau chaude, y verse un peu de produit ménager et commence la tournée des taches sur les portes, les interrupteurs et les placards. Quand elle en voit une, elle lève lentement son bras et frotte sans vraiment appuyer l’éponge.
- Lison qu’est-ce que tu fous, bon sang ? Tu viens de passer cinq minutes, cinq ! minutes ! sur cet interrupteur. Il revenait de la guerre, pour être aussi sale ? Active-toi un peu, on dirait un zombie. Ohh pfff, ce qu’elle est paresseuse celle-là !

------------------------------------------------------------------------------------------------
Utilisez le pronom iel et les accords neutres ou masculins pour parler de moi, merci.
Je chasse les fautes dans les sections romans, théâtre et fanfictions, n'hésitez pas à demander un coup d’œil. Mon signe est &.
Voici la liste de mes textes, merci d'avance pour vos commentaires !


Dernière édition par Spangle le Jeu 25 Juin 2020 - 2:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://losquimord.wordpress.com
MarieRaphaello

MarieRaphaello

Lion Messages : 75
Date d'inscription : 15/10/2017
Humeur : Show, don't tell

CC 3.88 - SUJETS Empty
MessageSujet: Re: CC 3.88 - SUJETS   CC 3.88 - SUJETS EmptySam 20 Juin 2020 - 22:35

Balise : -16 pas mal d’alcool

La musique
Diantre, j’ai déjà abordé un thème similaire, il y a un mois tout pile… Je crois que je fais ma crise de la trentaine !



    Il existe, à Rennes une boite de nuit qui s’appelle Le Delicatessen. Je ne saurai pas tellement comment décrire objectivement cet endroit, puisque je n’y ai pas été de jour, et jamais sans avoir bu plus qu’il n’en faut pour avoir les lumières en face des iris. Mais peu importe, ce soir, lucky you, je vous y emmène.
    Vous imaginez la scène, vous la connaissez peut-être même par coeur. Sinon, je vous propose de me voir, à la troisième personne. Moi-même : gamine de 22-23 ans, genre de fille un peu bourrée à en être pénible (vous savez, qui parle trop fort, qui se croit intéressante et transgressive parce qu’elle a ingurgité beaucoup trop de vodka de mauvaise qualité). Je tiens sur des talons par une sorte de miracle, je me sens plus élégante que je n’ose l’être dans la vie courante. Robe et talons, maquillage, c’est pas mon délire habituel.
Bon maintenant que je me vois à la troisième personne, et avec dix ans de plus, j’avoue que mon élégance était quelque chose de très… relatif. D’ailleurs, si vous pouviez vous détourner trois secondes, je crois que je vais vo… Ah, ben c’est trop tard. Bon, alors on continue. Faites juste attention à vos pieds, on est quand même jeudi soir, je ne suis pas la seule à exposer les reliefs de mon estomac comme si la ville était la toile géante d’une œuvre contemporaine (très contemporaine).
    Dooooonc, pour les touristes, le centre-ville de Rennes est resté très médiéval. Les ruelles sont pavées (easy, perché sur des chaussures de trop de centimètres), les maisons à colombages se penchent sur vous comme si vous étiez une sorte d’animal intéressant, mais avec leurs rouges et jaunes éclatants, elles restent d’une humeur festive. Et d’un coup au détour d’une ruelle, presqu’un chemin de traverse, vous déboulez sur une curieuse place fermée qui, de nuit, est complètement éclairée de rose. Comme un immense rêve de petite fille.

**Attention, il est fortement déconseillé de donner de la vodka à une petite fille. L’auteur de ce texte décline toutes responsabilités si ces propos ont été mal interprétés**

    Il s’agit donc de la prison Saint Michel, qui a été en activité du milieu du XVème à 1878. Son aspect n’a pas changé depuis cette époque. De la pierre apparente, des poutres, des grilles, et, pour le côté pirate, des balcons tout autour de vous d’où s’échappent musique et rires gras. Vous visualisez ? Plutôt sympa, non ?
    Maintenant, on rentre. Oui, on est des filles, on s’est habillées sexy, on tient encore debout, on rentre. C’est pas juste mais c’est comme ça. Et en plus, avant minuit, on ne paye pas. Bon, maintenant,  des caves voûtées en pierre, un sol en marbre, historique. Ça sent la sueur, mes pieds aériens collent, il y a plus d’alcool sur le sol que dans les verres. Il y a plus de vodka dans mes cheveux que dans mon verre (eh, je suis étudiante, j’ai pas forcément les moyens de me payer un verre).
La lumière rose tourne, les salles s’enchaînent, je ne sais plus où je suis. Je ne sais plus où j’en suis ; Je n’ai pas envie de le savoir.
Rupture récente
Je découvre qu’on peut vivre seule, et vivre bien mieux qu’accompagnée (les adages auraient donc raison ?!)
    Et voici mon propos, la scène que je voulais vous montrer depuis le début, et il est temps parce qu’à 22h20, je risque fort de vous avoir fait faire le tour du propriétaire pour rien.
     Musique à fond, dans mes oreilles et dans ma tête. Je la sens dans tout mon corps, elle m’appartient. Plus rien n’a d’importance que la vibration des pierres, du sol, de la lumière. Je change de salle, mon esprit est sur une autre strate. Dans le couloir, un embouteillage, les corps se rencontrent sans gêne. Je regarde le plafond, bas incurvé, et soudain mon regard s’arrête sur un autre regard. La personne en face de moi est, d’après mon souvenir (et vous savez ce qu’il vaut), parfaite. Notre compatibilité immédiate. Sans besoin de parole, sans besoin de plus que la seconde qui nous a été accordée pour nous reconnaître. Une sorte de brèche. Sa main effleure ma nuque, je pose les miennes sur ses cheveux. Nous attirons nos visages l’un vers l’autre dans un même mouvement. Et nous nous embrassons. De manière évidente. Passionnée. Sensuelle.
Puis, à la manière de Piaf, la foule nous pousse chacun de notre côté. Mais pas dans la douleur. Je ne cherche pas à le retrouver, surtout pas. Un instant aussi parfait se savoure, il ne se recherche pas. Et c’est à ce jour, le moment le plus sensuel que j’ai jamais connu. Un moment qui échappe au temps. Un moment qui n’existe plus, si on excepte mon esprit. Maintenant le vôtre. Alors ça valait le coup !


Dernière édition par MarieRaphaello le Sam 20 Juin 2020 - 22:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Cobea



Capricorne Messages : 7
Date d'inscription : 13/06/2020
Humeur : Dilettante

CC 3.88 - SUJETS Empty
MessageSujet: Re: CC 3.88 - SUJETS   CC 3.88 - SUJETS EmptySam 20 Juin 2020 - 22:38

Choix: image du corbeau

A fleur de peau sans plume sans maux
Ebouriffée écartelée
Par ses désirs

Il sort il plane s'endort
Dépité caillassé
Loin du plaisir

Et puis… Le vent strident, les baies du ciel, riant ,  la caisse à résonnance, le cœur le cœur le cœur absent violent indécent serments tourments je ne sais plus il ne veut plus

De solitude en régression des sons des sons des sons loin de sa gorge  
Abruti déconfit loin de lui il s'ignore…

Sa force vive qui l'étreignait le constellait soudain s'effare
J'ébruite débite sa répugnance
Alterne proteste détruis tes artefacts

En scène dans l'air sidère
par son ton grave

Sur terre s'il erre déçoit
par ses choix las

Perclus reclus sailli ce défi d'âme...

Et si j'y tiens, déni, sans le savoir,
A l'admirer
Et si j'y tiens, salie, sans le pouvoir
A l'inhiber
Sa force son âme en lice pourtant viennent m'habiter
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




CC 3.88 - SUJETS Empty
MessageSujet: Re: CC 3.88 - SUJETS   CC 3.88 - SUJETS Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
CC 3.88 - SUJETS
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Encre Nocturne :: Evénements :: Les chronochallenges-
Sauter vers: